Un duel honorable

5 minutes de lecture

Point de vue d'Hélios :

J'avais enfin pu trouver de quoi tuer le temps en me mesurant face à Anéon. Me défouler était la principale raison de lui avoir proposé, surtout en voyant qu'il avait l'air de chercher quoi faire en jugeant ce qui l'entourait.

Mais il y avait aussi le fait que je voulais me mesurer véritablement face à lui. Lors de l'incident dans son Âme, alors que je me tortillais de douleur à ses pieds, il n'avait fait que froncer les sourcils et exprimer avec son corps tendu un malaise. C'était tout. Autant dire que, sur le moment, j'ai été plus que soufflé de son espèce d'immunité face à cette Présence incroyablement oppressante. Ce n'était pas tout. Les inhibiteurs cachés de ses poignets. Protégé par un sort qu'il avait du concocter pour éviter d'attirer l'attention.

Pourquoi ? Mystère. Au moins, il ne marchait pas avec moi. Les sorts de dissimulation, j'en avais vu d'autres. S'il les portait, c'était de toutes évidences pour museler ses pouvoirs. En dépit de leur aspect simple, le sceau qu'ils maintenaient cachait à merveille tout indice pouvant le trahir. Et cela ne pouvait dire qu'une chose : pour essayer de la couvrir, sa puissance magique devait être redoutable. Je me doutais que cela collait avec ce qu'il disait plus tôt, sur sa réticence à user de ses dons. Un événement terrible a dut l'y pousser, et je ne voulais pas le savoir. Le respect de la vie privée était bien une des choses que je comprenais. S'il n'en parlait pas, il y avait une raison.

Et puis là, tout de suite, nous allions nous affronter. C'était pas le moment d'être curieux. Donc, pendant qu'Anéon testait mon arme en la maniant avec des mouvements simples de poignets, je m'échauffais les jambes et les bras tout en surveillant constamment les environs dans la crainte qu'Onélo'ria ne pointe le bout de son nez. J'avais tout à parier que mes oreilles seraient en grand danger si elle débarquait avant ou pendant notre combat. L'elfe avait beau être moins forte que moi, elle restait... intimidante dans une certaine mesure.

Assez pour me pousser à ne pas trop tenter sa fureur... même si parfois je le faisais délibéremment pour voir si la distance et les mois la calmait dans sa manière d'être, chaque fois se soldant par une main vengeresse accrochée à une de mes pauvres oreilles.

Rien que d'y repenser me fit frémir d'angoisse, tiens !

  • Un problème ? demanda après quelques minutes d'inspection Anéon, qui posait sans peur la lame de son arme sur son épaule et une main sur la hanche, visiblement en attente.
  • Rien, juste que je vérifie si Onélo'ria est dans les parages ou non, l'informai-je en jetant une dernière vérifacation des alentours. Elle s'est éloignée pour le moment, assez pour nous laisser placer trois ou quatre assauts.

Anéon sembla lui aussi inspecter environs, puis revint vite vers moi avec un hochement de tête, ainsi qu'une légère mimique que j'identifiai vite à un amusement. Je n'eus cependant pas le temps de lui demander ce qui le rendait ainsi qu'il changea rapidement d'attitude, ses yeux devenant bien plus terne qu'il y a moins de cinq secondes.

  • Allez, on en profite tant qu'elle n'est pas là, m'incita-t-il en s'accroupissant dans une posture de combat basse, le corps plus mis de profil face à moi et la lame pointée vers l'arrière, le dos un peu penché vers l'avant.

Il perd pas de temps, tant mieux, me réjouis-je en prenant à mon tour une pause d'attente.

Contrairement au garçon qui semblait vouloir un échange bref et violent, en accord avec sa volonté de se hâter à passer à l'action, je gardais mon dos plus droit, le pied gauche en arrière et le droit en appuis, bras maniant l'épée tendu perpendiculaire par rapport à moi et ma concentration toute prête.

Mais, avant de laisser le fer se croiser...

  • Heu... Anéon ? Peux-tu ôter tes inhibiteurs avant que nous commencions ? requéris-je à mon adversaire, qui fut incroyablement surpris.
  • Tu peux les voir ?!
  • BIen sûr ! Il faut plus qu'un sort de dissimulation pour me duper ! me vantai-je sans prendre en compte son lourd regard sur ses bracelets.

Alors que je m'attendai à ce qu'il déposa ses gênes, il ne se départit pas de sa position et esquissa à la place un sourire désolé.

  • Pas possible, me répondit-il en secouant la main qui ne tenait pas l'épée. Ils sont accrochés par un sort, je ne peux pas les retirer pour l'instant.
  • Heiiiin ?! Mais c'est pas juste ! protestai-je en quittant mes positions. T'as un sacré désavantage comparé à moi !
  • Pas forcément, dit-il dans la foulée, ses yeux pleins d'une lueur électrique saisissante et de défi. Essaie pour voir.

... Bon. Je sais que c'était pas sympa de penser comme ça, surtout alors qu'il avait l'air assez confiant, mais l'idée de combattre Anéon alors qu'il ne pourrait pas recourir à toute sa force ne me plaisait pas. En tant que dragon, les effets n'avaient pas eu l'air de l'affaiblir... mais comment savoir maintenant qu'ils étaient là ? Non, même indirectement, ce serait tricher ! Et si je m'emportais en me restreignant ? Que je le prenais par surprise et lui causait une mauvaise blessure ? J'étais pas un adorateur des combats au point de m'en prendre à un plus démunis !

  • Écoute... ça me plaît pas, refusai-je en agitant négativement une main, toute envie de combattre envolée.

