Le passé sanglant des Fusionnés

5 minutes de lecture

Alors que Feyna, Pitchi, Keen’an et les villageois traversaient les plaines d’Alteryx, Vyrian visionna les données sur les Fusionnés. Comme il avait pu le constater, il s’agissait d’humains possédant des caractéristiques propres aux créatures mythiques.

Plus le scientifique parcourait les informations, plus il comprenait les difficultés liées à ce statut. Comme le soulignait le paragraphe « magie et appartenance », la faune du Monde Mythique, humains compris, pouvait être classée selon deux catégories : les êtres réels et les êtres mythiques. Les êtres réels ne pouvaient utiliser que la magie environnementale. En d’autres termes, les humains naissaient sans faculté magique, c’est uniquement à force d’entraînement qu’ils parvenaient à dompter l’énergie qui circulait dans le Monde Mythique. La maîtrise de cet art ne s’acquérait qu’après de nombreuses années.

À l’inverse, pour les créatures mythiques, la magie était une part de leur être. Si bien qu’elles pouvaient à la fois puiser dans les ressources magiques de la planète, mais également dans leurs propres réserves. Chez elles, l’utilisation de la magie était innée. Une symbiose que les créatures réelles ne pourraient jamais égaler.

Arrivé au milieu du paragraphe, Vyrian vit un petit encart qui lui apprit que les humains étaient parvenus à pallier leur faiblesse en s’alliant avec des créatures mythiques. Le scientifique repensa à Yomi et Xam et plus récemment à Keen’an et Pitchi.

D’autres systèmes avaient vu le jour pour remédier au désavantage naturel des humains. Il s’agissait d’appareils permettant de prélever des échantillons de magie environnementale et suite à un processus de conversion énergétique, de les incorporer au corps humain. Bien sûr, l’organisme ne pouvait supporter qu’un nombre réduit d’injections. Une illustration montrait l’instrument appelé TransMagie. Il s’agissait en réalité d’une seringue à deux embouts. La partie la plus large permettait de planter le dispositif dans le sol et d’en récolter la magie. Lorsque la jauge se remplissait et entrait en contact avec le sang du porteur contenu dans une petite capsule, les énergies fusionnaient et le mélange, mit sous pression, montait dans la seconde partie de l’appareil. Le porteur n’avait plus qu’à retirer la protection de l’aiguille et à s’injecter la mixture. Chaque aiguille étant à usage unique, une petite sacoche était fournie avec le mécanisme permettant si nécessaire de faire plusieurs injections. Un maximum de quatre injections par jour étaient recommandées, pour une efficacité plus ou moins rapide selon la qualité de l’outil et la réceptivité de son utilisateur. La durée de l’effet variait selon l’effort fourni.

Vyrian avait une impression de déjà-vu. Pourtant, il ne se rappelait pas d’une telle technologie. Il se demanda si Faric n’utilisait pas ce genre d’appareillage pour augmenter ses pouvoirs artificiellement.

— Est-ce que Faric s’est servi d’un TransMagie pour parvenir à contrôler les Altériens ?

— Oui, c’est plus que probable. Lorsque la guérisseuse s’occupait de son bras, de discrètes traces de piqûres ponctuaient sa peau.

Mère montra un grossissement de la plaie du manipulateur. Dans un premier temps, Vyrian ne vit rien de plus que la morsure de Xam, puis l'intelligence artificielle lui entoura plusieurs zones où l’on pouvait voir de petits points rouges correspondant à des traces d’injection.

Cette découverte le rassura quelque peu, l’homme ne s’avérait pas aussi puissant qu’il n’y paraissait. Les Violeâmes offraient à leur détenteur un pouvoir effrayant, mais prendre le contrôle d’un village était impossible sans un apport magique.

Vyrian poursuivit sa lecture. Il découvrit que les Fusionnés étaient à part des autres habitants du Monde Mythique. Ils n’appartenaient pas plus aux créatures réelles qu’aux créatures mythiques, ce qui créait un problème identitaire. Les humains détenteurs de pouvoirs mythiques perdaient leur statut d’être réel et aucune réglementation n’avait été mise en place à leur sujet. Si bien qu’à ce jour, aucune réponse n’était donnée. Chaque Fusionné étant unique.

Bien que cet étrange statut fasse débat, Vyrian ne parvenait toujours pas à cerner en quoi ces êtres représentaient une menace. À ses yeux, ils étaient juste atypiques. Il obtint la réponse dans les lignes suivantes.

Le biologiste lut le paragraphe « Fusionnés, un passé sanglant ». Mot après mot, le chercheur fit la connaissance de Miwyn, le premier Fusionné du Monde Mythique. Jeune dresseur, l’homme avait perdu ses parents tôt. Les créatures dressées par sa famille lui avaient permis de combler cette absence. Si bien qu’il en vint à douter de ses origines. Il se savait humain, par son physique et sa compréhension des villageois, mais ne se sentait pas comme tel. Cette sensation s’accentua lorsqu’il partit en voyage, dans le but de se recentrer sur lui-même. Le dresseur prit le temps de réfléchir à sa situation, mais coupé de toute civilisation, avec pour seule compagnie des êtres mythiques, il en vint réellement à se considérer comme l’un des leurs. Peu à peu, son corps changea et son affinité à la magie s’accrut. Lorsqu’il rentra au village, il était méconnaissable, il n’était ni tout à fait humain, ni totalement une créature mythique.

