Chapitre 3: Le domaine Familial

12 minutes de lecture

Pierre d'Ambroise

jeudi 17 du mois d'Avril de l'an de grâce 1205 AE.

Seigneurie de la famille d'Ambroise ; quelques heures avant la prière des vêpres.

Royaume du Corvin

Le soleil, qui avait peiné à atteindre son zénith, commençait maintenant à faire place à des nuages grisonnants. Une moiteur s'était abattue sur le domaine. Cela faisait plusieurs heures que le groupe de Pierre arpentait la route silencieusement vers le château. L'excitation de la chasse, puis de la course, avaient fait place à un calme certain. Pierre, perdu dans ses pensées, cheminait en tête de la troupe. Depuis un moment déjà le groupe s'était extirpé du labyrinthe vert que représentent les forêts du domaine. À présent, il arpentait des étendues de blé, véritable océan jaune s'étendant à perte de vue. La monotonie des champs était brisée par des moulins et panneaux qui s'étendaient le long du sentier qu'empruntait la troupe de chasse. Pierre, qui laissait son regard vagabonder entre les détails que lui fournissait le décor, se laissa happer par le panneau au bord du sentier. Il pouvait apercevoir gravé dans le vieux bois le nom du village où se trouvait le château familial.

Le chemin qu'il entreprenait ainsi à travers la partie agricole du domaine d'Ambroise avait été ponctué par les nombreux serfs* au bord de la route qui ne manquaient pas l'occasion de saluer l'héritier de leur seigneur. Pierre connaissait bien les fermiers et autres gens du cru. Véritable petit aventurier quand il était plus jeune, il avait de nombreuses fois vagabondé dans les champs et aidé lors des récoltes d'été. De par ce contact qu'il avait tissé avec les habitants, la population locale l'appréciait . Les champs, qui finissaient enfin par s'achever, laissaient place à une série interminable de masures. Celles-ci marquaient le début du village où se situait le château d'Ambroise. La place se trouvait être la plus habitée de la région.

Les premières bâtisses, d'une fabrication sommaire, accueillaient les moins aisés du domaine mais pas les moins importants. Ces gens représentaient la main-d'œuvre irremplaçable des champs alentour. Sachant cela, des tourelles de garde avaient été dressées depuis de nombreuses années entre les champs et ces maisons. En continuant son chemin le groupe pénétra plus en avant dans le village, la route jusqu'ici une piste se transforma petit à petit en chemin partiellement pavé à certains endroits. Plus le groupe avançait et plus les maisons étaient importantes. Celles du centre arboraient une architecture à colombage et pouvaient atteindre jusqu'à deux étages. Elles présentaient des pierres plus finement taillées dans leur infrastructure. Pierre fit tourner son cheval à un embranchement, traversant le marché. Celui-ci pouvait témoigner du développement économique de la région qui s'était vue transformée après la prise de pouvoir de son père. Le paternel de Pierre s'était avéré être un dirigeant plus avisé que ses prédécesseurs, divergeant des traditions militaires de ses aïeux. Grandement portée sur la guerre, la région avait été un pôle de commerce avec les royaumes avoisinants du nord. Cependant ces activités croissantes dans le domaine commercial ne l'empêchaient pas de posséder une force militaire importante. La famille d'Ambroise était l'un des piliers de la défense du territoire au nord du royaume du Corvin. Cela se voyait à chaque pas dans le village. Pierre et sa troupe croisaient de nombreuses patrouilles locales qui ne se privaient pas de le saluer chaleureusement.

La troupe, après avoir navigué dans les ruelles du village, se trouva enfin à l'orée de celui-ci. Le jeune homme aperçut enfin le château de sa famille. Il se trouvait sur un surplomb qui dominait le village et les paysages alentour. Il découvrit en premier lieu des fanions bleus et blancs qui se dressaient fièrement à la pointe de la toiture des tours. Le château d'une taille conséquente était composé d'une haute enceinte extérieure. L'infrastructure entièrement de pierre laissait apparaître des hourds en bois à ses extrémités. À l'approche de la porte principale, le groupe se tenait maintenant en face de l'imposante structure d'entrée du château. Celle-ci était surmontée de deux étages de créneaux.

Au-dessus d'une porte en bois cloutée, Pierre pouvait admirer l'emblème de sa famille taillé dans la pierre. Les gardes de l'entrée saluèrent les arrivants, ils étaient rassemblés autour d'un petit feu et se divertissaient en parlant de tout et rien. Se voyant salué, le groupe s'aventura alors dans la barbacane. L'infrastructure faisait partie des nombreuses améliorations bâties par ses aïeux durant les décennies de guerres contre les royaumes voisins.

