19. Léo

4 minutes de lecture

Léo termina de manger. Bien plus lent que son colocataire à cause des mésaventures de sa gorge. S’étouffant presque à chaques bouchées. Regardant de ses prunelles sans expressions le départ du garçon aux iris de sang. Leur couleur ne le gênait pas. Justement, il les trouvait exceptionnellement belle. C’était relativement rare que Léo trouve quelqu’un de beau, généralement, il trouvait beau les dessins et les textes. Ayant une préférence pour les textes d’Edgar Alan Poe.

Finalement, il débarrassa son assiette et retourna dans sa chambre pour bosser sur un de ses textes pour le prochain cours d’écriture et compléter son cours de démonologie avec les livres qu’il avait empruntés à la bibliothèque. Il s’endormit malheureusement vers 2h30 du matin. Il avait laissé sa porte ouverte, par réflexe, en rapport avec Uta. N’ayant pas cru bon de l’a fermé. Quand son coloc’ rentrerait, il pourra alors l’apercevoir dans son pieu. Léo portant un bas de pyjama noir, le torse nu, dormant au-dessus de sa couverture.

Il était en nage et ne dormait pas sereinement. Gémissant de temps en temps. Des « arrête... » ou « non... » se faisaient entendre doucement, pas trop bruyamment pour cette première nuit. Sauf qu’il se réveilla en sursaut à 3h15 du matin en gémissant de stupeur. Regardant alors ses poignets, il se leva sans bruit, pour aller à la cuisine, ne voyant pas le Uta en train de boire sa bière sur le canapé. Notre punk tremblait de colère. Une rage froide émanent de tout son corps, pouvait alors se sentir de loin.

Il pris à nouveau sa boîte de médocs et en sortie cette fois-ci une seringue bien plus grosse pour s’injecter un calmant plus puissant. Prenant aussi des bandages qu’il y avait dans la boîte pour se bander les plaies au niveau de ses poignets. En effet, les cicatrices faisant le tour de ses poignets venaient de se rouvrir. Vous avez bien lu, alors qu’elles étaient très anciennes pourtant.

Finalement, il retourna dans sa chambre, fermant par contre la porte à clé. Le lendemain matin, vers les 6h30, il sortit sans bruit, pour aller chercher le Starbucks dont il avait parlé. Se prenant alors un Frapuccino Java Chip et non un grand cappuccino. Pas trop de café vu sa nuit. Prenant aussi un scone aux pépites de chocolat. Il rentra à l’appartement pour prendre ses affaires de cours, sans un mot et posa une tasse Starbucks remplit de café pour Uta. Il s’en fichait un peu qu’il le boit tout de suite ou non. C’était un « gage de sympathie » que lui avait conseillé de faire Stevens. Et lui, contrairement au psy, il l’écoutait. Allant à la fac, il fuma sa clope sur le chemin. Puis, ses cours se passèrent sans encombre, lisant son texte pour le cours d’écriture :

« Je ne suis qu'une poupée...

Retenu par des fils...

De fers, de cuirs et de pêche...

Des sangles...

Mes maîtres me contrôlent...

Me font peur...

Ces voix dans ma tête...

Et un homme plus important les contrôlent...

Il est sans pitié...

Et punit beaucoup...

Je suis vouée à être son jouet...

Une poupée d'étagère...

Toujours assise sans bouger...

À regarder ce qui se passe autour de moi...

Sans pouvoir parler...

Juste respirer...

Sans jamais montrer mes émotions...

Dans n'importe quelle situation...

Prisonnière de chaînes invisibles...

Et de lui...

Surtout de lui...

Suis-je folle ?...

Suis-je vraiment une poupée ?...

Ou bien une humaine ?...

Mon monde ne tient qu'à un fil...

Il peut le couper à tout moment...

Pour me faire mourir...

Me voir pleurer et être craintive l'amuse...

Il en est friand...

Mais il aime encore plus...

Oh oui encore plus...

Me torturer...

Avec peut être un rien...

Mais il me torture...

Ça fait peur...

Ça fait mal...

Je veux partir...

Mais je ne peux pas... »

La professeur était bouche bée, lui mettant alors l’une des meilleures notes. Et oui, Léo était aussi un très bon élève, enfin, surtout en démono’ et en écriture. Bien qu’il souhaite devenir tatoueur, il avait aussi l’envie de se faire éditer. Son carnet « four-tout » était remplit à ras-bord de textes en tout genre. Qu’il publiait sur un blog et avait une petite communauté qui le suivait. C’était appréciable et ça l’encourageait à continuer.

Malheureusement, la journée allait de mal en pi… En sortant du cours d’écriture, un mec qui traînait là, un « populaire » faisant partie d’un club de sport l’apostropha. Parce qu’il n’avait pas caché les bandages souillés de sang à ses poignets le mec lui sortant qu’il avait tenté de se suicider. Léo lui répondit « et alors ? », lui s’en fichant complètement qu’il y ait des rumeurs à son sujet.

Sauf que le blondinet en rajouta une couche pour se foutre de sa gueule et par comparaison se foutant de la gueule d’une pauvre fille passant par là. Le sang du punk ne fit qu’un tour. Détestant l’injustice envers les gens faibles, et surtout les filles, il sauta sur le sportif, pourtant plus fort que lui physiquement et frappa, frappa si fort, si bestialement qu’il ne s’arrêta qu’une fois le mec inanimé.

Il se leva, sans rien dire et rentra à l’appartement. Sachant pertinemment que le mec n’était pas mort, mais ça… Il aurait facilement pu le provoquer… Il alla prendre une douche pour essayer de se calmer. Puis revint dans sa chambre et ferma sa porte. Il ne voulait pas d’un mec venant lui faire la morale sur son comportement. Oui, il avait vu Uta dans son amphi. Regardant l’heure, il savait que le psy allait bientôt passer et lui aussi lui en foutre plein la gueule.

Annotations

Recommandations

Mweerie Mwee
Une jeune princesse doit faire face à une régence qui perdure. Unique Héritière elle se bat afin d'instaurer son règne. Aidée d'un conseillé farfelue ancien premier ministre elle va devoir faire face à de nombreuses trahison et des complots. Une seule question la tourmente: Va-t-elle pouvoir reprendre sa place?
14
4
2
150
Lunar.Writer
Alex Omega est un jeune oméga suicidaire qui à déjà fait d'innombrables tentatives, à la veille de son 17ème anniversaire, il va enfin savoir qui vas être son alpha pour lequel ses parents l'ont fait devenir ce qu'il est aujourd'hui, mais qu'est-ce qu'il se passerait s'il se rebellait enfin face aux tortures qu'il a vécu ?

⚠️Ce livre comporte des insultes et des scènes très cru réservé aux adultes (il y a aussi des mentions de viol mais très peu je vous rassure)☢️
41
5
22
63
Mila-Andovie
Laïka se réveille dans un milieu qui lui est totalement inconnu, qui plus est fantastique. Arbres bleu, fauves énormes et insectes en tout genre, elle est loin de se douter que tout ce qui l'entoure est bien réel et que huit ans la sépare de son ancienne vie.

L'Île. Ils ont atterri sur l'Île. Alors au milieu de ce village qui semble paisible, Laïka compte bien comprendre ce qui est arrivé à son frère et quelle est la cause de son propre accident amnésique.
17
7
27
120

Vous aimez lire Reiko . ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0