Sortie

6 minutes de lecture

Point de vue d'Anéon :

Alors que ma réaction immédiate aurait dû être de refuser ou de proposer une autre solution, je ne répliquais même pas. Au contraire, je me mis à réfléchir autrement. Comme si mes pensées étaient bien plus coordonnées et logiques, comprenant mieux les options qui se présentaient à moi. Elles n'étaient plus parasités par la crainte et la douleur. Une en particulier m'apparut être une alternative que je trouvais correct, malgré ma réticence à déployer mes forces. Lyrhana ne pouvait pas nous aider directement, mais peut-être de manière indirecte...

  • Je ne parviens pas à canaliser seul mon énergie, mais pourrais-je compter sur vous pour m'y aider ? Ainsi, ce ne serait pas vous qui nous ferait sortir, puisque vous ne feriez que nous offrir une assistance. J'aurais l'esprit plus tranquille lorsque je devrais de nouveau l'utiliser, suggérais-je, décidant que si je devais vraiment le faire maintenant et dans le futur, je voulais au moins être sûr que si la situation dérapait, je pourrais avoir un soutien non négligeable, en espérant avoir eu le bon raisonnement.

La déesse parut réfléchir quelques secondes, ses yeux violets plissés en signe de réflexion, puis elle hocha la tête.

  • Oui, ce ne serait pas vraiment contraire aux règles. Comme je l'ai fait pour Soraya en l'avertissant du danger qui la menaçait, je peux tout aussi bien t'offrir quelque chose qui t'aidera, même si je sais que tu y arriverais parfaitement tout seul avec de la volonté, m'assura Lyrhana, finissant sa phrase par ce qui me semblait être un reproche.

Soulagé de me savoir épaulé, je me redressais l'esprit plus serein. Je pouvais toujours essayer une nouvelle fois. De plus, si il y avait quelque chose qui me correspondait vraiment, au lieu de fuir ou d'avoir peur, c'était le fait de toujours tenir mes promesses qui était vraiment importante pour moi. Dont celle de mener saine et sauve Soraya jusqu'à Yggrasil. Aussi, je regardais en direction des nains, prêt à l'action, et plus particulièrement de Titania avec qui je connectais mon esprit.

Titania, tu m'entends ?

Anéon ! Par toutes les divinités, je n'y croyais plus ! Essayez de tenir encore un peu, nous mettons les bouchées doubles pour vous sortir de là !

Inutile, je m'en occupe. Dis à tout le monde de s'éloigner le plus loin possible.

Je coupais court à la discussion et me reconcentrais sur mon attaque, essayant d'ignorer ma peur d'utiliser mes pouvoirs. Il me fut facile de recouvrer toute la puissance nécessaire, étant donné que je ne m'en était toujours pas débarassé. Au moment où je me sentais prêt, je sentis Lyrhana poser une main sur mon bras, me faisant un doux sourire.

Finalement, c'est une déesse plutôt sympathique, je l'ai mal jugé, me fis-je la remarque en lui rendant son sourire.

  • Je te remercie Anéon. Et puisque que tu as pensé cette fois à une gentille chose sur moi, laisse moi te donner quelque chose, me remercia-t-elle à mon plus grand étonnement.

Avait-elle lu mes pensées ?! Je ne sus quoi me dire lorsque je la vis attraper mon poignet et l'irradier d'une lueur bleuté. Ne ressentant pas de douleur, je ne pus que pencher ma tête sur le côté en tentant de comprendre ce qu'elle faisait. Lorsque je sentis quelque chose serrer mon poignet et que Lyrhana retira ses mains, je compris qu'elle m'avait fait un présent. Ce qui était sur mon poignet était un bracelet d'argent assez gros aux motifs en vague dorés, orné d'un cristal oval transparent de la largeur de mon pouce et qui faisait la demi-taille de mon index. Il était beau... mais pourquoi me l'avait-elle offert ? Elle fit la même chose avec mon autre poignet, me permettant de me retrouver avec deux bracelets identiques. Est-ce que ces choses étaient son aide ?

  • Heu... Merci ? fut la réponse que je trouvais la mieux adapter pour laisser paraître mon trouble et ma perplexité sur leur utilité, sans paraître impoli.

Au moins, elle eut pour effet de faire rire la déesse mère, bien qu'elle se reprit vite.

  • Tu n'as pas la moindre idée de ce que c'est, n'est-ce pas ? devina-t-elle, ce que je confirmais en secouant la tête. Je vois. Eh bien, ce sont des inhibiteurs.
  • Des inhibiquoi ? déformais-je maladroitement, ignorant complétement ce que cela signifiait.
  • In-hi-bi-teur. Pour faire simple, l'ihnibiteur bloquera ou réduira l'énergie que tu manifesteras. Un peu à l'instar de ton sceau, mais en bien plus puissant. Grâce à ce cristal que j'ai envouté, m'indiqua-t-elle en touchant la surface de mon ornement, l'énergie en trop restera stockée. L'avantage est, qu'ainsi, tu pourras récupérer le Mana qui aura été placé là-dedans.

