Discussion

7 minutes de lecture

Point de vue de Soraya :

Je m'assis en tailleur au centre de l'abri, attendant qu'Anéon et Rosa viennent. Le battant vola, laissant passer Rosa qui ne tarda pas à me rejoindre en prenant place à moins de trois pas à ma gauche, puis Anéon qui ne la quittait pas des yeux et qui vint aussi à égal distance. Tous les deux se défièrent du regard, leurs armes toujours sorties. Leurs visages étaient crispés et ils étaient tendus à l'extrême. Je pouvais aisément sentir leur désir brûlant de se jeter l'un sur l'autre au fond de moi, si intense que mon cœur s'était mis à battre plus vite, mon sang pulsant puissamment dans mes oreilles et créait une boule dans ma gorge.

Parfois, mon don d'empathie pouvait vraiment être pesant. Mais, grâce à ça, je savais aussi que leur envie était muselée, tempérée par ma présence. Bien que cela soit temporaire si je comptais sur l'esprit fougueux que j'avais appris à connaître d'Anéon et du fait qu'il avait traité Rosa de lâche, la pire insulte qu'elle faisait payer au centuple à celui qui avait osé tenir un tel propos d'elle. Comme s'ils étaient deux fils de bougie qu'une allumette pouvait embraser.

Sachant que la situation pouvait dégénérer d'un instant à l'autre, je décidai de prendre des précautions :

  • Rosa, peux-tu déposer ton arme s'il te plaît ? Pareille pour toi Anéon.

J'avais employé un ton qui ne laissait pas d'autres alternatives. Au cas où, je tâtais dans mon être la présence habituelle de mon Mana. Heureusement, je n'en eu pas besoin. Anéon, d'un geste long, rangea son épée. Surveillant le moindre de ses mouvements, Rosa fit pareille pour son glaive. Ils ôtèrent ensuite leur ceinture dorsale qu'ils m'offrirent quand je tendis chacun de mes bras vers eux.

Démunis de leurs armes, il me restait une dernière chose à faire.

Titania, surveille l'Aura de ses deux là. Si elles sont trop agitées, fais moi signe.

Compris. Je ne les quitte pas des yeux, m'assura la petite fée qui se releva, vigilante.

Je surpris Anéon avoir un léger sursaut qui fit que Rosa porta par réflexe sa main où était avant son arme, puis il braqua à Titania un mauvais regard. Je la soupçonnai de l'avoir mis en garde de se tenir à carreau.

  • Bien. Maintenant, nous pouvons parler calmement. J'aimerai savoir ce qui s'est passé ce matin. Et je veux avoir les deux versions, demandais-je en insistant tout particulièrement, articulant lentement, sur le mot << calmement >>. Anéon, commence. Je suis curieuse de savoir pourquoi je ne t'ai pas trouvé ce matin en me réveillant.

J'avais terminé les derniers mots avec un certain reproche, ce qui sortit le jeune garçon de son contact visuel avec Rosa, clignant des yeux et porta son attention sur moi. Je croisai son regard qui perdit sa noirceur et se mua en un teint bleu verdâtre, tout en affichant un air un peu honteux, baissant légèrement la tête sous la réprimande.

  • Je sais. Pardon. C'est juste que je voulais me balader un peu avant de vous réveiller Titania et toi.

À cette excuse, je plissai les yeux et durci mon regard, faisant bouger d'inconfort Anéon qui décida alors que ses chaussures étaient incroyablement intéressantes, ses yeux continuant de prendre de plus en plus de pigments verts. Rosa, quant à elle, souffla quelques mots dans sa barbe. Je n'entendis rien, mais Anéon se redressa, les yeux à nouveau sombres.

  • Je t'ai entendu ! Retire ça tout de suite !
  • C'est la vérité ! se moqua-t-elle avec un mauvais sourire. Il faut être un véritable enfant stupide pour partir seul dans un endroit que l'on ne connaît pas ! Estime toi chanceux d'être tombé sur mes compagnons et moi !
  • Ah ! Alors ça, c'est la meilleure, se rebiffa-t-il en se levant. Crois-moi, j'aurais préféré tomber sur une wyverne plutôt que vous ! Lâche, tu m'as même attaqué de dos alors que j'étais concentré ailleurs !

