28. Réponse de la sorcière Mélula à la goule Dick Xoul

3 minutes de lecture

Cher Dick,

Je suis ravie que vous acceptiez d’enquêter, car j’ai besoin d’un professionnel tel que vous : pugnace, coriace, perspicace, vorace… Et je sens que nous allons bien nous entendre ! Soyez mes yeux, mes oreilles, cela me convient du moment que nous ne partageons pas le même régime alimentaire. J’évite les cadavres au dessert, très mauvais pour le teint et l’haleine !

Tout récemment, un petit cochon volant m’a remis un message enflammé d’un mystérieux amoureux ! Et ce dernier s’avère être aussi l’expéditeur de la peluche. Vous devriez vous renseigner auprès de la société « Vous avez un admirateur secret », n’hésitez pas à menacer les livreurs de les dévorer si nécessaire.

Mon fameux admirateur m’aurait déjà rencontré à mon premier Bal des Sorcières Débutantes, ce qui peut exclure le père Noël de la liste des suspects. Mais il peut également s’amuser à brouiller les pistes afin que je me détourne de lui. Son air si jovial dissimule un esprit vif et manipulateur. On ne devient pas le big boss du pôle Nord par hasard.

Dès que je dispose de nouvelles informations, je vous contacterai par mail ou SMS. On pourra aussi tailler la bavette par téléphone. Mettez les bouchées doubles pour l’énigme du doudou surtout que le lapin de Pâques doit grassement vous payer.

Si vous êtes amené à interroger ces braves lutins, je vous conseille de jouer sur la corde sensible, c’est-à-dire leurs conditions précaires au travail. Vous aurez même la possibilité de recruter un stagiaire.

Mon honneur de vilaine sorcière dépend de la réussite de votre mission.

Dans l’attente, je vous adresse mes sortilèges distingués.

La sorcière Mélula

****

Elle s’était réveillée avec une forte migraine. En s’endormant, elle avait renversé son saladier de pop-corn au beurre de cacahouète. Il ne restait quasiment plus rien de son en-cas hormis quelques taches de gras et une substance gélatineuse verdâtre sur le revêtement usé du sofa. Son hôte volatile avait à nouveau disparu, tandis que Roméo n’avait pas bougé d’un iota, fidèle à lui-même avec son éternel sourire béat.

La sorcière culpabilisa, car elle n’avait pas prévu de transformer aussi rapidement Pingo en pigeon-garou. Elle pouvait mettre en péril sa santé, même si elle n’était pas contre un peu de fiente miraculeuse. Elle n’y était pas allée de main morte avec le beurre de cacahouète. Cette fois-ci, il n’avait pas avalé un minuscule morceau de chocolat…

Avant de le rechercher, Mélula appela Nosferato pour une livraison express de sa lettre préparée la veille. Le tarif du service était un peu plus élevé, mais l’énigme du doudou le valait bien.

Elle fouilla sa maison de fond en comble, le pigeon-garou restait introuvable. Où pouvait-il bien se cacher ? Était-il reparti embêter Igor Butchy ? La sorcière ne s’inquiéta pas plus que ça, elle savait que Pingo finirait par revenir, car un lien indéfinissable les unissait.

On sonna à la porte, ça devait être certainement l’un des coursiers de Nosferato. Mélula se précipita pour ouvrir. Sur le palier, une centaine de petites chauves-souris se regroupèrent pour former le mot « colis ». Surprise, la sorcière recula de quelques pas, les bestioles en profitèrent pour rentrer dans le hall afin d’y déposer un grand carton. L’une d’entre elles récupéra aussi le courrier destiné à Dick Xoul, le détective privé. Puis l’ensemble des agents de Nosferato repartirent. Le dernier du groupe plia son aile droite comme une demande de pourboire. Mélula fit mine de ne pas s’en apercevoir. Dans le ciel, les chauves-souris formèrent le mot « radine ».

La sorcière inspecta le paquet : aucune information d’expédition n'y figurait. Était-ce encore un cadeau de son admirateur secret ? Afin d’en avoir le cœur net, elle déchira l’emballage, soupira à la vue des habits soigneusement pliés, accompagnés de mules dorées à talon aiguille. Une petite note se trouvait à l’intérieur :

« Bonjour Mélula. Comme promis, voici quelques jolis vêtements et de ravissantes chaussures. À très bientôt, Venda »

Mélula prit au hasard une robe fourreau noire à manches longues. Une certitude, vu la taille, elle n’allait pas pouvoir l’enfiler… Dès qu’elle émit cette pensée, le textile s’agrandit comme par magie ! Avait-elle retrouvé ses pouvoirs ? Pourtant, aucun éclair n’était sorti de ses petits doigts boudinés.

Puis elle entendit son téléphone biper. Elle venait de recevoir un message de Venda qui lui demandait d’allumer son ordinateur portable pour un entretien Skype.

Annotations

Recommandations

Alice Druledo
Hélène Mathiot n'aurait pas du tomber sous le charme d'un cottage situé à environ 20 miles de son lieu de travail.
L'agent immobilier l'avait cependant mise en garde. La forêt d'Hazebridge, qui entoure la propriété, jouit en effet d'une réputation sulfureuse. Vénérée par les Celtes, crainte des Romains, condamnée au Moyen-Âge, elle abriterait des forces géophysiques extrêmement puissantes ainsi que des créatures étranges, mi-humaines, mi-animales.
Rapidement, Hélène s'aperçoit que, si certaines rumeurs sont totalement fantaisistes et infondées, cette forêt recèle en effet de nombreux secrets.
421
364
455
185
Marylou
Voici mes citations en peu de mots, telles qu'elles viennent à mon esprit. J'espère qu'elles vous plairont.
1626
191
23
22
Défi
docno
Bêtement, on se couche, on dort. Et BAM ! La cata !
C'est fou ce que les femmes sont méfiantes.
68
62
47
10

Vous aimez lire Bella Leff ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0