Chapitre 8 : Le pouvoir de la musique

4 minutes de lecture

Pour ce chapitre nous vous emmenons dans une dimension musicale très particulière. Est-ce que vous vous êtes déjà demandé ce que rendais une mandoline mélangé à du rock ?? Nous, oui !

On vous propose donc un cover joué par deux mandolines... courage à vous : Tool Lateralus par Maskedinsanity & Pop

Non mais, il est pas possible lui… qu’est-ce qu’il a à me tripoter comme ça ! Je ne suis pas comme lui, il pourrait le comprendre ! J’essaye de me calmer, mais j’en suis incapable… je poursuis alors sur le coup de l’énervement :

— J’ai une copine, depuis deux ans, elle s’appelle Louane ! Alors arrête tes conneries tout de suite !

Alan ne répond pas et m’observe d’un air légèrement surpris, avec une retenue soudaine et assez inhabituelle. Il ne devait sûrement pas s’attendre à me voir réagir de cette manière, moi qui suis d’un naturel calme et réservé. Même lui qui ne me connaît que depuis deux jours, a dû s’en rendre compte, et il s’est peut-être dit qu’il pouvait en profiter… Deux jours et il commence déjà à me draguer, ce mec n’est vraiment pas net. Je savais que venir ici, était une erreur, j’aurais dû me fier à mes premières impressions et fuir dès le début. C’est d’ailleurs ce que je m’apprête à faire alors qu’Alan n’a toujours pas daigné ouvrir la bouche pour s’excuser…Je le regarde un instant; alors qu’il s’était renfrogné, il lâche extrêmement sérieusement :

— Désolé Léo, je croyais que … tu étais gay aussi !

— Bah non je ne le suis pas ! répliqué-je sur un ton semblable.

— Bah désolé mais on dirait pas !

Il est sérieux, là ? C’en est trop, ne supportant plus sa présence et son air supérieur, qui essaye de s’immiscer dans ma vie, je m’approche de la porte, et alors que je pose ma main sur la poignée, je sens celle-ci se baisser sans que je ne fasse pression dessus. La porte s'ouvre, puis un mec roux débarque sans aucune gêne. Ça doit être ce fameux Roger dont m’a parlé Alan tout à l’heure, qu’est ce que je dois faire ? Je suis coincé, là… s’enfuir maintenant serait impoli et irrespectueux. Je n’ai pas vraiment le temps de réfléchir avant que cet étrange personnage me tende la main :

— Salut moi c’est Roger Delatry ! Tu dois sûrement être Léo, Alan m’a parlé de toi !

— Euh oui, déjà ? Moi c’est Léo Cormoran… euh, enchanté !

— Yo ! Sale roux, je te présente le nouveau batteur de notre groupe. Il gère vraiment, faut que tu voies ça ! intervient Alan avec enthousiasme.

— Ah ouais ! A ce point ? rétorque Roger en m’interrogeant du regard.

— Euh… disons que j’ai l’air de me débrouiller.

Je rougis intensément, ne savant plus vraiment où me placer entre ces deux phénomènes, même si ça ne fait que quelques minutes que j’ai rencontré Roger, je comprends tout de suite pourquoi ces deux-là sont amis, ils ont l’air exactement pareils. Coincé entre les deux énergumènes, je commence à réfléchir à quelle excuse trouver pour tenter de fuir discrètement, mais Alan me prend par le bras et m’entraîne avec lui vers sa salle de musique, suivi de Roger, qui ne tarde pas à sortir le contenu de ce que je croyais être une housse de guitare; cependant une sorte de… mandoline apparaît à mes yeux ébahis. Alors que je m’interroge sur l’origine de cet instrument Alan coupe court à ma réflexion en déclarant :

— Ah ouais ! Je vois que tu ne rigolais pas quand tu parlais de ta mandoline !

— Bah ouais ! Et tu vas voir je me suis un peu entraîné, c’est une tuerie !

— Ca ne peut que être mieux que ta vièle de la semaine dernière ! dit-il en s'esclaffant.

— Arrête, mec ! C’était insane la vièle !!!

— Euh… pas vraiment. Léo t’as vraiment de la chance d’avoir échappé à ça, lance-t-il à mon égard, malgré le talent de Roger à utiliser des instruments disons « originaux », la vièle ça ne passait vraiment pas.

