Le pantin fou

5 minutes de lecture

Point de vue de Soraya :

Avec beaucoup de prudence, je me relevais de mon lit en prenant tout mon temps, sans me presser. Je venais à peine de recouvrer le contrôle de mes mouvements, et il n'était pas question que je tombe bêtement par terre. Après m'être assurée que je n'avais aucun vertige, je mis mes pieds sur le sol, m'aggripais au matelas et, en soufflant un bon coup, je me redressais. Mes jambes enore engourdis faillir me lâcher mais, et je remerciais les infirmiers, un chevet se trouvait juste à côté de moi. Je pus me retenir à temps et attendre que mes jambes se réhabituent à l'effort. Une grande fatigue. Voilà ce qui m'attendait à chaque fois que j'usais du Mana* pour une quelconque raison.

Et par Lyrhana, l'effort que j'avais fourni n'avait eu pour conséquence que de me faire provoquer un malaise, quelques difficultés à bouger et des saignements par les orifices nasaux. En soit, rien de bien grave. Tellement de gens ont déjà connu pire à cause de ce don de manier les éléments, et qui s'avéraient être également une malédiction qui pouvait se révéler plus ou moins dangereuse.

Mes jambes retrouvèrent bientôt leurs sensations et, un pas après l'autre, je me dirigeais vers la porte. Titania m'observais, assise sur la poignée et s'envola une fois que je l'atteignis après avoir boité au début.

  • Est-ce que tu te sens mieux ? s'enquit la fée qui se posa sur mon épaule, le visage soucieux.
  • Encore un peu étourdie, mais à part ça tout vas bien, la rassurais-je en poussant la porte, saluant au passage un nain et un homme qui semblait m'avoir attendu. Alors, où allons-nous ?
  • À la salle d'entraînement. C'est le chef nain qui m'a chargé de vous dire, à toi et à Anéon, de vous y rendre afin de vous préparer.
  • Quoi ? Anéon est déjà là-bas alors ? raisonnais-je en ne me souvenant pas de l'avoir vu depuis mon réveil.
  • Oui, avec Rosvak. Maintenant, ça doit bien faire une vingtaine de minute qu'ils y sont. Pourquoi cette question ? me demanda-t-elle par la suite, sa luminosité se ternant un peu.

Visiblement, elle redoutait une nouvelle dispute. Je soupirais, car l'idée de retrouver le garçon sitôt après ne me réjouissait pas plus que ça. Je ne savais absolumment pas comment il allait réagir.

  • Pour rien. Allons-y.

oOo

Quelques minutes plus tard, grâce aux indications de Titania qui avait dû se renseigner au préalable, nous atteignîmes la salle d'entraînement. Mais, une fois à la porte, j'hésitais à la franchir. Enfin, se fut bref car je me repris rapidement, sachant que je devais retrouver mes réflexes que j'avais quelques délaissés ces derniers jours. Toute ma motivation partit lorsque j'entrais. Il y avait des soldats, soit. Mais aucun ne s'entraînait. Quelques uns que je pouvais apercevoir formaient un large cercle au fond de la pièce, certains debout et d'autres allongés par terre. De là où j'étais, je percevais leur voix bien que je ne sache de quoi ils parlaient. Je regardais alors Titania qui me répondit en haussant les épaules. Elle ne savait pas non plus ce qui attirait leur attention.

Quand le brouhaha de la foule s'intensifia, je les rejoignit en cherchant par la même occasion la chevelure blonde d'Anéon, priant pour qu'il ne soit pas à l'origine de cette agitation une fois de plus. Ne le voyant pas, j'espérais au moins qu'il se trouve dans la foule. M'excusant auprès de ceux que je bousculais, un mauvais pressentiment me poussant à accélérer, je vis alors Rosvak qui se trouvait au premier rang, assis par terre. Mais je me précipitais vers lui en voyant que sa barbe au niveau de son nez était couverte de sang et l'une de ses mains tordue bizarrement.

  • Que s'est-il pasé ?! hurlais-je, voyant autour de moi d'autres personnes gisant au sol.

La plupart des soldats à terre avaient leur front d'où coulaient du sang, ou alors tenait leur côte, bras et jambes, d'où je pouvais voir sous leur main un ou plusieurs hématomes violacés. Un nouveau cri attira mon attention, et j'y dirigeais alors mon regard. Un homme était recroquevillé par terre, tenant dans ses mains son crâne qui les teintait peu à peu de rouge. Devant lui le menaçait d'un morceau de bois un étrange pantin totalement en armure au visage grimaçant. Son arme fondit sur le pauvre homme qui hurla de nouveau lorsque l'arme lui frappa violemment les côtes.

  • Héééé, abrutis de pantin !!! C'est ici que ça se passe !!! tonna alors une voix que je reconnus sur-le-champs.

La tête de l'agresseur se tourna vers Anéon qui était un peu plus loin, et se trouvait être sacrément amoché. L'un de ses yeux était à moitié fermé, du coin de ses lèvres je pouvais voir un mince filet de sang et tout son corps était recouvert de bleus et de blessures fraîches. Il respirait avec difficulté en haletant, tenant difficilement une posture en tremblant et en levant un bâton. Malgré sa fatigue apparente, il souria légèrement en voyant le pantin approcher.

  • Eh ben alors, pourquoi tu ne viens pas directement ? On est fatigué peut-être ? Dommage, parce que je tiens la super forme ! le nargua-t-il, bien qu'il tituba en reculant un peu.

