Un autre mystère

5 minutes de lecture

Point de vue de Soraya :

  • Alors... Tu me dis que lorsque tu as tué ce fameux... monstre sortit de la terre, tu as récupéré en même temps cette sphère ?
  • Oui ! me certifia-t-il avec conviction.
  • Sachant que le monstre en question n'avait pas sur lui de colliers, de bracelets, de poches, pouvant justifier que tu ais pu la trouver ? insistais-je, de plus en plus dépassée.
  • ... Oui, redit-il, un peu plus hésitant.

Voilà deux nuits que nous avions quitté Rosa et son groupe. Hier, très tard dans la nuit et après avoir marché pendant des heures et des heures, nous nous étions arrêtés près d'un arbuste, complétement éreintés. En tout cas, moi je l'étais. Cependant, faisant fi de mon épuisement et ignorant la proposition tentante d'Anéon d'attendre le matin, j'avais insisté pour écouter sa petite mésaventure avant de m'endormir. En entendant la description de la créature qui l'avait attaqué, j'avais éprouvé quelques sueurs froides, et je comprenais un peu mieux pourquoi il en avait tant voulu à Rosa. Après avoir fini de m'en parler, je priai pour ne jamais en croiser une seule durant notre voyage.

Il en avait aussi profité pour me parler de la sphère qu'il avait trouvé. Mais, à cause de ma fatigue et ayant entendu ce que je voulais savoir, j'avais décidé de repousser à notre prochain arrêt l'observation.

Et je dois dire que, maintenant que je l'examinais, cette étrangeté me laissait sans voix. Je n'arrivais pas à deviner comment la mort de ce monstre aurait pu provoquer l'apparition de la sphère, ni que cette dernière possèdait en elle beaucoup d'énergie. Ce que je trouvais intriguant, c'était que cette énergie ressemblait un peu au Mana, mais avec quelque chose en plus. Elle me laissait vraiment une impression étrange. Comme si... Comme si elle était vivante. Que je tenais entre mes mains une véritable personne.

  • Franchement Anéon, je ne vois pas ce que ça pourrait être.
  • Hmmm... C'est pas grave. Moi non plus, je n'en ai aucune idée.

Sans plus rien ajouter, je me remis à la manipuler, obnibulée par le sentiment qu'elle me faisait ressentir à chaque fois que je plongeais mon regard dans ses couleurs flamboyantes. Tout de même, ce n'était qu'un objet ! Pourquoi ne pouvais-je pas seulement que le voir ainsi ? Une idée se mit à briller dans un coin de mon esprit, mais j'ignorais s'il était sage que je la mette en pratique sans en savoir plus sur la mystérieuse découverte, provenant en plus d'un monstre sanguinaire.

  • Dites, est-ce que vous n'avez rien remarqué d'autre d'étrange avec ça ?
  • Oh ! Oui, quelque chose de vraiment bizarre ! se manifesta Anéon qui regarda la sphère avec la même curiosité que moi. Quand j'utilise ma vision d'Aura, je peux voir en plus de l'Aura de Présence des couleurs émotives sur elle.
  • Des couleurs émotives ? lui demanda alors Titania qui se concentra sur la sphère.
  • Oui. Principalement du bleu et du rouge, qui varient tous les deux en intensité.
  • Et que peuvent représenter ces couleurs ? me renseignais-je, mon impression se confirmant à mesure qu'il parlait.
  • Beaucoup de choses, nous apprit-il en effectuant un large geste avec son bras. Mais surtout de mauvaises émotions, comme par exemple de la tristesse ou de la colère. Après, je ne suis pas le meilleur pour savoir précisément quels sentiments dans ces deux catégories. En plus, les intensités changent très vite.

Titania, passé quelques secondes, agita la tête pour confirmer.

  • Oui, je vois ce que tu veux dire. Même moi j'ai du mal à bien le discerner. Enfin, pas la peine de s'éterniser davantage, ce n'est qu'un objet au final ! Il ne peut pas éprouver de réelles émotions.
  • Tu en es sûre ? m'opposais-je alors. Ce n'est pas pour rien que vous pouvez les voir.
  • Peut-être que son Aura influe sur notre capacité de vision et nous fait voir les couleurs des émotions. La sphère est très certainement magique. Je ne vois pas ce que cela pourrait être d'autre.
  • Eh bien, il n'y a qu'un seul moyen de vérifier ! clamais-je haut et fort en finissant par prendre ma décision, étonnant alors Titania et Anéon.
  • Que comptes-tu faire ? voulu savoir ce dernier avec un peu de méfiance.

