Chapitre 30: Le Sabbat partie II

9 minutes de lecture

Pierre d’Ambroise

Lundi 18 du mois de Mai de l’an de grâce 1205 AE.

Sabbat des quatre covens ; après la prière des Complies

Royaume du Corvin

Le nuage sombre et puissant s’abattit alors avec force sur le groupe de Pierre. Mais au lieu de les emporter, il fut arrêté par une sorte de bouclier blanc. Un dôme entourait à présent la troupe et le nuage semblait attaquer la défense magique. Des éclairs d'énergie et des crépitements provenaient de ces deux entités magiques qui luttaient. Le groupe au complet observait, médusé le spectacle irréel qui se passait autour d’eux. Tournant la tête vers la sorcière qui lui tenait toujours la main, Pierre pouvait voir ses yeux fermés et l’état de concentration dans lequel elle était plongé. Son visage était figé en partis et seules ses lèvres semblaient bouger, usant d’un dialecte comparable à celui des sorcières du sabbat, Lise contrôlait la protection.

Des arcs lumineux traversaient la couche du bouclier blanc au-dessus de leurs têtes. La protection magique qui les sauvegardait semblait pourtant baisser en intensité. La lumière vive qui en émanait depuis le début s’estompait et le nuage noir prenait quant à lui plus d’importance. Le dôme qui protégeait encore le groupe dans sa globalité avait commencé à bouger et se réduisit, sans crier gare, d'une partie non négligeable sur les bords. Les quelques malheureux qui s’y trouvaient furent happés par le nuage qui les fit disparaître, ne laissant d’eux que leurs cris étouffés. Devant cette vision le reste du groupe semblait se resserrer, se pousser face à l'espace qui ne cessait de se réduire.

La situation changea peu à peu et le dôme se figea. Ne bougeant plus, Pierre observait le nuage noir faiblir. Presque de manière imperceptible au début, la danse fumée sombre se dissipait peu à peu. Le ciel et les alentours furent à nouveau visibles par la troupe. Tous laissèrent échapper un souffle de répits. Mais cela n’était qu'illusoire, les hommes des clans étaient toujours en face du groupe n’attendant que les ordres des “dames” pour frapper. Les acolytes toujours en rang serré étaient prêts à faire face à tout assaut. Lise qui semblait avoir utilisé toutes ses forces dans ce sort était à présent presque évanouie. Le jeune seigneur la retenait tout en fixant les sorcières qui semblaient se préparer à réitérer leur attaque.

L’une des quatre meneuses, l’une des “dames”, s'éleva à son tour dans les airs. Agissant comme son homologue plus tôt. Elle se concentrait, mais au moment de lancer son sort, elle s'arrêta brusquement à la grande surprise des covens. Un carreau semblait l’avoir traversée. Passant ses mains sur le projectile qui l’avait transpercée par derrière elle s'écroula au sol. Le projectile n’était pas isolé et bientôt de nombreux autres vinrent frapper la congrégation par l’arrière.

Les sorcières qui étaient encore au centre de leur lieu impie se mirent à couvert derrière les stèles tandis que certaines d’entre elles appelaient les hommes des clans. Ces derniers, perdus par la brusque tournure des choses, commencèrent en partie à bouger.

Des formes firent leur apparition à l’orée du bois d’où provenaient les projectiles. En réaction, les hommes des clans qui avaient bougé faisaient à présent mouvement dans leur direction. Les nouveaux arrivants en nombre commencèrent alors à charger en direction du lieu du sabbat. Les deux groupes de combattants rentrèrent en contact et l’affrontement débuta. À présent, éclairés par les lieux, les nouveaux arrivants étaient visibles, leur équipement était presque identique à ceux des acolytes de Kreisth. Tandis que Pierre observait, le combat débuta à l’opposé de leur position et il entendit l’inquisiteur parler.

- On dirait qu’un de mes homologues nous fait l’honneur de participer à ce combat. Alors messieurs, dit-il en s’adressant à ses combattants. Que faites-vous encore figés comme des statues, ne faisons pas plus attendre les clans.

Les acolytes de Kreisth, comme dans un sursaut d’orgueil, réagirent à ses mots et chargèrent les hommes des clans restants. L’affrontement fut brutal et les forces des clans perdirent du terrain tout autour de l'édifice impie. Pierre quant à lui observait la scène immobile. Lise était toujours évanouie et il devait la protéger. Elle les avait sauvés d’une mort certaine et ce n’était pas la première fois.