Dépassant la structure défensive, Pierre pénétra dans l'enceinte du château. La basse-cour était en pleine ébullition: les serviteurs s'agitaient en tous sens et des chariots qui trônaient au milieu de la place étaient chargés. Caisses, habits et objets d'usage courant furent rassemblés pour ce qui s'apparentait à un voyage important.

Ainsi arrivé dans la cour, le groupe se dispersa peu à peu. Le maître de chasse et son apprenti se dirigeaient vers les cuisines qui bouillonnaient d'activité à l'approche du repas. Les hommes d'armes qui avaient accompagné Pierre se dirigèrent quant à eux vers les écuries pour retourner à leur baraquement. Bientôt Pierre se trouva seul à cheval, accompagné de son ami Charles. Mettant pied à terre, ils confièrent leurs montures au palefrenier des lieux. Tapant ses bottes sur les pierres du sol, Pierre tenta d'essuyer la boue qui s'y était accrochée. Il n'eut cependant pas le temps de finir sa besogne qu'un homme fit irruption dans les écuries.

— Où se trouve-t-il ? claironna une voix forte.

Pierre ne pouvait que reconnaître cette voix plus que familière. Il s'agissait de son tuteur, le bon père Corbius. Homme d'une grande piété, il officiait pour la famille d'Ambroise bien avant la naissance de Pierre. D'une stature assez moyenne, il arborait une barbe de trois jours et avait les cheveux rasés.

— Ah ! te voilà, dit Corbius d'une phrasée rapide comme à son habitude. Je voulais te demander si tu avais vu ton frère. Il s'est encore absenté à mon cours de ce matin, je crois qu'il est encore allé baguenauder au village. À son âge, il n'est plus toléré de gaspiller son temps comme ça.

— Père Corbius, continua Pierre en le saluant chaleureusement. Je crois qu'Eudric n'est pas porté sur les écrits, vous devriez le concevoir à présent.

Corbius grimaça à cette annonce.

— Mon fils, dit Corbius, les cours que je vous ai prodigués et que je lui prodigue sont les bases des hommes de votre rang. Je ne vais pas en tenir compte pour cette fois, mais vous devez le convaincre d'arrêter d'agir de la sorte. Je peux compter sur vous, Pierre ?

Souriant, il accompagnait Corbius hors de la grange.

— Je ferais ce que je pourrai, mon père, mais bien parce que c'est vous.

— Parfait ! renchérit Corbius en partant d'un pas rapide. Je savais que je pouvais compter sur vous, finit-il en s'éclipsant.

Pierre regardait son fantasque tuteur partir. Charles vint alors se porter à la hauteur de son ami.

— Sacré personnage, le prêtre, dit-il en esquissant un sourire. Bon, je crois qu'on devrait pas faire attendre ton père pour le souper.

— Allons-y, confirma Pierre.

Les deux hommes partirent en direction de la grande salle pour manger. La matinée avait été agitée avec cette chasse et Pierre attendait le repas avec une envie plus que certaine.

Les deux amis marchaient dans les couloirs du château, zigzaguant entre les domestiques qui s'affairaient aux préparatifs de départ. Tous deux sursautèrent quand un individu les surprit en sautant vers eux. Surgissant d'un coin de pénombre, il s'agissait du frère de Pierre, le jeune Eudric. Celui-ci, s'appuyant sur leurs épaules, rigolait comme un enfant après une bonne farce.

Eudric était un jeune homme brun de dix-sept étés. Souriant en toutes circonstances, il était de deux ans le cadet de Pierre. Digne représentant de ses racines du haut Corvin. Son visage, bien que jeune, comportait déjà les traces d'une vie rude au nord. Ses cheveux bruns étaient coupés court. Ses yeux verts encadraient un nez court et aquilin.

— Alors les amis, on va chasser sans même m'inviter? questionna Eudric d'un air jovial.

Charles lui répondit d'un sourire amical tandis que Pierre soupirait.

— Tu sais, si on ne t'a pas invité, c'est que tu avais des cours avec Père Corbius, que tu n'as pas jugé bon d'honorer d'ailleurs, répliqua Pierre.

À ces mots, Eudric tiqua et répondit du tac au tac.

— Voyons Pierre, tu sais comme moi que ces cours peuvent être soporifiques. Mais bon je pense que tu dois avoir encore raison, enfin je suppose.

