Remonter

6 minutes de lecture

Point de vue de Soraya :

J'étais à la fois si effrayée et impressionée par la présence de ce monstre que je restais pétrifiée sur place, incapable de faire le moindre mouvement. Même alors que le gigantesque dragon déroula son corps, puis se dirigea vers moi d'un pas à la fois lourd et plein de grâce. La terre tremblait à chaque fois que l'une de ses pattes touchait le sol, et j'en faisais de même avec le reste de mon corps. J'eus tout le loisir de l'observer tandis qu'il venait. Ses écailles étaient à la fois grises et blanches, zébrées de lignes bleuâtres, arborant des sortes de cicatrices dont une impressionante balâfre sur son museau. Ses ailes à demie déployées devaient bien être plus longue que son corps, ornées d'une griffe noire qui se recourbait comme un sabre. Son poitrail présentait des écailles bien plus grosses qui le protégeaient, comme une sorte de plastron. Sa tête fièrement redressée était surmontée de deux paires de lourdes et imposantes cornes noires et, accentuant sa majesté, une sorte de crinière blanche et bleue poussait ébourrifée sur le côté de sa gueule et le sommet de son crâne. Elle se poursuivait le long de son épine dorsale, s'affinant progressivement jusqu'à la pointe de sa longue queue en se terminant par une touffe.

Je ne bronchais toujours pas lorsqu'il s'arrêta à quelques mètres de moi, mettant sa gueule à ma hauteur et me foudroyant, à mon impression, de ses yeux jaunes aux pupilles rétrécies. Il passa quelques secondes interminables, sans que je ne puisse me détacher des crocs que je parvenais à voir sous ses lèvres un peu ouvertes, puis il prit une inspiration et, d'une voix puissante, il parla :

  • Puis-je connaître la raison de ta venue ici, intruse ? Bien que cela ne change pas de ce qui t'attend.

Ce fut l'électrochoc, je revins brutalement de mon observation. Je relevais la tête et fis face au dragon, le regardant droit dans les yeux malgré ma frayeur.

  • Je... Je suis navrée de m'être introduite ici. Ce n'était vraiment pas mon attention, croyez-moi.
  • Oh ? Et puis-je savoir comment es-tu parvenue ici alors, si tu ne le souhaitais pas ? me demanda-t-il d'un ton faussement plaintif.
  • Je l'ignore, avouais-je, sentant un gloussement mental en provenance de la bête, mais un homme m'a poussé dans le temple.
  • Un homme dis-tu ? Hmmm... Il me semblait bien percevoir deux Présences inconnues ici. Si c'est cela qui s'est passé, intruse, alors prépare toi à mourir. Ton ami te rejoindra ensuite !

Sur ses paroles qui me glacèrent le sang, il se releva sur ses deux pattes arrières et balança sa patte droite sur le côté, prêt à frapper. Je le vis venir et, même si c'était désespérée, je sautais sur le côté. Quelle ne fut ma surprise en sautant sur plusieurs mètres, à l'instant même où le dragon s'apprêtait à m'écraser comme un insecte. En atterissant, je freinais brutalement sur le sol, laissant une longue marque. Je n'eus pas le temps de m'étonner sur mes capacités incroyablement développées, car le dragon tourna brusquement la tête vers moi, ses narines fumantes d'une fumée noirâtre. Comprenant ce qu'il allait faire, je me précipitais à toute allure derrière un pilier de pierre, à l'instant où il souffla un jet de flamme qui assécha ma peau. Cela dura longtemps.

  • Dragon, vous devez me croire ! Je n'avais pas l'intention de venir jusqu'ici !

Silence !!! rugit le dragon mentalement, sans cesser son attaque. Penses-tu sincèrement me duper en me proférant de tels mensonges ?! Nul ne peut pénétrer par accident dans ces lieux, et encore moins de l'objet que je garde !

  • Mais de quoi parlez-vous ?! Je ne comprend pas !

Il n'y eut pas de réponse cette fois, seulement le souffle âcre et brûlant de la bête qui tentait de me tuer. Puis, enfin, le silence vint. Prudente, je ne me montrais pas tout de suite, craignant qu'il ne passe à l'attaque de nouveau. C'est ce qui se produit, mais pas de la manière dont je m'y attendais. Le sol se mit à trembler sous mes pieds, suivant du bruit caractéristique de la course brève d'un animal gigantesque. J'eus à peine le temps de m'écarter que le pilier explosa sous la violence du coup de bélier du dragon, qui me projeta par la même occasion plus loin avec les débris. J'étais sonnée, mais pas assez pour ne pas remarquer la tête du dragon au-dessus de ma tête, sa gueule remplit de flammes prêtes à m'incinérer vivante.

  • Dire que je t'ai amené ici, dans le but de savoir pourquoi tu étais là, et tu viens me servir un vulgaire mensonge ! Jamais encore on avait osé me dire d'être venu ici par ERREUR ! Tu m'auras au moins rendue la journée plus distrayante ! Heureusement pour toi, j'ai décidé de régler ça rapidement. Révèle moi ton nom, que je puisse le placer sur la pierre tombale de ceux qui eurent l'audace de venir jusqu'ici avant toi ! grogna-t-il en désignant du museau une énorme pierre un peu plus loin.
  • Je... Je me nomme Soraya.

Dès lors que je me présentais, attendant en fermant les yeux la brûlure de ce qui sera ma mort, j'entendis le grondement surpris que fit la bête qui claqua brusquement sa gueule. Ouvrant un seul de mes yeux en l'entendant bouger, je remarquais qu'il s'était mis à reculer, les yeux écarquillés.