Le combat fut acharné, pris en étaux les hommes des clans et les sorcières combattaient côte à côte avec toute l'énergie de leur occulte affiliation. La magie et le désespoir des hommes de clans emportèrent nombre de combattants. Les acolytes de l’inquisition avançaient cependant de manière implacable et les pertes des covens commençaient à être élevées. Certains tentèrent de fuir les lieux mais étaient tués par des projectiles quand ce n’était pas par la magie des sorcières. Les trois “dames” restantes furent bientôt rejointes par les survivants des covens et formèrent un dernier carré autour du monolithe central des lieux. De nombreux combattants de l’inquisition furent emportés par leur sort, mais pour finir, les soldats menés par leurs deux inquisiteurs ne firent pas de quartier et les sorcières périrent pour la plupart sous leurs lames.

Kreisth, qui observait ses hommes courser les quelques fuyards, chercha alors le nouvel inquisiteur qui avait rejoint le combat. Les dépouilles gisaient en nombre à présent sur les lieux. Les acolytes de l’inquisition vérifiaient les corps et les quelques malheureux qui n’étaient pas encore morts furent emportés par un rapide coup de lame. Les dépouilles des sorcières commençaient déjà à être rassemblées non loin du second inquisiteur que Kreisth ne manqua pas de reconnaître, même de dos.

- Saint-Chammont, j’aimerais dire que c'est un plaisir de vous voir mais par respect je vous remercierai juste de votre action.

L’homme d’une stature moyenne se retourna. Vêtu simplement des accoutrements de sa fonction comme Kreisth, il se mouvait avec une imposante et antique épée longue dont le tranchant ne devait effrayer personne. L’arme était ici utilisée plus à des fins de déplacement qu’au combat en lui-même. Mais la chose la plus atypique était le bandeau qui cachait les yeux de l’inquisiteur et qui entourait sa tête.

- Ah ! Thadeus Kreisth, je me disais bien que je percevais votre présence sur ce lieu impie.

- Attention à vos paroles, dit Kreisth en rigolant, un peu plus et on pourrait vous accuser d’user de quelques sorcelleries. Je dirais bien que c'est un plaisir mais aucun de nous n’est assez sot ou dupe pour le croire.

- Je vous le concède mon cher. Les Sauveurs eux-même ont veillé sur vous, bien étrangement.

- Venant de vous je le prends comme un compliment, mais comment avez-vous fait pour vous retrouver ici. Vous n'étiez pas en prise avec des égarés au nord, au royaume d’Argan.

- L'hérésie Arganienne n'était pas un danger si important finalement. Ces dissidents ont connu les bûchers rédempteurs sous le regard de leur roi. Ce bon Cuthred a été d’une grande aide.

- Il a agi comme tout croyant mais cela ne répond pas totalement à ma question.

- C'est vrai, pour tout vous dire lors des combats qui m’ont opposé à ces hérétiques, j’ai fait la désagréable rencontre du pacte. Des ramifications de leur organisation étaient fermement implantées en Argan et cela n’a fait qu’accroître l’hérésie locale. Lors d’une fouille de leur cache, mes hommes ont déniché des informations en lien avec certaines autres activités de leur groupe. Ces papiers à moitié brûlés mentionnent le Corvin et les sorcières. Ayant fait mon office en Argan, je me suis dit que la suite des choses s’imposait d'elle-même. Je savais que vous enquêtiez dans le royaume alors je ne me suis pas annoncé en cas de fausses informations.

- En tout cas je vous remercie Saint-Chammont. J’ai même dû faire face à un groupe du pacte récemment. Ils ont clairsemé nos rangs et sans votre appui je crois que notre sort aurait été fixé. Les sorcières du “domaine des dames” n’ont que trop nargué l’Église et le royaume. Il était important de mettre fin à leurs agissements.

- Mais vous oubliez une chose, Kreisth, notre travail sera fini uniquement lorsque la dernière des sorcières sera brûlée, pas avant. Certaines ont pris la fuite et si je ne me trompe pas, je sens l’une d’entre elles encore vivante et bien proche, dit-il en faisant un geste de main.