Pierre acquiesça.

— Mais je dois cependant te faire remarquer que ce temps a été plus que bien investi ; Eudric regarda les alentours avant de continuer. Tu te rappelles la fille du drapier, celle du centre.

Pierre fit oui de la tête

— Eh bien, je suis allé la voir et... On va dire que l'on s'est plutôt bien entendus.

Pierre souffla de désespoir.

— Eudric, tu sais que si Corbus apprend la raison de ton absence, ça risque de chauffer.

Charles renchérit:

— Pas seulement Corbius, si ton père le sait tu vas passer un sale quart d'heure.

Eudric souriant continua d'un air jovial.

— Mais, je peux bien sûr compter sur votre discrétion et votre soutien, mes amis, dit Eudric tout en s'éclipsant petit à petit de ses deux interlocuteurs pour rejoindre la pénombre dont il avait émergé précédemment. Je vous laisse pour le moment, on se retrouve au repas ; finit-il avant de les quitter aussi soudainement que son apparition précédente.

Charles se tourna alors vers Pierre; ils n'eurent pas besoin d'échanger de mots et se comprirent d'un regard. Leur trio s'entendait depuis belle lurette mais les aventures d'Eudric se faisaient de plus en plus nombreuses et cela mettait leur petit groupe en péril.

Pierre devait trouver un moyen de détourner Corbius de sa tâche envers Eudric.

Les deux compères, qui marchaient déjà depuis un moment dans les longs couloirs du château, aperçurent la fin du trajet. Pierre pouvait sentir les mets raffinés au loin. Passant devant les cuisines ils pouvaient apercevoir un ballet incessant de domestiques s'affairer à la préparation du repas de midi.

Pierre prit un embranchement à droite de la cuisine et s'engouffra dans un escalier en colimaçon. Émergeant de celui-ci avec son ami, il put voir la porte, solide et grandement décorée, qui marquait le début du grand hall du château.

Poussant la porte, ils entrèrent dans une imposante pièce. Le Grand Hall de la famille d'Ambroise regorgeait de décorations et de détails. Contrairement au faste du clergé ou de la royauté, les ornements présents restaient assez sobres. Une complexe charpente décorée surplombait la pièce, des drapeaux y étaient accrochés à intervalle régulier. Le Grand Hall était bordé par une grande rangée de fenêtres sur son mur axé à l'extérieur. La lumière émise de celles-ci venait se réfléchir contre les nombreux trophées de chasse accrochés au mur opposé. Une imposante table en vieux chêne trônait au milieu de la pièce.

Pierre pouvait déjà apercevoir son père attendant fièrement sur la haute chaise du seigneur. D'une forte carrure, Durand dominait la tablée. Habillé de vêtements robustes, il avait posé sa cape en peau de loup sur le dossier de sa chaise. Son visage était en adéquation avec sa tenue. Son faciès présentait des rides, preuve d'une vie déjà longue. Arborant une barbe fournie, il possédait des yeux bruns et des arcades prononcées. Ses cheveux étaient coupés court. Le regard du seigneur Durand se posa sur les deux compagnons qui avaient fait irruption dans la pièce. Mais ce ne fut pas le seul. À la droite du seigneur se trouvait la mère de Pierre qui les avait vus dès leur entrée. En exact opposé de son mari, la dame d'Ambroise se nommait Ava, elle était d'un physique et d'un apparat tout à fait différent. D'une corpulence et d'une taille moyenne, elle était habillée à la façon du Sud.

Sa robe arborait des couleurs chaudes dans le plus pur style du Bas Corvin. Cependant ses couleurs chatoyantes étaient camouflées. Ava était emmitouflée dans un habit chaud en peau d'animal qui la couvrait en reposant de ses épaules jusqu'au sol.

Un sang sudiste coulait dans les veines d'Ava et malgré ses nombreuses années passées dans le nord, son corps ne s'était toujours pas acclimaté au temps plus frais. Bien qu'elle eût un âge presque identique à celui de son mari, elle avait encore un visage rayonnant et n'avait que peu de traces de vieillesse.

Ses yeux d'un vert clair étaient aussi colorés que sa robe, Ava avait un nez plutôt court et discret. Ses cheveux d'un brun clair étaient noués en une tresse et reposaient sur son épaule.

D'un air détaché comme à son habitude, Durand accueillait les nouveaux arrivants.

— Ah! mon fils ; commença-t-il d'une voix forte et portante. J'espère que tu as fait une chasse intéressante ce matin.

