Revanche

7 minutes de lecture

Point de vue de Soraya :

Agenouillée à cause d'un tournis incontrôlable, je crachotais l'eau que j'avais avalé après que le courant m'ait emporté dans un réseau plus petits de couloirs me conduisant à une faille à l'extérieur, et éjecté dans le vide, où je fus heureusement réceptionée par un arbuste courbé qui avait choisi d'élire domicile dans la roche, m'évitant une chute fatale. En dépit de ce petit détail, le plan de Titania avait parfaitement fonctionné et le pantin, qui n'avait pas eu la même chance que moi, avait disparut. Du moins, pour un temps. Je ne me faisais pas d'illusions, il reviendra très certainement dans peu de temps, où qu'il soit.

  • Soraya !!! m'apparut alors Titania qui fila droit sur moi. Elle se posa sur la main que je lui tendis.
  • Ton idée était excellente Titania ! C'était vraiment un coup de génie ! la félicitais-je en souriant de bonheur.

Par gêne, la fée se mit à briller plus fortement à la tête, mais son sérieux revint très rapidement et elle s'envola pour toucher ma blessure à la tête. Elle grimaça.

  • Hou la la, il t'a pas loupé. C'est un miracle que tu ais réussi à faire venir une telle quantité d'eau ! Ne bouge pas, je vais te soigner et en profiter pour reconstituer tes réserves de Mana.

Sans plus tarder, Titania s'occupa de ma blessure, calmant les pulsations qui tambourinaient furieusement mon crâne. Je sentis très clairement une chaleur bienfaisante refermer ma plaie et atténuer mon tournis. Lorsqu'elle eut fini, je frottais délicatement mon front et ne sentis qu'une légère bosse. C'était bien mieux. Mes forces me revinrent et la fatigue terrible, que je commençais à sentir venir, s'atténua un peu. Je regardais Titania et abaissais ma tête en remerciement.

  • Bon, maintenant, me ressaisis-je au vu du danger, il faut que nous sortions vite de là avant que notre cher ami ne revienne. J'aimerais autant éviter de me refaire assomer, et ce, avant plusieurs jours. Et puis, je suis inquiète pour Anéon.
  • Oui, tu as raison. Il a été grièvement blessé, nous devons nous hâter. Mais Soraya... quelque chose m'interpelle. Pourquoi le pantin t'a enlevé ? As-tu une idée ?
  • Hélas oui, lui confirmais-je d'une voix sombre. L'Aura de ce monstre de métal me fait penser à celle des ennemis de mes rêves.
  • Les assassins, comprit alors Titania.

Suite à ses paroles, elle secoua la tête et reprit :

  • Mais ça n'a pas de sens ! Ils ont pour but de te tuer, pas de te capturer ! Pourquoi auraient-ils subitement changé d'avis ?

Si seulement je savais, me dis-je alors.

Mais il n'y avait aucun doute : mes assassins m'avaient retrouvé. Une raison de plus pour partir au plus vite et aider Grögh afin de s'échapper de cet endroit ! Sans m'attarder davantage, je me relevais et escaladais les rochers afin de monter car j'espérais y trouver un passage. Le chemin s'avérait assez ardu et la montée serait longue. J'étais épuisée par l'utilisation de mon Mana et de mon Aura. En dépit de cela, je prenais mes appuis, assez facile à trouver même en ne voyant que peu devant moi, et entamais mon ascension.

Bien que, rapidement, mes doigts se crispèrent douloureusement, je faisais en sorte de prendre mon temps afin de ne pas me faire avoir par des prises fragiles : au moindre faux pas, à la moindre erreur d'attention, et ce serait la chute. Mètre après mètre, je tâtais, vérifais et jouais avec moon poids. Lorsque je jugeais que c'était bon, je grimpais et poursuivais ma route.

