En attendant de reprendre le chemin

5 minutes de lecture

Point de vue d'Anéon :

Je ne fis pas attention à la curiosité sans fin d'Hélios alors qu'Onélo'ria coupait à hauteur d'épaule mes cheveux qui désormais atteignaient sans soucis mes chevilles. À chaque coup franc de ciseaux, des mèches en tombaient sur le sol déjà envahit d'autres des leurs.

Enfin, après un moment à subir ses yeux brillant de questions, je soupirai :

  • Chaque fois que je deviens un dragon, mes cheveux poussent. Je ne comprend pas également, alors ne t'attend pas à un raisonnement venant de moi.
  • Au contraire, je trouve ça extrêmement logique, corrigea Onélo'ria sans interrompre son travail. Tu accumules une grande puissance dans ton autre corps. La transformation a donc des effets secondaires sur celui que tu possèdes. J'ai par exemple entendu parler d'un Mage qui, après s'être transformé en tortue, a conservé un bec qui lui a déformé pendant une semaine entière son visage.
  • Dur, commenta Hélios en s'asseyant sur une pierre. J'étais surtout curieux de ton apparence en général. J'arrive pas encore à me faire à l'idée que quelqu'un comme toi puisse contenir l'Esprit d'un dragon aussi puissant.
  • Tu sais que tu as de la chance que je dois me tenir immobile ? grondai-je en posant un regard mortel à l'Alfe insouciant du sort qui l'aurait attendu dans une autre situation.
  • Eh ! Le prend pas mal, c'est juste que ton apparence est assez trompeuse ! s'agita Hélios avec ses bras levés en signe d'apaisement. Je dis seulement de ne pas se fier à l'impression que tu nous donnes en premier.

Je plissai les yeux de suspicion, puis décidai que cette querelle ne valait pas mon énergie. Onélo'ria, toujours affairée à sa tâche, avait depuis bien progressé et mes cheveux étaient presque tous à la bonne taille.

oOo

Nous avions passé la journée d'hier à parler de la Présence mystérieuse dû à la colère de Léviathan qui nous avait assailli, ainsi que de ma rencontre avec Soraya et des parties importantes de notre discussion.

Hélios et Onélo'ria avaient agi plus calmement que ce que j'avais imaginé au départ, et l'elfe m'avait par la suite proposé de nous préparer pour le voyage, afin de gagner le plus de temps possible. Je possédais une partie de nos économies que nous nous étions au préalable partagé avant que notre groupe se sépare. Ainsi, chacun pouvait emmener le nécessaire pour la suite. Sous cette apparence, je n'avais hélas pas pu, alors Onélo'ria s'en était occupée pour moi en achetant quelques provisions pour que nous pussions tenir jusqu'à Port-Réjouit, principalement de la viande séchée et des racines nourrissantes de sukris*, cultivées exprès pour les voyageurs. L'eau et les fruits étaient facile à trouver, donc il n'y avait pas besoin de s'en préoccuper. Elle avait également acheté deux manteaux saisonniers enchantés pour Soraya et Hélios, qui permettaient au porteur de supporter les températures trop chaude ou froide en échange d'un peu de Mana. Pour moi, c'était complétement inutile. Mes propres habits suffisaient très largement. Des bottes, des gants et un lot de cinq de lampes à cristaux chauffant ainsi que dix élixirs à l'essence de fleur de phénix dilués s'ajoutèrent à tous le reste.

Le tout avait coûté à peu près quatre mille cinq cent argós, une assez grosse somme, mais assez pour acheter un bon bâteau, et ajouter d'autres achats au cas où. Onélo'ria nous avait en plus confié que Jonhatan avait payé malgré tout l'assistance de Soraya durant le peu de jours qu'elle avait travaillé dans la surveillance, ce qui nous arrangeait bien. Ainsi, sur les treize mille argós et des poussières que nous possédions, ils nous en restaient environ neuf mille. Soraya, que je savais économe, ne devrait pas faire de dépenses exorbitantes de son côté.

J'attendais donc leur arrivée afin de continuer le chemin, et il y a moins d'une heure j'avais enfin pu revenir à mon apparence humaine.

oOo

  • Terminé ! m'annonça Onélo'ria en me tapotant l'épaule pour me redresser.
  • Merci beaucoup.

Enfin de retour à la normal, je m'étirai à loisir pour supprimer les derniers signes d'engourdissement de mes membres. Ceux-ci peinaient souvent à se remettre de mes métamorphoses. Chaque fois que j'optais pour une autre apparence, je me trouvais à la fois dans un état spirituel et physique. Un faible lien unissait mon corps d'origine avec le corps que je revêtais, gardant le véritable dans un état proche de celui des Esprits, qui lui permettait d'offrir son énergie à celui qu'il contrôlait. Alors se remettre dans la réalité était assez éprouvant, surtout mentalement. Mais après autant de fois à mon actif, je n'en ressortais qu'avec un tiraillement léger qui disparut en moins de deux.

Une fois d'aplomb, je regardai Onélo'ria qui s'éloignait, les yeux scrutant le sol, pour faire de probables cueillettes en herboriste digne de ce nom, puis Hélios qui était allongé sur le sol avec une moue ennuyée pour s'amuser à faire jaillir de sa paume des petites flammes.

Tiens, le voir faire m'avait donné une bonne idée pour m'occuper !

