Un matin amer

6 minutes de lecture

Point de vue d'Anéon :

Je m'étais posé en tailleur dans la caravane, juste sur le parquet, les mains devant moi et se faisant face au niveau de ma poitrine. J'étais seul, puisque cette nuit Kristof était parti s'occuper d'un vieil homme souffrant de courbatures et n'était pas encore revenu. J'étais donc tranquille et libre de faire ce que j'avais en tête. J'inspirai profondément, cherchant le calme intérieur et, peu à peu, je fis glisser mon Mana dans mes paumes, sans pour autant le manifester tout de suite. J'y allais graduellement, sentant la sensation familière de picotements et de chaleur qui parcourait ma chair.

Sans arrêter ma concentration, j'invoquais deux sphères d'énergie à peine plus grandes que des balles. Je leur donnais encore plus de Mana, sans pour autant les grossir. Au fur et à mesure que leur intensité augmentait, des étincelles parcoururent mes paumes. L'énergie n'était pas aussi importante que face aux trolls mais, déjà, elle se révélait un peu trop dangereuse pour les personnes qui pourraient être proche des environs. Il avait beau être l'aube, je ne savais pas si, comme moi, il y avait des lève-tôt.

Pourtant, il fallait au moins que je vois jusqu'à combien de temps je pouvais tenir avec cette quantité d'énergie et à quel point je me trouvais diminué comparé à avant. Je limitais alors l'apport en Mana de sorte de garder la quantité d'énergie au même point et me mis à attendre patiemment, calculant mentalement le temps qui s'écoulait. Durant les premières dix minutes, je ne sentis rien de particulier me gêner. Jusque là, tout était normal. Après cependant vingt minutes, une certaine tension s'installa progressivement sur moi, sans que je n'éprouvais pourtant le moindre mal. Mais après trente minutes, mes mains commencèrent à trembler et se crisper douloureusement. Serrant les dents en gémissant silencieusement, suant à grosses gouttes en luttant pour ne pas céder, je tins bon encore cinq minutes avant que je ne stoppe tout en soufflant fort.

  • Bon sang... C'est même pas la moitié du temps que je pouvais tenir ! jurais-je en fermant de contrariété les poings.

Sans ajouter que je n'étais même pas à fond ! Cinq ans auparavant, avant tout ça, cet entraînement n'aurait été qu'une promenade de santé ! C'était dire à quel point j'avais perdu. Il me fallait reprendre tout depuis le début. Découragé, je récupérais de mes inhibiteurs mon énergie dépensée et sortis en grognant, prenant au passage mon épée. Aujourd'hui, les marchands allaient proposer aux habitants de ce petit village du nom de Fryrm certaines de leurs marchandises. Il était encore tôt, et la plupart des habitants dormaient. En sortant, je ne vis qu'un berger avec son bâton accompagné de son chien, sûrement parti pour rejoindre son troupeau.

Tout était très calme, et je finis par ne plus trop penser à la triste constation dont j'avais fait face. J'avais encore un peu de temps avant de surveiller les échanges qui auront lieu dans quelques heures. Je profitais donc de l'occasion pour partir rendre visite à Soraya... enfin, je vérifiais tout de même au préalable que je ne dérangerais pas Onélo'ria. Usant de ma vision, je vis à son Aura debout et en déplacement qu'elle était réveillée.

Toquant doucement pour éviter de faire trop de bruit, sa caravane assez proche d'une autre, j'attendis qu'elle m'ouvre et m'autorise à entrer.

  • Bonjour Anéon, tu es bien matinal, me salua l'elfe avec un bon sourire.
  • Je le suis la plupart du temps par habitude.

Je pris l'un des deux tabourets présent dans la caravane et m'assied près de Soraya. Dix jours maintenant qu'elle était ainsi et, de plus en plus, je pouvais constater la pâleur s'intensifier, ses cernes s'approfondir et sa respiration ralentir. Je posais un rapide coup d'œil à la sphère, essayant d'ignorer l'envie viscérale de la jeter loin d'elle. Je remarquais rapidement que son éclat s'était étrangement accentué.

  • Onélo'ria, pourquoi la sphère est brillante ainsi ? l'interrogeais-je pensivement.
  • Elle s'est mise à scintiller comme ça après que je l'ai approché de Soraya. Je pense qu'il y a bien un lien entre les deux.
  • Peut-on le briser ?
  • ... Nous pourrions... mais c'est très risqué, m'avertit l'herboriste qui attrapa une baguette à brûler. Si tu observes bien, étant en possession de la vision d'Aura, tu pourrais constater à quel point il est fort et grand. De plus, je crois que Maria, bien que dans son état, l'ait accepté.
  • Elle a quoi ?! sursautais-je, réveillant par la même occasion Titania qui s'était endormie sur une étagère.
  • Hein... De qu...
  • Peut-être bien que c'est absurde, mais je suis persuadée que d'une manière ou d'une autre, Maria s'est elle-même plongée dans cet sorte d'hibernation. Le lien n'est pas imposé. En fait, il est maintenu par leur deux énergies, l'entretenant et le solidifiant davantage. Ne me demande pas pourquoi, me devança-t-elle alors que j'ouvris la bouche, j'ignore qu'elles furent ses motivations. Cependant, nous ne pouvons qu'attendre quels en seront les résultats. Qu'ils soient bons ou mauvais.

