Une lutte acharnée

5 minutes de lecture

Point de vue d'Anéon :

Je crois y être allé suffisament fort pour le pousser à m'affronter. Et à ses yeux de feu qui me fixèrent lorsqu'il se redressa promptement sur ses pieds par la force de ses bras, son petit discour précédent était manifestement tombé aux oubliettes. Seul un sourire féroce m'était adressé, et je le lui rendai bien.

  • On est bon maintenant ? m'assurai-je en me remettant en position.
  • Tu vas regretter d'avoir laissé passé la chance de ne pas te prendre une raclée, riposta-t-il en baignant son corps dans une Aura proche de la lueur du soleil qui se levait dorénavant.

Et, à moins que je voyais mal, mais son corps semblait dégager une sorte de fumée presque imperceptible.

Maintenant, tout en lui n'était plus que désir de lutte. Tout comme moi. Il avait fait l'erreur de me sous-estimer une seconde fois, et je l'avais prévenu il y a peu de ne pas le faire. Ma petite provocation l'aura sorti de toute prudence à mon égard, et le coup mesuré que je lui avais porté devait l'avoir convaincu de revenir sur son jugement de base.

Je possédai certes des inhibiteurs qui me restreignaient, mais je n'en demeurais pas sans défense. Loin de là.

Hélios, sans me quitter du regard, sembla vouloir passer en premier à l'action. En voyant sa jambe d'appui esquisser un mouvement infime, je pris garde à garder l'emprise de mon Mana. Une juste décision.

L'Alfe prit un élan extraordinaire, et un clignement d'œil plus tard, il était à moins d'un pas en train de lever son épée.

Tout aussi rapide, voire plus, je déviai sa lame du plat de la mienne en l'amenant au bas de ma gauche, puis profitait de l'ouverture qu'il me laissa pour tenter de lui asséner un coup de pied dans son ventre.

C'était sans compter sur son adresse, qui le sauva alors qu'il sauta en arrière pour éviter d'être touché à un poil près. Aucune pause ne suivit, il leva une main et déferla sur ma tête en un éclair une boule de feu que j'évitai, certains de mes cheveux n'eurent pas autant de chance et je senti à la fois mon visage cuire et une odeur de brûlée.

Pas mal, pensai-je en me remettant bien face à lui, le corps prêt pour plonger droit sur lui.

Il me vit évidemment venir, et comme je m'y attendais, il s'écarta pour m'échapper et tenter une riposte. Redoutable, car sa lame vola pour mon épaule exposé, et rencontrer au final mon arme qui força sur le contact.

  • Tu te défends bien en fait, reconnu-t-il avec un nouveau respect et rompre de lui-même pour reculer plus loin. Excuse-moi si je t'ai offusqué en ne souhaitant pas continuer.
  • C'est oublié. Et pardon aussi pour les choses que j'ai dites. Je n'en pensais pas une seule.
  • Je sais... enfin, pas sur le moment, mais j'ai vite compris.

Juste comme ça, une atmosphère plus détendue nous enveloppa. Chacun reconnaissait réciproquement la valeur de l'autre, ce qui était pour le mieux.

  • Allez, souris-je en laissant plus de pouvoir couler, toujours dans mes moyens. On reprend avec plus de sérieux.
  • Je suis bien d'accord, acquiesça-t-il en augmentant lui aussi ses ressources, son corps recouvert d'un air semblable à celui qui entourait le feu.

Vaut mieux pas trop l'approcher maintenant, réfléchis-je en sentant par le vent froid une nouvelle source de chaleur torride venir de lui et l'herbe se noircir suspicieusement.

BIen m'en prit de me méfier. Lorsqu'il me rejoignit, son bras avec l'épée s'enveloppa de flamme jusqu'à la pointe de la lame, et je dus me retrouver à éviter de me faire frire à la fois par la proximité et le laisser me toucher pour finir brûler.

Nous ne cherchions pas à nous blesser sérieusement, mais je ne voulais pas finir avec des cloques accidentelles.

J'avais beau essayé de garder mes distances poiur une bonne riposte, il me talonna de très près pour m'empêcher toutes manœuvres. Vu ainsi, une personne extérieure pourrait croire que je suis en difficulté. Je ne l'étais nullement. Hélios devait peut-être s'en douter, par tous les efforts qu'il mettait pour garder le contrôle, sans doute à cause de ce que j'avais fait tout à l'heure.

Si c'était le cas, il avait bien raison.

Alors, pendant que je pris garde à ne pas le laisser m'atteindre, mon bras gauche libre reccueillis une importante partie de mes pouvoirs, que je condensais au bout de mes doigts. Et une fois que ma réserve personnelle fut prête pour une charge monstre, je me translatai derrière lui comme avant ma première attaque et sautai haut.

Il me repéra vite, mais c'était bien trop tard. Sans lui laisser la moindre chance, je pliai mes doigts pour ne laisser que l'index et le majeur et déferlai une série de petites sphères à l'arrière effilée qui s'abattirent droit sur lui dans des explosions d'éclairs. Chaque déflagration produisait un effet de recul à mon bras, que je remettai vite en direction de ma cible qui ne pouvait que se protéger un mininum, incapable de riposter ou de fuir à cause des flashs aveuglant.

La dernière fois que j'avais fait une chose pareille remontait à loin, et pourtant face à une cible contraignante assez agile comme Hélios, c'était une tactique redoutable.

J'eus le temps d'atterir à bonne distance et souffler un peu avant de sentir mon bras devenir un peu douloureux par l'utilisation continu.

