Terre inconnue

5 minutes de lecture

Point de vue d'Anéon :

Rien. Il me semblait marcher depuis des lustres, et toujours aucune trace de Soraya. J'avais appelé plusieurs fois son nom, le plus fort que je pouvais. Seul mon écho me répondait à chacune de mes tentatives. Et lorsque j'avais esssayer de repérer une Présence, celle de Soraya, puis d'éventuels autres individus, je ne détectais pas la moindre trace de vie. Pour l'Aura, ma vision ne changeait même plus. Logique : il n'y avait rien de physique ici. Même pour mon propre corps : ce n'était qu'une projection de moi, rien de plus. Mais pas un vrai.

Je mettai sans m'arrêter un pas devant l'autre, avec l'idée d'aller aussi loin que je le pouvais. Curieusement, aucune fatigue ne restreignait mes mouvements. Mais toujours, ce que j'étais actuellement n'était rien de matériel. Pourtant, malgré mon incroyable endurance, et après avoir parcouru une distance dont je n'avais aucune idée, ma situation resta la même : Soraya était désespérément introuvable.

La motivation de continuer ainsi se fragilisa à mesure que ma déception grandissait. Il me vint même à la tête d'avoir fait depuis le début du surplace. Bêtement, j'avais cru qu'une fois sur place, il me serait aisé de retrouver la princesse disparue. Néanmoins, la réalité me frappa de plein fouet : les choses ne seront sûrement pas aussi simples que je l'aurai cru. Je n'avais aucune idée de là où j'étais, et cela fonctionnait d'une tout autre manière dont je n'étais pas habitué.

  • Lyrhana, êtes-vous sûre que Soraya est ici ? appelais-je la déité en levant la tête.

Comme je m'y attendais, il n'y eut aucune réponse. Ma demande se répéta une dizaine de fois en boucle, toujours plus faible, jusqu'à se taire complétement. Peut-être que dans ce lieu, Lyrhana ne pouvait pas interagir. Ou ne pouvais-je tout simplement pas l'entendre. Je l'ignorai. Cependant, le message de ce silence avait au moins le mérite d'être clair : il fallait me débrouiller par mes propres moyens.

Je soupirai d'abattement, scrutant encore l'étendue sans horizon et sans couleur. Que faire ? Poursuivre ma route me semblait bien futile. Je ne pouvais pas non plus rester là. Lyrhana m'avait dit qu'elle me mettrait sur la même voie qu'avait emprunté Soraya. Mais il n'y avait aucun chemin qui puisse m'indiquer où Soraya aurait pu passer. Et sans rien que le vide, je peinais à croire que simplement aller au hasard m'avancera réellement.

  • Elle aurait tout de même pu me donner un indice supplémentaire, me décourageai-je en m'asseyant sur la surface glacée. Quelle est l'utilité de ne pas se faire comprendre ? Je n'ai pas que ça à faire de deviner ce qu'elle voulait me dire !

Au moins mon corps, seulement spirituel, ne souffrait pas d'une quelconque gelure. Il faisait plus froid ici que dans le monde réel. Mais ce n'était pas un froid mordant. Il me minait surtout le moral. Tout ce vide... cela me donnait l'impression d'être seul au monde. Et toute cette noirceur était comme oppressante.

Souhaitant m'évader un peu de ces sensations assez pesantes, je me mis à repenser à ce que m'avait dit Lyrhana avant de m'envoyer ici.

Dans cet endroit, les lois n'étaient pas identiques à celle du monde physique. Seule ma volonté et ma force d'esprit pourront m'aider. Je grognai un peu à ça.

  • Vraiment très pratique comme conseils, maugréai-je.

Mais... je n'avais pas autre chose qui me venait à l'esprit. Et je n'aimais rester inactif. Alors je réfléchis à la manière de mettre en pratique ses paroles. Alors, selon ma volonté, je souhaitai trouver Soraya au plus vite. Je ne savais pas si le temps s'écoulait à la même vitesse, mais le plus tôt serait le mieux. J'eus alors l'idée simpliste d'avoir dans ma tête une image omniprésente de Soraya, de ne me concentrer que sur elle. Je n'avais pas beaucoup d'autres options, alors autant interpréter directement ce qu'elle me disait !

De toute mes forces, en fermant mes yeux, je m'imprégnai une image de la jeune fille, avec tout ce qui me la rappelait : ses cheveux, ses yeux émeraudes brillant de gentillesse, son sourire franc, son tatouage qui ornait son poignet, son humeur aussi changeante que le ciel, l'Aura scintillante que je parvenais à discerner d'elle lorsque je la cherchais, sa Présence calme et sympathique, son parfum doux comme la lavande. Toutes les choses qui nous étaient arrivés : nos rires, nos disputes, nos chamailleries...

Repenser à tout ça réchauffa mon être. J'eu même la sensation que le froid reculait de moi, remplacé par une brise chaude qui soufflait doucement. Un instant...

J'ouvris soudainement les yeux et me levais, sous le choc. Juste sous mes pieds, et s'étendant au loin, je voyais une étrange ligne blanche et chaude comme la lumière des étoiles qui était mystérieusement apparue, sans que je ne l'ai vu auparavant. Avant que je ne comprenne ce que c'était, elle s'effaça rapidement, emportant avec elle le peu de chaleur qui m'avait enveloppé.

