Offre d'emploi

6 minutes de lecture

Point de vue d'Anéon :

  • C'est ici, m'indiqua Lara, devant une caravane dont je percevais une forte odeur d'encens.

J'inclinais la tête pour la remercier et, soufflant un bon coup, je toquais trois coups à la porte. On me permit d'entrer, et j'entrais dans la petite habitation. La première chose qui capta mon regard, ce fut la silhouette endormie de Soraya. Mais, comparée à la dernière fois, elle arborait un teint beaucoup plus pâle, et ses yeux étaient cernés. À ses côtés, l'observant avec beaucoup d'attention, il y avait une femme qui avait l'air d'avoir dans la vingtaine d'année aux longs cheveux blond polaire et aux yeux bleus pâles. Toutefois, je constatais vite qu'elle n'était pas humaine. Ses oreilles étaient plus longues et pointues. Une elfe. Elle discutait avec Titania, assise sur une chandelle à la bougie éteinte.

Puis, me regardant de ses yeux bruns, son front entouré d'un bandage en parti recouvert par ses cheveux marrons foncés, se tenait l'homme qui m'avait convié, assis sur un banc. En dépit de l'allure rude qu'il avait, le chef du groupe de marchands m'accueuillit avec un sourire ravi.

  • Sois le bienvenu Anéon. Je me nomme Johnatan. Il y a plusieurs jours déjà que je m'impatientais de te parler. Je crois voir que tu as déjà rencontré ma fille, dit-il en pointant mon nouveau collier. Permet à mon tour, au nom de tout le monde, d'honorer la bonté et le courage dont tu as fait preuve en nous défendant face aux trolls.

Il se leva et s'inclina sur ces mots, suivit par l'elfe herboriste qui me salua également. Franchement, pourquoi toutes les personnes que je rencontrais dernièrement faisait systématiquement ça ?! Un peu mal à l'aise, je grattais mes cheveux et tentais de détendre l'atmosphère que je jugeais un peu trop... solennelle.

  • Ce n'est rien. Vous savez, c'est normal de s'entraider. Et puis, je vous dois aussi de m'avoir soigné et d'avoir pris soin de mon amie. C'est plutôt moi qui devrait m'incliner.

Johnatan et l'herboriste relevèrent la tête, puis ils me sourirent en se remettant droit.

  • Tu es une personne bien humble, dis moi, parla pour la première fois d'une voix chantante l'elfe. Voici une qualité rare chez les humains de nos jours. Je me nomme Onélo'ria. Ravie de faire ta connaissance.
  • Moi de même. Mais, est-ce que Maria va bien ? Elle est bien plus mal en point que la dernière fois et...

Je m'approchais d'elle et pris sa main. Le froid que j'en ressenti m'alarma et, si je ne voyais pas sa poitrine se soulever régulièrement, j'aurais pu jurer tenir une morte.

  • Elle est glacée ! Pourquoi l'est-elle ?! m'agitais-je.
  • Ne t'en fait Anéon, se manifesta Titania qui se posa sur mon épaule. Onélo'ria pense que, pour se préserver, son corps s'est plongé dans un état proche de l'hibernation, mais un peu plus poussé.

Ses paroles me rassurèrent un peu. Je frottais doucement sa main, espérant lui apporter un peu de chaleur. Observant son visage, je remarquais que ses paupières convulsaient. De même, ses lèvres tremblottaient très légèrement, comme si elle tentait de parler. Remarquant que je les regardais avec insistance, Onélo'ria s'avança jusqu'à moi, posant sa main sur mon épaule libre.

  • Elle a commencé à faire ça il y a environ trois jours. Je pense qu'elle doit faire une sorte de rêve. Il doit être relativement fort pour qu'elle réagisse ainsi en dépit de son inertie inhabituelle.
  • Que voulez-vous dire ?
  • Maria ne dort pas de manière naturelle. Titania m'a raconté ce qui lui est arrivée. Ce serait apparemment une sphère que tu as ramassé qui l'aurait conduite dans cet état ?

