Rencontre dans les cieux

6 minutes de lecture

Point de vue de Lyrhana :

Depuis maintenant une journée, je volai en compagnie de Joshua qui veillait au moindre signe de manifestation de Déchu. Nous nous aventurions depuis moins d'une heure dans un domaine aux cieux irisés de couleurs à nul autre pareil que je connaissais bien : la Limite. Un lieu si magnifique, et pourtant si proche du royaume des Ténèbres. Je voyai devant moi la faille familière en forme de croissant de lune qui formait la porte entre les deux mondes, et qui permettaient à ceux ayant vent de son existence de passer d'un plan à l'autre sans risque.

Le fait que je veuille la franchir venait d'une décision que j'avas prise il y a peu : je tenais depuis quelques temps déjà à revoir Ombouros, le Haut Gardien des Ténèbres et dieu de l'obscurité. Fort heureusement, ce dernier devait avoir eu la même idée.

Il m'avait envoyé il y a maintenant trois jours une missive, où il demandait à ce que je vienne lui rendre visite au plus vite dans son palais. J'ai eu néanmoins quelques difficultés à partir de mon temple céleste : les conseillers et mes gardes insistaient à envoyer un autre pour cette rencontre, surtout au vue de mon état de faiblesse. Les arguments furent rudes, mais je parvins tout de même à les apaiser en acceptant Joshua comme garde.

Bien que je trouvais cela inutile, je n'ignorai pas les dangers de ma décision. Non pas des monstres qui y habitaient, mais par le déséquilibre que nous pourrions engendrer si nous ne veillons pas sur le royaume de la Lumière. C'était cependant un mal nécessaire.

Finalement, nous franchîmes la porte dimensionelle, et le monde changea du tout au tout. L'air froid, dénué de chaleur, cingla mon visage, et une tension habituelle à chacun de mes passages dans ces lieux m'étreigna. Sans attendre, je pivotai mes ailes de lumière, de sorte de plonger dans les nuages pourpres qui baignaient dans l'éternelle ciel crépusculaire dénué d'astre solaire, Joshua juste derrière moi.

Au bout de quelques minutes, nous perçâmes les nuages et volâmes au-dessus d'un immense océan qui réfléchissait les nuances qui le surplombait. Plus loin sur notre gauche, je vis planer avec grâce la silhouette de grands becs d'acier*. Et devant nous, je vis ce que je cherchais : un palais construit sur une île volante.

Comme à chacune de mes visites, j'étais toujours ébahie par la beauté des lieux : les quatres tours qui entouraient l'habitat étaient embellies par des cristaux luminescents, et éclairaient grâce à eux continuellement d'une belle lumière jaune les environs, comme si des pépites d'or étaient sous un soleil invisible. Les balustrades, peintes d'un beau blanc nacré, s'illuminaient à cette lueur pour la renvoyer comme la neige dans les montagnes.

Nous atteignîmes bien vite ce bout de terre lévitant paresseusement sur l'eau, et Joshua le premier se posa sur l'île recouverte intégralement de cristaux de Mana* qui formaient une barrière de protection et avertissait le résident d'une visite. Et je pouvais constater que nous étions attendus. Je me posai à mon tour, puis ôtai de mon dos dans un éclat mes ailes, et patientai calmement que l'on nous invite à aller plus loin.

La personne d'apparence jeune qui se trouvait à moins de dix pas de nous était une vampire, reconnaissable à sa peau de craie et ses oreilles pointues. Elle était vêtue d'une magnifique robe de soie, possédait de longs cheveux roux et des hypnotisants yeux verts. Tout son être respirait dignité et noblesse, ce qui prouvait la présence de ses nombreux tatouages bleus, caractéristiques des courants actifs de Mana qui parcouraient son corps. Je ne m'en inquiétai pas. Dans ce monde, ainsi que dans celui que je veillais, il arrivait que les nobles et les puissants laissent en permanente visibilité ces signes d'une grande maîtrise de pouvoir, afin d'afficher leur supériorité et leur rang.

Lorsque nous nous approchions d'elle, la vampire chargée de nous accueillir s'inclina respectueusement devant nous, d'abord vers moi, puis vers Joshua.