Je soufflais avec exapération en passant une main sur mon visage, essayant d'évacuer l'agacement que je sentais poindre.

Et après c'est moi qui suis l'irréfléchi. Bon sang Soraya, mais qu'est-ce qui t'a pris de faire ça ?! lui lançais-je en tentant de le lui dire télépathiquement, bien que je ne me heurte qu'à un long silence.

En faisant ça pourtant, je remarquais que sa conscience avait l'air aussi vive que si elle était éveillée quand je percevais ses pensées. Elle était en fait beaucoup plus active que d'habitude. Encore une chose incompréhensible. Comme si je n'en avais déjà pas assez !

  • Je sors, me levais-je en rangeant le tabouret, souhaitant m'éloigner un peu pour prendre l'air.
  • Hmmm... Je viens avec toi. Rester ici me déprime à force, baîlla Titania qui se posa paresseusement sur mon épaule en frottant ses yeux embués. À plus tard Oné !
  • Bonne journée à toi jeune fée.

Je fermais la porte et regardais avec beaucoup de perplexité mon amie qui me dévisagea à son tour.

  • Oné ?
  • L'un de ses surnoms. Vu que nous sommes en cohabitation, elle m'a dit de l'appeler comme ça. Son nom complet est trop formel selon elle.
  • Ah ?

Je continuais à la regarder jusqu'à ce que je finisse par laisser tomber. Je n'étais pas resté longtemps mais, déjà, des femmes et des hommes sortis fraîchement de leur sommeil sortaient leurs marchandises et commençaient à installer leurs échoppes sous la direction de deux hommes originaires du village qui aidaient à l'installation. N'ayant rien à faire avant que les affaires ne démarrent, je proposais mon aide aux deux hommes qui emmenaient des tables et des pancartes. Ils me désignèrent une malle imposante qui avait l'air plutôt lourde.

  • Va chercher deux ou trois gars de ton groupe pour la prendre et l'emmener, m'ordonna celui avec une barbe mal taillée.
  • Pas la peine, j'y arriverais tout seul, leur certifiais-je, les faisant se regarder silencieusement quelques secondes... avant d'éclater effrontément de rire.
  • C'est pas pour t'insulter gamin, mais là je crois que c'est un peu beaucoup pour tes bras maigres, se moqua le second avec un béret.
  • Ah oui ? me braquais-je sous la remarque, me postant juste devant mon défi. On va voir c'est qui celui avec des bras maigrichons

Voilà un bon échauffement pour moi, me dis-je en concentrant une partie de mon Mana dans mes muscles pour augmenter ma force.

Je craquais mes doigts en les étirant devant moi ainsi que mon cou, faisant protester Titania qui perdit son équilibre et me traiter d'idiot en quittant son perchoir. Avec mes deux mains, j'empoignais fermement la malle et la soulevais en gémissant un peu, sous les bruits étranglés des deux hommes et les sifflements impressionnés de certains spectateurs. Histoire d'en rajouter, je la soulevais sur l'une de mes épaules et attendis avec un air suffisant.

  • Où dois-je la poser ?

Les hommes bégayèrent en me désignant là où je devais me rendre. La journée avait peut-être mal commencé, mais au moins m'occuper me sortis temporairement de mes tracas.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 27 versions.

Recommandations

ChihuahuaBlack
Shanna Aguanieve est une étudiante totalement dissipée, qui se bat et qui ne porte que peu d'attention à son avenir. Luna est son exact opposée. Bonne élève, elle cherche toujours à en apprendre plus sur la psychologie humaine. Et alors qu'elle arrive au Lycée, son nouveau sujet d'étude est tout trouvé : la fameuse chef des délinquants...
1
0
0
84
Défi
el Sorio 2
un portrait chinois sur moi
5
1
9
1
Défi
Jérôme S

L'extase! L'extase totale! Imaginez vous cela? Je sortais du théatre et la piece "la machine infernale" de Cocteau m'avait ravi le coeur. Celui ci palpitait et battait la chamade.Bien que de nature timide naturellement , j'allais vers n'importe qui dire n'importe quoi! Je me sentais légé comme une plume et je courrais par les rues. "Le pavé du roi!" m'écriais-je et je bondissais comme un lunatique.
N'allez pas croire que je suis fou. Je suis simplement un être comblé.
 Par l'amour! J'allais voir ma promise et rien au monde n'eu pu me rendre plus heureux.
Je toquais a la porte. Je poussais le loquet.
Merde! Elle était entre deux gars qui la draguait ostensiblement. Je fus saisi d'une fureur sans pareil: je soulevais une chaise et la balançais sur les deux types. Ils détalèrent au taquet. Et je fut pris d'un dégout monumental pour cette petite catin .
Je pleurais beaucoup les jours suivants. Mon désespoir s'accrut de jour en jour et je tombais dans une mélancolie profonde comme cette chère Emma Bovary.
Pauvres âmes blessées! ayez pitié seigneur!Mais rien n'y fit.Mes prières étaient vaines.Un matin je pris mon revolver dans le tiroir de mon secrétaire. J'allais en finir .Mon état d'esprit à ce moment fut innéfable,inavouable même!
Japprochais l'arme de ma tempe.
C'était fini.

Jérôme S.....
1
1
0
1

Vous aimez lire Dragon Fire ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0