La dispute

5 minutes de lecture

Point de vue d'Anéon :

  • Anéon, mais attend ! tenta pour la énième fois Soraya.

Je l'ignorais, accélérant davantage ma course dans les couloirs de la tour pour arriver à la chambre que nous a prêté Grögh afin de nous reposer avant l'affrontement contre le Gueule-de-Fer. Depuis qu'elle avait accepté de l'aider, Soraya ne cessait de vouloir me parler. Même pendant le trajet elle n'avait pas arrêté d'essayer. Je n'étais pas idiot. Elle voulait à tout prix me faire changer d'avis pour que je ne participe pas. Ce qu'elle ignorait, c'était que j'étais aussi têtu qu'un troupeau de mule et ne risquais pas de flancher. Voilà pourquoi que m'étais mis à courir dans le but de la distancer le plus possible pour m'armer. Après être enfin parvenu à la chambre, j'ouvris la porte et me précipitais vers nos affaires que des serviteurs avaient fait apporté. Quelques recherches plus tard, je les retrouvais toutes dans une armoire de bois, et aucune ne manquait. Même le sac d'armes étaient là. Alors que je fouillais dans le mien et y retrouvais, à mon plus grand soulagement, mon poignard que l'on m'avait subtilisé et mon masque, Soraya m'attrapa les épaules et me força à la regarder.

  • Bon, tu arrêtes maintenant ! m'ordonna-t-elle d'un ton furieux. Tout ce que je veux te dire, c'est de bien réfléchir à ta décision !
  • C'est tout réfléchis Soraya, lui répondis-je en me dégageant, et j'y vais.
  • Tu agis surtout de manière impulsive, voilà ce que j'en dis ! rétorqua-t-elle en me barrant l'accès à la porte alors que je m'y dirigeais. Ce n'est pas parce que Rolan t'a demandé de le remplacer que tu y es obligé !
  • J'ai fait le choix de t'accompagner ! Avec les risques encourus ! C'est pas le moment de me faire la morale ! lui rappelais-je en cherchant une faille dans son barrage.
  • JE suis responsable de ce voyage ! Alors si tu n'es pas content que je m'inquiète pour toi, tu devrais te dire que tu aurais dut y repenser à deux fois avant de m'accompagner et songer à partir !
  • Et où veux-tu que j'aille ?! Nous sommes coincés ici je te signale !
  • Avec Grögh et ses soldats, nous allons trouver une solution. En attendant, Titania et toi, vous ne bougez pas de là !
  • C'est un ordre ?! m'indigniais-je en serrant les poings sous ma fureur grandissante.
  • Parfaitement, et que je ne te surprenne pas à aller contre ! appuya-t-elle en augmentant sous mes yeux son Aura qui devint alors visible même sans mon pouvoir.

Bien, je crois que c'est assez clair, me dis-je alors en reculant d'un pas, remplis d'une bouillonante colère.

Puisqu'elle était décidée à user de son autorité et de ses pouvoirs, alors tous les coups étaient permis !

Rapidement, je me concentrais pour alimenter ma Présence, qui devenait de plus en plus considérable. Sous l'effort, je remarquais que tout le contour de mon corps se recouvrit de la pellicule bleue et blanche si semblable aux autres fois. Sentir le pouvoir circuler dans mes veines était grisant, et me donna la volonté qu'il fallait pour dissiper mon doute de l'action que j'allais faire. Dès lors que je jugeais que je pouvais l'affronter d'égal à égal, je lâchais alors prise sur mon Aura et la laissais se déferler sur la princesse qui grimaça sous l'effort et la colère en résistant. Deux secondes passèrent lorsque je sentis à mon tour une pression s'exercer tout autour de moi. La lutte commença.

oOo

Point de vue de Soraya :

Bon sang ! Je ne m'attendais absolument pas à ce qu' Anéon parvienne à me mettre en difficulté. Ce n'étais pas du tout comme les dernières fois ! Sa Présence était cette fois très aggressive, elle se refermait sur moi comme un étau brûlant qui était parcouru par un courant électrique. Bien qu'elle ne soit pas vraiment physique, la douleur était bien là. Cette fois, je sentais qu'il était devenu sérieux et que ma réaction ne lui avait pas du tout plut.

Contre toute attente, Anéon se trouvait être un très puissant adversaire qui, sans nul doute, avait beaucoup d'expérience, et qui possédait une Présence des plus remarquables. Avec cette démonstration, je savais que je devrais cesser de lutter et me résigner sur le fait que, malgré les apparences, il était aussi puissant que moi à ce niveau. Et donc apte à nous aider. Mais en moi, quelque chose m'en empêcha.