— Oui père, continua Pierre. Nous avons eu la chance de trouver de nombreux petits gibiers dans les bois au nord.

— Bien ; rétorqua Durand. Maître Leufred va sûrement aider le cuisinier à les préparer.

Pendant la conversation Pierre et Charles s'étaient rapprochés de la table et commençaient à s'asseoir.

Durand tourna alors son regard vers Charles.

— Alors jeunot, j'espère que ce mois passé dans mon domaine aura été d'un quelque intérêt ; dit Durand en se repositionnant sur sa chaise.

Tout en s'asseyant, Charles n'eut aucune difficulté à répondre à Durand. Le mois passé au château l'avait accoutumé à la voix forte du seigneur.

— Je dois bien vous avouer, monseigneur, que ce mois est passé bien vite; commença-t-il. Votre domaine est vaste et les activités y sont nombreuses. De plus, les cours du père Corbius sont captivants.

Durand, souriant à la phrase de Charles, s'éclaircit la voix avant de continuer.

— En parlant de Père Corbius... Je voulais te le dire, Pierre. Notre bon prêtre restera ici en notre absence. Je le chargerai des affaires courantes du château.

Pierre fronça les sourcils.

— Père, n'avez vous pas prévu de confier les affaires à mon frère le temps de notre absence?

Durand émit un petit rictus amusé à cette annonce.

— Tu sais que je ne peux pas faire confiance à ton frère, toujours à vagabonder. Je sais d'ailleurs de Corbius qu'il n'a pas honoré son cours de ce matin. Je l'emmènerai donc à la capitale et profiterai du voyage pour lui parler.

Pierre et Charles s'échangèrent un regard après cette annonce.

— D'ailleurs je crois que ce n'est pas le seul à avoir vadrouillé ce matin, n'est-ce pas ? dit Ava d'une voix calme et posée.

Comme pour faire acte à ses paroles, Ava passa ses doigts sur la joue de Pierre qui se crispa. La marque rouge qu'il arborait après sa course effrénée avec Charles était encore à vif.

Pierre n'eut pas le temps de répondre qu'Eudric entra dans la salle.

Durand ne perdit pas un instant pour le saluer.

— Ah, Eudric, tu nous gratifies de ta présence. Je dois dire qu'après ton absence de ce matin, je commençais à douter de ta présence ce midi.

Eudric, qui s'asseyait à côté de Charles, ne laissa paraître aucune réaction ou du moins savait bien les dissimuler.

— Père vous devriez savoir que je ne manquerais pas une occasion de vous voir, mère et toi, commença-t-il d'un air jovial comme pour détendre la situation. Je ferai d'ailleurs mes excuses au Père Corbius dès que je le pourrai.

— Alors tu devrais le faire vite, lui répondit Durand. Car tu pars avec nous cet après-midi. Corbius restera au château pour s'occuper des tâches du domaine. Il veillera au bon ordre des lieux le temps de notre absence.

Durand, après s'être adressé à son cadet, retint les regards de l'assemblée et continua.

— Comme vous le savez, notre roi est mort. Son successeur, qui sera de toute évidence la princesse Anaïs, a convoqué le banc seigneurial pour un banquet. Toutes les familles du Haut et Bas Corvin sont invitées dans leur intégralité. J'ai d'ailleurs averti ton père, Charles, et tu feras la route avec nous, finit Durand avant de faire un signe aux domestiques.

Pierre, à cette nouvelle, sourit et tourna son regard vers les domestiques qui apportaient les repas.

Durand, en congédiant le domestique qui le servait, s'adressa une dernière fois à ses quatre convives.

— Les affaires ont été préparées dans la cour et nous partirons dès que le repas sera fini. Sur ce, bon appétit à tous ! Pierre, je te laisse dire les bénédicités avant de manger.

Pierre s'exécutant, le repas put enfin commencer. La famille au complet put partager un dîner plus que copieux.

* Serf : paysan médiéval lié à son seigneur.

Annotations

Recommandations

Défi
Skye23S@lut

Clic. Clac. "Reveille-toi, n°1362. C'est l'heure d'aller rapporter du fric" "Retourne dans ta cellule n°1362 ou tu vas avoir des problmes" " Regarde ton dos! Rien qu'en le regardant on voit combien de coups de fouet tu t'es prise, imbécile"
Voila ce que j'entends chaque matin.
Des bruits de serrure et des bruits de fouet qui claque, aussi.
Il y a longtemps, je m'appellais Coralie. Enfin, c'était il y a longtemps. Maintenant, je suis n°1362, une meurtrière parmi tant d'autre.

