Explosion

5 minutes de lecture

Point de vue de Rosvak :

Quelques minutes plus tôt, avant que le Geule-de-Fer n'attaque le trio...

  • Grög'wêh ! Je vous prie d'attendre encore un peu ! Ils sont toujours en vie, vous le savez comme moi. Leurs Présences sont toujours là ! implorais-je sa seigneurie qui me fixa avec un regard où je voyais sa tristesse, mais aussi sa détermination.
  • Tu as entendu comme moi mon ami ! Ce reptile s'approche. Si nous n'agissons pas maintenant, il sera trop tard. Il faut faire s'écrouler les galeries, ou nous mourrons tous !
  • Mais enfin !

Mon supérieur me tourna le dos, pour me faire signifier que sa décision était prise. Il s'adressa à l'un des soldats humains présent et lui ordonna d'armer une flèche de feu. Les autres partirent se cacher derrière des remparts. Un nouveau rugissement fit trembler l'air autour de nous, plus proche encore que le précédent. J'étais tourmenté.

Il était vrai que ce monstre nous emprisonnait ici depuis des semaines, et nous a imprégné la crainte de se faire attaquer à tout moment. Il fallait en finir, je le savais. Malgré tout, l'idée de condamner Anéon, la fée et la princesse des Royaumes de l'Est me répugnait. Je tentais alors de le raisonner une dernière fois.

  • Seigneur, je vous conjure de patienter. Le roi des royaumes de l'Est réclamera justice si sa fille unique perdait la vie par notre faute ! insistais-je alors.
  • Alors il ne prendra que ma tête ! Car ce sera moi qui aura donné l'ordre ! assura alors Grögh avec fermeté.
  • Non, pas seulement votre tête, mais aussi celles de tous ceux qui auront participé à cette opération ! clamais-je, attirant alors l'attention des soldats qui se mirent à murmurer avec un ton de peur. Cette tactique a été élaborée dans le but de minimiser les pertes, au point de les rendre nulles ! Si nous faisons cela, alors il aurait mieux valu affronter directement le Gueule-de-Fer.

Grögh'wêh ne répondit pas, grognant en regardant l'entrée où les fils huilés étaient reliés aux explosifs. Plusieurs secondes s'écoulèrent puis doucement, mais fermement, il dit :

  • Je leur laisse encore cinq minutes pour nous rejoindre. Si d'ici là ils ne sont toujours pas venus, je n'aurais d'autres choix que de faire tout exploser. Et ce, quelques soient les conséquences à venir.

Soupirant de soulagement, je m'inclinais puis portais à mon tour mes yeux où j'espérais voir arriver d'une minute à l'autres les trois compères.

Hâtez-vous mes amis, les encourageais-je par la pensée.

oOo

Point de vue d'Anéon :

Vite vite vite, me motivais-je pour accélérer l'allure, surtout lorsque les assauts du Gueule-de-Fer contre le mur de Soraya se faisaient de plus en plus violents.

Cette dernière reprenait des forces grâce à Titania, mais ce n'était hélas pas suffisant et la jeune fée n'en possédait pas une quantité infinie. Ma vitesse de course s'en retrouvait très réduite, mais je parvenais malgré tout à tenir le coup. Il ne restait presque plus rien, je pouvais m'apercevoir que la lueur des champis-lumis laissaient place à une autre, et je pouvais aisément deviner qu'il s'agissait de celle du lieu où nous nous rendions.

Un autre indice tout simple était que les sacs de poudre noire avaient seulement laissé place à des fils enduit d'huile. Logique, les soldats n'allaient pas s'auto-exploser. Sachant que nous arrivions, j'allais avertir joyeusement Soraya et Titania lorsqu'un sifflement inattendu me parvint. Je m'arrêtais alors, ne parvenant pas à identifier l'origine de ce bruit et ne pouvant déterminer si c'était un danger ou non. Néanmoins, une chose était sûre : il venait de devant et approchait.

Aussi, quel ne fut mon désarroi, mais également mon horreur, en voyant un point lumineux surgir droit devant, dévorant avec vitesse l'un des fils rasant le sol.

  • Oh non, paniquais-je tout bas en comprenant que les nains avaient déclenché leur piège bien que nous soyons encore là.

Pour gagner du temps, j'écrasais la zone enflammée de mon pied lorsqu'elle vint à ma hauteur, et recommençais à courir.

  • Anéon, qu'est-ce qui se passe ? me demanda Titania qui vola à mes côtés.
  • Il faut qu'on se dépêche ! Les nains sont passés à l'action on dirait bien ! lui répondis-je simplement.
  • Quoi ?!

Comme pour me donner raison, d'autres points lumineux glissèrent de leur fil respectif. Et à en juger par leur rapidité, il ne nous restait plus que quelques secondes pour décamper de là. J'ignorais alors si une divinité se jouait de nous à ce moment précis, mais un bruit d'éboulement suivit d'un rapide pas lourd m'informa de la remise en course du reptile qui n'avait pas dit son dernier mot.

Par pitié, on n'a pas besoin d'un autre truc pour stresser ! me lamentais-je alors.

