Choc de titans

5 minutes de lecture

Point de vue de Soraya :

Titania avait disparu dans la végétation, mais je savais encore où aller. Mon Mana était prêt, ainsi que moi-même.

Il me fallut courir encore un moment, et les cris bestiaux, tout comme l'intensité des attaques, augmentaient à mesure que j'approchais. Il y eut bientôt devant moi les premiers arbres enflammés qui formaient une dangereuse barrière entre moi et mon objectif. L'odeur de la fumée, déjà présente depuis mon arrivée aux alentours, devenait suffocante, à l'instar de la chaleur.

La gorge irritée, je plaquai mon nez dans le manche de ma tunique et invoquai une bulle d'air constante semblable à un puissant tourbillon, mais dans le sens inverse : au lieu d'aspirer, les courants expulsaient. Ainsi, je pus à nouveau respirer convenablement et être à l'abri du plus grand de la chaleur et des flammes qui s'écartaient ou s'éteignaient. Au cas où, j'évitai un maximum de me retrouver sous des branches enflammées qui, en plus d'avoir été fragilisée par les flammes, craquaient et s'arcquaient davantage aux tremblements des monstres déchaînés. Ce mécanisme était une bonne idée en soit, mais le prix était un coup non négligeable dans mes réserves de magie.

Pourtant... l'effort me prit bien moins que ce à quoi je m'attendai. Je pus tenir l'invocation avec un simple essouflement.

Dans tout ce chaos, il m'était difficile de bien me repérer. Aussi, c'était le vacarme de la bataille qui me guidait. Elle m'était audible au-delà du crépitement constant du feu de forêt. Finalement, je pus sortir du rideau de flamme et de brume grise opaque... et vis ainsi ce qui ressemblait le plus à un enfer.

Dans un désorbre d'arbres déracinés, écrasés et brisés rougeoyant du feu et du sang, se trouvait une gigantesque créature de pierre et de mousse, qui rendait le Gueule-de-Fer ridicule en comparaison. Son apparence était celui d'un félin aux pattes d'ours et aux colossales cornes de taureau où se tenait au milieu une gemme jaune orangé lumineuse. Il devait bien mesurer au plus vingt mètres.

Son adversaire, plus petit, était bloqué sous ses pattes qui creusaient des sillons sanglants dans l'armure d'écailles blanches. Il utilisait ses quatres membres, plus deux autres qui battaient frénétiquement, pour tenir à distance la gueule à la mousse carbonisée et encore portante de flammèches qui claquait pour refermer ses crocs gris sur sa gorge.

J'entendis celui à terre émettre un grondement, alors qu'il ouvrit sa mâchoire fumante et déversa un flot de flammes qui firent disparaître la tête de la bête de pierre. En même temps, fort de cette diversion, le reptile utilisa ses pattes arrières pour éjecter hors de lui le monstre hurlant de rage. Une fois libéré, il se retourna et s'éloigna d'un long bond, respirant difficilement et sifflant. Il resta à sa place, légèrement applati tel un chasseur sur-le-point de bondir sur sa proie, sa crête de piques relevée et bruissante pour intimider son ennemi qui tentait de se relever. Je pus ainsi l'admirer tout à ma guise.

Contrairement à Regis, le dragon que je voyai était démuni de la crinière blanche et majestueuse. Il était également moins imposant et musclé. Au lieu des terribles yeux jaunes or, il possédait des yeux bleus flamboyant. Mais, comme lui, son corps blessé et saignant présentait les mêmes lignes et marques bleus. Ses écailles étaient en majorité blanche, puis devenaient progressivement d'un gris argenté au bout de ses ailes qu'il déployait en défis ainsi que sur son plastron à son poitrail.

  • Anéon !!! s'exclama alors Titania qui arriva à son tour plus loin de moi, sa peau pâle rougie couverte de suie et ses cheveux cendrés.

Sa brusque apparition me fit sursauter et détourner des deux bêtes qui se battaient. Son état fatigué et douloureux me fit paniquer, surtout en voyant une partie jaunâtre du bord de ses ailes normalement translucide qui m'alarma.

  • Titania ! Tes...
  • Anéon, nous sommes là ! Tu peux venir !

J'étais au-delà de stupéfaite. Je regardai autour de moi alors que le dragon et le félin de pierre se dévisageaient avec fureur. Mais le garçon n'était nul part.

  • Titania, qu'est-ce que tu racontes ? lui demandai-je.

La jeune fée détourna son attention, concentrée principalement sur le dragon blanc, pour me regarder fermement. Prise d'une intuition, je regardai à mon tour le cracheur de feu, et remarquai que ce dernier, qui venait d'enfin nous voir, alternait entre nous regarder rapidement et se rapprocher lentement de notre position sous les grondements de la bête colossale.

C'est là que la réalisation m'apparut.

  • Lu.. Lui ? m'étranglai-je alors que Titania hochait la tête. Anéon est...

Le monstre de pierre rugit soudainement et rentra sa tête entre ses pattes. Il chargea le dragon qu'était devenu Anéon. Ce dernier l'avait vu venir et se propulsa dans les airs grâce à ses ailes. Il ne resta que brièvement dans cet élément, avant d'atterir lourdement à nos côtés, me faisant reculer par peur. Contrairement à moi, Titania se précipita vers lui, clairement mécontente.

