Extérieur

3 minutes de lecture

Point de vue extérieur :

Loin de tout ce qu'on vécu les deux héros, dans une pièce avec un bureau illuminé par doux feu, un homme d'âge moyen à l'allure autoritaire se tenait dans un confortable fauteuil, l'air pensif. Il laissait son regard vagabonder sur un livre qu'il tenait entre les mains. Depuis plusieurs jours maintenant, il ne cessait de le lire, reprenant quelques passages qu'il jugeait important, recommençant sa lecture à plus d'une reprise, s'évertuant à comprendre toutes les significations possibles et inimaginables.

Il s'agissait d'un recueil de poèmes anciens, de mythes et de fables, tous compilés en ce livre volumineux comprenant des centaines de pages. S'il faisait cela, ce n'était absolumment pas par plaisir, loin de là. Mais par nécessité, il se devait de comprendre le secret que cachait le peuple qui l'avait écrit.

Une porte s'ouvrit, pertubant sa concentration. Il tourna sa tête vers l'intruse, une femme qui paraissait être dans la vingtaine. D'apparence frêle, elle portait cependant sur elle un air à la fois glacial et brûlant, ponctué par ses yeux noisettes presque jaunes, sa peau bronzée vêtue de manière guerrière, soit un pantalon vert court avec une ceinture où pendait un fouet, des jambières en métal luisantes, un plastron argenté portant six traits symétriques s'élevant comme des ailes d'oiseau et des protèges bras lacérés à quelques endroits. Elle était marquée de tatouages tribaux et de cicatrices faites à l'instar des rayures de certains des félins, ce qui ponctuait toute sa dangerosité prédatrice, l'embellissant également davantage. Venant à lui d'un pas plein de grâce, sa queue de cheval noire comme du charbon se balançant de gauche à droite, elle s'inclina à quelques pas de lui.

  • Votre Excellence, le salua-t-elle d'une voix neutre et grave. Je viens vous transmettre certaines nouvelles, dont une qui devrait vous intéresser.
  • Parle, je t'écoute, lui ordonna l'homme en déposant l'ouvrage sur un chevet placé à ses côtés. Qu'as-tu à me dire ?
  • Pour commencer, nous venons de capturer vingt nouvelles prises. De ce que j'ai pu constater, deux semblent être convenables. Peut-être une troisième, mais de qualité moindre.
  • Bien, autre chose ?
  • Oui. ForgeFer vient de se débarrasser de mon Mangeur de Pierre.
  • Comment ?! Je pensais que la situation était parfaitement sous contrôle ! éructa l'homme qui se releva brutalement, sans que cela ne perturbe la femme. Tu disais que ta créature conviendrait pour éradiquer ces gêneurs de nains et de mineurs ! Finalement, j'aurais du en envoyer un autre plutôt que de me fier à toi ! Plus de deux mois d'attente pour ça ?!
  • Il y a eut un imprévu, reprit l'accusée, toujours aussi calme. Mon espion m'a averti que les habitants ont reçu une aide venant de l'extérieur. Ils ont tué le Mangeur de Pierre il y a moins d'une heure. D'après ce que j'ai pu voir, il s'agissait de la princesse Soraya qui s'est échappée du pantin et d'un enfant appelé Anéon.

L'homme fut surpris d'entendre ça, mais ses traits se durcirent encore plus en apprenant la nouvelle.

  • Maudite princesse ! Si elle n'était pas autant utile à nos plans, j'ordonnerais sa disparition par les Sicarius, comme cela aurait du être !
  • De ce que j'ai pu comprendre, elle est en route pour Yggdrasil. Le garçon est aussi accompagné d'une jeune fée. De plus, il semble être un ancien Résident.
  • Vraiment ? s'étonna l'homme.

Le silence se fit, interrompu seulement par le crépitement des flammes. L'homme caressait sa courte barbe grisâtre en fronçant les sourcils. Ce n'était pourtant pas de colère, mais car il réfléchissait. La femme attendit sans rien dire, à l'écoute des prochaines instructions. Quand l'homme reparla, elle savait ce qu'il dirait. Il était, pour elle, tellement prévisible.

