Escapade

6 minutes de lecture

Point de vue d'Anéon :

  • Anéon, réfléchis mieux, tu vas tout de même pas partir comme ça !

J'ignorai obstinément ce que Titania me répétait depuis la mi-journée. Je n'avais pas envie de revenir sur ma décision : je ne me sentai pas encore prêt pour le dire à Soraya. Une nouvelle fois, caché derrière des tonneaux, je vérifiai qu'il n'y avait personne. À cette heure de la nuit, cela aurait été étonnant, mais pas improbable. Moi, par exemple, avait attendu jusqu'à maintenant avant de m'apprêter à quitter le village.

J'avais patienté toute la soirée l'occasion que Kristof soit s'occuper, et le moment se présenta quand un armurier s'était coupé en aiguisant une épée. Plus rien ne me retenait ici. Sauf Titania.

Cette dernière, après mon mutisme soutenu pour lui faire comprendre ma résolution, se posa avec abattement sur le sol, les ailes pendantes.

  • Je ne te comprend pas. Pourquoi refuser de lui en parler ? Qu'est-ce qui te retient ?

Pour la première fois, en la voyant ainsi, je me sentis misérable. Je m'accroupissai et posai le bout de mes doigts sur ses cheveux.

  • C'est juste trop tôt, soupirai-je. Comprend-moi.
  • Oui... mais je trouve ça injuste pour Soraya. Elle n'a pas hésité à te confier l'un de ses secrets, qui la met en danger elle et sa famille. Ce serait honorable de t'ouvrir aussi à ce sujet. Que risques-tu réellement ? Peut-être de la surprise, certe, mais rien de dramatique.

Je restai silencieux, plongé dans ma réfléxion. Les mots de Titania commençaient à briser ma détermination. Et le manque de confiance que j'éprouvai envers la princesse me dégoûtait de plus en plus, au point d'en devenir insupportable. Après tout...

  • Voilà ce que l'on va faire, craquai-je. Si elle est toujours réveillée, tu diras à Soraya que je suis parti vérifier les alentours de la présence de monstres.
  • Et alors ?
  • Je serai dans la forêt, là-bas, lui indiquai-je en pointant le nord-ouest, où était un gigantesque chêne. Vers le plus grand arbre que tu vois.
  • Elle pourra donc te voir ?
  • Ça dépendra d'elle, lui dis-je en me relevant. Seulement, ne l'y oblige pas, et soit la plus naturelle possible. Ne laisse pas tes émotions indiquer le contraire. De toute façon, si elle ne vient pas ce soir, je le lui montrerai pour la prochaine fois.

Cette fois, Titania ne répliqua pas. Elle montra son accord d'un signe de tête, puis vola jusqu'à mon cou où elle me serra fort dans ses petits bras.

  • À bientôt, et j'espère à tout à l'heure. Prend bien soin de toi.
  • Bien sûr, lui souris-je en rendant délicatement son câlin.
  • Ne soit pas comme d'habitude.
  • Hé ! protestai-je.

Jovialement, elle s'éloigna dans un rire avant de s'éclipser, dans l'altenative de rejoindre Soraya. Je ne perdis pas plus de temps, et pris le chemin que j'avais indiqué à Titania. J'étais désormais nerveux par la possible rencontre avec la Protégée, mais je n'éprouvai plus de remords en sachant avoir pris une meilleure décision.

Nous verrons bien.

oOo

Point de vue de Soraya :

Je me tournai sans but dans mon lit, exaspérée par l'insomnie persistante qui m'assaillait depuis hier. Mon état m'était pourtant familier : je ne dormais jamais durant le Firmament. Les prêtresses de notre royaume qui vivaient au château m'avait confié que les Protégés, tout comme les Manipulateurs, étaient sujet à ce genre de chose. Et plus notre Maîtrise et notre Sensibilité étaient importantes, plus le débordement d'énergie l'était. Dans moins de deux heures, mes pouvoirs atteindront leur paroxysme, et ne redescendront qu'à la fin de l'afflux de Mana dans notre monde.

