Combat (1)

5 minutes de lecture

Point de vue d'Anéon :

Je gardais fermement ma prise sur Vesingrí, faisant face aux trolls éberlués qui me fixaient, ne comprenant pas encore ce qui venait de se passer. Même celui qui tenait les chevaux laissa les rênes filer entre ses doigts, les chevaux galopant le plus loin possible de la zone. Derrière moi, j'entendais les chuchotements incrédules des voyageurs, eux aussi peinant à croire ce qu'ils voyaient. Je jetai un dernier coup d'œil à Soraya, veillée par Titania qui s'était approchée d'un homme d'une trentaine d'année qui avait tourné son attention vers la princesse, hochant la tête et s'approchant d'elle pour la prendre dans ses bras sous une visible demande de la part de la fée.

Je fixai de nouveau mes adversaires, qui avaient l'air d'avoir repris leurs esprits. L'un d'eux s'approcha de quelques pas puis, avec un visage redoutable, pointa sa lance vers moi.

  • Qui es-tu ?
  • Aucune importance pour toi, lui répondis-je, sans prêter la moindre importance à l'arme qui me menaçait.
  • Détwompe-toi, gronda-t-il en avançant encore un peu la lance. Je tiens à sawoiw qui je suis suw le point de tuer.
  • Je le répète : nous pouvons régler ça pacifiquement. Votre chef vit toujours. Je n'ai fait que transpercer l'un de ses deux cœurs. Il se remettra. Si vous partez, il n'y aura rien de plus. Insistez, et j'emploierai la manière forte.
  • Ow, ow, ow ! C'est censé êt'une menace ? Mioche, je n'ai que faiwe que tu l'ai épawgné. Tu t'immisces dans nos affaiwes, pouw ça, tu mouwas. Ton sang teintewa mon poignaw fétiche. Que cela wous sewe aussi de leçon ! Que quiconque s'oppose à nous paiewa le pwix !!! tonna-t-il alors aux hommes et aux femmes qui nous observaient sans bouger.

Le troll jeta sa lance de côté et dégaina l'un de ses poignards, sa lame d'os pareille à un sabre. Je me tins prêt. Il eut un sourire suffisant, révélant ses grosses dents aux canines pointus. Puis, avec un grognement rauque, il vint sur moi plutôt rapidement vis-à-vis de sa taille et leva haut son arme, tout en la mettant de côté. Au moment où il l'abaissa à moi, sans perdre de temps, je me liais à mon Mana et, ma force se décuplant, je sautais et évitais de me faire faucher. En même temps, j'atterissais sur le bras du troll, pris mon élan et lui décochais un formidable coup de pied entre ses deux yeux. Avec la force que je mis dans mon offensive, mon adversaire glapit de douleur et il recula, ramenant sa main libre là où je l'avais frappé. Un peu sonné, le troll mit un genoux à terre et frotta sa tête, jetant un regard à tous ses acolytes qui restaient sur place.

  • Wous attendez quoi, idiots ?! Attaquez le !!!

Ils hochèrent tous la tête et s'avancèrent, trois d'entre eux abandonnant à l'instar du blessé leurs lances pour leurs poignards alors que les deux autres les serraient fortement. Je claquais ma langue contre mon palais, craignant de tomber dans cette situation.

  • Anéon, mon vieux, va falloir la jouer serrée, marmonais-je alors que deux trolls se précipitaient sur moi avec leur lance et leur poignard, le sol tremblant sous leurs pieds.

Je les esquivais sur le côté, tout en voyant de coin un autre plonger son poignard sur moi. Pivotant agilement, je déviais la lame, créant par le contact lame contre lame des étincelles, et m'éloignais sur trois mètres. Je soufflai profondément et, sans attendre qu'il ne se ressaisisse, je fonçai sur le dernier qui m'avait attaqué. Il me vit cependant venir et réitéra son attaque. Je me baissais juste à temps pour éviter de me faire décapiter, puis profitais de mon passage sur son côté exposé pour lacérer en profondeur et en longueur son flanc. Il rugit et s'effondra en tentant de contenir l'hémorragie que j'avais provoqué.

Et de deux ! me félicitais-je en faisant face à ceux qui restaient.

  • Vas-y gamin ! Tu te débrouilles bien ! m'encouragea la voix forte d'un homme du côté de ceux que je protégeais.

Décontenancé, je regardais alors l'homme en question qui levait son bras musclé, poing fermé. Il fut bientôt rejoint par ses camarades, et je croisais leurs yeux remplis d'espoir et de revanche. Mon inattention faillit me coûter, et je faillis ne pas voir le tronc à deux doigts de m'écraser. Je roulais rapidement sur le côté, puis me précipitais sur le troll. Ma vitesse dépassa de loin celle que mon ennemi eut pour essayer de m'éviter. Je tranchais son genoux droit, là où était son tendon et le fit tomber. Un autre fendit verticalement sa lame au-dessus de ma tête, que je parais vite en utilisant Vesingrí.

