Rappel du temps

5 minutes de lecture

Point de vue d'Anéon :

Nous finîmes par arriver au campement environ une demi-heure après. Visiblement, à en juger par le silence et le bois du feu réduit en cendres fumantes, les marchands étaient tous retournés dormir. J'entendis clairement Soraya soupirer à cette vue, comme si elle était rassurée.

  • Finalement, ils ne se sont pas fait de soucis.
  • Pas tout à fait, la corrigeai-je en m'arrêtant juste à côté d'elle. Je leur ai tout simplement dit que je me débrouillerai seul pour te retrouver.
  • Confiant, mais tu as réussi.
  • Oui, mais ne pars plus sans prévenir dorénavant ! la grondai-je en fronçant les sourcils, décidant pour une fois d'être le responsable. Tu es la plus en danger Soraya. Souviens-toi de tes poursuivants, en plus des monstres qui doivent rôder dans le coin !
  • Promis, me rassura-t-elle avec une expression désolée tout en frottant affectueusement mes cheveux. Je ne tenais plus en place depuis quelques jours. J'avais besoin de manifester un peu mes pouvoirs. La prochaine fois, je resterai près d'ici.
  • Il vaut mieux, bougonnai-je, mais en souriant un peu. Ah ! Maintenant que j'y pense, tu n'as pas eu à manger. Attends un peu...

Je fouillai une minute dans les poches de ma veste rouge puis, avec un petit cri de victoire, je ressorti une belle pomme rouge que je tendis à la jeune fille.

  • Tiens, je l'ai prise au cas où.
  • Merci. Bonne nuit à toi, me salua-t-elle en partant en direction de la caravane de Onélo'ria, sans perdre de temps pour croquer dans le fruit durant le chemin.

Je la regardai partir jusqu'au bout, puis levai la main lorsqu'elle me regarda une dernière fois avant d'entrer. Une fois qu'elle fut partie, j'abaissai mon bras et perdis mon expression joyeuse pour une autre plus pensive. Je levai mes yeux vers le ciel étoilé, et contemplai le croissant de lune qui partait pour sa moitié. Et, dans moins d'une semaine, viendrait ce que je redoutai d'arriver durant ce voyage. Il m'était un peu sorti de la tête, mais la phrase de Soraya me rappela à l'ordre.

Je ne tenais plus en place depuis quelques jours.

Moi aussi, bien que d'une autre façon qui m'avait un peu empêché de trouver le sommeil en plus de souhaiter veiller Soraya. Mais, dans mon cas, c'était plus problématique. Il me fallait réfléchir à comment procéder pour éviter la méprise qui pourrait se révéler dans le pire des cas désastreux. Je soupirai un peu : quelle galère !

  • Anéon ! m'appela Titania qui apparement m'attendait et me rejoignit. Tu as retrouvé Soraya ?
  • Oui. Elle dansait avec des Esprits sylvestres, lui expliquai-je alors qu'elle hocha la tête avec compréhension.
  • Je comprend mieux son retard maintenant. On peut perdre vite la notion du temps et des priorités avec eux.

J'acquiesçai sans un mot, puis décidai de partir me coucher à mon tour. J'avais beau avoir dormi toute la journée, je souhaitai un minimum récupérer ce que j'avais perdu durant les derniers jours.

  • Et pour toi ? Que feras-tu lors du Firmament ?

Cette phrase me stoppa net. Je ne lui répondis pas, car je n'en savais rien. J'ignorai quoi faire quand cela viendra. Elle insista :

  • Vas-tu le dire à Soraya ? Ce serait le mieux à faire, non ?

Je ne lui répondis toujours rien, et Titania respecta malgré tout ma décision de rester silencieux. Je laissais traîner la réponse, jusqu'à ce que je lâchai en soupirant à nouveau :

  • Et comment veux-tu que je fasse ? Ce n'est pas aussi facile à faire. Je ne sais pas si je suis encore prêt.

Sans m'en rendre compte, j'avais serré à m'en faire saigner les poings. Ce n'est que lorsque je senti la légère douleur que je les desserai. Je secouai la tête pour évacuer la tension qui m'avait submergé, sans savoir quoi faire.

  • Je déciderai quoi faire plus tard. Mais une chose est sûre, je devrais partir avant. Pas maintenant, repris-je alors que je vis Titania sur le point de parler. La veille. J'ai encore assez de temps pour prendre ma décision.

La jeune fée ne dit rien, pourtant je sentis son net désaccord avec mon hésitation. Nous restâmes dans un silence inconfortable, jusqu'à ce que Titania reprit son envol.

  • Je pars dormir. Je te conseillerai de prendre la meilleure décision, et que tu ne la regretteras pas.

Elle fila ensuite sans un mot de plus. De ma position inchangée, je continuai à regarder dans le vide. Son empressement à ce que je me décide me contrariait un peu, mais il était justifié. Dans un sens, je savais que je pouvais faire confiance à Soraya si je lui disai ce qui m'arrivera durant le Firmament. Que c'était idiot de douter d'elle ainsi. Mais... j'avais aussi peur. Avant, le lui dire ne m'aurait pas autant déranger. Cependant, à mesure que les jours passaient, je m'étais énormément attaché à elle. Tout comme Titania, Soraya se révélait être quelqu'un de très important pour moi. Et ce soir, j'avais été si heureux en l'entendant me remercier, et me dire que j'étais une personne incroyable. Si, après lui avoir dit, elle me regardait autrement, comme les habitants de Graroc...