L'idée de perdre, d'avouer que j'avais eu tord faisaient parties des choses que je ne pouvais admettre, mais aussi l'idée de le laisser nous accompagner et que finalement, je retrouve son corps inerte dans l'antre de la bête. Toutes ces raisons me poussaient à continuer à lui barrer le chemin. Au moins, déployer ma Présence et la maintenir l'empêchait de bouger.

L'opposition de nos deux forces spirituelles était tellement puissante que des étincelles jaillissaient dans le vide en de brèves apparitions. Les murs se mettaient à trembler et les vitres de la chambre se fissurèrent peu à peu. Les meubles grinçaient et un courant d'air faisait tournoyer toutes les particules autour de nous avec nos cheveux. Et plus nous imposions notre Présence, plus les choses s'aggravaient. Bientôt, un fracas assourdissant de verres brisés et de hurlements nous parvint ainsi que des supplications, mais j'étais trop concentrée pour m'en préoccuper. Il n'y avait plus que moi et le jeune garçon.

Petit à petit, Anéon gagnait du terrain et me forçais à puiser dans mes dernières ressources. Lui aussi faiblissait, je sentais en moi sa fatigue, mais il tenait tout de même bon et ne lâchait rien. S'il ne cessait pas rapidement, je risquais de succomber à sa puissance et de m'avouer vaincue. Je commençais à sentir un goût métallique envahir ma bouche, puis un liquide poisseux et chaud glissa de l'une de mes narines pour venir goutter depuis mon menton. Ma vue se brouilla et un vertige me prit. J'allais...

Arrêtez tous les deux !!! C'est vraiment pas le moment de se battre !!!

Cette voix, qui avait l'air de provenir de ma tête, me fit plaquer mes oreilles et brisa ma concentration. Devant moi, Anéon était dans le même état que moi, écrasant sa tête entre ses mains avec une mimique de douleur. Puis, entre nous, Titania s'interposa avec une lueur qui me fit mal aux yeux tant elle était intense.

  • Non mais qu'est ce qui vous prend ?! Vous vous attaquez entre vous avec vos Présences !

Reprenant mon souffle, je vis qu'Anéon s'écroula au sol avec des grognements de souffrance. L'une de ses mains était repliée au-dessus de son épaule qu'il pressait à s'en faire blêmir la main. Titania dirigea alors son attention sur lui et lui tournoya autour, la mine inquiète.

  • Et voilà idiot ! Tu sais pourtant très bien ce qui se passe quand tu forces trop ! le rabroua-t-elle en arrêtant sa course là où sa main était. Retire ta main, je ne vois rien !

Anéon s'exécuta, remettant sa main au niveau de sa tête. Lorsque que je la vis cependant, je ne pus retenir un cri d'horreur. Elle était recouverte de sang.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 27 versions.

Recommandations

ChihuahuaBlack
Shanna Aguanieve est une étudiante totalement dissipée, qui se bat et qui ne porte que peu d'attention à son avenir. Luna est son exact opposée. Bonne élève, elle cherche toujours à en apprendre plus sur la psychologie humaine. Et alors qu'elle arrive au Lycée, son nouveau sujet d'étude est tout trouvé : la fameuse chef des délinquants...
1
0
0
84
Défi
el Sorio 2
un portrait chinois sur moi
5
1
9
1
Défi
Jérôme S

L'extase! L'extase totale! Imaginez vous cela? Je sortais du théatre et la piece "la machine infernale" de Cocteau m'avait ravi le coeur. Celui ci palpitait et battait la chamade.Bien que de nature timide naturellement , j'allais vers n'importe qui dire n'importe quoi! Je me sentais légé comme une plume et je courrais par les rues. "Le pavé du roi!" m'écriais-je et je bondissais comme un lunatique.
N'allez pas croire que je suis fou. Je suis simplement un être comblé.
 Par l'amour! J'allais voir ma promise et rien au monde n'eu pu me rendre plus heureux.
Je toquais a la porte. Je poussais le loquet.
Merde! Elle était entre deux gars qui la draguait ostensiblement. Je fus saisi d'une fureur sans pareil: je soulevais une chaise et la balançais sur les deux types. Ils détalèrent au taquet. Et je fut pris d'un dégout monumental pour cette petite catin .
Je pleurais beaucoup les jours suivants. Mon désespoir s'accrut de jour en jour et je tombais dans une mélancolie profonde comme cette chère Emma Bovary.
Pauvres âmes blessées! ayez pitié seigneur!Mais rien n'y fit.Mes prières étaient vaines.Un matin je pris mon revolver dans le tiroir de mon secrétaire. J'allais en finir .Mon état d'esprit à ce moment fut innéfable,inavouable même!
Japprochais l'arme de ma tempe.
C'était fini.

Jérôme S.....
1
1
0
1

Vous aimez lire Dragon Fire ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0