— Euh ok ! Mais d’où ils sortent ces instruments ?

— Ah ça ! C’est mon père qui tient une boutique d’instruments de musique et il récupère souvent des vieux machins ou des instruments méconnus, alors je les récupère !! me répond Roger, comme si c’était tout à fait normal.

La bonne humeur de Roger couplée aux fous rires que nous procure ce nouvel instrument, me font en partie oublier les éléments précédents et ma colère face à Alan que lui ne semble pas relever d’avantages et commence à jouer, rapidement suivis par Roger et sa mandoline. Je suis abasourdi par son talent, comme l’a dit Alan, il réussit avec brio à rendre un instrument aux apparences plutôt anciennes en un son moderne et contemporain à la fois, qui colle parfaitement à la guitare d’Alan. Quant à moi je retourne sur la batterie et essaye de trouver un rythme qui leur permet de s’exprimer pleinement. Les morceaux improvisés, les fous rires et les fausses notes de la mandoline qui ne sonne pas de façon très harmonieuse quelques fois, ne s’arrêtent pas. Mais cet instrument est vraiment extraordinaire, je ne m’en serais jamais douté. On s’amuse encore pendant de bonnes heures, sans que les évènements passés reviennent sur le tapis, avant que nous décidons tout de même de nous quitter, Roger ayant un rendez-vous avec une fille qu’il vient de rencontrer, je comprends alors au vu de ces mots fleuris « une meuf bien formée que je vais me faire une joie d’enfourcher telle une botte de foin » qu’il semble vraiment similaire à Alan mais en hétéro. J’en profite alors pour fuir également, en prétextant que j’aimerais m’avancer dans mes révisions, ce qui n’est en fait pas un prétexte étant donné que je vais vraiment occuper ma soirée à cela. Pendant que je marche tranquillement pour retourner à mon appart, sifflotant gaiement le dernier air que nous avons joué, je me rend compte que cette après-midi n’était pas si terrible et que j’ai vite oublié le passage du téléphone, mine de rien c’est fou le « pouvoir de la musique ».

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

jean-paul vialard


Ainsi passe le cycle régulier des jours. Ainsi se déroulent les destins particuliers dans la reproduction à l’identique de gestes inscrits dans l’histoire des peuples. Transhumance des bêtes et des hommes, actualisation de leur existence dans des tâches qui font partie d’eux, orientent leur vie. Nul ne s’en plaint, au même motif que la plante ne saurait reprocher au sol qui l’accueille, le processus de croissance dont il est le moteur. Alors, parmi toutes ces postures et conduites qui semblent suivre la pente d’une prédétermination, qu’en est-il du phénomène de la liberté ? La liberté est-elle un absolu ? Ou bien un relatif dont tout un chacun s’accommode faute de mieux ? Sans doute la vérité, comme bien souvent, est à mi-chemin. Bien évidemment, contrainte indépassable que celle d’être né en ce lieu, en ce temps, dans cette famille versée dans la pratique de telle tradition ou plutôt orientée vers le miroir éblouissant de la modernité. Grande sagesse du couple Garen-Nazar dans l’acceptation naturelle de la vie qui semble leur avoir été octroyée depuis un temps invisible. Sont-ils libres ? Oui, dans l’exacte mesure où l’horizon de leur existence est tissé d’un bonheur suffisant, estimé à sa juste valeur. Qu’en est-il du couple Endza-Inésa ? Endza paraît si parfaitement accordée à sa mission de mère et d’épouse qu’on peut la considérer suffisamment gratifiée et apaisée.
0
0
0
1
Défi
Marina PHILIPPE
C'est le soir d'Halloween et Julie, née un 31 Octobre, a invité ses amis pour son anniversaire. Après la fête, c'est le moment de la tournée de bonbons...
7
2
0
9
Défi
Jolac
Bradbury 20/52
Audace et beauté

La mythologie persane raconte les aventures des héros tel que Rostam qui reste l’un des plus grands et des plus invincibles.
Il mourut pourtant en tombant dans un piège que lui avait tendu son frère félon...
7
21
7
1

Vous aimez lire Xenos Walker/ lampertcity ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0