Et, le sort voulant me confirmer le contraire, je trébuchais dès que je tentais de l'apercevoir et m'écroulais de tout mon long au sol, entraînant Soraya avec moi dans ma chute. Mais je ne perdais pas un instant, je me relevais presque aussitôt et attrapais par le bras la princesse. Je croisais alors ses yeux épuisés, terrifiés mais autre chose qui ne me plut pas. De la résolution. Et lorsque je vis qu'elle s'apprêtait à me dire quelque chose, devinant d'avance ce qu'elle allait me suggérer, je la tirais en avant.

  • Ne pense même pas à me demander de partir devant ! Nous y sommes presque ! hurlais-je de toutes mes forces pour couvrir les rugissements incessants du monstre derrière nous.

Je ne sais pas si mes mots lui donnèrent de la force, mais sa course se fit plus rapide et, tournant à nouveau, l'entrée se dévoila à nous. Alors que nous n'étions plus qu'à quelques mètres, j'entendis très nettement l'explosion dû au contact de la poudre noire et du feu. Un souffle d'air produit par l'onde de la déflagration nous fit décoller dans les airs. J'atteris brusquement au sol, ignorant si nous étions sortis ou non. Le bruit de roches qui s'écroulaient les unes sur les autres, ainsi que le hurlement aigu du Gueule-de-Fer, furent les dernières choses que je perçus avant de perdre peu à peu connaissance. Mais je n'avais pas encore dit mon dernier mot ! Espérant que cela marche, j'usais de mes dernières forces pour me débarasser du sceau que je portais sur moi depuis maintenant cinq ans et imaginer un sort pour nous protéger de l'écroulement.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 22 versions.

Recommandations

Défi
cornelie
En réponse au défi de Chuck Mac Cracker. Conversation vidéo, chapitre 3.
10
52
17
2
Marie Smorta


Une image
J’ai toujours voulu te dire
J’ai toujours voulu
« Tu es semblable au vent, à la tempête
Gouttes de pluie dans tes yeux quand tu te calmes un peu »
Je voulais t’écrire
Ça se bouscule dans ma tête
Ça fait beaucoup de bruit et réveille beaucoup de choses
Tout me dérange
Pourtant
Tu sais, c’est difficile de se dire que les choses continuent d’avancer. C’est difficile de se rendre compte qu’on ne peut pas se souvenir de tout. C’est dérangeant quand on essaye de contrôler ce qui ne peut plus l’être.
C’est triste quand on se rappelle d’avoir vécu

________________________________________________________________________________________________________

Je rapporte tout à l’amour, constamment.
Comme si c’était ce qui importait le plus.
C’est juste que j’ai été profondément blessée, pas que par toi mais aussi de la société.
Ce sont des choses qui arrivent, j’imagine.
Tant de cicatrices qui ne demandent qu’à se rouvrir inlassablement.

Ça fait mal, n’est ce pas ?
3
5
3
1
Défi
Naomie

    "-Ravi de faire votre connaissance, moi c'est Edgard mais vous pouvez m'appeler Ed. Je suis pizzaiolo.

     -Enchantée, moi c'est Jane. Je suis lycéenne."
Wow, y'a un rat dans la pizza de Ed, c'est énorme!

    "-Ahah c'est marrant le rat dans la pizza...mais vous êtes une licorne?!
     -Eh ouais, la classe hein? J'ai une idée géniale...j'ai un bolide-d'enfer-pas-piqué-des-hannetons dans l'avion. Tu veux l'essayer?
Waouh! C'est trop bien toutes ces couleurs, en plus Ed change de couleur et de forme, il est bleu, gros, rouge, c'est trop drôle. Putain! Le top du top.
    "-Comment ton avion est arrivé ici sans faire de bruit, il est trop fort!
     -C'est plutôt nous qui sommes arrivés à côté de l'avion sans faire de bruit. Chut, il risque de se réveiller."
Putain les marches de l'avion sont en guépard. Merde y'en a un qui me regarde, je dis quoi?
    "-Tout ceci n'a aucun rapport avec Gisèle! Demande à Ed, c'est à Christen qu'il faut s'en prendre, c'est elle qui a balancé de l'eau sur le ciel. Je l'ai vue...je l'ai vue de mes propres yeux! Croooois-moooii!"
Ses yeux se sont retournés et de la lumière en sort...on dirait des minis concerts à l'intérieur! C'est vraaaaaiiiiiment troooooop trop bien! Je me sens tellement...bien.
    "-Jane! Viens voir mon bolide-d'enfer-pas-piqué-des-hannetons...
     -Putain!! Elle est trop cool ta balançoire. Je peux faire un tour?
     -Bien-sûr que oui."
Elle est confortable...mais c'est encore le guépard. Il est trop drôle.
Merde! Ca a disparu, Ed, le guépard, l'avion et la balançoire. Et j'ai un de ces mal de tête, c'est horrible.
    "-Elle était puissante, hein? Je t'avais prévenue, aller je te l'offre pour cette fois."
2
1
0
1

Vous aimez lire Dragon Fire ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0