Souillure

5 minutes de lecture

Point de vue d'Anéon :

Je plissai les yeux de méfiance en la voyant ainsi, car je sentai émaner d'elle une grande menace envers moi. Je laissai alors de côté le Spectre qui réclamait toujours pitié, puis menaçai directement Soraya. Celle-ci ne bougea pas d'un pouce, ne se contentant que de jeter un bref regard à Yin, et ne faisait que me dévisager avec une certaine colère. J'eus cependant l'intuition qu'elle ne m'était pas destinée.

Son manque de réaction envers mon geste, ainsi que la pitié que je lisai sur ses traits, ne m'apaisa absolument pas. Cela ne fit que m'agacer davantage, mais me mettait aussi terriblement mal à l'aise envers son calme, comme si elle avait la situation parfaitement sous contrôle.

  • Ne me gêne pas. Ou je m'occuperai de toi en premier, l'avertissai-je pour ne pas laisser la moindre impression de faiblesse devant elle.

Je revins vite à ma tâche principale et m'apprêtai de nouveau à éliminer le Spectre qui cacha sa tête sous ses longues manches, lorsque mes mouvements s'arrêtèrent à mi-chemin. Mes bras étaient au-dessus de ma tête, figés, ainsi que le reste de mon corps. J'étais complétement statufié.

  • Mais... bon sang ... il m'arrive quoi ?! m'agitai-je en essayant de reprendre le contrôle de moi-même, de plus en plus paniqué.

Alors que je ne parvenai toujours pas à me défaire de cet état, je sentis la Présence de Soraya s'approcher de moi. Je tournai la tête vers elle, et remarquai sans difficulté son bras tendu dans ma direction, où émanait une lumière plus forte que le reste d'elle.

  • Lâche-moi tout de suite Soraya !!! Je te préviens, si tu ne me libères pas, je peux te promettre que je te... je te...

Le reste de mes mots s'évanouit quand la jeune princesse posa sa main sur mon front. Instantanément, une forte vague de chaleur m'envahit. Mes bras, ainsi que mon flanc, mon dos, et surtout mon cœur, me piquèrent atrocement. C'était pareille à si l'on me plantait des milliers de d'aiguilles chauffées dans le feu, puis plantées dans ma chair. La sensation me fit hurler comme jamais auparavant. Je me tentai désespérément de m'arracher à elle, sans parvenir à quoique ce soit.

  • Arrête !!! Arrête, arrête, arrête !!! J'ai mal, laisse-moi partir, arrête ça bon sang !!! pleurai-je sous la torture.

Cependant, et en dépit de mes hurlements, j'entendis très nettement ma voix se doubler. Une autre, plus aigüe, efféminée, et beaucoup plus apeurée et endolorie que moi.

  • Alors laisse Anéon tranquille, parla d'une voix autoritaire Soraya, en accentuant encore plus son pouvoir sur moi.

Je ne fis qu'hurler plus fort, mais d'un seul coup, la colère étrangère qui était présente depuis que je combattais le Spectre se retira, et la brume qui s'était installée dans mes pensées se dissipa.

  • Hein ? dis-je stupéfait, la voix un peu cassée.

La douleur de mon corps qui durait depuis mon premier affrontement quand je suis arrivé ici, et celle que Soraya m'avait infligé étaient remplacées par une douce caresse chaude, bienveillante et apaisante. Je cessai aussitôt de crier, agréablement surpris, et relâchai la tension de mes muscles, savourant l'instant.

Je respirai d'aise en me laissant aller dans cette douce sensation, et vis à peine que je tombai à genoux dans les bras de Soraya qui m'enveloppa dans une étreinte réconfortante. Les blessures noires que j'avais récolté des monstres qui m'avaient attaqué, ainsi que celles que je devais au Spectre, se retirèrent en prenant la même luminosité que la peau de Soraya avant de se détacher de moi et rejoindre la place blanche. Les griffes de mes mains se rétractèrent et redevinrent des ongles, avant de suivre le même processus de blanchissement que tout le reste.

  • Tu vas mieux, Anéon ? me demanda-t-elle lorsque la dernière souillure s'effaça.

Je fredonnai légèrement en hochant la tête contre sa poitrine, ne souhaitant pas quitter le cocon dans lequel j'étais. Je me sentai si léger. Sans regret, ni tristesse, ni sentiment d'insécurité. Juste bien. Soraya ne devait pas être vraiment du même avis, car elle saisit délicatement mes épaules et tenta lentement de me repousser. Je forçai un peu pour rester sur place, marmonant :

  • Encore un peu, s'il te plaît. Juste un peu...

Je l'entendis clairement soupirer, mais elle ramena de nouveau ses bras autour de moi et me serra davantage tout en caressant mes cheveux. Son attention était bienvenue, et je me détendis encore plus. Tout son être chassait ce qui pourrait m'atteindre, et me laissait dans une sérénité que je ne connaissais plus depuis bien longtemps. Ce fut moi qui brisa ce moment, bien qu'à contre-cœur. Je m'éloignai de Soraya, qui avait laissé tomber l'expression de glace qu'elle avait abordé en premier lieu pour revenir à celle d'un calme joyeux et plein de chaleur qui lui était propre.

Un soudain malaise m'envahit alors que je me remémorai dans un flash mon attitude envers elle, et je baissai très bas la tête en fermant les yeux et me penchai en avant, de honte et de profond regret, puis je cherchai à la hâte les mots.

