Chapitre 6: Un mal grandissant

3 minutes de lecture


Courrier personnel de Remo Vizza, aumônier local de la très sainte inquisition des Sauveurs à l'intention du Saint-Père le Patriarche Raffaele Taddeo

Mardi 7 du mois de Janvier de l’an de grâce 1205 AE.

Royaume du Corvin

Votre Sainteté,

Je vous écris pour vous faire part de mes découvertes à Fressons. Vous m'aviez jadis dépêché dans cette ville pour avoir un homme de confiance sur place. Bien que je dois avouer que l’idée me paraissait saugrenue, ma vision des choses est à présent toute autre.

Je dois bien dire qu'à présent je réalise pourquoi vous aviez agi avec sagesse : un danger guette dans cette ville. Je me suis, depuis deux ans, fondu dans la masse de nos frères et soeurs de l'Église, à Fressons. Cela ne fut pas simple, les moeurs et coutumes sont différentes dans ce pays, sans parler de la nourriture! Les plats colorés de nos chers états pontificaux me manquent bien, ici la gastronomie est à l’image de la société et des gens: elle est simple. Au début, je trouvais les institutions locales plus qu’efficaces et réceptives à la population. Je trouvais notre Église locale pieuse et bienveillante, dans le droit chemin tracé par les Sauveurs. Je fus même étonné par les nombreux ordres monastiques présents dans la région, bien que chacun fonctionne en autarcie, j'ai pu voir des liens entre certains d’entre eux et le cardinal de Fressons.

Mon maître l’inquisiteur Velmond de Telègne s'avérait être un homme juste et dévoué à sa tâche. Il m'assura que la corruption qui sévissait dans la capitale était sous contrôle et que l’Inquisition veillait au chemin pris par les ouailles de l’Église .

Au cours de mon séjour, j’ai notamment pu rencontrer nos membres les plus éminents de la ville. J’ai fait la rencontre en personne du cardinal Britius. Il me paraissait être l’un des hommes les plus dévoués qui m'aient été possible de rencontrer.

Mais bien sûr je fus consterné de voir que ce n’était qu’une façade. Après m’avoir accueilli à bras ouverts, le cardinal m’a cru sous son emprise et m'a fait découvrir des branches cachées du clergé local. Nombre de ses membres semblaient oeuvrer en secret. Il était alors de mon devoir de pousser des investigations pour le bien de notre bonne église des Sauveurs.

J’ai eu au cours des mois suivants à passer de nombreuses épreuves pour me montrer digne de la confiance de Britius. Il m'invita de plus en plus à ces rassemblements douteux. Quand j’eus enfin accompli l'étape finale de ce qu’ils osaient appeler la “renaissance” j'appris les derniers détails qui m’étaient cachés jusque-là. Vous n’imaginez pas ma stupeur quand je vis Maître Velmont se tenir avec les disciples de Britius après ma “renaissance”.

La grande partie de l'église locale était sous l’influence du culte, je n’avais maintenant plus de doute. Je suspectais d'ailleurs à présent les instances locales d'être aussi gangrenées par ce fléau. La ville que je croyais civilisée n’était qu’un ramassis d'hérétiques et de menteurs.

Le culte que nous avions cru à l’agonie renaissait de ses cendres et tenait Fressons sous sa coupe. Je n’ai donc plus le choix, je vous écris cette missive pour vous mettre en garde contre ce danger grandissant. Ici je suis entouré d'ennemis, je ne peux me fier à personne. Vous êtes mon dernier espoir, j’ai fait l’erreur de tenter de parler au roi. Sa fille, l’une des seules personnes saintes de la ville, m’a permis de l’approcher. Je lui ai fait part de mes craintes. Grâce au sceau que vous m'aviez confié, il m'a accordé sa confiance et a écouté attentivement mes dires. Deux jours plus tard, je fus attristé d’apprendre sa mort par cause “naturelle”.

Je vous le redis, vous êtes mon dernier espoir, Saint-Père, je crois que les hérétiques m’ont démasqué et risquent bientôt de s’en prendre à moi. Je ne suis plus en sécurité à présent. Si le culte ose s’en prendre à la royauté, je n’ose imaginer ce qu’il pourrait me faire. Je…

La fin de la lettre était alors effacée par du sang qui s’y était imprégné. La missive fut confiée telle quelle à un cavalier de l’inquisition au lieu de rendez-vous. Ledit cavalier n'eut cependant pas l’occasion de demander des informations à son employeur car celui-ci disparut aussi rapidement qu’il lui était apparu. Le cavalier emporta ainsi le précieux message et disparut dans la nuit.

Annotations

Recommandations

Défi
Anne Cécile B
Dans nul lien se s'emmêle...
9
13
1
0
Défi
Or
La journée commence normalement malgré le pesant brouillard, mais... si tout basculait... dans l'effrayant ?

Imagination ou réalité ???
5
4
36
1
Défi
OD'UN


Vous avez eu droit à la prédiction de l'Ange.
Que vous a t-il dit?
Non mais vous cherchez des histoires à Scribay. Okay...Caisses-que l'ange m'a dit ? Une caisse de Leffe, car t'es nouille Od'un. Tu vas sauter les Mathusalem au Cointreau/Xérès ou à l'or, on te Bic ton stylo-plume. Que feriez-vous si vous deviez sauter avec votre nouille ? Moi, j'ai opté pour un Big Band, car c'était plus judicieux, étaient mésanges cachées dans le texte. C'est ainsi que mon ZZ Topless à l'air et Césaire de Miss...Terre en vue : Od'un, tu y as droit...adroite. Non, Descartes au Monopoly...Tic/Tac...Tic/Tac. Une Joconde, je vous montre mon splashdown ? Ça fusain Tom à confectionner des pizzas, car à présent, c'est le pizzaïolo français de l'espace. Cependant, j'effet le saut de l'Ange, épi Sean...connerie de parachute : El Capote en corps Anubis ?
5
6
0
1

Vous aimez lire Kost . ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0