Comme en réponse à sa remarque, le pantin se mit à courir et, deux secondes plus tard, il l'assaillit de coups. Anéon en bloqua certains assez redoutables, mais au bout de cinq, son adversaire parvint à le frapper. Même si le garçon lui portait aussi attaques, cela ne l'arrêtait pas. Le pauvre n'avait qu'un seul bâton, et lui en avait deux. Après avoir donné un violent coup dans le ventre d'Anéon qui s'agenouilla sous la douleur, il lui envoya un coup de pied au visage qui le fit rouler sur le côté. Le garçon ne bougea plus, face contre le sol, et le soldat de fer le regarda sans plus rien faire. Soudain, sa tête se tourna vers moi, et il vint à un rythme bien plus lent. Comprenant instantanément que j'étais sa nouvelle cible, je m'écartais de ceux déjà blessés et lui fit face, furieuse, décidée à lui faire payer chèrement ce qu'il venait de faire subir à Anéon. Avisant le sol à la recherche de quoi me défendre, j'attrapais un bâton qui traînait tout près du soldat qu'avait laissé l'ennemi. Je le fis tournoyer plusieurs au-dessus de ma tête afin d'échauffer mon bras, abaissait mon arme vers le sol et je me mis en garde.

  • Viens donc, je t'attend !!! crachais-je alors qu'il s'élança.

* Mana : Cette énergie, aussi vieille que le monde, est utilisée dans son état le plus pur qui soit. Lorsqu'un Manipulateur ou une créature l'utilise, leur corps le transforme afin qu'il se retrouve compatible avec leur Aura. Ce n'est cependant pas sans conséquence. Lorsqu'ils doivent récupérer le Mana environnant afin de faire une action et de ne pas puiser dans leurs propres ressources vitales, la puissance dû à la pureté de celui-ci se répercute sur leur organisme qui est victime d'effets secondaires après coup. Ils varient selon l'individu, la durée de l'effort et la quantité d'énergie récupérée et utilisée : perte d'énergie, vertiges, grande faim, perte d'un sens ( temporaire ), malaise, saignement, aliénation ( temporaire ou définitif ), perte de certaines facultés motrices ( temporaire ou mortel ), amnésie, coma, mort.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 26 versions.

Recommandations

Ange S SecretGarden
Comme tout le monde, j'ai ma propre vision, définition de ce monde qu'est la soumission/domination.

Aujourd'hui, j'ai décidé de vous faire entrer dans mon monde durant une journée entière, afin de vous faire découvrir qui je suis et la vie que je mène.

Je me présente, Taryn, une jeune femme soumise aux désirs sadiques soient-ils de Son Maitre.

Je vous souhaite la bienvenue dans mon univers.
71
87
77
40
Johane
La planète nous explique ce qu'elle ressent face aux actions de l'humanité.
3
1
0
1
Défi
Aloysius May


1 : Le big-bang


L’univers est en perpétuelle expansion. Les galaxies s’éloignent les unes des autres, repoussant toujours plus loin les limites de l’univers. Le temps est linéaire : il est né avec la matière et il semble qu’il ne s’arrêtera jamais. Du moins c’est ce que tout le monde croit sans s’en apercevoir.
Jean-Daniel en tout cas s’en soucie peu : le big-bang, la naissance et l’expansion de l’univers tout ça ne le regarde pas. Tout juste est-ce bon pour les scientifiques et quelques illuminés fans de métaphysique ou de science-fiction.
Il se prépare comme à son habitude pour aller au travail. Il déguste une tartine qu’il plonge dans son café, et il pense à la journée qui l’attend. Aujourd’hui, décide-t-il, il ira à pied. Cela le changera. Il fait beau, il faut en profiter. Il enfile donc sa plus belle chemise puis le pantalon qu’il a repassé la veille, et il sort de chez lui. Sur la route qui le mène à son travail, il rencontre une jeune femme. Il la trouve belle, hésite à lui parler, mais y renonce finalement par timidité, et poursuit son chemin.
Il aide ensuite une vieille dame à traverser la rue. Il éprouve soudain une impression de déjà-vu qu’il ne peut expliquer. Mais alors qu’il est presque arrivé deux choses qu’il n’avait pas prévues se produisent.
Tandis qu’il traverse avec légèreté, la première chose est cette voiture qui perd le contrôle et qui va le percuter, lorsque le second événement se produit : l’univers a terminé son expansion. Le big-bang a pris fin, laissant sa place big- crunch. L’univers se rétracte, et le temps avec lui cesse d’aller de l’avant pour revenir sur ses pas, de ce moment charnière où Jean Daniel allait se faire écraser jusqu’aux origines des temps…


2 : Le big-crunch
Daniel-Jean voit une voiture qui s’éloigne de lui. Il marche à reculons, il veut s’étonner de ce nouveau paradigme temporel mais il n’a pas le temps d’y penser. Il aide la vieille dame à reculer sur le passage clouté. À peine se dit-il, dans un instant de fulgurance, que cette impression de déjà-vu était due à ce mouvement de l’univers, que déjà il a honte de sa timidité. Puis il revoit cette femme dont il sait pertinemment qu’il ne lui adressera pas la parole, et continue de marcher à reculons jusqu’à chez lui. Il enlève d’abord son pantalon puis sa chemise. Le café disparaît devant lui, et de plein qu’il était dans la cafetière il se vide. Il prépare ensuite le café toujours à l’envers puis va se coucher. Sa vie va continuer à défiler de cette manière jusqu’au jour de sa naissance, tandis que l’univers se rétracte inéluctablement jusqu’au moment de son apparition.
3
5
2
2

Vous aimez lire Dragon Fire ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0