Un dangereux inconnu

5 minutes de lecture

Point de vue d'Onélo'ria :

J'évitai de faire le moindre geste brusque face à l'individu portant une toge pourpre à capuche et au visage caché d'un masque de renard qui se trouvait juste en face de moi. Fidèle à mon instinct qui me dictait de ne pas tenter de le provoquer.

Rien, à part son accoutrement étrange, n'aurait du m'inciter à me méfier ainsi. Il n'avait pas d'armes, et n'avait pas fait le moindre geste menaçant, pas même un pas vers moi. Mais déjà de le voir apparaître depuis un portail formé juste derrière moi, et la sensation glaciale qui s'était glissée sur ma colonne vertébrale comme un tentacule viscieux me poussait à la vigilance. Sans que sa Présence ne soit trop importante, elle me laissait moite et presque craintive.

Et jusqu'à présent, j'avais toujours bien fait d'écouter les avertissements silencieux qui m'assaillaient.

Depuis son apparition, il n'avait pas prononcé la moindre parole, son masque ne me permettait de deviner un indice sur ses intentions. Cependant, toutes les quelques secondes que nous nous défions du regard, il regardait en direction de là où se trouvait Hélios et Anéon, que j'entendais se battre pour je ne sais quelle raison.

Je respirai d'inconfort au froid anormal qui s'intensifiait, et du vent qui venait à mes oreilles comme des sifflements de serpents.

À moins qu'ils n'étaient vrai ?

Coincée dans une impasse pareille, je finis par serrer les dents et oser reprendre mon souffle presque inexistant pour lui parler.

  • Qui êtes-vous ?

Le masque de renard, qui avait encore dérivé son regard pour là où se trouvait les garçons, revint vite de mon côté.

  • Alors elle parle, dit alors pour la première fois l'inconnu que j'identifiai maintenant comme un homme que je situerai dans un âge mûr. Je commençai à croire que tu ne pouvais pas t'adresser correctement. Et tes pensées ne m'avançaient pas à savoir si oui ou non tu te mettrais à poser une question.
  • Vous... avez lu ?

Sans que je ne puisse le sentir ?

  • Bien sûr ! Je devais m'assurer aussi que tu ne tenterais rien de stupide, ni que tu sois une menace. Et tu ne gardais pas ton Esprit aussi bien que je croyais, j'en ai donc profité pour en savoir plus à ton sujet.

Il y avait décidément un ton méprisant dans ses propos. Avant de me laisser le loisir de répliquer, il avança disparut soudainement. Et à la prochaine seconde, je sentis une main noire et brumeuse se poser sur mon épaule, me glaçant le sang et me figeant net.

  • Je ne peux hélas te dire qui je suis, si ce n'est ce que je fais ici. Première raison, il s'agit de vérifier si Troyce peut servir à celui que je sers. Ensuite...

Sa prise se ressera, et je crus discerner ses doigts dégouliner d'obscurité pour s'effiler et former des griffes menaçantes. Rien que voir ça ouvrit d'effroi mes yeux. Qu'était-il ?

  • C'est pour évaluer le gamin avec toi, et rendre rapport à son sujet.
  • Co... Comment ?

Je l'entendis soupirer, à la manière d'une personne agacée, et il me libéra de lui. Après le contact paralysant, ma retenue s'envola. Sans plus sentir son hideuse main, je repris courage et m'éloignai d'un bond, dos à un arbre et attrapant dans mon panier les ciseaux qui m'avaient servis plus tôt avec les cheveux d'Anéon comme arme.

  • Que lui veux-tu ?! le menaçai-je sans plus aucune crainte, les lèvres retroussant en une grimace.
  • Ce serait faux de ne dire que lui, expliqua-t-il sans changer de ton malgré mon arme qui pourrait le blesser. Un autre ira rendre visite à sa charmante amie pour des raisons similaires, mais un peu différentes tout de même.
  • La princesse ?! m'alarmai-je avec de grands yeux inquiets.

Tout dégénérait très vite. Je n'avais pas de raison de le croire, mais si je croyais ce qu'il me disait, la jeune héritière et Anéon, sans oublier Hélios qui était avec ce dernier, étaient en danger immédiat. Je pris vite une décision.

  • Je n'ai pas de temps à perdre avec toi ! décidai-je en prenant le risque de fuir pour rejoindre, en espérant pas trop tard, les deux combattant.

Je n'allais hélas pas très loin.