En toute réponse, je leur fis signe d'être silencieux et ramenais mon autre main. Je serrais la sphère et épousais toute sa forme, sentant alors profondément dans ma chair en contact avec elle les picotements et les pulsations de l'objet. J'inspirais longuement, entrant peu à peu en méditation. Plus aisément encore qu'avec Anéon quand ce dernier était mort de fatigue dans les galeries, j'ouvris mon sixième sens d'empathie et communiais avec la sphère. Il me fallut fouiller un peu avec mon esprit, mais je trouvais après un court chemin ce qui ressemblait à une conscience. Je la tâtais un peu, prudente, mais ne lui trouvais rien de dangereux, et la familiarité habituelle que je ressentais à chaque fois que je m'apprêtais à m'imprégner des sensations ôta mes derniers doutes.

Instantanément, au moment même où je plongeai en elle, je poussais un cri d'horreur en ouvrant subitement les yeux, lâchant la sphère et m'éloignant le plus vite possible, sous le choc de ce que je ressentais. Un flot de larmes ininterrompu se déversa alors de moi, mon cœur battant la chamade et si douloureux, comme poignardé encore vif et jeté dans un brasier ardent, que je ramenais mes mains sur lui et me recroquevillais, tremblante de partout.

  • Soraya !!! Hé, qu'est-ce qui ne va pas ?! s'affola alors Anéon qui se précipita sur moi et s'accroupit, le visage désemparé.

Je ne pus que secouer la tête, continuant de pleurer sans me stopper. Mais quel était cette souffrance ?! Tout ce tourment, ce vide intérieur, ce froid, cette solitude, cette peur, cette douleur et cette tristesse infinie ?! Jamais encore je n'avais connu ça par le passé ! Même quand ma mère était partie, ou quand je m'étais enfuie, que j'avais perdu mes protecteurs ou que j'avais reçu cette flèche empoisonnée ! Incapable de me séparer de tous ces sentiments et sensations qui restaient en moi, mon esprit toujours connecté à la sphère, j'ignorais comment me sortir de là !

  • Je veux que ça s'arrête... je veux que ça s'arrête... je veux que ça s'arrête... répétais-je tout bas encore et encore, m'enfonçant toujours plus sur moi-même.

Alors que je continuais de m'apitoyer, je sentis quelqu'un me prendre dans ses bras, m'embrassant tout contre lui et m'enveloppant d'une chaleur bienvenue.

  • Tout va bien, calme toi, me rassura alors Anéon avec tant de que bienveillance, d'un ton qui se voulait doux que, lentement, je me détendis.

J'écoutais les battements calmes de son cœur, ramenant le mien à son rythme d'autrefois. Les entendre m'apaisa, et peu à peu mon esprit se détacha, brisant suffisament le lien pour ne plus en être martyrisé. L'effet secondaire qu'il subit par ma faute fut si violent, si intense que, sans que je ne m'en aperçoive, je basculais dans une somnolence involontaire. Le mal que j'avais enduré m'avait épuisé bien au-delà de ce à quoi je m'attendais. Je voulais dormir...

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 26 versions.

Recommandations

ChihuahuaBlack
Shanna Aguanieve est une étudiante totalement dissipée, qui se bat et qui ne porte que peu d'attention à son avenir. Luna est son exact opposée. Bonne élève, elle cherche toujours à en apprendre plus sur la psychologie humaine. Et alors qu'elle arrive au Lycée, son nouveau sujet d'étude est tout trouvé : la fameuse chef des délinquants...
1
0
0
84
Défi
el Sorio 2
un portrait chinois sur moi
5
1
9
1
Défi
Jérôme S

L'extase! L'extase totale! Imaginez vous cela? Je sortais du théatre et la piece "la machine infernale" de Cocteau m'avait ravi le coeur. Celui ci palpitait et battait la chamade.Bien que de nature timide naturellement , j'allais vers n'importe qui dire n'importe quoi! Je me sentais légé comme une plume et je courrais par les rues. "Le pavé du roi!" m'écriais-je et je bondissais comme un lunatique.
N'allez pas croire que je suis fou. Je suis simplement un être comblé.
 Par l'amour! J'allais voir ma promise et rien au monde n'eu pu me rendre plus heureux.
Je toquais a la porte. Je poussais le loquet.
Merde! Elle était entre deux gars qui la draguait ostensiblement. Je fus saisi d'une fureur sans pareil: je soulevais une chaise et la balançais sur les deux types. Ils détalèrent au taquet. Et je fut pris d'un dégout monumental pour cette petite catin .
Je pleurais beaucoup les jours suivants. Mon désespoir s'accrut de jour en jour et je tombais dans une mélancolie profonde comme cette chère Emma Bovary.
Pauvres âmes blessées! ayez pitié seigneur!Mais rien n'y fit.Mes prières étaient vaines.Un matin je pris mon revolver dans le tiroir de mon secrétaire. J'allais en finir .Mon état d'esprit à ce moment fut innéfable,inavouable même!
Japprochais l'arme de ma tempe.
C'était fini.

Jérôme S.....
1
1
0
1

Vous aimez lire Dragon Fire ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0