  • Pardonne moi Soraya... de t'avoir menacé ! Je... ne sais pas ce qui m'a pris ! Je... je t'assure que je ne voulais pas...

Je sentis une brusque décharge de douleur au front, et alors que je relevais la tête de surprise, je remarquai que Soraya avait un doigt relevé, mais toujours aussi souriante et un peu rieuse.

  • Ce n'est pas la peine de t'excuser voyons. Tu n'étais pas dans ton état normal. Quelqu'un depuis l'extérieur à chercher à t'utiliser pour détruire le Spectre, en mélangeant ses attentions aux tiennes tout augmentant tes mauvaises émotions.
  • Comment tu sais ça ? l'interrogeai-je en frottant ma tête qui était encore un peu lourde maintenant que j'y faisais attention.

En réponse, elle me montra son tatouage. Il ne lui fallut pas un mot de plus. Lyrhana venait de nous aider à nous sortir de cette situation.

  • Je ne saisis pas... Je pensais qu'elle ne pouvait pas nous aider. Que c'était pour ça qu'elle m'avait envoyé ici !
  • Je ne pourrais pas répondre à ta question, avoua-t-elle en secouant la tête. Ceci étant dit, nous n'avons pas le temps de nous étaler à ce sujet. Il nous reste une dernière chose à faire.
  • Qui est ?

Soraya tourna sa tête et, lorsque je suivis son mouvement, je vis le Spectre dans la même position, fumant toujours dans l'immensité blanche que la Protégée avait créé.

  • Oh, je l'avais presque oublié tiens ! sursautai-je alors que je repris Yin dans ma main pour finir ce que j'avais commencé.

Dès que ma main fut en contact avec sa poignée, la barrière qui s'était installée entre nous éclata, et ma tête encore un peu sonnée fut traversée par ses puissantes pensées.

Enfin, espèce de sourdingue !!! Il t'en aura fallut du temps pour m'entendre !!! hurla-t-elle alors que je crus que mon crâne allait éclater.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 14 versions.

Recommandations

Ange S SecretGarden
Comme tout le monde, j'ai ma propre vision, définition de ce monde qu'est la soumission/domination.

Aujourd'hui, j'ai décidé de vous faire entrer dans mon monde durant une journée entière, afin de vous faire découvrir qui je suis et la vie que je mène.

Je me présente, Taryn, une jeune femme soumise aux désirs sadiques soient-ils de Son Maitre.

Je vous souhaite la bienvenue dans mon univers.
71
87
77
40
Johane
La planète nous explique ce qu'elle ressent face aux actions de l'humanité.
3
1
0
1
Défi
Aloysius May


1 : Le big-bang


L’univers est en perpétuelle expansion. Les galaxies s’éloignent les unes des autres, repoussant toujours plus loin les limites de l’univers. Le temps est linéaire : il est né avec la matière et il semble qu’il ne s’arrêtera jamais. Du moins c’est ce que tout le monde croit sans s’en apercevoir.
Jean-Daniel en tout cas s’en soucie peu : le big-bang, la naissance et l’expansion de l’univers tout ça ne le regarde pas. Tout juste est-ce bon pour les scientifiques et quelques illuminés fans de métaphysique ou de science-fiction.
Il se prépare comme à son habitude pour aller au travail. Il déguste une tartine qu’il plonge dans son café, et il pense à la journée qui l’attend. Aujourd’hui, décide-t-il, il ira à pied. Cela le changera. Il fait beau, il faut en profiter. Il enfile donc sa plus belle chemise puis le pantalon qu’il a repassé la veille, et il sort de chez lui. Sur la route qui le mène à son travail, il rencontre une jeune femme. Il la trouve belle, hésite à lui parler, mais y renonce finalement par timidité, et poursuit son chemin.
Il aide ensuite une vieille dame à traverser la rue. Il éprouve soudain une impression de déjà-vu qu’il ne peut expliquer. Mais alors qu’il est presque arrivé deux choses qu’il n’avait pas prévues se produisent.
Tandis qu’il traverse avec légèreté, la première chose est cette voiture qui perd le contrôle et qui va le percuter, lorsque le second événement se produit : l’univers a terminé son expansion. Le big-bang a pris fin, laissant sa place big- crunch. L’univers se rétracte, et le temps avec lui cesse d’aller de l’avant pour revenir sur ses pas, de ce moment charnière où Jean Daniel allait se faire écraser jusqu’aux origines des temps…


2 : Le big-crunch
Daniel-Jean voit une voiture qui s’éloigne de lui. Il marche à reculons, il veut s’étonner de ce nouveau paradigme temporel mais il n’a pas le temps d’y penser. Il aide la vieille dame à reculer sur le passage clouté. À peine se dit-il, dans un instant de fulgurance, que cette impression de déjà-vu était due à ce mouvement de l’univers, que déjà il a honte de sa timidité. Puis il revoit cette femme dont il sait pertinemment qu’il ne lui adressera pas la parole, et continue de marcher à reculons jusqu’à chez lui. Il enlève d’abord son pantalon puis sa chemise. Le café disparaît devant lui, et de plein qu’il était dans la cafetière il se vide. Il prépare ensuite le café toujours à l’envers puis va se coucher. Sa vie va continuer à défiler de cette manière jusqu’au jour de sa naissance, tandis que l’univers se rétracte inéluctablement jusqu’au moment de son apparition.
3
5
2
2

Vous aimez lire Dragon Fire ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0