Que s'était-il passé ? Je n'avais fait que penser à Soraya, tout ce que je connaissais d'elle et ce qui nous liait... nous liait. Je souri alors que je compris enfin : Lyrhana m'avait dit qu'elle se servirait du lien entre la sphère pour m'offrir un chemin ! En repensant de toute ma volonté à la jeune fille, ce lien était apparu pour me guider jusqu'à elle !

  • Je retire ce que j'ai dit : c'était moi l'idiot ! Il suffisait simplement de faire ce qu'elle me disait, m'aperçus-je.

Il me fallait maintenant recommencer à repenser à Soraya, avec la même intensité ! Et surtout, ne pas m'en écarter. De nouveau, je me fixai sur son image, et tout ce à quoi je pouvais l'en approcher. Le chemin de lumière apparut encore une fois et, cette fois, sans me déconcentrer, je le suivis dans les ténèbres.

oOo

Je m'arrêtais devant une sphère de lumière, bourdonnant d'énergie et pulsant avec une puissance qui parvenait même à me traverser. Le chemin s'arrêtait juste là. Soraya devait se trouver à l'intérieur.

  • Ok. C'est parti, soufflai-je en parcourant les derniers pas qui nous séparait.

Une fois à sa hauteur, je plongeai ma main dessus, qui s'enfonça sans aucune difficulté à l'intérieur. Un étrange sentiment glacé me parcouru, mais je n'y fis pas attention. Peu à peu, la sphère se mit à grossir, à totalement m'engloutir, puis il n'y eut plus que cette blancheur éclatante.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 16 versions.

Recommandations

Ange S SecretGarden
Comme tout le monde, j'ai ma propre vision, définition de ce monde qu'est la soumission/domination.

Aujourd'hui, j'ai décidé de vous faire entrer dans mon monde durant une journée entière, afin de vous faire découvrir qui je suis et la vie que je mène.

Je me présente, Taryn, une jeune femme soumise aux désirs sadiques soient-ils de Son Maitre.

Je vous souhaite la bienvenue dans mon univers.
71
87
77
40
Johane
La planète nous explique ce qu'elle ressent face aux actions de l'humanité.
3
1
0
1
Défi
Aloysius May


1 : Le big-bang


L’univers est en perpétuelle expansion. Les galaxies s’éloignent les unes des autres, repoussant toujours plus loin les limites de l’univers. Le temps est linéaire : il est né avec la matière et il semble qu’il ne s’arrêtera jamais. Du moins c’est ce que tout le monde croit sans s’en apercevoir.
Jean-Daniel en tout cas s’en soucie peu : le big-bang, la naissance et l’expansion de l’univers tout ça ne le regarde pas. Tout juste est-ce bon pour les scientifiques et quelques illuminés fans de métaphysique ou de science-fiction.
Il se prépare comme à son habitude pour aller au travail. Il déguste une tartine qu’il plonge dans son café, et il pense à la journée qui l’attend. Aujourd’hui, décide-t-il, il ira à pied. Cela le changera. Il fait beau, il faut en profiter. Il enfile donc sa plus belle chemise puis le pantalon qu’il a repassé la veille, et il sort de chez lui. Sur la route qui le mène à son travail, il rencontre une jeune femme. Il la trouve belle, hésite à lui parler, mais y renonce finalement par timidité, et poursuit son chemin.
Il aide ensuite une vieille dame à traverser la rue. Il éprouve soudain une impression de déjà-vu qu’il ne peut expliquer. Mais alors qu’il est presque arrivé deux choses qu’il n’avait pas prévues se produisent.
Tandis qu’il traverse avec légèreté, la première chose est cette voiture qui perd le contrôle et qui va le percuter, lorsque le second événement se produit : l’univers a terminé son expansion. Le big-bang a pris fin, laissant sa place big- crunch. L’univers se rétracte, et le temps avec lui cesse d’aller de l’avant pour revenir sur ses pas, de ce moment charnière où Jean Daniel allait se faire écraser jusqu’aux origines des temps…


2 : Le big-crunch
Daniel-Jean voit une voiture qui s’éloigne de lui. Il marche à reculons, il veut s’étonner de ce nouveau paradigme temporel mais il n’a pas le temps d’y penser. Il aide la vieille dame à reculer sur le passage clouté. À peine se dit-il, dans un instant de fulgurance, que cette impression de déjà-vu était due à ce mouvement de l’univers, que déjà il a honte de sa timidité. Puis il revoit cette femme dont il sait pertinemment qu’il ne lui adressera pas la parole, et continue de marcher à reculons jusqu’à chez lui. Il enlève d’abord son pantalon puis sa chemise. Le café disparaît devant lui, et de plein qu’il était dans la cafetière il se vide. Il prépare ensuite le café toujours à l’envers puis va se coucher. Sa vie va continuer à défiler de cette manière jusqu’au jour de sa naissance, tandis que l’univers se rétracte inéluctablement jusqu’au moment de son apparition.
3
5
2
2

Vous aimez lire Dragon Fire ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0