Apprendre à se connaître, un début de compréhension

6 minutes de lecture

Point de vue d'Hélios :

Une fois un peu rassuré, je me détendis face à cet étranger... bien que je venais de deviner qui il était.

  • Donc... C'est à ça que tu ressembles en réalité ? lui dis-je avec une vague surprise. Drôle, mais vu ta voix mentale que j'entend depuis le début, j'aurais cru parler à un gamin.

C'est ça qui aura été ma première surprise. En entendant parler de lui, j'avais pas du tout été préparé à ce que le dragon s'exprime comme... un jeune garçon qui entrait à peine dans la pré-adolescence. Vu la tête aigrie que m'offrit ce dernier, et ses yeux qui s'assombrirent comme lors de notre combat, remplaçant son lui jovial en moins d'une demi-seconde, je devinai avoir touché une corde sensible. Il siffla de mécontentement et croisa les bras, les yeux fermés.

  • Ici, le sceau temporel ne peut rien. Je peux donc apparaître sans forcément le corps d'un enfant. Alors merci de ne pas me rappeler que j'ai toujours ce désagrément ! Déjà qu'on me le répète quotidiennement... surtout Soraya, marmona-t-il avec bouderie à la fin.

Avoir un tel spectacle me donna presque envie de rire, mais je tins bon malgré tout. Autant il était amusant, je souhaitai un peu savoir à qui j'avais affaire. Son style d'être plutôt amical cachait une facette de lui plus intimidante. Chose que j'avais ressenti lorsqu'il avait préparé le dessin. J'avais devant moi une personne extrêmement forte dans le domaine de la magie, et sa capacité de se métamorphoser en dragon me disait que son Esprit devait être extrêmement puissant. Avant de poursuivre l'option de l'accompagner, j'allais profiter de ma venue ici pour le connaître un peu mieux... et peut-être en apprendre danvantage sur la fameuse Rosa.

Un double-objectif où je devais manœuvrer correctement pour ne pas perdre mes chances... sans oublier des éléments importants.

  • Donc, repris-je en le sortant de sa déprime passagère. En comprenant, c'est bien le vrai toi que je vois ?

Au lieu du "oui" que j'attendai, il eut l'air de réfléchir à la question avec sérieux, le regard un peu perdu. D'accord... vraiment étrange. C'était pourtant pas une question en soit difficile, ni personnelle ! Qu'est-ce qui le chiffonait ?

  • Heu... c'est pas ça ? J'ai dit quelque chose de mal ? s'enquis-je, ne sachant pas trop comment prendre sa réflexion.
  • Va savoir, lâcha-t-il en haussant les épaules. Chaque fois que je m'éveillai dans mon âme, peu importe les années, même quand j'avais réellement douze ans, ou plus jeune encore, j'avais cette apparence. Du moins, lorsque que je restais ici. Dans l'âme d'un autre, ou quand je cherche à y accéder, je rajeunis. Je n'ai jamais compris pourquoi ma projection spirituelle se trouve ainsi.

Je retirai sur-le-champs ma pensée : il n'était pas normal. Enfin, qui n'avait pas une bizarrerie chez lui ? Anéon secoua la tête et reprit une joyeuse expression.

  • Bon, je ne pense pas que tu veuilles parler de mon visage. Je suis sûr que ce n'est pas ça que tu veux savoir.
  • Hé ! Tu m'as eu ! avouai-je, appréciant de plus en plus sa façon d'être. Mais commence en premier. Après tout, tu m'as fait venir ici pour t'assurer que je ne serais pas un ennui pour votre quête !
  • Plus la peine, m'assura-t-il nonchalamment en secouant la tête. Dès que tu as posé le pied sur le symbole, j'ai su tout ce dont j'avais besoin, et tu es plus que le bienvenu parmi nous !

Ses paroles eurent l'effet d'une douche froide sur moi. Il voulait dire quoi par, savoir tout ce dont il avait besoin ? Du genre... fouiller en moi ?

  • Et... tu as vérifié quoi au juste ? me renseignai-je dans un ton bas, à la fois furieux et inquiet de ce qu'il a pu trouver à mon sujet, bien que me maîtrisant assez fortement.
  • Seulement le nécessaire, et un petit aperçu : tu as accepté de nous accompagner pour sortir de ta vie actuelle, tu es assez fort pour les combats et tu n'as pas l'air d'être une personne à se méfier... à part pour les filles.
  • ... Rien d'autres ? insistai-je lourdement, épiant encore plus sa réponse que devant un dangereux adversaire.

