Manège

5 minutes de lecture

Point de vue d'Anéon :

  • Wouaaah ! C'est super grand ici ! m'exclamai-je, impressioné de voir un tel village caché sous terre.

Le plafond scintillait comme parcouru de millier d'étoile, brillant plus ou moins fort selon notre position. Le village étincellait comme le soleil de part ses routes de fer et ses maisons, lui faisant prendre des couleurs qui variaient entre le rouge et le jaune. Il était divisé en plusieurs plate-forme qui s'enfonçaient à chaque niveau davantage dans le sol jusqu'à la gigantesque tour au centre. Seuls des mots élogieux me venaient à l'esprit en admirant ce village (pouvait-on vraiment le qualifier de tel ?) si incroyable. Tout était mécanisé ! Beaucoup de machines fusaient dans les airs devant nous, certaines allant à une vitesse ahurissante ! Le nain qui nous guidait se mit à rire en me voyant ainsi. En d'autres circonstances, cela m'aurait un peu gêné, mais c'était vraiment le cadet de mes soucis.

  • Et encore gamin ! Ce que tu vois n'est qu'une mise en bouche, m'avertit-il en se dirigeant vers la passerelle devant nous.

Je me retournai vers lui, les yeux brillants. Il y avait encore mieux ?

Devant nous se trouvait un poteau d'où était tendu un rail qui défilait en descendant sur des centaines de mètres. Il abaissa un levier et je sentis le sol sous mes pieds vrombrir. Il y avait des mécanismes dans la roche ? Après un temps d'attente, une nacelle apparut devant nous avec en son centre un piquet surmonté d'une bobine qui s'accrocha au rail. Il y eut un cliquetis, puis elle ne bougea plus. Le nain entra en ouvrant une petite porte formée de barreaux, puis prit place sur un siège avec, au-dessus, une barre de fer en forme de rectangle qu'il abaissa jusqu'à son ventre arrondis.

  • Allez, montez et faites comme moi ! nous encouragea-t-il.

Contrairement à Soraya qui restait figée sur place, je pris à mon tour place, relevais mes bras et aggripais l'étrange objet. Je l'abaissais au maximum, jusqu'à ce que j'entende un clac sonore. À quoi cela pouvait bien servir ?

  • Qu'est ce que tu attends Soraya ? dis-je à l'adolescente qui ne venait toujours pas.
  • Oui oui. J'arrive.

Lentement, elle passa son pied dans la nacelle, puis l'autre, et se retint très fortement lorsque la nacelle tangua un peu. Elle s'asseya rapidement à son tour, plaça la barre rectangulaire puis regarda ave inquiétude le nain.

  • Et maintenant ? s'enquit-elle.
  • Maintenant ? répéta le nain. Levez bien haut les bras !

Prononçant ces mots, il frappa de son poing un bouton rouge qui était relié à la plate-forme et, à peine une seconde s'écoula que nous nous élançâmes à une incroyable vitesse dans le vide, maintenus au rail grâce au piquet qui crissait en faisant jaillir des étincelles sous le mouvement. La ville défilait à une vitesse inroyable sous nos yeux. Les larmes aux yeux à cause du vent, j'hurlais de surprise et de joie à plein poumon en vivant l'expérience la plus folle de toute ma vie.

  • Wouhouuuu !!! C'est trop génial !!! hurlais-je à plein poumons, riant aux éclats.

J'entendis le rire grave du nain à mes mots, mais également les hurlements de peur de Soraya qui s'accrochait désespérément à son siège, les bras tendus afin de s'enfoncer davantage en fermant les yeux. Titania était dans le même état, s'aggripant de ses petits poings à ma tunique, les ailes plaqués tout contre elle.
La nacelle prit un virage serré à droite, nous penchant alors sur le côté, se remit droite en s'agitant puis entama un nouveau virage à gauche. Enfin, nous nous mîmes à dégringoler brusquement, accentuant encore plus notre vitesse.