  • Re... Redis moi ton nom, bégaya-t-il ce qui, de mon point de vue, était hilarant.
  • Heu... Je suis Soraya. La princesse des Royaumes de l'Est : Soraya el Lumis ed Sariel tet ad Maria, reformulais-je en me redressant prudemment.
  • Non, impossible, murmura-t-il en baissant les yeux, toujours en reculant. Serais-tu par hasard une Protégée ?
  • Oui, celle de Lyrhana. Comment le savez-vous ? l'interrogeais-je en retour.

Il se contenta de secouer la tête, me tournant le dos et s'approcha d'un pas lourd vers le milieu de deux autres piliers de couleur cette fois argenté. Je l'entendis inspirer, puis le vit cracher de nouveau des flammes, mais curieusement, elles apparurent bleues. Elles s'enroulèrent en spirale et se condensèrent pour former une sorte de cercle. C'est seulement à cet instant qu'il reprit la parole :

  • Peux-tu me décrire celui qui t'a conduite ici ?
  • Hé bien, je ne l'ai pas bien vu, lui dis-je en me rappelant. Mais il avait les yeux ambrés, des cheveux noirs et... il portait un insigne. Un phénix blanc aux yeux rouges qui formait un cercle. Pourquoi me demandez-vous ? Je pensais que vous ne me croyiez pas ? m'étonnais-je en me rappelant son attitude plus tôt.
  • D'ordinaire, oui. Cependant, ton nom et ton statut m'ont prouvé que tu disais vrai, m'apprit-il, me laissant encore plus perplexe. Un conseil petite, ne t'approche plus de cet individu. Fuis le dorénavant, ainsi que ceux portant le même insigne.
  • Je ne comprend pas... je ne comprend pas ce que vous dites. Ni pourquoi vous agissez ainsi ! Vous essayez de me tuer, et il suffit que je vous dise qui je suis et le fait que je sois une Protégée pour que vous changiez d'attitude ! Pourquoi ? m'exclamais-je en m'avançant vers lui, plus du tout effrayée, mais en quête de réponse, me faisant oublier qu'il pouvait aisément me déchiquetter en un instant.
  • Tu n'as pas besoin de comprendre maintenant. Ta déesse te le dira quand elle jugera qu'il sera temps. Il pointa ensuite l'une de ses griffes sur le cercle concentré et poursuivit : Emprunte ce portail. Il te ramènera à toi.

La rapidité de l'enchaînement des actions me dépassait, mais entendre du reptile que cela pourrait me sortir de là me fit me précipiter sans attendre après une brève pensée. Les dragons étaient peut-être redoutables et n'étaient pas bien vus des humains, moi comprise, mais je savais par les récits et les chansons d'aventuriers qui venaient parfois compter leurs exploits au château ou certains des écrits de nos sages qu'ils disaient toujours la vérité. Aussi, je n'éprouvais aucune crainte à passer devant lui. Je m'arrêtais tout de même en le dévisageant curieusement.

  • Puis-je au moins connaître votre nom, puisque vous savez le mien désormais.

Le dragon souffla des narines d'un air amusé, puis il me répondit :

  • Regis'daegganargentum tyarn aeria.

Le nom à la rallonge, pensais-je sans le dire à voix haute avec une moue ébahis.

Curieusement, ce nom ne m'était pas inconnu. L'idée de le rechercher dans les livres traversa mon esprit au moment où je mis un pied dans le passage que crééa le dénommé Regis.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 23 versions.

Recommandations

ChihuahuaBlack
Shanna Aguanieve est une étudiante totalement dissipée, qui se bat et qui ne porte que peu d'attention à son avenir. Luna est son exact opposée. Bonne élève, elle cherche toujours à en apprendre plus sur la psychologie humaine. Et alors qu'elle arrive au Lycée, son nouveau sujet d'étude est tout trouvé : la fameuse chef des délinquants...
1
0
0
84
Défi
el Sorio 2
un portrait chinois sur moi
5
1
9
1
Défi
Jérôme S

L'extase! L'extase totale! Imaginez vous cela? Je sortais du théatre et la piece "la machine infernale" de Cocteau m'avait ravi le coeur. Celui ci palpitait et battait la chamade.Bien que de nature timide naturellement , j'allais vers n'importe qui dire n'importe quoi! Je me sentais légé comme une plume et je courrais par les rues. "Le pavé du roi!" m'écriais-je et je bondissais comme un lunatique.
N'allez pas croire que je suis fou. Je suis simplement un être comblé.
 Par l'amour! J'allais voir ma promise et rien au monde n'eu pu me rendre plus heureux.
Je toquais a la porte. Je poussais le loquet.
Merde! Elle était entre deux gars qui la draguait ostensiblement. Je fus saisi d'une fureur sans pareil: je soulevais une chaise et la balançais sur les deux types. Ils détalèrent au taquet. Et je fut pris d'un dégout monumental pour cette petite catin .
Je pleurais beaucoup les jours suivants. Mon désespoir s'accrut de jour en jour et je tombais dans une mélancolie profonde comme cette chère Emma Bovary.
Pauvres âmes blessées! ayez pitié seigneur!Mais rien n'y fit.Mes prières étaient vaines.Un matin je pris mon revolver dans le tiroir de mon secrétaire. J'allais en finir .Mon état d'esprit à ce moment fut innéfable,inavouable même!
Japprochais l'arme de ma tempe.
C'était fini.

Jérôme S.....
1
1
0
1

Vous aimez lire Dragon Fire ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0