Funérailles

5 minutes de lecture

Heather grogna, émergeant lentement du sommeil. Quelqu’un lui secouait l’épaule ; elle ouvrit les yeux. Martha était penchée au-dessus d'elle, un franc sourire sur les lèvres. La jeune femme se leva pour la serrer dans ses bras.

─ Martha, je suis tellement heureuse de te revoir.

─ Moi aussi, jeune demoiselle. J’aurais aimé que ce soit dans d’autres circonstances, mais la vie est ainsi faite.

Martha recula pour admirer Heather.

─ Tu es devenue une magnifique jeune femme. Tu ressembles tellement à Violette, dit-elle en posant affectueusement sa main sur la joue de Heather.

─ Tu n’as pas changé.

─ Je dois bien avoir quelques rides de-ci de-là, répondit Martha, néanmoins flattée par la remarque. Trêve de compliments, il est temps de prendre un solide petit déjeuner. Regarde-toi, maigrelette comme tu es. J’ai toujours dit que l’air des grandes villes n’est pas sain pour les jeunes gens.

Sourire aux lèvres, Heather suivit Martha dans la cuisine. Elle n’avait pas changé d’un iota.

Tout en dégustant un bagel nappé de confiture d’abricot, Heather parla de sa vie à New-York, de la librairie, avant d’en arriver à la raison de sa présence ici.

─ Grand-père était malade depuis combien de temps ?

─ Depuis plusieurs années. Mais il n’était pas raisonnable. Il n’a jamais suivi les recommandations du médecin, le taxant de charlatan. C’était la croix et la bannière pour qu’il prenne ses médicaments.

Heather reconnaissait bien là son grand-père. Elle l’avait souvent entendu s’insurger contre la médecine moderne. Lorsqu’il était malade, Malcolm s’en remettait aux décoctions de plantes préparées par sa femme. Même encore de ce monde, Violette n’aurait pu guérir le mal de son époux avec une tisane.

─ L’état de santé de Malcolm a empiré il y a six mois, après le décès de Lord Tyrell.

─ Comment cela ?

─ William et ton grand-père s’étaient beaucoup rapprochés ces dernières années. Ils passaient la plupart de leurs journées, même certaines nuits, enfermés à clé dans la bibliothèque, à discuter de je ne sais quoi. Après la mort violente de William, Malcolm s’est replié sur lui-même. Il restait assis à son bureau, les rideaux fermés, le regard dans le vide. Il a envoyé promener le médecin, puis il a cessé de prendre ses médicaments.

─ De quoi est mort William Tyrell ?

─ Il s’est suicidé, sauf que…

Martha ne finit pas sa phrase, se rappelant qu’elle ne devait pas être trop bavarde. Même si Heather était la petite fille de Violette et Malcolm, elle ne faisait pas partie de la communauté de New Heaven.

─ As-tu des nouvelles de Victoria ?

─ Bien sûr. Elle demeure à Paris, mais elle revient passer tous les étés ici, répondit Martha, soulagée que la jeune femme change de sujet. Elle devrait être là dans une semaine. Si tu restes assez longtemps, tu auras l’occasion de la voir.

─ Je serai partie dans une semaine, répondit Heather, déçue.

Martha jeta un coup d’œil à sa montre.

─ Il faut que je file, j’ouvre la pâtisserie dans une demi-heure. On se retrouve à quatorze heures au cimetière.

─ Entendu.

Après s’être douchée et changée, Heather descendit au cimetière se recueillir sur la tombe de sa grand-mère, seule, avant les obsèques. En prenant le sentier qui menait à l’église, elle vit un homme sortir du bois, s’avançant dans sa direction. Heather déambula un petit moment avant de trouver la tombe de Violette. Elle était bien entretenue. Un magnifique bouquet de fleurs champêtres était posé sur la stèle. Sûrement une attention de Martha. Juste à côté, la terre creusée attendait que le cercueil de Malcolm vienne rejoindre celui de son épouse. Unis pour l’éternité. La jeune femme repensa aux paroles de Martha. Pourquoi William et Malcolm se seraient enfermés à clé dans la bibliothèque pour de simples discussions ? Sans compter cette phrase inachevée à propos du suicide de William. Vraiment étrange tout cela. Heather leva la tête puis vit l’homme sorti du bois la scruter, appuyé sur un arbre au-delà des pierres tombales. Lorsqu’elle s’avança vers lui, l’inconnu quitta son poste d’observation pour rapidement s’éloigner.

Encore un mystère de plus, pensa la jeune femme


Le corbillard emprunta lentement la route de la falaise, suivi par Martha et bien d’autres. Les instructions de Malcolm pour son enterrement étaient simples. Pas de présentation du corps dans la chapelle de l’église, ni de service funèbre. Pas de couronne mortuaire et surtout pas de prêtre debout devant sa tombe pour dire à quel point il était un homme extraordinaire. Il souhaitait juste être enterré aux côtés de Violette, l’amour et la lumière de sa vie.

Un homme grand et maigre se présenta à Heather. Ses grosses lunettes rondes le faisaient ressembler à une mouche. Son col romain indiquait sa fonction.

─ Melle Tealney, je suis le Père Godwin, se présenta-t-il en serrant chaleureusement la main de la jaune femme. Malcolm n’était pas en meilleurs termes avec notre Seigneur, mais je tiens à être présent en tant qu’ami. Je l’appréciais énormément, malgré nos divergences théologiques.

─ Vous êtes le bienvenu, mon Père.

L’assemblée regarda le cercueil de Malcolm s’avancer lentement vers sa dernière demeure. Ensuite, chaque personne présente prit une poignée de terre pour la jeter sur le cercueil avant de présenter ses condoléances à Heather. L'homme,aperçu le matin, était à nouveau posté au même endroit.

─ Martha. Qui est-ce ? demanda-t-elle en désignant l’arbre.

─ C’est Julian Tyrell, le frère aîné de Victoria. Tu dois certainement t’en souvenir. C’est un jeune homme très étrange. Il est revenu à New Heaven après la mort de son père pour s’occuper des affaires familiales. Il n’est pas très bavard et ne fréquente personne ici. Cela m’étonne qu’il assiste aux obsèques de Malcolm, même de loin, ironisa Martha.

Julian Tyrell. Heather se souvenait d’un adolescent pénible qui passait son temps à les taquiner, Victoria et elle. Rien de plus.

Une fois tout le monde parti, la jeune femme prit, à son tour, une poignée de terre qu’elle jeta sur le cercueil.

─ Repose en paix, grand-père.

Avant de s’éloigner, elle regarda vers l’arbre. Julian y était toujours adossé.

Une fois Heather partie, le jeune homme s’approcha de la tombe. Les rumeurs étaient donc fondées : la petite fleur de bruyère (1) était de retour.

─ Sera-t-elle capable de nous aider, Malcolm ? De continuer ce que tu as commencé ?

Julian prit une poignée de terre.

─ Adieu, mon ami.

(1) : Heather veut dire bruyère en écossais.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 5 versions.

Recommandations

Défi
Opale Encaust
Tout est dans le titre.
1203
979
22
12
Défi
Œil de Lynx
Réponse au défi une phrase par jour :)

Ce n'est pas une histoire, seulement des phrases jetées chaque jour au hasard... Je ne sais pas si cela respecte bien le principe du défi.
3431
879
75
14
Défi
SeekerTruth
En réponse au défi "Une phrase par jour".
2220
1627
24
11

Vous aimez lire Carole Pohie ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0