Cela fait maintenant 12 ans que j'ai renoncé a une vie humaine. Je trace une nouvelle barre sur le mur droit de ma cellule. 12 ans que j'ai exterminé un population entière. Je suis la fille unique de Cristophe Colomb, et contrairement a ce que dit l'histoire, c'est loi seule qui les a tous tués à moi toute seule. J'étais au service de mon père, car c'était le prix a payer pour rester a ses côtés. Je le chérissait comme rien au monde, c'était ma seule famille, la seule corde a laquelle je pouvais me raccrocher.

Mais finalement, je l'ai tué en même temps que les Maya.

- Eh, n°1362. Ca va faire combien de temp que t'es ici?
Je ferme les yeux en entendant le gardien qui me parle sur un ton méprisant.
- 12 ans, je répond en me retournant pour contempler le mur.
- 12 ans... T'a pas encore perdu encore la tête?
Je cligne les yeux quelque seconde. Quoi, perdre la tête? La bonne blague. Ma tête,
il en manque plusieurs morceaux depuis très longtemps.
- Hé ho. Regarde-moi quand je prend la peine de te parler.
Alors je tourne la tête d'un geste las, et je vois enfin ce garde grassouillet qui me "nourrit" une fois par semaine. Mais cette fois-ci, il est accompagné par un petit garçon.
**

- C'est qui ? T'as pas honte de gacher l'enfance de pauvre petits innocents ?
- Ta g***e, toi. On t'a pas demandé ton avis. Alors apprend que ce mioche est Chris, un enfant...
- Jm'en branle !
- Laisse-moi finir ou tu pourras compter une nouvelle cicatrice sur ton joli minois, murmure le gardien en se penchant vers moi.
Je passe la main sur mon visage couvert de cicatrice horrible et sanglante avec une infime pointe de regret.
- Donc, cet enfant a été évacué de sa maison -et heureusement, car il y a eu un attenta là-bas un peu plus tard-
- Et tu connais son origine ? C'est un Maya.
Je déglutis.
- Voyez-vous ça...
- Je te laisse avec le gamin. Et va pas l'égorger parce que ta pendaison aura lieu dans une semaine, dit-le garde en s'éloignant.
- Je m'en moque! Tu piges ?!
- C'est pas bien de mentir, dit le garde en sortant dehors.
- SALE ***** DE ******* !
Trop tard. De toute façon, il est déja parti.
Alors je me tourne vers le petit..
- Chris, c'est ça ? Tu attend quelqu'un?
- Mon Dady.
- Oh. Et... Il revient quand, ton "dady"?
- Demain.
Je regarde le petit attentivement. Ses cheveux sont d'un brun noisette, et ses yeux bleus reflètent une patience sans fin.
- D'accord.
Un silence lourd s'installe soudain.
- Tu sais, petit, on est un peu pareil, nous deux. On a plus de famille.
- Non, mon dady revient demain. Tu sais, moi je suis pas un tueur.
Purée ce qu'il m'agace ce gamin!
- Si c'est pour dire ça, tu peux p...
- Répetez après moi " Dios Tenga Misericordia"
3
1
6
2
Défi
Or
La journée commence normalement malgré le pesant brouillard, mais... si tout basculait... dans l'effrayant ?

Imagination ou réalité ???
5
4
36
1
Défi
OD'UN


Vous avez eu droit à la prédiction de l'Ange.
Que vous a t-il dit?
Non mais vous cherchez des histoires à Scribay. Okay...Caisses-que l'ange m'a dit ? Une caisse de Leffe, car t'es nouille Od'un. Tu vas sauter les Mathusalem au Cointreau/Xérès ou à l'or, on te Bic ton stylo-plume. Que feriez-vous si vous deviez sauter avec votre nouille ? Moi, j'ai opté pour un Big Band, car c'était plus judicieux, étaient mésanges cachées dans le texte. C'est ainsi que mon ZZ Topless à l'air et Césaire de Miss...Terre en vue : Od'un, tu y as droit...adroite. Non, Descartes au Monopoly...Tic/Tac...Tic/Tac. Une Joconde, je vous montre mon splashdown ? Ça fusain Tom à confectionner des pizzas, car à présent, c'est le pizzaïolo français de l'espace. Cependant, j'effet le saut de l'Ange, épi Sean...connerie de parachute : El Capote en corps Anubis ?
5
6
0
1

Vous aimez lire Kost . ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0