Attention, ça dégénère, m'avertit fortement Titania, bien que je m'en étais aperçue moi-même en voyant Rosa blêmir de rage, serrant fermement ses poings.

  • Tu crois que j'avais le choix ?! Tu étais en train d'attaquer mon groupe ET de menacer l'un d'eux ! Tu devrais me montrer de la reconnaissance pour qu'après tout ça, je t'ai épargné la vie !
  • De la reconnaissance ? Et puis quoi encore ?! Par ta faute, j'ai bien failli mourir de la patte d'un monstre sans moyen pour me défendre ! se révolta-t-il, la voix suintante d'une énorme colère.
  • Il aura au moins essayé de faire une bonne action ! répliqua-t-elle en se levant à son tour, les dents serrées.

Pendant leur échange pour le moins enflammé, je préparais mentalement un obstacle dans le cas où ils s'attaqueraient. Il y avait au moins un point positif dans tout ça. Bien que c'était parce qu'ils se hurlaient dessus, je savais comment les choses s'étaient aggravées à ce point, bien mieux qu'en les interrogeant un à un. Au moins, je ne tournais pas autour du pot. Enfin, je crois qu'il était tant d'intervenir. Ces deux-là partaient vraiment trop loin.

  • SILENCE !!!

La puissance que je mis dans mon ordre fit exploser la tension qui était montée en continue. Je n'eus même pas besoin d'user de mes pouvoirs. Sous le choc d'avoir été réprimandé ainsi par moi, ils me dévisagèrent avec stupeur, se rasseyant dans perdre un instant, intimidés. J'avouais que j'avais moi aussi été prise de court par ma vocalise. Leurs Présences, qui avaient croit entre-temps, étaient écrasées par la mienne tant j'étais agacée.

Reprenant vite mon calme, je respirais un grand coup et tâchais de me calmer. La fraîcheur relative de l'air m'aida à reprendre la main sur mes émotions, trop influencées par les restes stagnants d'agressivités entre Anéon et Rosa. J'éprouvais d'un seul coup une grosse fatigue, malgré ma somnolence durant toute la journée à cause du poison. Maintenant que j'avais réussi à comprendre, il fallait que je mette les choses au point avec Rosa. Demain, je parlerai avec Anéon pour qu'il me raconte ce qu'il lui était arrivé après sa confrontation avec Rosa. Un bon plan. Je me levais, ressentant le besoin d'en finir avec tout ça et de partir me reposer pour être en forme lorsque nous partirons. Nous avions suffisament perdu de temps comme ça.

  • Rosa, je vais te le dire une dernière fois : je pars dans le Nord avec Anéon et Titania pour trouver Yggdrasil. Je sais, l'interrompis-je en la voyant ouvrir la bouche pour protester, que si mon père savait la vérité, il ne me retiendrait pas. Voilà le mieux que tu puisses faire : lui faire part de ce que je t'ai dit. Lui as-tu déjà envoyé une lettre ?

Elle se rembrunit, très certainement mécontente que je m'opposais à elle. Elle secoua la tête, tout en reprenant appuis sur ses pieds.

  • Pas encore. Et je tiens à te préciser que je ne compte pas lui envoyer ta réponse car, que tu le veuilles ou non, je te ramène !

Ouille ! Voilà qu'elle me tutoyait. Mauvaise nouvelle. Déjà, la voilà qui fit un pas vers moi. Mais, avant que je ne cherche à l'arrêter, Anéon s'interposa vivement entre elle et moi, le poing parcouru d'étincelles.

  • Un pas de plus et tu goûteras un peu de mon pouvoir !
  • Gamin stupide ! Soraya est la princesse des Royaumes de l'Est si tu n'as toujours pas compris ! s'insurgea Rosa qui sortit d'un replis de sa tunique une dague qui se recouvrit d'une Aura noirâtre. Elle est en plus la Protégée de Lyrhana ! Elle n'a pas à entreprendre un périple aussi dangereux avec toi pour seule aide !
  • Si elle est vraiment tout ce que tu dis, protesta-t-il, la voix comme un grognement, tu devrais lui témoigner plus de respect et accepter ses décisions ! Elle reste ta princesse, et Lyrhana l'a choisi pour s'y rendre ! Ce n'est certainement pas sans raison, idiote !!!