Je pus à peine m'éloigné d'une cinquantaine de mètres qu'un mystérieux sixième sens, m'avertissant d'un danger mortel, me poussa à me stopper et me courbé mon dos en arrière. Une patte armée de longues et meutrières griffes me rata de peu, et laissa à la place ses cinq marques sur un tronc à la place de ma tête.

Je vis sans comprendre un être se dégager d'une faille, me révélant une effrayante créature qui correspondait parfaitement à celle des rumeurs qui circulaient. Bestiale, de la forme d'un reptile hybridé d'un félin, haute de taille, recouverte de marques ténébreuses qui fumaient, et qui m'emplissait d'une peur absolue.

Elle révéla dans une série de grognement des crocs monstrueux, la bave dégoulinante comme une fuite d'eau jusqu'au sol, sans que ses yeux noirs aux pupilles rouges ne se détachèrent de moi. Je pris rapidement en compte les choix qui s'offraient à moi, ne se limitant finalement qu'à un. Avec seulement une paire de ciseaux qui m'obligeaient à trop m'approcher pour mettre un coup, je ne pouvais espérer prendre l'initiative la première. Mais...

La créature se jeta un grognant dans ma direction avec une patte levée, et je l'esquivais agilement tout en plantant au passage mon arme rudimentaire dans son cou aussi fort que possible, la faisant hurler de douleur et tomber. Je la dépassai en courant avec toute la vélocité qu'une elfe était capable.

Et autant l'idée était mauvaise, je jetai un dernier regard à l'homme mystérieux qui n'avait pas quitté sa place, ne se contentant que de me fixer sans rien tenter. Ce qui n'était pas rassurant du tout. Surtout que la bête que j'avais blessé arracha rageusement les ciseaux et se retourna prestement. Une fois mes yeux de nouveau devant moi, je l'entendis très clairement rugir avec une force ahurissante et entendre sa course folle.

  • Essaie un peu de m'avoir ! la narguai-je en m'enfonçant toujours plus dans le bois, cherchant à la semer

Sans mon arc, je n'avais pas la moindre chance de l'affronter d'égal à égal, mais j'espérai que ses cris pourront faire venir en renfort Anéon et Hélios.

En attendant, je dois faire en sorte de ne pas la laisser m'avoir. Espérons qu'ils n'aient pas de difficulté de leurs côtés.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 7 versions.

Recommandations

ChihuahuaBlack
Shanna Aguanieve est une étudiante totalement dissipée, qui se bat et qui ne porte que peu d'attention à son avenir. Luna est son exact opposée. Bonne élève, elle cherche toujours à en apprendre plus sur la psychologie humaine. Et alors qu'elle arrive au Lycée, son nouveau sujet d'étude est tout trouvé : la fameuse chef des délinquants...
1
0
0
84
Défi
el Sorio 2
un portrait chinois sur moi
5
1
9
1
Défi
Jérôme S

L'extase! L'extase totale! Imaginez vous cela? Je sortais du théatre et la piece "la machine infernale" de Cocteau m'avait ravi le coeur. Celui ci palpitait et battait la chamade.Bien que de nature timide naturellement , j'allais vers n'importe qui dire n'importe quoi! Je me sentais légé comme une plume et je courrais par les rues. "Le pavé du roi!" m'écriais-je et je bondissais comme un lunatique.
N'allez pas croire que je suis fou. Je suis simplement un être comblé.
 Par l'amour! J'allais voir ma promise et rien au monde n'eu pu me rendre plus heureux.
Je toquais a la porte. Je poussais le loquet.
Merde! Elle était entre deux gars qui la draguait ostensiblement. Je fus saisi d'une fureur sans pareil: je soulevais une chaise et la balançais sur les deux types. Ils détalèrent au taquet. Et je fut pris d'un dégout monumental pour cette petite catin .
Je pleurais beaucoup les jours suivants. Mon désespoir s'accrut de jour en jour et je tombais dans une mélancolie profonde comme cette chère Emma Bovary.
Pauvres âmes blessées! ayez pitié seigneur!Mais rien n'y fit.Mes prières étaient vaines.Un matin je pris mon revolver dans le tiroir de mon secrétaire. J'allais en finir .Mon état d'esprit à ce moment fut innéfable,inavouable même!
Japprochais l'arme de ma tempe.
C'était fini.

Jérôme S.....
1
1
0
1

Vous aimez lire Dragon Fire ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0