Vol à hauts risques

5 minutes de lecture

Point de vue d'Anéon :

Inutile de dire que ce qui arriva qu'après que j'eus fait ça, je dus m'accrocher pour ne pas le lâcher. Je crus devenir sourd alors que le monstre ailé hurla à plein poumon sa douleur et se secoua frénétiquement dans les airs pour m'éjecter. Je tenai de toutes mes forces les plumes pour ne pas tomber, me collant tout contre le monstre et essayant de ne pas faire attention au fluide noir et fumant qui s'échappait en geyser de la perforation. Il essaya désespérement de me faire perdre ma prise. Il prit autant qu'il put de la hauteur, secouant sa tête, et essaya de me décrocher par son allure folle. La ville était déjà loin lorsqu'il stoppa sa montée, puis se laissa tomber en tournant sur lui-même, sans crainte d'un vertige. Le monde tourna autour de moi, me faisant perdre mes repères. Heureusement, ma condition me préservait de tomber malade.

Après qu'il se soit rendu compte que cela ne servait à rien, gémissant à cause de la souffrance qu'il éprouvait, il piqua droit sur les habitations. Cette fois, j'eus plus de mal à rester sur place, luttant pour ne pas perdre les plumes coincées dans ma main et priant pour qu'elles ne s'enlèvent pas. Ce ne fut pourtant pas le pire. Une fois arrivé à une des maisons, l'oiseau percuta volontairement le toit. Sa tentative fonctionna, car je perdis mon accroche à son corps, me séparant en même temps de Yin, et roulait sur ce qu'il restait du passage du monstre. Cela ne m'arrêta pourtant pas. Je fis un roulê-boulê, me remis droit et fonçais sur sa queue qui était encore à portée. Une fois au bord, je m'élançai dans le vide et attrapai de justesse les plumes en plumeau qui le stabilisait sur le côté. La conséquence qui suivit fut que le rapace, perdant un bref instant le contrôle de l'un de ses membres, qui le décala et le fit percuter le clocher où il passait.

Pour ne prendre aucun risque, je lâchais sa queue et sautai pour m'accrocher au mur, un peu plus bas sur la droite. L'oiseau se crampona au-dessus de moi avec ses griffes, puis il me darda de ses yeux brûlant de rage, animés par la vengeance, la gueule échappant un frais filet de sang qui était ouverte dans une respiration laborieuse. Quoiqu'il voulut me faire subir, il ne le put pas. Un craquement me fit relever la tête, et je vis avec une certaine joie que la toiture, par l'impact assez violent que causa l'écrasement du volatile, commençait à s'effrondrer et à basculer sur lui. Mon adversaire le remarqua également, et il tenta de s'éloigner. Pas assez vite. La construction s'effondra sur lui avec le bruit distinct de la cloche qui se renversait. Je n'entendis de lui qu'un dernier rugissement, avant qu'il ne soit écrasé par des tonnes de pierres, de tuiles et de métaux. Son corps massif ne bougea plus, et je descendis en toute sûreté en lévitant doucement, puis retrouvai avec joie les pieds sur la terre ferme. Jusqu'à ce que je remarque un détail assez important.

  • Mince, Yin ! paniquai-je en regardant la montagne où elle devait être, toujours piégé dans le cou du trépasser.

Alors que je me dirigeai vers ce dernier, je remarquai que l'aile qui dépassait encore de mon côté commença à disparaître, de la même manière que les chiens et les corbeaux avant lui. Les briques s'affaissèrent encore plus, signe que son corps avait disparu. Au moins, j'étais complétement assuré qu'il était bien mort.

Bon travail Anéon. Tu t'es relativement bien débrouillé contre un tel ennemi, et sans aucune préparation ! me félicita Yin dans mon Esprit.

  • Ah Yin ! Désolé de t'avoir laissé là, m'excusai-je en montant sur la montagne. Dis-moi où tu es à peu près, que je puisse te sortir d'ici.

Inutile. Pense seulement à me tenir dans ta main, et je viendrai à toi. C'est le monde spirituel, ne l'oublie pas.

Mais oui ! Ce détail m'était complétement sorti de la tête ! Me concentrant sur elle, je parvins à l'invoquer dans ma main. Je fus soulagé de l'avoir récupéré, et je lui présentais à nouveau mes excuses les plus sincères.

C'est bon, tout va bien. De toute façon, il n'était pas encore fini. Si tu m'avais retiré avant que je ne détruise ses ténèbres, il aurait guéri et nous aurions du recommencer.

  • Tu détruis les ténèbres ?

Oui. L'épée que j'habite possède de nombreuses particularités, dont celle de détruire les ténèbres, et donc de purifier. Enfin, si je devais mieux dire, des ténèbres néfastes de cet Esprit. Et ne me demande pas de quoi je parle, nous perdrions du temps ! me devança-t-elle par précaution.

  • D'accord, d'accord ! riai-je alors qu'elle m'avait vu venir. Peux-tu au moins m'expliquer ce qu'est une Ombre ? Tu avais dit que tu le ferais une fois que l'on aura fini.

Cela ne comprenait-il pas que tu les tuerai tous au bout de cinq minutes, ce qui a été largement dépassé ? rétorqua-t-elle avec moquerie, ce qui me fit grimacer. Mais soit ! Alors, pour faire simple, une Ombre est un être créé dans la dimension du néant, dans un espace hors du temps et de l'espace. Les Ombres se forment lorsque l'équilibre entre le monde de la Lumière et celui des Ténèbres se brise.