C'était très tentant, lorsque l'on fouillait dans les souvenirs, de voir plus qu'en surface. Il n'était pas rare ceux qui mettaient leur nez au-delà des limites respectables. Et je ne tolérerais absolumment pas que l'on enfreigne les miennes ! Surtout un parfait inconnu !

Il n'a pas intérêt à m'avoir menti ! Sinon...

Comprenant sans doute à mon retour que je l'accusais d'avoir vu plus qu'il ne disait, Anéon se renfrogna.

  • Hélios, je ne m'amuserai jamais à espionner la vie des gens ! se défendit-il avec fougue. C'est mal, et tout le monde à ses propres secrets ! Je ne ferais jamais aux autres ce que je ne souhaite pas que l'on me fasse ! Je pourrais même jurer sur ce que tu voudras que je dis la vérité !

J'ouvris de grands yeux devant une réaction aussi intense, presque agressive. Il agissait comme si je l'avais violemment insulté. Mais au moins, j'étais rassuré d'avoir vérifié. Après tout, Onélo'ria m'avait dit qu'Anéon avait ses propres souvenirs cachés.

  • Tant mieux alors, soupirai-je de soulagement. Désolé d'avoir douté, mais... tu comprends ?

À son tour, Anéon accepta mes paroles, puis me fit signe de m'asseoir à même le sol de pavés en commençant le premier par se mettre en tailleur.

  • Bon, poursuivit-il une fois que je fus installé. Tu veux connaître un autre truc à mon sujet ?
  • ... J'ai remarqué que tu manipulais bien le Mana. Je veux dire, tu m'as soufflé un rayon d'énergie complétement fait de ça ! Et quand tu as fait exploser le sol aussi. Et ce que tu as fait tout à l'heure pour m'envoyer ici... es-tu une sorte de Mage ?
  • On peut me voir ainsi, affirma-t-il en regardant la paume de sa main gauche. Même si je ne me suis mis à réutiliser une partie de mes pouvoirs que récemment. J'y vais encore doucement pour me réhabituer.
  • Attend, quoi ?! m'écriai-je, choqué d'entendre une pareille déclaration. Tu as arrêté de pratiquer tes capactés magiques ?!

La magie en nous était une partie de nous-même ! Pourquoi s'être infligé ça ?! Pour moi, je me voyais mal ne pas manipuler mon Mana naturellement, même juste pour peu de jours ! Ce serait exactement pareille que de me séparer d'une part de mon être.

Anéon, devant ma question, s'assombrit brusquement et rentra la tête dans les épaules tout en tournant ses yeux en bas, semblable à une tortue qui se cacherait d'un prédateur. L'air, qui était resté d'une chaleur agréable, se refroidit soudainement, et cette glaciation eut l'air de pénétrer directement l'intérieur de mon corps, même si ce dernier était irréel. La cité devint également moins éclairée, et elle s'assombrit radicalement. Je crus même entendre des bâtiments craquer, tout proches d'ici.

  • J'ai mes raisons, chuchota-t-il, si bas que j'eus du mal à l'entendre. C'est... compliqué.
  • ... Pas grave. Je ne vais pas te forcer à en parler, le rassurai-je en bravant discrètement ce froid désagréable. J'étais juste surpris. De toute façon, c'est pas ce sujet qui m'intéresse !

La tournure des événements le sortit de ses murs, et tout revint à la normale. La chaleur revint, et les ombres quittèrent les environs.

  • Quoi donc ? s'empressa-t-il de demander, avec la hâte de répondre à une autre question.
  • Tu sais, commençai-je avec intérêt, avant de tout à fait décider de partir avec vous, il faut que je sache qui se trouve à mes côtés. Pour me faire une idée de l'ambiance, et mieux vous connaître. Tu vois où je veux en venir ?
  • Oui, pas de problème ! accepta-t-il sans attendre. En gros, quand les autres arriveront, nous serons cinq : Soraya, Titania, Rosa, toi et moi.
  • Et, tu me permets de te demander comment elles ont l'air ? poussai-je. Pour la princesse, j'ai compris qu'elle avait en tête de nous sauver de la destruction. Elle doit donc être extrêmement courageuse, surtout pour être partie de son royaume sans en parler à personne, et au risque que l'on porte un mauvais jugement sur son action.