Les mots qu'elle prononça me firent le même effet qu'un puissant coup dans le ventre. Ma culpabilité revint, et j'hochais lentement la tête. Onélo'ria sembla me juger quelques secondes, puis elle poursuivit :

  • Ce n'était pas un reproche Anéon. Certes, tu n'aurais pas du la récupérer, surtout provenant d'une créature aussi... étrange. Je souhaiterais seulement que tu me l'ammènes. En tant qu'elfe, je suis assez sensible à la magie. Peut-être pourrais-je voir si cette sphère agit toujours sur elle.
  • Êtes-vous sûre ? Non pas que je mette en doute vos capacités, mais tout de même : ne prenez pas de risques inutiles, l'avertis-je en choisissant prudemment mes mots pour ne pas l'offenser.
  • Jeune homme, je suis maintenant âgée de cinq siècles et cinquante-deux ans. Tu as beau être affecté par le sceau de Chronos en tant que Résident... Oui, me confirma-t-elle en me voyant la regarder avec surprise, j'ai remarqué tes oreilles. Pas évident au premier abord, mais rien ne peut échapper à la vue d'un elfe. Je sens aussi le sceau posé sur toi. Enfin bref, pour en revenir à nos moutons, je suis de loin l'aînée. Je crois savoir ce que je fais !

La véhémence d'Onélo'ria me convainquit, aussi je lui promis de lui apporter dans la journée la sphère. Johnatan attendit que nous en ayons fini avant de reprendre la parole.

  • Anéon, tu sais, Kristof m'a parlé. Selon lui, tu souhaiterais te rendre à Port-Réjouit ?
  • Exact, mais en faisant un détour à Maurial pour y attendre une connaissance, précisais-je.
  • Je vois. Anéon, pour être tout à fait honnête, j'aimerais que nous parlions affaire toi et moi. Si tu y tiens, bien évidemment.

La tournure des événements attisa à la fois ma curiosité, ainsi que celle de Titania.

Selon toi, de quoi veut-il parler ? m'interrogea cette dernière.

Aucune idée, on va bien voir. Mais je sens que ça va être assez bénéfique.

  • Allez-y, je vous écoute, lui demandais-je, on ne peut plus intéressé.
  • Parfait, alors voilà : tu m'as vraiment épaté avec tes capacités de combattant. Malgré ta taille et ta jeunesse apparente, tu te débrouilles incroyablement bien face aux gros calibres.

Flatté, je frottais l'espace entre mes lèvres et mon nez, ne prenant pas trop en compte certains mots.

  • J'arrive à m'en sortir face eux.
  • Et justement, il y a une offre que j'aimerais te faire. Vois-tu, nous pouvons très bien nous défendre quand nous prenons les routes. Ils nous arrivent de faire appel à des mercenaires ou des soldats pour protéger nos marchandises mais, pour cette année, nous avions convenus de faire sans. Cela a bien failli nous coûter. Et puis, par les temps qui courent, ce n'est pas la meilleure idée que nous ayons eu, grimaça-t-il avant de reprendre une expression plus joviale. Bref, souhaiterais-tu mettre tes services sous contrat ?
  • Comment ça ?
  • Je m'explique : tu souhaites aller à Maurial. Une chance, c'est que cette ville est proche de notre itinéraire initial. Tu veux aussi te rendre à Port-Réjouit. Pourquoi donc ?
  • Affréter un bateau, et nous débarquer dans les terres du Nord, l'informais-je, lui causant un tremblement.
  • Eh bien, si je m'y attendais ! Les terres du Nord, carrément ! Enfin, il te faudra de l'argent pour avoir un bateau. Voilà ce que je te propose : nous t'engageons pour protéger notre convoi et, en échange, tu seras payé quatre cent argόs par jour. Nous te donnerons également de quoi te nourrir, et nous t'emmènerons jusqu'à Maurial. Alors, qu'en dis-tu ?

Accepte ! m'ordonna avec force Titinia, bien que j'en avais aussi l'intention.

  • Pas de problème. De toute façon, j'avais prévu de vous parler à propos de voyager avec vous, déclarais-je en lui serrant la main pour conclure l'accord.
  • Magnifique ! Content de voir que nous avions les mêmes idées !

Normalement, je les aurais volontier protégés sans rien demander en échange, mais nous avions besoin de récupérer le plus d'argent possible. La proposition nous convenait donc à Titania et moi parfaitement. Soraya aurait été du même avis.

Satisfait de la fin de notre conversation, j'allais prendre congé lorsqu'une phrase qu'il avait précédemment dit me revint en mémoire.

  • Johnatan ?
  • Quoi donc ?
  • Que vouliez-vous dire avec " par les temps qui courent, ce n'est pas la meilleure idée que nous ayons eu " ?