  • Par pitié, arrêtez cette choooooose !!! supplia Soraya qui avait pris une couleur plus pâle que son teint habituel.

Bien sûr, rien n'y fit, si ce n'est que la pente s'adoucit, sans pour autant nous faire ralentir. Nous essuyâmes encore deux virages, puis nous recontrâmes une autre nacelle qui suivit un temps la même direction que nous. Nous finîmes par nous séparer lorsqu'elle s'éleva, et nous descendîmes encore, la vitesse augmentant toujours plus. Cette fois, nous effectuions un virage bien plus généreux qui nous faisait tourner vers la droite. Je continuais d'hurler et de rire, jusqu'à ce que je vis que nous atteignons la fin du trajet. Soraya le remarqua aussi.

  • On... On va s'écraser !!! cria-t-elle, en proie à la plus grosse panique.
  • Pas d'inquiètude ! la rassura le nain qui avança sa main jusqu'au piquet.

Il y avait dessus une manette qu'il abaissa avec force. La nacelle émit un long bruit aigu, me faisant boucher mes oreilles avec mes mains tant c'était désagréable. Nous ralentissions petit à petit, la barre se plaquant violemment contre nous en nous retenant, et l'engin se rapprocha de plus en plus lentement du sol. Finalement, nous finîmes par nous poser en douceur. Je retirais notre protection et sautais sur la terre ferme, encore tout émoustillé par ce manège. Titania s'envola de mon épaule avec beaucoup de peine, éprouvant quelques difficultés à se maintenir dans les airs.

  • Ça devrait être interdis ce genre d'horreur, murmura-t-elle de manière presque inaudible, bien que je l'entendis.

Soraya, quant à elle, resta coincée là-dedans, toujours aussi tendue. Le nain souleva l'objet métallique et l'aida à se relever. Je la vis beaucoup peiner pour avancer, encore plus pour se maintenir droite.

  • Alors ? La forme Soraya ? lui demandais-je doucement bien qu'intérieurement, je mourrais d'envie de rire.

Elle dut le deviner car elle fronça les sourcils d'un air contrarié, mais une nouvelle pâleur l'envahit et elle plaqua sa main à sa bouche avec un hoquet. Avisant le sceau que lui tendait le nain d'un sourire indulgent, elle s'éloigna et renvoya ce qui restait de son dernier repas hors de son ventre. N'y tenant plus, je me pliais de rire et entendis Soraya me lancer un << C'est pas drôle >> étouffé. Je finis par me calmer après quelques minutes, regardant où nous avions atteris.

Nous étions dans une grande place avec plusieurs forges, deux grandes maisons portant le même blason ( un bouclier avec en son axe de symétrie un marteau de guerre ) et des comptoirs où étaient exposés des pièces d'armures, des outils de mineurs, des armes et d'autres gadgets intéressant pour creuser. Plusieurs personnes, nains et hommes en grande majorité, discutaient, commerçaient, vendaient et achetaient. Il y avait parfois des vociférations lorsque le vendeur et l'acheteur se querellaient à propos du prix ou de la qualité du produit. Je restais à la contemplation lorsque je sentis le nain me donner une solide tape dans le dos, manquant de me faire recracher mes poumons .

  • Pas mal le truc hein ? me souria-t-il en désignant du pouce la nacelle qui s'enfonçait dans un trou dans le sol. Y a qu'ici que vous trouverez quelque chose comme ça !
  • Ouais, c'est vrai ! lui répondis-je en lui rendant son sourire. Vous croyez que lorsqu'on partira, on pourra le refaire ?

En disant ça, je m'attirais les regards meurtriers de Soraya qui s'était remise de la dégringolade et de Titania. Mais, à ma plus grande surprise, le nain me regarda avec une mine plus sombre, comme peiné.