Résolue à ça, je tâtai ma pierre de jade toujours pendante à mon cou. Ce qui était drôle, c'était qu'elle aussi allait subir un changement, qui me fascinait depuis petite. Car aussi longtemps que durera le Firmament, elle se mettra à étinceller d'une magnifique couleur verte. Le cas était similaire quand elle était proche d'une grande source de Mana. J'avais hâte de la montrer à Anéon et Titania. Connaissant le premier, il sera très surpris et curieux de me voir la porter. Normalement, le cadeau de ma mère était protégé par un charme qui le rendait invisible à quiconque n'ayant pas eu vent de son existence. Seule Rosa, ainsi que mon père, pouvaient le voir. J'ignorai la raison d'un tel enchantement, mais j'avais toujours le pressentiment que c'était important. J'avais donc caché sa présence à toute personne inconnue, même proche, et ne l'avait jamais montré par précaution.

Il était normal que mon père soit au courant de sa présence, et Rosa l'avait découvert le même jour que ma mère me l'avait offert. Aucun autre qu'eux ne le savait.

Honnêtement, je ne savais pas ce qui me poussait à la montrer à mes deux compagnons, que je connaissai depuis à peine un mois, mais j'en ressentai la nécessité. De plus, lorsque l'idée m'était venue, ma marque s'était mise à chauffer, ce qui m'en avait convaincu. Leur faire savoir ce que j'avais en ma possession était important pour le bien de notre quête.

  • Soraya, tu dors ? m'appela alors la petite voix de Titania près de la fenêtre à droite toute proche de moi.

Je tournai la tête pour voir la nouvelle arrivante et lui fis un signe amical de bienvenu.

  • Bonsoir. Toi non plus, tu n'arrives pas à dormir ?
  • Oui. Pareille aussi de ton côté à ce que je vois.

Bizarrement, bien que souriante, Titania me semblai un peu tendue. Je fronçai les sourcils à ça et me redressai sur mes coudes, prise d'un doute.

  • Titania, il y a un soucis ? la questionnai-je avec suspicion.

Le léger sursaut que je surpris d'elle confirma ce que je pensai.

  • Ne t'en fait pas, ce n'est pas grave, essaya-t-elle de me calmer. C'est juste qu'Anéon...

oOo

  • Mais quel imbécile !!! fulminai-je en voyant la caravane de Kristof vide de sa présence, et surtout en remarquant que Vesingrí était dissimulée maladroitement sous son lit. Dire qu'il s'était calmé ces derniers jours sur la prise de risques ! Et dès que je relâche ma vigilance, il recommence sur un tout autre niveau !
  • Calme toi, plaida Titania alors que je m'abaissai pour récupérer précipitemment son épée et partir en courant pour quitter le village endormi des Alezans. Il a déjà vécu plusieurs Firmaments auparavant sans protections ! Il ne court aucun risque !
  • Là n'est pas le question, Titania ! répliquai-je en m'engageant hors de la périphérie protectrice du village. Cette forêt-là est toute proche de celle des elfes ! Des animaux de leur contrée peuvent parvenir jusqu'ici, et tu sais à quel point les créatures elfiques sont redoutables ! Ce n'est pas pour rien que ce village doit être protégé ! Sans compter que le Firmament est dans peu de temps !

Après cette tirade, je couru rejoindre l'arbre que Titania m'avait dit où se trouvait Anéon, à la fois furieuse et morte d'inquiétude.

oOo

Point de vue d'Onélo'ria :

Plus loin, à l'ombre d'un des piliers protecteurs, je vis Soraya se précipiter à la hâte vers la forêt qui avoisinait celle de mon peuple. Je n'en revenai pas qu'elle venait de prendre un risque pareil ! Autant je désirai en apprendre plus à leur sujet, elle restait la princesse héritière d'un puissant royaume. Il ne fallait en aucun cas que quelque chose de mal lui arrive alors qu'elle se trouvait sous notre garde ! Je serrai fort dans ma main le bois de mon arc.