Après une ascension sans trop de tracas ni de complications majeur, bien que je faills trébucher sur un rocher friable, j'arrivai juste à côté d'une toute petite plate-forme, mais juste assez grosse et d'apparence assez accrochée au bord pour me permettre de m'y asseoir. En soufflant et en massant mes mains misent à rude épreuve, tout en levant mon poignet pour enlever la sueur de mon front, je m'aperçus que les rochers à partir de là étaient recouverts d'une mousse fluorescente qui me permettais de me repérer dans l'obscurité, la lumière extérieur ne m'atteignant pas assez. Alors que Titania volait à mes côtés, ajoutant encore plus de luminosité tout autour de nous, je la vis se pencher vers cette étrange mousse et y prêter beaucoup d'attention.

  • C'est une mousse curative, m'expliqua-t-elle tandis que je faisais une courte halte afin de reprendre mon souffle. Crois-tu que je pourrais en mettre un peu dans les poches de ta veste ? Pour Anéon...

Ma gorge me serra en repensant à l'état dans lequel se trouvait le jeune garçon. Et dire que l'on s'était disputé il y a peu à cause de mon entêtement. Il venait de se battre comme un lion contre cet ennemi redoutable ! Intérieurement, je me promis de m'excuser, comme lui l'avait fait dans la plaine.

  • Bien sûr ! Mets-en autant que tu peux ! lui autorisais-je en soulevant l'entrée de l'une des poches de ma veste grise.
  • Merci.

Titania prit alors toute la mousse accrochée aux rochers. Mes poches furent gonflées à la vitesse de l'éclair, débordant de ce précieux végétal. Lorsque notre collecte fut terminée et que nous ne pûmes en rajouter une miette de plus, nous reprîmes notre route. Mes mains me firent souffrir et commençaient à être moites. Après plusieurs minutes, je gravissais les dernières roches. Soulagée, je poussais un petit cri de victoire lorsque jaillit alors par-dessus ma tête une nuée de chauve-souris qui me foncèrent dessus. Beaucoup me percutèrent avec violence, et mon pied gauche glissa brusquement. Je me mis à dégringoler de quelques mètres, jusqu'à ce que je me raccroche à nouveau. Mon cœur cognait fortement dans ma poitrine et je restais immobile après être passée si près de la mort.

  • Tout va bien Soraya ?! s'enquit Titania en s'approchant.
  • Heu... Oui. Oui, ça peut aller, la rassurais-je tout en regardant une de mes mains, recouverte de sang. On y retourne.

Avec plus de prudence et veillant cette fois à rester parfaitement silencieuse, je parvins enfin au sommet. Je m'allongeais sur le dos, complétement à bout et les mains en feu. J'eus l'idée d'user d'un peu de la mousse curative, mais je la chassais aussitôt. Anéon en avait bien plus besoin. Alors que je commençais à m'assoupir, Titania hurla soudain :

  • SORAYA !!!
  • Quoi ?! m'alarmais-je par le ton de sa voix paniquée.

Elle fixait le bord, aussi je vis ce qui l'effrayait. Le pantin était juste en bas ! De plus, il commençait à grimper avec une effroyable vitesse l'éboulis. Je m'éloignais le plus possible. Il fallait agir !

  • Fuyons Soraya !!! m'exhorta Titania.

Je n'en fis rien. Bien au contraire, je campais sur mes positions, me concentrant de nouveau sur le Mana qui m'entourais. Cette fois, la victoire ne sera pas pour lui ! Ignorant avec facilité les hurlements de la fée à cause du sang-froid qui venait de s'emparer de moi, je repérais les flux de Mana de Terre présent dans le sol. Une fois fait, je déployais mon Aura en puisant dans mon Mana et fis ce qu'aucun humain ne pouvait faire.

Les Manipulateurs naissaient avec une Aura particulière, qui avait parfois une certaine affinité avec les éléments principaux qui nous entouraient : l'eau, la terre, le feu, l'air. Plus rarement s'intégrait la lumière et les ténèbres. Pour les Esprits, quelques Mages particuliers et le domaine divin, le Mana même. Lorsque l'on était possesseur d'une certaine Aura, un seul élément peut nous être lié, nous permettant certaines actions et aptitudes. Mais j'étais une exception. Mon Aura était polymorphe, ce qui signifiait qu'elle pouvait se changer à volonté et s'affilier à n'importe quel élément. Il suffisait juste que je la modifie pour que ce changement se produise.