Parfois, je regrette ce Pacte de Sang, me dis-je avec amertume avant d'enfin bouger et rentrer dans ma caravane, où Kristof dormait déjà à forts ronflements.

oOo

Point de vue d'Onélo'ria :

J'avais épié derrière une caravane proche toutes leurs discussions. Celle de Maria... ou plutôt Soraya, ainsi que celle de Titania.

Dire que je revenai par hasard de ma cueuillette d'herbe, pour entendre en revenant des choses pareilles ! Ils avaient donc caché le véritable nom de cette jeune humaine, que je liai sur-le-champs à la princesse des Royaumes de l'Est, dont la disparition avait alarmé tout Lyrhune. Et j'entendai qu'elle était poursuivit par des ravisseurs ! Depuis leur arrivée ici, je sentai quelque chose d'étrange à leur sujet. Mon instinct ne m'avait visiblement pas trompé.

Et, alors que je pensais avoir tout entendu, voilà qu'Anéon et Titania discutaient sans que je ne le prévoie du Firmament. L'événement mystérieux où une importante quantité de Mana parcourait tout Lyrhune et illuminait la voût céleste pendant trois journées entières de puissantes vagues d'énergie. Cela fascinait depuis des siècles d'innombrables gens et érudits qui essayaient d'en comprendre la nature et la signification. Pourtant, ils ne semblaient pas parler de ces illuminations célestes. Mais plutôt de quelque chose qu'y se passait pour Anéon. Visiblement, cela le mettait mal à l'aise d'en parler. Et la nervosité dans ses paroles me laissaient suggérer que cela devait être incroyablement compromettant et inévitable pour lui.

Quand je fus certaine qu'il n'y eut plus personne à l'extérieur, je partis rejoindre ma caravane, pleine d'interrogations, mais aussi d'une ferme résolution.

  • Je découvrirais ce qu'ils cachent... surtout Anéon, me promis-je.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 15 versions.

Recommandations

Défi
cornelie
En réponse au défi de Chuck Mac Cracker. Conversation vidéo, chapitre 3.
10
52
17
2
Marie Smorta


Une image
J’ai toujours voulu te dire
J’ai toujours voulu
« Tu es semblable au vent, à la tempête
Gouttes de pluie dans tes yeux quand tu te calmes un peu »
Je voulais t’écrire
Ça se bouscule dans ma tête
Ça fait beaucoup de bruit et réveille beaucoup de choses
Tout me dérange
Pourtant
Tu sais, c’est difficile de se dire que les choses continuent d’avancer. C’est difficile de se rendre compte qu’on ne peut pas se souvenir de tout. C’est dérangeant quand on essaye de contrôler ce qui ne peut plus l’être.
C’est triste quand on se rappelle d’avoir vécu

________________________________________________________________________________________________________

Je rapporte tout à l’amour, constamment.
Comme si c’était ce qui importait le plus.
C’est juste que j’ai été profondément blessée, pas que par toi mais aussi de la société.
Ce sont des choses qui arrivent, j’imagine.
Tant de cicatrices qui ne demandent qu’à se rouvrir inlassablement.

Ça fait mal, n’est ce pas ?
3
5
3
1
Défi
Naomie

    "-Ravi de faire votre connaissance, moi c'est Edgard mais vous pouvez m'appeler Ed. Je suis pizzaiolo.

     -Enchantée, moi c'est Jane. Je suis lycéenne."
Wow, y'a un rat dans la pizza de Ed, c'est énorme!

    "-Ahah c'est marrant le rat dans la pizza...mais vous êtes une licorne?!
     -Eh ouais, la classe hein? J'ai une idée géniale...j'ai un bolide-d'enfer-pas-piqué-des-hannetons dans l'avion. Tu veux l'essayer?
Waouh! C'est trop bien toutes ces couleurs, en plus Ed change de couleur et de forme, il est bleu, gros, rouge, c'est trop drôle. Putain! Le top du top.
    "-Comment ton avion est arrivé ici sans faire de bruit, il est trop fort!
     -C'est plutôt nous qui sommes arrivés à côté de l'avion sans faire de bruit. Chut, il risque de se réveiller."
Putain les marches de l'avion sont en guépard. Merde y'en a un qui me regarde, je dis quoi?
    "-Tout ceci n'a aucun rapport avec Gisèle! Demande à Ed, c'est à Christen qu'il faut s'en prendre, c'est elle qui a balancé de l'eau sur le ciel. Je l'ai vue...je l'ai vue de mes propres yeux! Croooois-moooii!"
Ses yeux se sont retournés et de la lumière en sort...on dirait des minis concerts à l'intérieur! C'est vraaaaaiiiiiment troooooop trop bien! Je me sens tellement...bien.
    "-Jane! Viens voir mon bolide-d'enfer-pas-piqué-des-hannetons...
     -Putain!! Elle est trop cool ta balançoire. Je peux faire un tour?
     -Bien-sûr que oui."
Elle est confortable...mais c'est encore le guépard. Il est trop drôle.
Merde! Ca a disparu, Ed, le guépard, l'avion et la balançoire. Et j'ai un de ces mal de tête, c'est horrible.
    "-Elle était puissante, hein? Je t'avais prévenue, aller je te l'offre pour cette fois."
2
1
0
1

Vous aimez lire Dragon Fire ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0