Le jeune homme surprit par son apparence. Des cœurs magiques parcouraient son corps. Les plus grands spécialistes l’auscultèrent et tous convinrent qu’il s’agissait d’une contamination à l’énergie mythique. Jamais ils n’avaient vu pareille transformation. Par peur d’une contagion, Mywin fut enfermé. Seul dans l’ombre de sa cellule, privé de contact avec ses congénères, il se désociabilisa et devint violent. Son ressentiment à l’égard des siens pour l’avoir enfermé devint tel qu’il corrompit l’énergie mythique autour de lui. Il était si unit avec la magie du Monde Mythique qui lui transmit la perversion de sa propre magie, suite à l’incompréhension dont il se sentait victime, si bien qu’il fut le seul à pouvoir y survivre. Les autres prisonniers et les gardes périrent, bien que n’ayant pas de pouvoirs, les humains étaient sensibles aux changements environnementaux. Ce qui renforça sa solitude, lassé d’attendre un remède qui ne venait pas et dont il ne sentait pas le besoin, il déjoua la fermeture magique de sa cellule et sortit de prison.

Une fois à l’extérieur, il répandit sans le vouloir l’aura malsaine qui l’entourait et les gens périrent autour de lui. Les morts produisaient un sentier macabre sur son passage. Les créatures mythiques, qui avaient veillé sur lui depuis son enfance, s’interposèrent et tentèrent de le raisonner, en vain. L’affrontement fut terrible. Elles se montrèrent plus humaines que lui et le blessèrent à plusieurs reprises, mais jamais grièvement. Cette gentillesse leur fut fatale. Miwyn puisait dans l’énergie environnementale, régénérait et les attaquait sans relâche. Exténuées par ces assauts, les créatures mythiques vidèrent leurs propres ressources et s’affaiblirent, sans possibilité de se soigner. Mywin ayant épuisé l’énergie environnante. Les créatures moururent d’épuisement. Les vêtements imbibés de sang, le regard fou, le Fusionné revint à lui quand il manqua de magie. Lorsqu’il vit l’horreur qu’il avait accomplie, il se suicida.

Bien que les années passèrent, le traumatisme perdura. Les Fusionnés étaient désormais traqués afin d’éviter que de tels événements ne se reproduisent. Cette chasse était rendue ardue en raison de l’état de latence précédent l’apparition de leurs pouvoirs. Généralement, un élément déclencheur était nécessaire pour révéler leurs capacités. Aujourd’hui encore seul l’exorcisme permettait de les contrer, bien qu’il conduise la plupart du temps au décès du Fusionné. Les survivants mettaient fin à leurs jours ne supportant pas la perte de l’osmose avec l’énergie mythique. Vyrian frémit à l’idée du sort réservé à Yomi et Feyna. L’exorcisme consistait à filtrer l’énergie mythique de l’organisme du Fusionné dans le but de le purger du mal qui le rongeait. En temps normal, le processus ne poserait pas de problème, mais dans le cas d’une fusion, la séparation des magies se révélaient compliquée, douloureuse et le plus souvent mortelle.

Annotations

Recommandations

Ana F.
Née sous le célèbre chapiteau du Cirque des Chimères, une petite fille en mal de liberté voit ses rêves d'évasion se réaliser au péril de la vie de ses proches.

Escortée de deux jeunes hommes peu friands d'aventure, elle devra traverser la moitié du continent par ses propres moyens pour espérer revoir ceux et celles qui ont toujours compter pour elle.

[EN COURS]
429
627
2734
211
Mylène Ormerod
Haru n’est rien, rien qu’un loup soumis au cœur d’une meute cruelle.
Chaque jour est une souffrance, il survit à peine et n’a rien qui le rende heureux à part Lena, cette femme mystérieuse qu’il admire chaque soir.
Il fait tout ce qu’il peut pour satisfaire sa famille, mais sa différence le met à part.
Puis tout bascule du jour au lendemain, il commet l’irréparable, se retrouve acculé et la sentence est levée, il sera exécuté. Lui qui n'aspirait qu'à vivre libre.
L’épée brandie au-dessus de sa tête, le prince est venu lui-même appliquer le jugement.
Haru n’a même plus la force de riposter. L’épée est sur le point de le décapiter.
Mourra-t-il véritablement sans avoir jamais vécu ? Abandonnera-t-il cette vie unique qui est la sienne ?
651
134
562
251
Cornedor
LIVRE I - MAGIE D'ARTISAN

[Terminé - publication prévue prochainement]

Blanche et Cornélia n'ont guère l'étoffe des héroïnes. Elles sont fauchées, hirsutes, dorment en pyjama girafe et cohabitent vaillamment avec Greg, leur chat galeux mangeur de patates.

Mais lorsqu'elles rencontrent un jeune sans-abri par hasard, leur vie devient soudain beaucoup plus palpitante. Pourquoi leur offre-t-il ces masques somptueux ? Dans quel but leur confie-t-il un étrange colis ?
Bientôt, leur quotidien déraille pour de bon. Un autre monde colonise le leur : une dimension mystérieuse emplie de tarasques, de dragons orchidées et de lièvres ailés.

Et à cette faune improbable s'ajoutent deux inconnus aussi louches que séduisants, qui manœuvrent dans l'ombre...



[Fantastique / mythologie / humour] - Ceci est la 2e version de Masques & Monstres.
1439
2419
2468
404

Vous aimez lire Neru ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0