Les hommes de Saint-Chammont se dirigèrent alors vers la seule femme vivante des lieux. Lise qui tenait à peine debout les regardait avec peur. Mais les hommes de Kreisth autour s’interposèrent fermement.

- À quoi cela rime-t-il, Kreisth, vous vous mettez à protéger des sorcières, maintenant ?

Souriant d'un air mauvais, Kreisth observait les deux groupes d’acolytes se fixer dans une ambiance tendue.

- Si je puis me permettre, mes fonctions me permettent de protéger quiconque je juge important à ma sainte tâche. Et, il se trouve que cette jeune fille est actuellement sous ma protection.

- Nous voilà dans une impasse comme souvent avec les inquisiteurs de votre engeance. C’est bien là les agissements des Mutationes. Vos préceptes frisent l'impiété. Vous me donnez là plus de preuve de votre incompétence.

- Et vous, mon cher Saint-Chammont, vous n'êtes qu’un boucher qui travestit ses actes barbares masqué par une œuvre pieuse. Lequel de nous d’eux est le plus loin des préceptes de notre sainte Église ?

- Bien, commença Saint-Chammont en faisant un nouveau signe. Vous pouvez partir avec votre sorcière. Mais sachez une chose, vous ne continuerez pas longtemps si vous agissez avec autant de clémence. Nous allons nous occuper des dépouilles, vous pouvez repartir Kreisth nous nous chargeons du reste.

- Saint-Chammont, dit Kreisth en faisant signe à ses hommes de partir.

Le groupe de l’inquisiteur se mit donc en marche pour retrouver leurs montures et quitter ce lieu maudit. Mais Saint-Chammont sentant le groupe partir ne se priva pas de lancer un dernier pic.

- Ah, jeune fille, priez les sauveurs de ne jamais recroiser ma route. Je ne serai pas aussi clément, moi.

Le groupe de Kreisth, qui marchait à présent en direction du bois, progressait dans un certain silence. L’inquisiteur fermait la marche juste derrière les deux jeunes gens de la troupe. Lorsque les premiers acolytes s’enfoncèrent dans la forêt, Kresith s’arrêta et observa la scène. Les hommes de Saint-Chammont allumaient des feux pour les corps et un grand nombre de personnes s’activaient autour des édifices impies. Des cordes étaient attachées aux hautes stèles et par groupe les acolytes les faisaient chavirer. Pierre, qui avait senti l’inquisiteur s’arrêter, se retourna à son tour.

- Je voulais vous remercier pour votre geste envers Lise, commença-t-il.

- Il n’y a vraiment pas de quoi, pour dire vrai, les hommes l’auraient de toute façon protégée. Après tout, elle les a sauvés. Je ne savais pas qu’elle était aussi puissante pour tout vous dire. C'est un risque de la laisser libre mais après tout elle a agi pour le bien et tant qu’elle le fera et n’aura pas à me craindre.

- Mais ce n’est pas le cas de tous, qui est cet inquisiteur avec qui vous avez parlé et qu’est-ce qu’est les “Mutationes”.

- Saint-Chammont est un inquisiteur dit puritain, traditionaliste. Pour lui le moindre écart est passible de mort et d’impiété. Pour ma part je fais partie de la branche plus réformatrice de l’inquisition. Une branche radicale qui ne voit pas le monde comme tout noir ou tout blanc.

- D'où votre comportement avec nous, est-ce que les membres de votre branche font tous partie de l’ordre des veilleurs.

- Vous avez un esprit vif, jeune seigneur. Pour tout vous dire les Mutationes est la branche inquisitoriale créée par l’ordre même.

- Je vois.

- Bon, quittons donc ce lieu. Votre amie a besoin de reprendre des forces. Que prévoyez-vous de faire à présent? Vous comptez vous en tenir à votre plan initial et rejoindre Périssier.

- Cela me semble la seule chose sensée en ce moment.

- Alors nous aurons tout le temps de converser, dit-il en souriant.

- Alors vous nous accompagnez au sud ?

- Je dois parler de ce qui s’est passé au représentant de l'ordre dans le royaume et il se trouve à l’endroit où vous-même vous dirigez donc pourquoi ne pas faire la route ensemble.

Les deux hommes quittèrent alors les lieux une bonne fois pour toutes et rattrapèrent le groupe. Le voyage vers Périsser pouvait enfin reprendre.