J'entrais alors en contact avec celui de la Terre. Je reproduisis ces mêmes ondes en mon Aura et délaissais celles de l'eau. Je pus capter ainsi le Mana de Terre et l'intégrais en moi au moment même où le pantin apparut. Il se jeta littéralement sur moi mais alors, hurlant sous l'effort, je tendis ma main en avant.

  • Hyaaa !!!

Un pic imposant jaillit de la terre et empala mon adversaire qui, à mon impression, me dévisagea avec stupeur. Il regarda sa poitrine perforée en y amenant ses mains qui relâchèrent les bâtons qu'il n'avait pas lâché et, brusquement, il prit feu. Un feu cramoisi très étrange. En un rien de temps, des coulées de fer fondues crépitèrent sur la terre et se refroidirent presque instanément. Essoufflée, je me retins à mes genoux en tâchant de ne pas tomber.

  • Incroyable... murmura Titania qui ne m'avait pas quitté, les yeux ébahis.

Je me retournais et lui affichais un pauvre sourire, mais un bruit de caillou percuté et celui d'un souffle derrière me fis se retourner et reformer, sans réfléchir, un nouveau pic... qui faillit transpercer un loup ! Un loup qui m'était des plus familiers ! Il évita de justesse mon attaque d'un bond sur le côté avec un couinement, la queue entre les pattes arrières.

Mais ça va pas ?! C'est pas parce qu'on s'est querellé que ça te donne le droit de me tuer ! protesta Anéon qui émit un léger grognement la stupeur passée, bien que sa queue frétilla.

  • Anéon ! Tu es là ! m'écriais-je en me jetant sur le cou du loup, l'enlaçant avec force et enfouissant ma tête dans son pelage.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 38 versions.

Recommandations

ChihuahuaBlack
Shanna Aguanieve est une étudiante totalement dissipée, qui se bat et qui ne porte que peu d'attention à son avenir. Luna est son exact opposée. Bonne élève, elle cherche toujours à en apprendre plus sur la psychologie humaine. Et alors qu'elle arrive au Lycée, son nouveau sujet d'étude est tout trouvé : la fameuse chef des délinquants...
1
0
0
84
Défi
el Sorio 2
un portrait chinois sur moi
5
1
9
1
Défi
Jérôme S

L'extase! L'extase totale! Imaginez vous cela? Je sortais du théatre et la piece "la machine infernale" de Cocteau m'avait ravi le coeur. Celui ci palpitait et battait la chamade.Bien que de nature timide naturellement , j'allais vers n'importe qui dire n'importe quoi! Je me sentais légé comme une plume et je courrais par les rues. "Le pavé du roi!" m'écriais-je et je bondissais comme un lunatique.
N'allez pas croire que je suis fou. Je suis simplement un être comblé.
 Par l'amour! J'allais voir ma promise et rien au monde n'eu pu me rendre plus heureux.
Je toquais a la porte. Je poussais le loquet.
Merde! Elle était entre deux gars qui la draguait ostensiblement. Je fus saisi d'une fureur sans pareil: je soulevais une chaise et la balançais sur les deux types. Ils détalèrent au taquet. Et je fut pris d'un dégout monumental pour cette petite catin .
Je pleurais beaucoup les jours suivants. Mon désespoir s'accrut de jour en jour et je tombais dans une mélancolie profonde comme cette chère Emma Bovary.
Pauvres âmes blessées! ayez pitié seigneur!Mais rien n'y fit.Mes prières étaient vaines.Un matin je pris mon revolver dans le tiroir de mon secrétaire. J'allais en finir .Mon état d'esprit à ce moment fut innéfable,inavouable même!
Japprochais l'arme de ma tempe.
C'était fini.

Jérôme S.....
1
1
0
1

Vous aimez lire Dragon Fire ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0