Un silence pesant suivit ma question. Onélo'ria se détourna de Soraya et me regarda avec de grands yeux.

  • N'êtes-vous donc pas au courant ? souffla-t-elle, troublée par notre ignorance sur une chose qui lui semblait essentielle à savoir.

Je regardais Titania, qui secoua la tête pour me faire comprendre qu'elle ne voyait pas non plus. Onélo'ria prit notre manque de réponse comme telle et précisa :

  • Depuis deux semaines, il y a d'étranges disparitions dans tout Lyrhune. Sans laisser de traces, des personnes se volatilisent. La rumeur rapporte que des cris auraient été entendu par des témoins qui passaient. D'autres encore parlent d'étranges créatures, comme celle que tu aurais tué, surgissantes de la terre, d'arbres, parfois même dans les airs, et kidnappent leur victime pour les emmener dans d'étranges passages. Les versions et leurs descriptions varient, mais un point reste le même : elles auraient des marques noires partout sur le corps d'où émane une étrange brume ténèbreuse.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 31 versions.

Recommandations

Défi
cornelie
En réponse au défi de Chuck Mac Cracker. Conversation vidéo, chapitre 3.
10
52
17
2
Marie Smorta


Une image
J’ai toujours voulu te dire
J’ai toujours voulu
« Tu es semblable au vent, à la tempête
Gouttes de pluie dans tes yeux quand tu te calmes un peu »
Je voulais t’écrire
Ça se bouscule dans ma tête
Ça fait beaucoup de bruit et réveille beaucoup de choses
Tout me dérange
Pourtant
Tu sais, c’est difficile de se dire que les choses continuent d’avancer. C’est difficile de se rendre compte qu’on ne peut pas se souvenir de tout. C’est dérangeant quand on essaye de contrôler ce qui ne peut plus l’être.
C’est triste quand on se rappelle d’avoir vécu

________________________________________________________________________________________________________

Je rapporte tout à l’amour, constamment.
Comme si c’était ce qui importait le plus.
C’est juste que j’ai été profondément blessée, pas que par toi mais aussi de la société.
Ce sont des choses qui arrivent, j’imagine.
Tant de cicatrices qui ne demandent qu’à se rouvrir inlassablement.

Ça fait mal, n’est ce pas ?
3
5
3
1
Défi
Naomie

    "-Ravi de faire votre connaissance, moi c'est Edgard mais vous pouvez m'appeler Ed. Je suis pizzaiolo.

     -Enchantée, moi c'est Jane. Je suis lycéenne."
Wow, y'a un rat dans la pizza de Ed, c'est énorme!

    "-Ahah c'est marrant le rat dans la pizza...mais vous êtes une licorne?!
     -Eh ouais, la classe hein? J'ai une idée géniale...j'ai un bolide-d'enfer-pas-piqué-des-hannetons dans l'avion. Tu veux l'essayer?
Waouh! C'est trop bien toutes ces couleurs, en plus Ed change de couleur et de forme, il est bleu, gros, rouge, c'est trop drôle. Putain! Le top du top.
    "-Comment ton avion est arrivé ici sans faire de bruit, il est trop fort!
     -C'est plutôt nous qui sommes arrivés à côté de l'avion sans faire de bruit. Chut, il risque de se réveiller."
Putain les marches de l'avion sont en guépard. Merde y'en a un qui me regarde, je dis quoi?
    "-Tout ceci n'a aucun rapport avec Gisèle! Demande à Ed, c'est à Christen qu'il faut s'en prendre, c'est elle qui a balancé de l'eau sur le ciel. Je l'ai vue...je l'ai vue de mes propres yeux! Croooois-moooii!"
Ses yeux se sont retournés et de la lumière en sort...on dirait des minis concerts à l'intérieur! C'est vraaaaaiiiiiment troooooop trop bien! Je me sens tellement...bien.
    "-Jane! Viens voir mon bolide-d'enfer-pas-piqué-des-hannetons...
     -Putain!! Elle est trop cool ta balançoire. Je peux faire un tour?
     -Bien-sûr que oui."
Elle est confortable...mais c'est encore le guépard. Il est trop drôle.
Merde! Ca a disparu, Ed, le guépard, l'avion et la balançoire. Et j'ai un de ces mal de tête, c'est horrible.
    "-Elle était puissante, hein? Je t'avais prévenue, aller je te l'offre pour cette fois."
2
1
0
1

Vous aimez lire Dragon Fire ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0