Annotations

Recommandations

Défi
Justine For All

Il ne suffit pas d’être enfermé à vie dans 8 mètres carrés pour se sentir prisonnier.
La prison du corps et de l’esprit peut être bien pire.
Quand tu es handicapé, à ne pas pouvoir te mouvoir seul, de ton lit vers le fauteuil, n’est ce pas une forme de prison ?
Pire encore quand tu es alité et n’a plus l’usage de la parole ni de tes mains mais que tu es conscient de tout ton environnement, et que seuls tes yeux communiquent ... tu sais, ceux qui disent tant de choses mais sans le décodeur, autrui ne capte que ce qu´il a envie de comprendre. Cette prison-là est certainement la plus terrible.
Et toutes celles et ceux qui s’emprisonnent dans leur tête avec des idées toc des idées folles des idées tenaces des petits grains de bonne humeur ou plus graves des pavés de folie, des rochers de délires.
Finalement prisonnier, on l’est de diverses manières mais celles et ceux qui se retrouvent cerné.e.s par quatre murs, un semblant de fenêtre et une porte verrouillée … oui leur vie est morne mais pas toujours coupée de la réalité ou au contraire shootée au troisième degré.
Les prisons de prisonniers sont là car à un moment ils ont merdé dans leur parcours de vie. Et ils doivent être punis (oui je sais il y a aussi les erreurs judiciaires).
Les prisonniers des hôpitaux psychiatriques sont là car à un moment donné ils ont merdé dans leur parcours de vie, pas armés de tous les bons ingrédients du corps et de l'esprit.
Dans les deux cas, ils ont raté un truc mais est-ce qu’ils ne se rejoignent pas au moins sur une même base : ne pas avoir eu la chance de naître avec un cerveau qui ne disjoncte pas tout seul ni d’avoir eu la chance de tomber dans une famille bien à défendre des valeurs essentielles.
Les prisons des uns ne sont pas celles des autres mais chacun.e y passe une partie de sa vie, quand on s'emprisonne le coeur, ou pour les mieux loti.e.s dans juste en jouant au Monopoly !
8
10
0
1
Défi
Beatrice Luminet-dupuy
Tranquillité
7
11
0
1
Défi
Brune*

Un flyer dans ma boîte aux lettres...
Une connexion en deux trois clics..
Un questionnaire rempli à la va-vite de ma fantaisie...
Et j’ai rejoint le groupe de mes joyeux Voisins ; des gais lurons bien décidés à s’entraider au quotidien.
L’idée était d’autant plus séduisante que, j’aurais droit, en ce carré de toile tendu par ailleurs, de partager avec un autre amoureux des mots, hilarante chronique journalière de notre vie de quartier.
Sitôt passées les présentations de visu à l’en verre du rade du coin, je fus invitée au premier barbecue de l’été.
Empochés l’adresse et le numéro de téléphone de l’hôte, je me rendis, le soir d’un samedi, à l’endroit des festivités.
Bon pied, bon œil, une bouteille et un sourire sous le bras, j’avançais, ravie à l’idée de faire plus ample connaissance avec mes nouveaux amis.
Seulement voilà, arrivée au lieu-dit, je m’arrêtai tout net, frappée de stupéfaction.
Dans un dernier sursaut d’énergie, je décrochai mon téléphone, ordinairement aux abonnés absents.
Une chance qu’il eut plus de mémoire que moi à retrouver les coordonnées de l’invitant.
- Euh, Fred, t’es sûr de l’adresse, parce que là quand mê…
- Tu es devant la grille ? Ne bouge pas, j’arrive.
La statue implosée que j’étais devenue ne risquait pas se mouvoir du moindre orteil.
Et il arriva, plein sourire, sortant d’une porte dérobée, me hélant d'un "Viens, ne fais pas ta timide !".
En l’occurrence, là, c’était autre chose que la retenue qui m’inanimait.
Ah, j’ai oublié de te dire, s'exclama-t-il alors : "Je suis gardien de cimetière ! Bienvenue dans mon lieu de vie !"
C’est à cet instant que je suis morte de je ne sais quoi.

Et je n’étais pas au bout de mes surprises…
14
11
1
1

Vous aimez lire Kost . ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0