M'entraîner avec mon épée, surtout que je devais explorer les possibilités qu'elle m'offrait, aurait été bonne idée. Par la grâce des cieux, quand j'avais affronté Hélios, Onélo'ria était parvenue par je ne sais quel moyen de mettre mes affaires à l'abri de notre combat.

Ce fut ma première crainte alors que, la veille, je m'apprêtais à dormir. Le souvenir de mes sacs, depuis oublié, posés dans la caverne, ne fut apaisé que par ma sauveuse qui m'avait dit les avoir mis en sécurité dans un bosquet. Cependant, je n'avais pas eu l'idée de lui demander où exactement. Ni maintenant. Mais je n'avais pas envie de la déranger plus que nécessaire alors qu'elle m'avait aidé il y a peu.

L'autre alternative était de m'entraîner avec mes pouvoirs, à l'image d'Hélios. Hormis avant-hier pour soigner l'Alfe, je les avais peu manipulé. C'était donc l'occasion parfaite de m'y remettre maintenant, surtout que les événements se compliquaient avec une possible confrontation contre Léviathan. Il fallait que je sois au mieux de ma forme dans la possibilité où la rencontre tournerait au désastre. Mes expériences personnelles me poussaient à croire que la dernière arriverait.

Je partis donc de mon côté également, cherchant n'importe quel objet qui pourrait me servir. Ici, à part des arbres et des rochers, ce n'est pas comme s'il y avait réellement beaucoup de choix. Je soupirai un peu face à ce manque flagrant d'options, jusqu'à ce qu'Hélios arriva par ma gauche avec ses épées.

  • Je sais pas pour toi, m'expliqua-t-il en me tendant l'une de ses armes, mais je m'ennuis ferme à ne rien faire. Et je pense que tu ressens la même chose, vu que tu regardes partout. Je t'ai déjà affronté en tant que dragon, montre moi donc ce que tu vaux en homme !

Avec l'épée toujours proposée, je souris face au défis qui m'était proposé et m'emparai de l'arme sans attendre.

*surkris : racine au goût sucré que l'on trouve près des arbres fruitiers.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 7 versions.

Recommandations

Ange S SecretGarden
Comme tout le monde, j'ai ma propre vision, définition de ce monde qu'est la soumission/domination.

Aujourd'hui, j'ai décidé de vous faire entrer dans mon monde durant une journée entière, afin de vous faire découvrir qui je suis et la vie que je mène.

Je me présente, Taryn, une jeune femme soumise aux désirs sadiques soient-ils de Son Maitre.

Je vous souhaite la bienvenue dans mon univers.
71
87
77
40
Johane
La planète nous explique ce qu'elle ressent face aux actions de l'humanité.
3
1
0
1
Défi
Aloysius May


1 : Le big-bang


L’univers est en perpétuelle expansion. Les galaxies s’éloignent les unes des autres, repoussant toujours plus loin les limites de l’univers. Le temps est linéaire : il est né avec la matière et il semble qu’il ne s’arrêtera jamais. Du moins c’est ce que tout le monde croit sans s’en apercevoir.
Jean-Daniel en tout cas s’en soucie peu : le big-bang, la naissance et l’expansion de l’univers tout ça ne le regarde pas. Tout juste est-ce bon pour les scientifiques et quelques illuminés fans de métaphysique ou de science-fiction.
Il se prépare comme à son habitude pour aller au travail. Il déguste une tartine qu’il plonge dans son café, et il pense à la journée qui l’attend. Aujourd’hui, décide-t-il, il ira à pied. Cela le changera. Il fait beau, il faut en profiter. Il enfile donc sa plus belle chemise puis le pantalon qu’il a repassé la veille, et il sort de chez lui. Sur la route qui le mène à son travail, il rencontre une jeune femme. Il la trouve belle, hésite à lui parler, mais y renonce finalement par timidité, et poursuit son chemin.
Il aide ensuite une vieille dame à traverser la rue. Il éprouve soudain une impression de déjà-vu qu’il ne peut expliquer. Mais alors qu’il est presque arrivé deux choses qu’il n’avait pas prévues se produisent.
Tandis qu’il traverse avec légèreté, la première chose est cette voiture qui perd le contrôle et qui va le percuter, lorsque le second événement se produit : l’univers a terminé son expansion. Le big-bang a pris fin, laissant sa place big- crunch. L’univers se rétracte, et le temps avec lui cesse d’aller de l’avant pour revenir sur ses pas, de ce moment charnière où Jean Daniel allait se faire écraser jusqu’aux origines des temps…


2 : Le big-crunch
Daniel-Jean voit une voiture qui s’éloigne de lui. Il marche à reculons, il veut s’étonner de ce nouveau paradigme temporel mais il n’a pas le temps d’y penser. Il aide la vieille dame à reculer sur le passage clouté. À peine se dit-il, dans un instant de fulgurance, que cette impression de déjà-vu était due à ce mouvement de l’univers, que déjà il a honte de sa timidité. Puis il revoit cette femme dont il sait pertinemment qu’il ne lui adressera pas la parole, et continue de marcher à reculons jusqu’à chez lui. Il enlève d’abord son pantalon puis sa chemise. Le café disparaît devant lui, et de plein qu’il était dans la cafetière il se vide. Il prépare ensuite le café toujours à l’envers puis va se coucher. Sa vie va continuer à défiler de cette manière jusqu’au jour de sa naissance, tandis que l’univers se rétracte inéluctablement jusqu’au moment de son apparition.
3
5
2
2

Vous aimez lire Dragon Fire ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0