  • Bienvenue Haute Gardienne de la Lumière. Maître Ombouros vous attend dans sa demeure.

Je la remeciai d'un hochement de tête, puis je me tournai vers mon gardien qui attendait sans mots mes prochains ordres.

  • Tu peux désormais attendre ici. Je reviendrai sous peu.
  • J'attendrai, m'assura-t-il en s'inclinant.

J'avançai ainsi en compagnie de la vampire jusqu'à l'entrée du château, recouverte par un immense miroir qui la recouvrait complément. Ma guide envoyée par l'hôte de cette demeure se tint de côté et me fit signe de la main de poursuivre seule. Un autre que moi aurait été surpris de passer par là, mais je continuai sans ralentir un instant. Et au moment où je fis mon dernier pas, je pénétrai sans aucune résistance à l'intérieur.

oOo

  • Te voilà enfin, Lyrhana, me salua la voix caractéristique du dieu gardien.

Elle correspondait à son propriétaire : sérieuse, mais agréable à entendre. Ombouros me regardait de ses yeux rouges qui, bien qu'effrayants, n'étaient pas mauvais. Et, contrairement à la croyance des habitants de la Lumière qui le voyait tel un immense serpent par la faute de son gardien, il portait davantage l'apparence d'un elfe, habillé d'une veste bleuâtre légère recouvrant une partie de son torse, ainsi que d'un pantalon blanc bouffant retenu à sa taille par une ceinture noire.

Son corps, du point de vue d'une vie centenaire, faisait âgé d'une vingtaine d'année : grand, beau, garnit à ses poignets de bracelets d'or et à ses longues oreilles de boucles d'oreilles où pendaient des pierres précieuses bleues. Il avait de longs cheveux noirs et un visage parfait avec un constant air serein. La seule chose qui pouvait le différencier d'un elfe était la présence de ses deux cornes gris argenté relevées en avant, chacune encerclées d'un anneau d'argent, et pointant vers le haut. Le dieu se tenait assis sur une chaise devant une table garnie de pâtisserie, dans un luxueux jardin baigné de lumière et aux multiples fleurs de couleurs variées à la douce senteur.

  • Je vois que tu as préparé ce lieu pour ma visite, lui souris-je avec reconnaissance.
  • Allons, qui serais-je pour oublier tes goûts, ma chère amie. Installe-toi à mes côtés, m'invita-t-il en désignant la chaise vide juste en face de lui.

Je pris place sans attendre et, avant de parler, je profitai du calme de cet endroit. Il était vraiment apaisant, paradisiaque... et si illusoire. Nous restions dans un silence confortable encore un peu, avant que je ne l'entendis parler :

  • Ainsi, les pièces se sont mises à réellement bouger.
  • Oui, lui répondis-je. Nous nous devons d'attendre encore un peu, mais tout ce passe comme le Destin nous l'avait décrit.

Il y eut une nouvelle pause, et je vis Ombouros me scruter de ses yeux de feu, avec un air pensif me laissant suggérer qu'il choisissait les bons mots. Je savais bien ce qu'il avait en tête. J'étais préparée à ce qu'il allait dire, et ce qu'il savait de mes précédentes actions sur Lyrhune.

  • Lyrhana, soupira-t-il, tu sais ce que je pense à ce sujet. Le Destin ne peut que nous offrir des chemins. Avec chacun une direction différente. Et à chaque chemin, d'autres se créeront plus loin. Nous ne pouvons en aucun cas contrôler ce qui suivra. Parfois, ce que nous pensions être la bonne voie, peut tout aussi bien mener à un dangereux précipice.
  • Je le sais. Cependant, je ne peux rester les bras croisés. Notre ennemi à lui aussi commencé à placer ses joueurs...

Je m'interrompis un instant, réfléchissant intensément à mes prochaines paroles, puis dis :

  • Je ne souhaite pas contrôler leurs mouvements. Ils sont indépendants de leurs choix et de leurs actions. Mais, tout au plus, je tiens à les préparer pour ce qui se cache au-delà de ce qu'ils croient réaliser. Ils traverseront tant d'épreuves, et certaines seront si...