Une fois que les deux jeunes filles prirent suffisament d'avance, je partis à leur poursuite, silencieuse et rapide.

J'avais laissé en prévision une indication à Johnatan pour lui signaler que Anéon, qui avait également disparu, Titania, Soraya, en prenant soin de ne pas mettre son véritable nom, ainsi que moi, étions partis nous assurer qu'aucun danger ne parvienne jusqu'ici. Je pouvais donc les suivre tout à ma guise, le temps d'enfin savoir la vérité.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 14 versions.

Recommandations

Ange S SecretGarden
Comme tout le monde, j'ai ma propre vision, définition de ce monde qu'est la soumission/domination.

Aujourd'hui, j'ai décidé de vous faire entrer dans mon monde durant une journée entière, afin de vous faire découvrir qui je suis et la vie que je mène.

Je me présente, Taryn, une jeune femme soumise aux désirs sadiques soient-ils de Son Maitre.

Je vous souhaite la bienvenue dans mon univers.
71
87
77
40
Johane
La planète nous explique ce qu'elle ressent face aux actions de l'humanité.
3
1
0
1
Défi
Aloysius May


1 : Le big-bang


L’univers est en perpétuelle expansion. Les galaxies s’éloignent les unes des autres, repoussant toujours plus loin les limites de l’univers. Le temps est linéaire : il est né avec la matière et il semble qu’il ne s’arrêtera jamais. Du moins c’est ce que tout le monde croit sans s’en apercevoir.
Jean-Daniel en tout cas s’en soucie peu : le big-bang, la naissance et l’expansion de l’univers tout ça ne le regarde pas. Tout juste est-ce bon pour les scientifiques et quelques illuminés fans de métaphysique ou de science-fiction.
Il se prépare comme à son habitude pour aller au travail. Il déguste une tartine qu’il plonge dans son café, et il pense à la journée qui l’attend. Aujourd’hui, décide-t-il, il ira à pied. Cela le changera. Il fait beau, il faut en profiter. Il enfile donc sa plus belle chemise puis le pantalon qu’il a repassé la veille, et il sort de chez lui. Sur la route qui le mène à son travail, il rencontre une jeune femme. Il la trouve belle, hésite à lui parler, mais y renonce finalement par timidité, et poursuit son chemin.
Il aide ensuite une vieille dame à traverser la rue. Il éprouve soudain une impression de déjà-vu qu’il ne peut expliquer. Mais alors qu’il est presque arrivé deux choses qu’il n’avait pas prévues se produisent.
Tandis qu’il traverse avec légèreté, la première chose est cette voiture qui perd le contrôle et qui va le percuter, lorsque le second événement se produit : l’univers a terminé son expansion. Le big-bang a pris fin, laissant sa place big- crunch. L’univers se rétracte, et le temps avec lui cesse d’aller de l’avant pour revenir sur ses pas, de ce moment charnière où Jean Daniel allait se faire écraser jusqu’aux origines des temps…


2 : Le big-crunch
Daniel-Jean voit une voiture qui s’éloigne de lui. Il marche à reculons, il veut s’étonner de ce nouveau paradigme temporel mais il n’a pas le temps d’y penser. Il aide la vieille dame à reculer sur le passage clouté. À peine se dit-il, dans un instant de fulgurance, que cette impression de déjà-vu était due à ce mouvement de l’univers, que déjà il a honte de sa timidité. Puis il revoit cette femme dont il sait pertinemment qu’il ne lui adressera pas la parole, et continue de marcher à reculons jusqu’à chez lui. Il enlève d’abord son pantalon puis sa chemise. Le café disparaît devant lui, et de plein qu’il était dans la cafetière il se vide. Il prépare ensuite le café toujours à l’envers puis va se coucher. Sa vie va continuer à défiler de cette manière jusqu’au jour de sa naissance, tandis que l’univers se rétracte inéluctablement jusqu’au moment de son apparition.
3
5
2
2

Vous aimez lire Dragon Fire ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0