  • Oui, je connais ce genre de chose. On en parle dans certaines légendes.

Je me souvenai que ma mère me racontait des histoires sur l'importance de garder intact l'équilibre entre la Lumière et les Ténèbres, que ce soit dans notre terre ou en nous. Si cet équilibre venait à se briser, alors la Lumière et les Ténèbres en nous se corrompraient, et que l'on risquerait de perdre les éléments Primordiaux : l'Essence qui représentait ce que nous sommes, et l'Existence qui fait que nous faisions parti de cette réalité.

Alors tu as compris : chaque fois que l'équilibre se brise, une Ombre se créée. Le problème, c'est que ces êtres du vide, privé des deux éléments Primordiaux, et des deux énergies Primordiales, cherchent à s'en emparer chez les êtres qui les possèdent.

  • Et c'est ainsi que naissent les Déchus, complétai-je en me souvenant des créatures qu'avaient cité Lyrhana. Des habitants de ce monde dont leurs Esprits sont possédés par les Ombres.

Oui, me confirma-t-elle sombrement. Mais ce n'est pas le pire, car dans cet état, ils peuvent à peine se souvenir de ce qu'ils furent, ni se rendre réellement compte des choses qu'ils font sous ces formes maudites. La douleur et la peur qui les harcèlent ne cessent jamais, ni ne leur permettent de reposer en paix. Un tourment éternel, dont la pire mort serait presque la bienvenue.

Ce que Yin me décrivait, cela ne m'était que trop familier. Et je savais très exactement de quoi elle parlait.

La douleur et la peur qu'elle me parlait, je l'avais une fois lu chez les regards des êtres qui me furent chers. Dans celui de ma sœur et des miens, le jour où notre tribu fut attaquée, et que je perdis tout ce à quoi je tenais.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 11 versions.

Recommandations

Ange S SecretGarden
Comme tout le monde, j'ai ma propre vision, définition de ce monde qu'est la soumission/domination.

Aujourd'hui, j'ai décidé de vous faire entrer dans mon monde durant une journée entière, afin de vous faire découvrir qui je suis et la vie que je mène.

Je me présente, Taryn, une jeune femme soumise aux désirs sadiques soient-ils de Son Maitre.

Je vous souhaite la bienvenue dans mon univers.
71
87
77
40
Johane
La planète nous explique ce qu'elle ressent face aux actions de l'humanité.
3
1
0
1
Défi
Aloysius May


1 : Le big-bang


L’univers est en perpétuelle expansion. Les galaxies s’éloignent les unes des autres, repoussant toujours plus loin les limites de l’univers. Le temps est linéaire : il est né avec la matière et il semble qu’il ne s’arrêtera jamais. Du moins c’est ce que tout le monde croit sans s’en apercevoir.
Jean-Daniel en tout cas s’en soucie peu : le big-bang, la naissance et l’expansion de l’univers tout ça ne le regarde pas. Tout juste est-ce bon pour les scientifiques et quelques illuminés fans de métaphysique ou de science-fiction.
Il se prépare comme à son habitude pour aller au travail. Il déguste une tartine qu’il plonge dans son café, et il pense à la journée qui l’attend. Aujourd’hui, décide-t-il, il ira à pied. Cela le changera. Il fait beau, il faut en profiter. Il enfile donc sa plus belle chemise puis le pantalon qu’il a repassé la veille, et il sort de chez lui. Sur la route qui le mène à son travail, il rencontre une jeune femme. Il la trouve belle, hésite à lui parler, mais y renonce finalement par timidité, et poursuit son chemin.
Il aide ensuite une vieille dame à traverser la rue. Il éprouve soudain une impression de déjà-vu qu’il ne peut expliquer. Mais alors qu’il est presque arrivé deux choses qu’il n’avait pas prévues se produisent.
Tandis qu’il traverse avec légèreté, la première chose est cette voiture qui perd le contrôle et qui va le percuter, lorsque le second événement se produit : l’univers a terminé son expansion. Le big-bang a pris fin, laissant sa place big- crunch. L’univers se rétracte, et le temps avec lui cesse d’aller de l’avant pour revenir sur ses pas, de ce moment charnière où Jean Daniel allait se faire écraser jusqu’aux origines des temps…


2 : Le big-crunch
Daniel-Jean voit une voiture qui s’éloigne de lui. Il marche à reculons, il veut s’étonner de ce nouveau paradigme temporel mais il n’a pas le temps d’y penser. Il aide la vieille dame à reculer sur le passage clouté. À peine se dit-il, dans un instant de fulgurance, que cette impression de déjà-vu était due à ce mouvement de l’univers, que déjà il a honte de sa timidité. Puis il revoit cette femme dont il sait pertinemment qu’il ne lui adressera pas la parole, et continue de marcher à reculons jusqu’à chez lui. Il enlève d’abord son pantalon puis sa chemise. Le café disparaît devant lui, et de plein qu’il était dans la cafetière il se vide. Il prépare ensuite le café toujours à l’envers puis va se coucher. Sa vie va continuer à défiler de cette manière jusqu’au jour de sa naissance, tandis que l’univers se rétracte inéluctablement jusqu’au moment de son apparition.
3
5
2
2

Vous aimez lire Dragon Fire ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0