Je frissonnai en imaginant les choses à venir, puis repris :

  • Je sais que tu n'approuves pas mes choix, mais crois-moi quand je pense faire cela pour leur bien.
  • Je ne te blâme en rien, Lyrhana. Cependant, j'ignore comment ils pourraient prendre les choses que tu fis, fais... et feras.

*bec d'acier : oiseau gigantesque au plumage d'argent et au bec recouvert d'un métal plus résistant que des écailles de dragon. Il évolue haut dans le ciel, et se trouve également dans le royaume de la Lumière.

*cristaux de Mana : cristaux formés par l'accumulation de Mana dans un lieu et condensé. Incanté par des Mages, ils peuvent servir dans diverses domaines, comme la fabrication d'armes enchantés, de barrières protectrices, d'énergie, de réceptacles...

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 21 versions.

Recommandations

Défi
cornelie
En réponse au défi de Chuck Mac Cracker. Conversation vidéo, chapitre 3.
10
52
17
2
Marie Smorta


Une image
J’ai toujours voulu te dire
J’ai toujours voulu
« Tu es semblable au vent, à la tempête
Gouttes de pluie dans tes yeux quand tu te calmes un peu »
Je voulais t’écrire
Ça se bouscule dans ma tête
Ça fait beaucoup de bruit et réveille beaucoup de choses
Tout me dérange
Pourtant
Tu sais, c’est difficile de se dire que les choses continuent d’avancer. C’est difficile de se rendre compte qu’on ne peut pas se souvenir de tout. C’est dérangeant quand on essaye de contrôler ce qui ne peut plus l’être.
C’est triste quand on se rappelle d’avoir vécu

________________________________________________________________________________________________________

Je rapporte tout à l’amour, constamment.
Comme si c’était ce qui importait le plus.
C’est juste que j’ai été profondément blessée, pas que par toi mais aussi de la société.
Ce sont des choses qui arrivent, j’imagine.
Tant de cicatrices qui ne demandent qu’à se rouvrir inlassablement.

Ça fait mal, n’est ce pas ?
3
5
3
1
Défi
Naomie

    "-Ravi de faire votre connaissance, moi c'est Edgard mais vous pouvez m'appeler Ed. Je suis pizzaiolo.

     -Enchantée, moi c'est Jane. Je suis lycéenne."
Wow, y'a un rat dans la pizza de Ed, c'est énorme!

    "-Ahah c'est marrant le rat dans la pizza...mais vous êtes une licorne?!
     -Eh ouais, la classe hein? J'ai une idée géniale...j'ai un bolide-d'enfer-pas-piqué-des-hannetons dans l'avion. Tu veux l'essayer?
Waouh! C'est trop bien toutes ces couleurs, en plus Ed change de couleur et de forme, il est bleu, gros, rouge, c'est trop drôle. Putain! Le top du top.
    "-Comment ton avion est arrivé ici sans faire de bruit, il est trop fort!
     -C'est plutôt nous qui sommes arrivés à côté de l'avion sans faire de bruit. Chut, il risque de se réveiller."
Putain les marches de l'avion sont en guépard. Merde y'en a un qui me regarde, je dis quoi?
    "-Tout ceci n'a aucun rapport avec Gisèle! Demande à Ed, c'est à Christen qu'il faut s'en prendre, c'est elle qui a balancé de l'eau sur le ciel. Je l'ai vue...je l'ai vue de mes propres yeux! Croooois-moooii!"
Ses yeux se sont retournés et de la lumière en sort...on dirait des minis concerts à l'intérieur! C'est vraaaaaiiiiiment troooooop trop bien! Je me sens tellement...bien.
    "-Jane! Viens voir mon bolide-d'enfer-pas-piqué-des-hannetons...
     -Putain!! Elle est trop cool ta balançoire. Je peux faire un tour?
     -Bien-sûr que oui."
Elle est confortable...mais c'est encore le guépard. Il est trop drôle.
Merde! Ca a disparu, Ed, le guépard, l'avion et la balançoire. Et j'ai un de ces mal de tête, c'est horrible.
    "-Elle était puissante, hein? Je t'avais prévenue, aller je te l'offre pour cette fois."
2
1
0
1

Vous aimez lire Dragon Fire ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0