Comme piquée par ses paroles, Rosa recula en ouvrant de grands yeux. Moi, je n'en revenais pas de ce qu'il venait de dire pour me défendre. Autant il se comportait en enfant, il avait aussi des moments, comme hier, où il donnait davantage l'impression de ne pas en être un. Rosa, elle, n'esquissa plus un seul geste. Après un temps d'attente, je l'entendis soupirer longuement. Elle cacha sa dague, ses yeux gris sans expression se posant sur moi.

  • Pourrais-je reprendre mon glaive princesse ?

Sachant que je ne craignais plus rien, je n'hésitais pas et lui rendis son arme, sous l'œil attentif d'Anéon qui observa la transaction. Rosa boucla sa ceinture et se dirigea vers la sortie, se stoppant une dernière fois.

  • Entendu. Je ne vous ramènerai pas au royaume. Il y a cependant une chose que je veux que vous me promettiez : dirigez vous vers Maurial et attendez-y moi. Si vous devez faire ce voyage insensé, je ne veux confier à personne d'autre, et encore moins à un enfant, le devoir de vous garder en sécurité. Si jamais je ne vous retrouve pas là-bas, je vous traquerai sans relâche et vous réexpédirai au royaume.

Ne voulant pas qu'elle vienne, l'idée d'elle me poursuivant à travers tout Lyrhune ne m'enchanta guère plus. Sous la menace, un frisson glacé glissa le long de mon dos, hérissant les poils de ma nuque. Sans rien dire d'autre, Rosa s'en alla, laissant derrière elle un lourd silence.

oOo

Point de vue de Rosa :

  • Mes dieux, elle aura un jour ma perte sur la conscience, murmurais-je en allant dans la seconde tente où j'avais laissé des feuilles et de quoi écrire.

Mes compagnons s'étaient levés il y a peu. Je leur avais expliqué brièvement la situation et, maintenant, il me restait à écrire la lettre avant de partir.

Bien sûr, si cela ne tenait qu'à moi, j'aurais accompagné Soraya sans attendre. Mais quelque chose m'en empêchait. Je devais me rendre directement dans l'un de nos bastions, là où était emprisonné par mes soins Rolan que j'avais attrapé quelques jours auparavant.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 25 versions.

Recommandations

ChihuahuaBlack
Shanna Aguanieve est une étudiante totalement dissipée, qui se bat et qui ne porte que peu d'attention à son avenir. Luna est son exact opposée. Bonne élève, elle cherche toujours à en apprendre plus sur la psychologie humaine. Et alors qu'elle arrive au Lycée, son nouveau sujet d'étude est tout trouvé : la fameuse chef des délinquants...
1
0
0
84
Défi
el Sorio 2
un portrait chinois sur moi
5
1
9
1
Défi
Jérôme S

L'extase! L'extase totale! Imaginez vous cela? Je sortais du théatre et la piece "la machine infernale" de Cocteau m'avait ravi le coeur. Celui ci palpitait et battait la chamade.Bien que de nature timide naturellement , j'allais vers n'importe qui dire n'importe quoi! Je me sentais légé comme une plume et je courrais par les rues. "Le pavé du roi!" m'écriais-je et je bondissais comme un lunatique.
N'allez pas croire que je suis fou. Je suis simplement un être comblé.
 Par l'amour! J'allais voir ma promise et rien au monde n'eu pu me rendre plus heureux.
Je toquais a la porte. Je poussais le loquet.
Merde! Elle était entre deux gars qui la draguait ostensiblement. Je fus saisi d'une fureur sans pareil: je soulevais une chaise et la balançais sur les deux types. Ils détalèrent au taquet. Et je fut pris d'un dégout monumental pour cette petite catin .
Je pleurais beaucoup les jours suivants. Mon désespoir s'accrut de jour en jour et je tombais dans une mélancolie profonde comme cette chère Emma Bovary.
Pauvres âmes blessées! ayez pitié seigneur!Mais rien n'y fit.Mes prières étaient vaines.Un matin je pris mon revolver dans le tiroir de mon secrétaire. J'allais en finir .Mon état d'esprit à ce moment fut innéfable,inavouable même!
Japprochais l'arme de ma tempe.
C'était fini.

Jérôme S.....
1
1
0
1

Vous aimez lire Dragon Fire ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0