Je ne complimentais pas à moitié : il y a quelques semaines, en apprenant que les fiançailles qui étaient les sujets de ragôts et de potins, avaient été annulées par sa disparition, je n'avais pu m'empêcher d'imaginer la tête du prince atlante. Toute la cérémonie gâchée et des déplacements inutiles, alors qu'elle aurait coûté des centaines de milliers d'argós selon les journaux. En plus de cela, j'avais entendu des rumeurs que l'on aurait aperçu une jeune fille lui ressemblant à ForgeFer, quand celle-ci fut libérée du sort qui l'avait fait disparaître. Alors, d'une certaine manière, je ne pouvais que saluer un tel courage.

  • Très, confirma Anéon en hochant la tête, une expression douce sur le visage. C'est quelqu'un d'incroyable, et que j'admire profondément.
  • J'imagine. Et l'amie qu'elle devait rejoindre, Rosa ?

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 17 versions.

Recommandations

Défi
cornelie
En réponse au défi de Chuck Mac Cracker. Conversation vidéo, chapitre 3.
10
52
17
2
Marie Smorta


Une image
J’ai toujours voulu te dire
J’ai toujours voulu
« Tu es semblable au vent, à la tempête
Gouttes de pluie dans tes yeux quand tu te calmes un peu »
Je voulais t’écrire
Ça se bouscule dans ma tête
Ça fait beaucoup de bruit et réveille beaucoup de choses
Tout me dérange
Pourtant
Tu sais, c’est difficile de se dire que les choses continuent d’avancer. C’est difficile de se rendre compte qu’on ne peut pas se souvenir de tout. C’est dérangeant quand on essaye de contrôler ce qui ne peut plus l’être.
C’est triste quand on se rappelle d’avoir vécu

________________________________________________________________________________________________________

Je rapporte tout à l’amour, constamment.
Comme si c’était ce qui importait le plus.
C’est juste que j’ai été profondément blessée, pas que par toi mais aussi de la société.
Ce sont des choses qui arrivent, j’imagine.
Tant de cicatrices qui ne demandent qu’à se rouvrir inlassablement.

Ça fait mal, n’est ce pas ?
3
5
3
1
Défi
Naomie

    "-Ravi de faire votre connaissance, moi c'est Edgard mais vous pouvez m'appeler Ed. Je suis pizzaiolo.

     -Enchantée, moi c'est Jane. Je suis lycéenne."
Wow, y'a un rat dans la pizza de Ed, c'est énorme!

    "-Ahah c'est marrant le rat dans la pizza...mais vous êtes une licorne?!
     -Eh ouais, la classe hein? J'ai une idée géniale...j'ai un bolide-d'enfer-pas-piqué-des-hannetons dans l'avion. Tu veux l'essayer?
Waouh! C'est trop bien toutes ces couleurs, en plus Ed change de couleur et de forme, il est bleu, gros, rouge, c'est trop drôle. Putain! Le top du top.
    "-Comment ton avion est arrivé ici sans faire de bruit, il est trop fort!
     -C'est plutôt nous qui sommes arrivés à côté de l'avion sans faire de bruit. Chut, il risque de se réveiller."
Putain les marches de l'avion sont en guépard. Merde y'en a un qui me regarde, je dis quoi?
    "-Tout ceci n'a aucun rapport avec Gisèle! Demande à Ed, c'est à Christen qu'il faut s'en prendre, c'est elle qui a balancé de l'eau sur le ciel. Je l'ai vue...je l'ai vue de mes propres yeux! Croooois-moooii!"
Ses yeux se sont retournés et de la lumière en sort...on dirait des minis concerts à l'intérieur! C'est vraaaaaiiiiiment troooooop trop bien! Je me sens tellement...bien.
    "-Jane! Viens voir mon bolide-d'enfer-pas-piqué-des-hannetons...
     -Putain!! Elle est trop cool ta balançoire. Je peux faire un tour?
     -Bien-sûr que oui."
Elle est confortable...mais c'est encore le guépard. Il est trop drôle.
Merde! Ca a disparu, Ed, le guépard, l'avion et la balançoire. Et j'ai un de ces mal de tête, c'est horrible.
    "-Elle était puissante, hein? Je t'avais prévenue, aller je te l'offre pour cette fois."
2
1
0
1

Vous aimez lire Dragon Fire ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0