  • Pourquoi un Béhémoth s'en prend à toi ?! Qu'est-ce que tu as fait ?!

Anéon gronda sous sa remontrance alors que la fente de ses yeux s'étrécit, mais il posa sa tête à terre. Au même moment, le Béhémoth se tourna vers nous et se prépara à nouveau à venir, avant que Titania ne leva ses mains devant elle, couverte de son Aura. Alors, des racines surgirent de la terre et s'enroulèrent autour des pattes du Béhémoth, le faisant tomber dans un gémissement avant de s'attaquer à son dos et sa tête. Une fois son immobilisation faite, Titania sauta sur lui et s'asseya sur la base de son cou. Le dragon tourna ensuite sa tête vers moi.

Maintenant, à toi Soraya !

  • Quoi ?! Mais...

Y a pas le temps ! Je t'expliquerais en chemin ! m'exhorta-t-il.

L'urgence de sa voix me débarrassa de ma retenue et de ma méfiance. Je grimpai à mon tour sur lui, essayant de maintenir mon équilibre sur son corps écailleux. Je pris place juste derrière Titania, et attrapai comme elle deux pics sur son cou. Une fois en place, je sentis le corps draconique d'Anéon se baisser, avant que sa poussée pour s'envoler ne me fit presque écraser contre lui.

Il prit vite de l'altitude et de la vitesse, et il nous éloigna vite du gâchis qui avait eut lieu. Le vent violent fouetta mon visage, et le froid n'arrangeait pas les choses. J'eus le plus grand mal à rester accrocher.

  • Vous deux, j'espère que vous pourrez dire ce qui se passe !!! leur intimai-je en hurlant à la fois pour me faire entendre et à cause de mes émotions surmenées.

oOo

Point de vue d'Onélo'ria :

J'avais tout vu de loin, à l'abri du moindre danger. Je n'en croyai pas mes yeux mais, une fois que le dragon prit son envol, je sautai d'arbre en arbre pour continuer à les voir et ne pas me laisser distancer.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 11 versions.

Recommandations

Défi
cornelie
En réponse au défi de Chuck Mac Cracker. Conversation vidéo, chapitre 3.
10
52
17
2
Marie Smorta


Une image
J’ai toujours voulu te dire
J’ai toujours voulu
« Tu es semblable au vent, à la tempête
Gouttes de pluie dans tes yeux quand tu te calmes un peu »
Je voulais t’écrire
Ça se bouscule dans ma tête
Ça fait beaucoup de bruit et réveille beaucoup de choses
Tout me dérange
Pourtant
Tu sais, c’est difficile de se dire que les choses continuent d’avancer. C’est difficile de se rendre compte qu’on ne peut pas se souvenir de tout. C’est dérangeant quand on essaye de contrôler ce qui ne peut plus l’être.
C’est triste quand on se rappelle d’avoir vécu

________________________________________________________________________________________________________

Je rapporte tout à l’amour, constamment.
Comme si c’était ce qui importait le plus.
C’est juste que j’ai été profondément blessée, pas que par toi mais aussi de la société.
Ce sont des choses qui arrivent, j’imagine.
Tant de cicatrices qui ne demandent qu’à se rouvrir inlassablement.

Ça fait mal, n’est ce pas ?
3
5
3
1
Défi
Naomie

    "-Ravi de faire votre connaissance, moi c'est Edgard mais vous pouvez m'appeler Ed. Je suis pizzaiolo.

     -Enchantée, moi c'est Jane. Je suis lycéenne."
Wow, y'a un rat dans la pizza de Ed, c'est énorme!

    "-Ahah c'est marrant le rat dans la pizza...mais vous êtes une licorne?!
     -Eh ouais, la classe hein? J'ai une idée géniale...j'ai un bolide-d'enfer-pas-piqué-des-hannetons dans l'avion. Tu veux l'essayer?
Waouh! C'est trop bien toutes ces couleurs, en plus Ed change de couleur et de forme, il est bleu, gros, rouge, c'est trop drôle. Putain! Le top du top.
    "-Comment ton avion est arrivé ici sans faire de bruit, il est trop fort!
     -C'est plutôt nous qui sommes arrivés à côté de l'avion sans faire de bruit. Chut, il risque de se réveiller."
Putain les marches de l'avion sont en guépard. Merde y'en a un qui me regarde, je dis quoi?
    "-Tout ceci n'a aucun rapport avec Gisèle! Demande à Ed, c'est à Christen qu'il faut s'en prendre, c'est elle qui a balancé de l'eau sur le ciel. Je l'ai vue...je l'ai vue de mes propres yeux! Croooois-moooii!"
Ses yeux se sont retournés et de la lumière en sort...on dirait des minis concerts à l'intérieur! C'est vraaaaaiiiiiment troooooop trop bien! Je me sens tellement...bien.
    "-Jane! Viens voir mon bolide-d'enfer-pas-piqué-des-hannetons...
     -Putain!! Elle est trop cool ta balançoire. Je peux faire un tour?
     -Bien-sûr que oui."
Elle est confortable...mais c'est encore le guépard. Il est trop drôle.
Merde! Ca a disparu, Ed, le guépard, l'avion et la balançoire. Et j'ai un de ces mal de tête, c'est horrible.
    "-Elle était puissante, hein? Je t'avais prévenue, aller je te l'offre pour cette fois."
2
1
0
1

Vous aimez lire Dragon Fire ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0