Mon adversaire n'était pas mieux. Tout son corps agenouillé tremblait des étincelles encore vivaces, et j'entendai bien ses gémissements de douleur. Quand il comprit que je n'attaquais plus, il osa ôter ses bras raidis de devant ses yeux, encore méfiant d'une possible salve sournoise.

Enfin, je n'étais pas cruel, et il avait eu sa dose.

  • On fait une pause, le rassurai-je en levant les mains et relâchant ma magie.

Il soupira de soulagement, et se laissa tomber sur le derrière dans un râle, ses mains en arrière pour lui permettre de ne pas tomber.

  • La vache, j'ai cru que c'était cuit, lâcha-t-il avant de revenir sur moi, clairement admiratif. C'est génial cette attaque ! Tu pourrais pas m'apprendre ?
  • Je crois pas que ça marchera pareille, lui signalai-je avec un peu de gêne. C'est une attaque qui ressemble au relâchement d'une sphère, ce que tu peux faire aussi, mais elle est spécialement pour la distance. Contrairement à toi, je manie le Mana, une source d'énergie présente partout. Toi, c'est le feu. Chaque fois que j'attaque ainsi, elle ne s'affaiblira pas, et continuera au contraire de se recharger. Mais sans toi en tant que source d'énergie, tes sphères perdent en puissance. Si tu tentes de faire pareille, les flammes finiront par s'éteindre en chemin, ou perdront en efficacité.
  • Ah, je vois. Je me demandai aussi quel était ton élément. Inhabituel. C'est un peu un pouvoir propre aux Manipulateurs de Mana ?
  • Si on veut.

Nous restâmes ensuite sans rien dire, juste profitant de l'occasion pour récupérer un peu. J'en profitai aussi pour contrôler toute Présence dans les environ, notamment celle d'Onélo'ria. J'en captai quelques unes à proximité, dont celle plus lointaine de l'herboriste en compagnie d'une autre inconnue, mais elle restait sur place. Les bruits de nos luttes ne devaient pas lui parvenir.

  • Je me sens mieux, me signala Hélios qui récupéra son épée qu'il avait laissé à côté. Un troisième tour ?
  • Si tu t'en sens capable, m'amusai-je en me remettant dans l'ambiance immédiate.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 6 versions.

Recommandations

Ange S SecretGarden
Comme tout le monde, j'ai ma propre vision, définition de ce monde qu'est la soumission/domination.

Aujourd'hui, j'ai décidé de vous faire entrer dans mon monde durant une journée entière, afin de vous faire découvrir qui je suis et la vie que je mène.

Je me présente, Taryn, une jeune femme soumise aux désirs sadiques soient-ils de Son Maitre.

Je vous souhaite la bienvenue dans mon univers.
71
87
77
40
Johane
La planète nous explique ce qu'elle ressent face aux actions de l'humanité.
3
1
0
1
Défi
Aloysius May


1 : Le big-bang


L’univers est en perpétuelle expansion. Les galaxies s’éloignent les unes des autres, repoussant toujours plus loin les limites de l’univers. Le temps est linéaire : il est né avec la matière et il semble qu’il ne s’arrêtera jamais. Du moins c’est ce que tout le monde croit sans s’en apercevoir.
Jean-Daniel en tout cas s’en soucie peu : le big-bang, la naissance et l’expansion de l’univers tout ça ne le regarde pas. Tout juste est-ce bon pour les scientifiques et quelques illuminés fans de métaphysique ou de science-fiction.
Il se prépare comme à son habitude pour aller au travail. Il déguste une tartine qu’il plonge dans son café, et il pense à la journée qui l’attend. Aujourd’hui, décide-t-il, il ira à pied. Cela le changera. Il fait beau, il faut en profiter. Il enfile donc sa plus belle chemise puis le pantalon qu’il a repassé la veille, et il sort de chez lui. Sur la route qui le mène à son travail, il rencontre une jeune femme. Il la trouve belle, hésite à lui parler, mais y renonce finalement par timidité, et poursuit son chemin.
Il aide ensuite une vieille dame à traverser la rue. Il éprouve soudain une impression de déjà-vu qu’il ne peut expliquer. Mais alors qu’il est presque arrivé deux choses qu’il n’avait pas prévues se produisent.
Tandis qu’il traverse avec légèreté, la première chose est cette voiture qui perd le contrôle et qui va le percuter, lorsque le second événement se produit : l’univers a terminé son expansion. Le big-bang a pris fin, laissant sa place big- crunch. L’univers se rétracte, et le temps avec lui cesse d’aller de l’avant pour revenir sur ses pas, de ce moment charnière où Jean Daniel allait se faire écraser jusqu’aux origines des temps…


2 : Le big-crunch
Daniel-Jean voit une voiture qui s’éloigne de lui. Il marche à reculons, il veut s’étonner de ce nouveau paradigme temporel mais il n’a pas le temps d’y penser. Il aide la vieille dame à reculer sur le passage clouté. À peine se dit-il, dans un instant de fulgurance, que cette impression de déjà-vu était due à ce mouvement de l’univers, que déjà il a honte de sa timidité. Puis il revoit cette femme dont il sait pertinemment qu’il ne lui adressera pas la parole, et continue de marcher à reculons jusqu’à chez lui. Il enlève d’abord son pantalon puis sa chemise. Le café disparaît devant lui, et de plein qu’il était dans la cafetière il se vide. Il prépare ensuite le café toujours à l’envers puis va se coucher. Sa vie va continuer à défiler de cette manière jusqu’au jour de sa naissance, tandis que l’univers se rétracte inéluctablement jusqu’au moment de son apparition.
3
5
2
2

Vous aimez lire Dragon Fire ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0