Raisons (1)

5 minutes de lecture

Point de vue de Soraya :

Anéon dut avoir un choc en m'entendant parler, car ses yeux prirent une teinte plus blâfarde. Je reculais un peu, essayant de me ressaisir. Quelques secondes passèrent, puis Anéon baissa la tête en détournant le regard :

  • Euh... Eh bien...
  • Anéon, écoute. Il faut que tu me le dise : c'est très important, insistais-je devant son air hésitant.
  • Oui. Oui je sais comment y aller... Mais... se reprit-il, avant de se faire interrompre par la petite fée.
  • Mais il ne peut pas vous dire comment vous y rendre, compléta-t-elle, poings sur les hanches. C'est strictement interdit !

Lorsque j'entendis la réponse et le silence d'Anéon, je regardais Rolan, un peu désespérée. Il fallait absolument que je trouve le moyen de les convaincre de parler. Mais l'idée de les mêler à cette affaire me rebutait au plus haut point. J'essayais alors autrement, tâchant de m'expliquer au mieux :

  • S'il vous plaît, écoutez moi. Il y a une raison précise qui me pousse à m'y rendre. Je connais bien la loi du Peuple Caché, ajoutais-je en regardant brièvement la fée, sur le fait que des humains y soient interdit hormis ceux choisi par les Fées. Mais la situation actuelle m'oblige à tout de même y aller !
  • Quelle situation ? me demanda alors Anéon, qui semblait avoir recouvert l'usage de la parole, de mon point de vue au moment où ça l'arrangeait.

Je me mordis un peu les lèvres, coincée. Le garçon était prêt à m'entendre. Que pouvais-je lui dire ? Alors que je réfléchissais, je sentis Rolan s'approcher à mes côtés, me regardant avec un petit sourire.

  • Princesse Soraya, laissez moi leur raconter toute l'histoire je vous prie.
  • Rolan, enfin ! criais-je, voyant du coin de l'œil Anéon sursauter légèrement à l'appelation de mon titre.
  • Comment ça, princesse ?! dirent à l'unisson les deux amis.
  • Je crois bien que le secret n'a plus lieu d'être, surtout au vu de nos problèmes, se justifia Rolan.

Je soupirais doucement, tentant de maîtriser mon émotion. D'un geste de la main, j'invitais le capitaine à prendre la parole, regardant ensuite Anéon qui me dévisageait comme si j'avais un troisième œil.

  • Anéon, je te conseille de t'asseoir. C'est un peu compliqué à raconter.
  • D'a... D'accord, bredouilla-t-il.

C'est fini. Il ne risque plus de vouloir me reparler comme avant maintenant, me dis-je, quelque peu déçu.

Pour une fois que j'avais rencontré une personne qui me parlais normalement, comme tout le monde, il avait fallu que cela ne continue pas. J'espérais tout de même, faiblement, que cela ne changerais rien. Je m'assied à mon tour, gardant une certaine distance avec Anéon, qui avait rivé ses yeux sur Rolan. Ses yeux étaient à nouveau comme avant, mais était-ce une façade ? Je n'en savais rien, et je décidais de ne pas chercher plus loin. Le fait d'avoir probablement perdu son amitié me faisait mal.

Rolan s'éclaircit la voix, toussant légèrement. Puis il commença notre récit :

  • Effetivement, Dame Soraya se touve être la princesse héritière des Royaumes de l'Est qui se situe tout au bout de ce continent : la princesse Soraya el Lumis ed Sariel tet ad Maria, fille de Sariel el Lumis ed Kryane tet ad Freya et de Maria el Lumis ed Gregor tet ad Yrianne . Quant à moi, je suis le capitaine de la garde royale, Rolan Rasnov, fils de Henri Rasnov et de Béatrice Rasnov.

Il s'interrompit quelques secondes, laissant le temps à Anéon de digérer l'information. Comparé à sa réaction de tout à l'heure, il resta très calme. Seule la petite fée semblait ébahi par nos noms, ne cessant d'alterner son regard entre le capitaine et moi. Le capitaine reprit donc :

  • La princesse Soraya, en tant qu'héritière de nos royaumes, vient d'atteindre il y a de cela deux semaines ses seizes ans. Le roi son père envoya donc des invitations à différentes nations de l'Est pour la leur présenter.
  • Pourquoi ? demanda Anéon, d'une voix très calme.
  • Eh bien... il est de coutume qu'aux alentours du seizième anniversaire, une cérémonie de fiançailles soit organisée à l'héritier des Royaumes de l'Est.

Anéon me regarda alors, et je ne pus que le regarder de biais, ne souhaitant pas lui faire face.

  • Tu allais te fiancer ?

Pour toute réponse, j'hochais la tête. Anéon continua de me dévisager encore un peu, puis il reporta son attention sur Rolan.

  • Tu peux continuer s'il te plaît ? Que s'est-il passé ensuite ?
  • Rien. Pour la simple et bonne raison que la cérémonie n'eut jamais lieu. La princesse Soraya se devait de fuir au plus vite, car sa vie en dépendait.
  • Qu'est-il arrivé ? le pressa Anéon.
  • On a essayé d'attenter à sa vie. Ou du moins, quelqu'un avait prévu de le faire durant la cérémonie.

De nouveau, un silence pesant s'installa entre eux. Je commençais à me sentir mal à l'aise dans toute cette tension. Heureusement, ce fut la petite fée qui y mit fin en s'approchant de moi.