Ma déclaration fut suivie d'un silence glacial. Anéon fronça des sourcils et, sans que sa lueur ne quitta ses yeux, ces derniers s'assombrirent sensiblement. Inutile de l'avoir côtoyer pour deviner que c'était un indice flagrant de colère.

  • Et pourquoi ? voulu-t-il savoir, un ton calme mais froid malgré tout.
  • Juste... Je peux pas savoir à quel point nous sommes vis-à-vis de la puissance et du maniement physique des armes, tentai-je d'expliquer avec prudence.
  • C'est ça ! cracha-t-il avec fureur, avant qu'une expression narquoise n'emplit son visage. Je crois surtout que c'est parce que tu es une poule mouillée !

Attend... quoi ?

  • Tu... viens de dire quoi ?
  • Tu es juste un trouillard, précisa-t-il en plantant la lame de son arme dans la terre, la tête témoignant une déception amère. J'en reviens pas d'avoir pensé que tu valais quelque chose au combat.

Houlà, c'était vraiement lui qui parlait comme ça sans reconnaissance de ma bonté à lui épargner blessures et humiliations ?! Ce gosse... il me traitait bien de dégonflé ou Onélo'ria m'avait endommagé les oreilles plus ce que je pensais ?

  • J'ai changé d'avis finalement, poursuivit-il en me tournant inconsciemment le dos, alors que mes nerfs à vif me tiraient à rabattre son caquet. Si tu n'as même pas le courage de m'affronter, alors il vaudrait mieux abandonner l'idée de t'emmener. Dommage, ça aura été...

Je ne lui laissai pas le loisir de poursuivre son insulte. Dans un cri de rage, je fonçai sur lui et m'arrêtai juste à niveau pour lui envoyer une frappe du pied droit dans les côtes. Je ne sentis que l'air au moment où j'allais l'atteindre, et vit sa silhouette disparaître dans un flash d'étincelles qui picota légèrement mon pied. Le bruit d'une épée arrachée de terre une demi-seconde après m'empressa de me retourner, seulement pour découvrir Anéon, armé, marqué de tatouages bleus et m'envoyer sans pitié dans le ventre une sphère d'énergie qui me fit rudement rouler par terre.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 13 versions.

Recommandations

Défi
cornelie
En réponse au défi de Chuck Mac Cracker. Conversation vidéo, chapitre 3.
10
52
17
2
Marie Smorta


Une image
J’ai toujours voulu te dire
J’ai toujours voulu
« Tu es semblable au vent, à la tempête
Gouttes de pluie dans tes yeux quand tu te calmes un peu »
Je voulais t’écrire
Ça se bouscule dans ma tête
Ça fait beaucoup de bruit et réveille beaucoup de choses
Tout me dérange
Pourtant
Tu sais, c’est difficile de se dire que les choses continuent d’avancer. C’est difficile de se rendre compte qu’on ne peut pas se souvenir de tout. C’est dérangeant quand on essaye de contrôler ce qui ne peut plus l’être.
C’est triste quand on se rappelle d’avoir vécu

________________________________________________________________________________________________________

Je rapporte tout à l’amour, constamment.
Comme si c’était ce qui importait le plus.
C’est juste que j’ai été profondément blessée, pas que par toi mais aussi de la société.
Ce sont des choses qui arrivent, j’imagine.
Tant de cicatrices qui ne demandent qu’à se rouvrir inlassablement.

Ça fait mal, n’est ce pas ?
3
5
3
1
Défi
Naomie

    "-Ravi de faire votre connaissance, moi c'est Edgard mais vous pouvez m'appeler Ed. Je suis pizzaiolo.

     -Enchantée, moi c'est Jane. Je suis lycéenne."
Wow, y'a un rat dans la pizza de Ed, c'est énorme!

    "-Ahah c'est marrant le rat dans la pizza...mais vous êtes une licorne?!
     -Eh ouais, la classe hein? J'ai une idée géniale...j'ai un bolide-d'enfer-pas-piqué-des-hannetons dans l'avion. Tu veux l'essayer?
Waouh! C'est trop bien toutes ces couleurs, en plus Ed change de couleur et de forme, il est bleu, gros, rouge, c'est trop drôle. Putain! Le top du top.
    "-Comment ton avion est arrivé ici sans faire de bruit, il est trop fort!
     -C'est plutôt nous qui sommes arrivés à côté de l'avion sans faire de bruit. Chut, il risque de se réveiller."
Putain les marches de l'avion sont en guépard. Merde y'en a un qui me regarde, je dis quoi?
    "-Tout ceci n'a aucun rapport avec Gisèle! Demande à Ed, c'est à Christen qu'il faut s'en prendre, c'est elle qui a balancé de l'eau sur le ciel. Je l'ai vue...je l'ai vue de mes propres yeux! Croooois-moooii!"
Ses yeux se sont retournés et de la lumière en sort...on dirait des minis concerts à l'intérieur! C'est vraaaaaiiiiiment troooooop trop bien! Je me sens tellement...bien.
    "-Jane! Viens voir mon bolide-d'enfer-pas-piqué-des-hannetons...
     -Putain!! Elle est trop cool ta balançoire. Je peux faire un tour?
     -Bien-sûr que oui."
Elle est confortable...mais c'est encore le guépard. Il est trop drôle.
Merde! Ca a disparu, Ed, le guépard, l'avion et la balançoire. Et j'ai un de ces mal de tête, c'est horrible.
    "-Elle était puissante, hein? Je t'avais prévenue, aller je te l'offre pour cette fois."
2
1
0
1

Vous aimez lire Dragon Fire ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0