Je regardais émerveillé les bijoux que Lyrhana m'avait offert. C'était exactement ce qu'il me fallait ! La déesse n'en avait cependant pas fini car elle poursuivit :

  • Le problème en revanche, c'est que tu ne pourras pas dépasser la limite de puisssance que j'aurais imposé à ce cristal. Tes capacités sont donc muselées. Il y a aussi autre chose : tu ne peux plus t'en débarasser.
  • Pardon ?! m'épouvantais-je en abandonnant la joie de les posséder.
  • Pas tant que tu auras résolu ce problème avec la maîtrise de tes pouvoirs. Tu avais raison, admit-elle d'un ton sombre, tu as beaucoup de mal à te contrôler. Et la peur que t'inspire tes pouvoirs n'y aide pas. Je l'ai vu moi-même. Tu dois aussi savoir que je ne t'ai pas offert ces objets sans attendre une chose en retour.
  • Mais... je n'ai rien à vous offrir, hormis ce que j'ai déjà, donc de l'argent. Et je ne peux pas vous offrir la flûte ou mon masque, j'en ai besoin, lui appris-je en commençant à regretter de lui avoir demandé de l'aide.
  • Oh, je ne veux rien de matériel, rassure toi, me répondit Lyrhana. La seule chose que j'attend de toi en retour, c'est de partir à la rencontre de quelqu'un.

De toutes les choses que la déesse aurait pu me réclamer, il fallait que je parte à la recherche d'un individu ! Je ne l'avais pas vu venir ce coup-ci.

  • Je te rassure, la quête de Soraya ne s'en retrouvera pas ralenti. Il se trouve aussi vers le Nord, dans une contrée près d'Astral, vers le fleuve gelé Ragh. C'est un vieil ermite du nom d'Arkha qui devrait t'aider à mieux maîtriser ton Mana, voire à t'améliorer. Ce ne sera pas facile de le convaincre de t'aider, mais il faudra que tu le persuades.

Décidément, tout ça devenait de plus en plus étrange. Mais alors que j'allais lui demander autre chose, Lyrhana se retourna pour se diriger vers Soraya et commença à disparaître.

  • Ah oui, j'oubliais de te dire la deuxième raison de ma venue, s'exclama-t-elle en me regardant de nouveau, mais elle avait perdu sa chaleur pour le remplacer par un air inquiet qui me glaça le sang. Faites très attention à vous trois, quelqu'un vous espionne à votre insu.
  • Vraiment ? m'assombris-je devant sa déclaration. Savez-vous qui ?
  • Je ne sais pas. Mais depuis que je nous discutons, je ne cesse de ressentir la Présence d'un autre individu. Il est tout près, à l'extérieur. Soyez prudent, m'avertit-elle avant de se fondre en la princesse.

La lumière de la marque de la divinité mère s'estompa pour revenir à la normal, tandis que Soraya perdit instantanément ses yeux violets qui redevinrent verts, puis ils se fermèrent et elle tomba en avant avec un gémissement. Je la rattrapais avant qu'elle ne s'écroule, voyant la sueur qui perlait son front et sa respiration saccadée. Moi aussi, depuis que Lyrhana était parti, je commençais à éprouver un vertige qui manifestait le manque d'air et mes poumons s'embrasaient douloureusement dans ma poitrine. J'ignorais si elle nous avait donné plus de temps sans que je ne m'en aperçoive, mais il était temps pour nous de sortir d'ici.

Je dois me dépêcher, pensais-je en déposant l'adolescente.

Vérifiant que personne ne se trouvait devant les décombres, je levais une main en haut pour maintenir la barrière et tendis l'autre pour faire exploser les roches nous bloquant la sortie. La peur ne vint pas cette fois, rassuré par la présence de ses fameux bracelets et, libérant toute mon énergie contenue, je relevais la barrière devant moi et invoquais un faisceau d'énergie incroyablement chargé de Mana brûlant et électrique qui, lorsque que je la projetais de toutes mes forces avec un cri, heurta avec fureur les roches. L'explosion détruisit ou fit voler les minéraux, remplissant notre prison d'un air frais que j'aspirais avec ivresse tout en laissant mes marques disparaître, alors que des nains, des hommes et Titania apparurent devant l'entrée pour venir à notre rencontre.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 26 versions.

Recommandations

ChihuahuaBlack
Shanna Aguanieve est une étudiante totalement dissipée, qui se bat et qui ne porte que peu d'attention à son avenir. Luna est son exact opposée. Bonne élève, elle cherche toujours à en apprendre plus sur la psychologie humaine. Et alors qu'elle arrive au Lycée, son nouveau sujet d'étude est tout trouvé : la fameuse chef des délinquants...
1
0
0
84
Défi
el Sorio 2
un portrait chinois sur moi
5
1
9
1
Défi
Jérôme S

L'extase! L'extase totale! Imaginez vous cela? Je sortais du théatre et la piece "la machine infernale" de Cocteau m'avait ravi le coeur. Celui ci palpitait et battait la chamade.Bien que de nature timide naturellement , j'allais vers n'importe qui dire n'importe quoi! Je me sentais légé comme une plume et je courrais par les rues. "Le pavé du roi!" m'écriais-je et je bondissais comme un lunatique.
N'allez pas croire que je suis fou. Je suis simplement un être comblé.
 Par l'amour! J'allais voir ma promise et rien au monde n'eu pu me rendre plus heureux.
Je toquais a la porte. Je poussais le loquet.
Merde! Elle était entre deux gars qui la draguait ostensiblement. Je fus saisi d'une fureur sans pareil: je soulevais une chaise et la balançais sur les deux types. Ils détalèrent au taquet. Et je fut pris d'un dégout monumental pour cette petite catin .
Je pleurais beaucoup les jours suivants. Mon désespoir s'accrut de jour en jour et je tombais dans une mélancolie profonde comme cette chère Emma Bovary.
Pauvres âmes blessées! ayez pitié seigneur!Mais rien n'y fit.Mes prières étaient vaines.Un matin je pris mon revolver dans le tiroir de mon secrétaire. J'allais en finir .Mon état d'esprit à ce moment fut innéfable,inavouable même!
Japprochais l'arme de ma tempe.
C'était fini.

Jérôme S.....
1
1
0
1

Vous aimez lire Dragon Fire ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0