La force brute du troll, qui aurait du surpasser la mienne en temps normal, trouva une bonne résistance de ma part. L'effort pour tenir bon me fit un peu grogner et je parvins à ne pas ployer. Nous nous égalisions, ce qui n'était pas le cas pour son poignard contre ma solide épée. Immédatement, quand les deux armes se rencontrèrent, il y eut un Dang retentissant, et sa lame vola dans les airs, brisée. Désarmé, le troll tituba sur quelques pas, me regardant ainsi que ses deux autres camarades au sol avec une terreur pure tout en hoquetant.

Impassible, je sautais vers lui et l'assomais, arrivé à sa tête, du plat de mon épée. Il s'écroula dans un râle et, sans plus m'attarder sur son cas, je fixais les deux autres qui reculèrent craintivement, sans pour autant lâcher leurs armes. Sentant qu'ils seront plus enclin à m'écouter, j'abaissais légèrement Vesingrí.

  • Prenez vos blessés et partez ! Nous pouvons en rester là ! Alors, qu'en dîtes-vous ? tentais-je en essayant une dernière fois d'arrêter le conflict.

Les trolls se regardèrent, hésitant visiblement sur la conduite à tenir. Tout à coup, je me retournais, sentant une Présence s'intensifier. Celui que j'avais neutralisé au début à la tête était à nouveau debout, grognant et une Aura brune le parcourant. Il releva la tête et poussa un hurlement terrible qui me fit grimacer tant il était puissant. Son corps se mit à se craqueler, prit l'aspect du roc et, surtout, il se mit à grandir et à prendre encore plus de muscle. Son habit se déchirait peu à peu, il finit par se soutenir avec ses bras maintenant plus long que ses jambes et m'adressa un sourire carnassier avec des crocs de pierre.

  • Tu ne pensais tout de même pas m'awoiw comme ça, pucewon ?!

Je retins de justesse un juron en voyant ce qui m'attendait. Poussant un rugissement évoquant un éboulement de roche, le troll galopa jusqu'à moi et, se relevant tout en fermant ses gigantesques massues en guise de mains, les redescendit avec un rire mauvais.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 20 versions.

Recommandations

Défi
cornelie
En réponse au défi de Chuck Mac Cracker. Conversation vidéo, chapitre 3.
10
52
17
2
Marie Smorta


Une image
J’ai toujours voulu te dire
J’ai toujours voulu
« Tu es semblable au vent, à la tempête
Gouttes de pluie dans tes yeux quand tu te calmes un peu »
Je voulais t’écrire
Ça se bouscule dans ma tête
Ça fait beaucoup de bruit et réveille beaucoup de choses
Tout me dérange
Pourtant
Tu sais, c’est difficile de se dire que les choses continuent d’avancer. C’est difficile de se rendre compte qu’on ne peut pas se souvenir de tout. C’est dérangeant quand on essaye de contrôler ce qui ne peut plus l’être.
C’est triste quand on se rappelle d’avoir vécu

________________________________________________________________________________________________________

Je rapporte tout à l’amour, constamment.
Comme si c’était ce qui importait le plus.
C’est juste que j’ai été profondément blessée, pas que par toi mais aussi de la société.
Ce sont des choses qui arrivent, j’imagine.
Tant de cicatrices qui ne demandent qu’à se rouvrir inlassablement.

Ça fait mal, n’est ce pas ?
3
5
3
1
Défi
Naomie

    "-Ravi de faire votre connaissance, moi c'est Edgard mais vous pouvez m'appeler Ed. Je suis pizzaiolo.

     -Enchantée, moi c'est Jane. Je suis lycéenne."
Wow, y'a un rat dans la pizza de Ed, c'est énorme!

    "-Ahah c'est marrant le rat dans la pizza...mais vous êtes une licorne?!
     -Eh ouais, la classe hein? J'ai une idée géniale...j'ai un bolide-d'enfer-pas-piqué-des-hannetons dans l'avion. Tu veux l'essayer?
Waouh! C'est trop bien toutes ces couleurs, en plus Ed change de couleur et de forme, il est bleu, gros, rouge, c'est trop drôle. Putain! Le top du top.
    "-Comment ton avion est arrivé ici sans faire de bruit, il est trop fort!
     -C'est plutôt nous qui sommes arrivés à côté de l'avion sans faire de bruit. Chut, il risque de se réveiller."
Putain les marches de l'avion sont en guépard. Merde y'en a un qui me regarde, je dis quoi?
    "-Tout ceci n'a aucun rapport avec Gisèle! Demande à Ed, c'est à Christen qu'il faut s'en prendre, c'est elle qui a balancé de l'eau sur le ciel. Je l'ai vue...je l'ai vue de mes propres yeux! Croooois-moooii!"
Ses yeux se sont retournés et de la lumière en sort...on dirait des minis concerts à l'intérieur! C'est vraaaaaiiiiiment troooooop trop bien! Je me sens tellement...bien.
    "-Jane! Viens voir mon bolide-d'enfer-pas-piqué-des-hannetons...
     -Putain!! Elle est trop cool ta balançoire. Je peux faire un tour?
     -Bien-sûr que oui."
Elle est confortable...mais c'est encore le guépard. Il est trop drôle.
Merde! Ca a disparu, Ed, le guépard, l'avion et la balançoire. Et j'ai un de ces mal de tête, c'est horrible.
    "-Elle était puissante, hein? Je t'avais prévenue, aller je te l'offre pour cette fois."
2
1
0
1

Vous aimez lire Dragon Fire ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0