  • Eh bien... La situation est un peu compliquée ces temps-ci. Nous... nous avons quelques problèmes, concernant également le fait de partir de là. Notre chef vous en parlera lorsque nous le rejoindrons.
  • Que voulez-vous dire ? le questionnais-je, pris de court.

Le nain marmona quelques mots que je ne compris pas, puis il se mit à marcher. Nous restions tous les trois plantés là, jusqu'à ce qu'il nous fit signe de venir. J'hésitais un peu, puis le suivit avec Soraya et Titania. J'avais comme l'impression que nous allions avoir quelques ennuis d'ici peu.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 19 versions.

Recommandations

Défi
cornelie
En réponse au défi de Chuck Mac Cracker. Conversation vidéo, chapitre 3.
10
52
17
2
Marie Smorta


Une image
J’ai toujours voulu te dire
J’ai toujours voulu
« Tu es semblable au vent, à la tempête
Gouttes de pluie dans tes yeux quand tu te calmes un peu »
Je voulais t’écrire
Ça se bouscule dans ma tête
Ça fait beaucoup de bruit et réveille beaucoup de choses
Tout me dérange
Pourtant
Tu sais, c’est difficile de se dire que les choses continuent d’avancer. C’est difficile de se rendre compte qu’on ne peut pas se souvenir de tout. C’est dérangeant quand on essaye de contrôler ce qui ne peut plus l’être.
C’est triste quand on se rappelle d’avoir vécu

________________________________________________________________________________________________________

Je rapporte tout à l’amour, constamment.
Comme si c’était ce qui importait le plus.
C’est juste que j’ai été profondément blessée, pas que par toi mais aussi de la société.
Ce sont des choses qui arrivent, j’imagine.
Tant de cicatrices qui ne demandent qu’à se rouvrir inlassablement.

Ça fait mal, n’est ce pas ?
3
5
3
1
Défi
Naomie

    "-Ravi de faire votre connaissance, moi c'est Edgard mais vous pouvez m'appeler Ed. Je suis pizzaiolo.

     -Enchantée, moi c'est Jane. Je suis lycéenne."
Wow, y'a un rat dans la pizza de Ed, c'est énorme!

    "-Ahah c'est marrant le rat dans la pizza...mais vous êtes une licorne?!
     -Eh ouais, la classe hein? J'ai une idée géniale...j'ai un bolide-d'enfer-pas-piqué-des-hannetons dans l'avion. Tu veux l'essayer?
Waouh! C'est trop bien toutes ces couleurs, en plus Ed change de couleur et de forme, il est bleu, gros, rouge, c'est trop drôle. Putain! Le top du top.
    "-Comment ton avion est arrivé ici sans faire de bruit, il est trop fort!
     -C'est plutôt nous qui sommes arrivés à côté de l'avion sans faire de bruit. Chut, il risque de se réveiller."
Putain les marches de l'avion sont en guépard. Merde y'en a un qui me regarde, je dis quoi?
    "-Tout ceci n'a aucun rapport avec Gisèle! Demande à Ed, c'est à Christen qu'il faut s'en prendre, c'est elle qui a balancé de l'eau sur le ciel. Je l'ai vue...je l'ai vue de mes propres yeux! Croooois-moooii!"
Ses yeux se sont retournés et de la lumière en sort...on dirait des minis concerts à l'intérieur! C'est vraaaaaiiiiiment troooooop trop bien! Je me sens tellement...bien.
    "-Jane! Viens voir mon bolide-d'enfer-pas-piqué-des-hannetons...
     -Putain!! Elle est trop cool ta balançoire. Je peux faire un tour?
     -Bien-sûr que oui."
Elle est confortable...mais c'est encore le guépard. Il est trop drôle.
Merde! Ca a disparu, Ed, le guépard, l'avion et la balançoire. Et j'ai un de ces mal de tête, c'est horrible.
    "-Elle était puissante, hein? Je t'avais prévenue, aller je te l'offre pour cette fois."
2
1
0
1

Vous aimez lire Dragon Fire ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0