  • Prend Sylvia et Baptiste, Lysa. Vous partez tout de suite pour notre base de l'Ouest. Faites en sorte de les ammener là-bas, par n'importe quel moyen. Tâchez d'être discrets, et profitez-en pour en attraper d'autres dans les contrées voisines. Deux, ce n'est pas assez, même avec une qualité moyenne.
  • À vos ordres ! Je m'en vais les prévenir, s'inclina de nouveau la femme du nom de Lysa qui partit sans prononcer un mot de plus.

Quand il fut de nouveau seul, l'homme esquissa un léger sourire, plutôt satisfait en dépit de l'échec de ForgeFer. Au contraire, ce qu'il venait d'apprendre était très intéressant. Il reporta de nouveau son attention sur le livre, comptant sur l'aide de ce fameux Résident et de sa fée pour progresser dans ses recherches.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 22 versions.

Recommandations

Ange S SecretGarden
Comme tout le monde, j'ai ma propre vision, définition de ce monde qu'est la soumission/domination.

Aujourd'hui, j'ai décidé de vous faire entrer dans mon monde durant une journée entière, afin de vous faire découvrir qui je suis et la vie que je mène.

Je me présente, Taryn, une jeune femme soumise aux désirs sadiques soient-ils de Son Maitre.

Je vous souhaite la bienvenue dans mon univers.
71
87
77
40
Johane
La planète nous explique ce qu'elle ressent face aux actions de l'humanité.
3
1
0
1
Défi
Aloysius May


1 : Le big-bang


L’univers est en perpétuelle expansion. Les galaxies s’éloignent les unes des autres, repoussant toujours plus loin les limites de l’univers. Le temps est linéaire : il est né avec la matière et il semble qu’il ne s’arrêtera jamais. Du moins c’est ce que tout le monde croit sans s’en apercevoir.
Jean-Daniel en tout cas s’en soucie peu : le big-bang, la naissance et l’expansion de l’univers tout ça ne le regarde pas. Tout juste est-ce bon pour les scientifiques et quelques illuminés fans de métaphysique ou de science-fiction.
Il se prépare comme à son habitude pour aller au travail. Il déguste une tartine qu’il plonge dans son café, et il pense à la journée qui l’attend. Aujourd’hui, décide-t-il, il ira à pied. Cela le changera. Il fait beau, il faut en profiter. Il enfile donc sa plus belle chemise puis le pantalon qu’il a repassé la veille, et il sort de chez lui. Sur la route qui le mène à son travail, il rencontre une jeune femme. Il la trouve belle, hésite à lui parler, mais y renonce finalement par timidité, et poursuit son chemin.
Il aide ensuite une vieille dame à traverser la rue. Il éprouve soudain une impression de déjà-vu qu’il ne peut expliquer. Mais alors qu’il est presque arrivé deux choses qu’il n’avait pas prévues se produisent.
Tandis qu’il traverse avec légèreté, la première chose est cette voiture qui perd le contrôle et qui va le percuter, lorsque le second événement se produit : l’univers a terminé son expansion. Le big-bang a pris fin, laissant sa place big- crunch. L’univers se rétracte, et le temps avec lui cesse d’aller de l’avant pour revenir sur ses pas, de ce moment charnière où Jean Daniel allait se faire écraser jusqu’aux origines des temps…


2 : Le big-crunch
Daniel-Jean voit une voiture qui s’éloigne de lui. Il marche à reculons, il veut s’étonner de ce nouveau paradigme temporel mais il n’a pas le temps d’y penser. Il aide la vieille dame à reculer sur le passage clouté. À peine se dit-il, dans un instant de fulgurance, que cette impression de déjà-vu était due à ce mouvement de l’univers, que déjà il a honte de sa timidité. Puis il revoit cette femme dont il sait pertinemment qu’il ne lui adressera pas la parole, et continue de marcher à reculons jusqu’à chez lui. Il enlève d’abord son pantalon puis sa chemise. Le café disparaît devant lui, et de plein qu’il était dans la cafetière il se vide. Il prépare ensuite le café toujours à l’envers puis va se coucher. Sa vie va continuer à défiler de cette manière jusqu’au jour de sa naissance, tandis que l’univers se rétracte inéluctablement jusqu’au moment de son apparition.
3
5
2
2

Vous aimez lire Dragon Fire ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0