  • Et, comment l'avez-vous su ?
  • Je... Je l'ai tout simplement vu. Dans un rêve.
  • Hein ?! Mais alors, c'est pour ça que tu t'es enfui ? À cause d'un simple rêve ?
  • Titania, enfin ! la stoppa Anéon, lui jetant un regard plein de reproche. Il n'y avait sûrement pas que ça... n'est-ce pas ? poursuivit-il en me fixant de nouveau.
  • Non. Je l'ai su grâce à un être dont on ne peut douter de sa parole, lui répondis-je, essayant de rester vague.

Anéon grogna un peu, sans doute agacé que je ne me décide pas à tout dire. Bon, autant poursuivre alors.

  • Ma famille se trouve sous la protection d'une divinité. Une divinité primordiale. Elle s'est dévoilée à moi deux fois durant mes rêves. C'est au deuxième qu'elle m'a montré ce qui risquait de m'arriver dans un futur proche.
  • Et qui est cette divinité ? me questionna la dénommée Titania.

Afin de le lui montrer, je retroussais les manches de mon habit afin de lui dévoiler mon bras pour lui montrer l'empreinte que la divinité a déposé sur moi le jour de ma naissance. Avec prudence, la fée se rapprocha et détailla le motif. Il représentait une orbe plus bronzée que ma peau, ressemblant au soleil avec en son centre la forme d'une étoile à quatre branche. La marque de la première divinité qui participa à la création de ce monde.

  • Tu es protégée par Lyrhana ! La Divinité Mère de ce monde ! s'écria Titania, me regardant avec un intérêt nouveau.

Anéon fut très certainement pris de court avec ses yeux qui s'aggrandirent sous la surprise, mais il n'en dit rien. Je poursuivis, plus sûre de moi :

  • Des hommes étranges étaient dans la salle, la veille de mes fiançailles. La scène était si réelle. Ils portaient sur eux des armures noires et des lambeaux de rubans. Ils semblaient se déverser d'eux une étrange brume sombre. Leurs yeux... ils n'étaient pas normaux. La plupart étaient blancs, d'autres jaunes ou bien rouges. Tout est allé très vite. J'ai essayé de me défendre, mais ils étaient trop nombreux. J'ai ressenti une intense douleur, pareille à la blessure de la flèche, mais en bien pire. C'était comme si du feu se propageait dans mes veines. Tout est devenu noir ensuite, puis je me suis réveillée. Ma marque sur mon bras était chaude et me picotait. J'ai alors compris que je devais partir.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 17 versions.

Recommandations

Défi
cornelie
En réponse au défi de Chuck Mac Cracker. Conversation vidéo, chapitre 3.
10
52
17
2
Marie Smorta


Une image
J’ai toujours voulu te dire
J’ai toujours voulu
« Tu es semblable au vent, à la tempête
Gouttes de pluie dans tes yeux quand tu te calmes un peu »
Je voulais t’écrire
Ça se bouscule dans ma tête
Ça fait beaucoup de bruit et réveille beaucoup de choses
Tout me dérange
Pourtant
Tu sais, c’est difficile de se dire que les choses continuent d’avancer. C’est difficile de se rendre compte qu’on ne peut pas se souvenir de tout. C’est dérangeant quand on essaye de contrôler ce qui ne peut plus l’être.
C’est triste quand on se rappelle d’avoir vécu

________________________________________________________________________________________________________

Je rapporte tout à l’amour, constamment.
Comme si c’était ce qui importait le plus.
C’est juste que j’ai été profondément blessée, pas que par toi mais aussi de la société.
Ce sont des choses qui arrivent, j’imagine.
Tant de cicatrices qui ne demandent qu’à se rouvrir inlassablement.

Ça fait mal, n’est ce pas ?
3
5
3
1
Défi
Naomie

    "-Ravi de faire votre connaissance, moi c'est Edgard mais vous pouvez m'appeler Ed. Je suis pizzaiolo.

     -Enchantée, moi c'est Jane. Je suis lycéenne."
Wow, y'a un rat dans la pizza de Ed, c'est énorme!

    "-Ahah c'est marrant le rat dans la pizza...mais vous êtes une licorne?!
     -Eh ouais, la classe hein? J'ai une idée géniale...j'ai un bolide-d'enfer-pas-piqué-des-hannetons dans l'avion. Tu veux l'essayer?
Waouh! C'est trop bien toutes ces couleurs, en plus Ed change de couleur et de forme, il est bleu, gros, rouge, c'est trop drôle. Putain! Le top du top.
    "-Comment ton avion est arrivé ici sans faire de bruit, il est trop fort!
     -C'est plutôt nous qui sommes arrivés à côté de l'avion sans faire de bruit. Chut, il risque de se réveiller."
Putain les marches de l'avion sont en guépard. Merde y'en a un qui me regarde, je dis quoi?
    "-Tout ceci n'a aucun rapport avec Gisèle! Demande à Ed, c'est à Christen qu'il faut s'en prendre, c'est elle qui a balancé de l'eau sur le ciel. Je l'ai vue...je l'ai vue de mes propres yeux! Croooois-moooii!"
Ses yeux se sont retournés et de la lumière en sort...on dirait des minis concerts à l'intérieur! C'est vraaaaaiiiiiment troooooop trop bien! Je me sens tellement...bien.
    "-Jane! Viens voir mon bolide-d'enfer-pas-piqué-des-hannetons...
     -Putain!! Elle est trop cool ta balançoire. Je peux faire un tour?
     -Bien-sûr que oui."
Elle est confortable...mais c'est encore le guépard. Il est trop drôle.
Merde! Ca a disparu, Ed, le guépard, l'avion et la balançoire. Et j'ai un de ces mal de tête, c'est horrible.
    "-Elle était puissante, hein? Je t'avais prévenue, aller je te l'offre pour cette fois."
2
1
0
1

Vous aimez lire Dragon Fire ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0