26. Reprise de la 3ème session de coaching en séduction

4 minutes de lecture

― Allo, Mélula ! Je vous présente mes excuses pour tout à l’heure. Notre séance a été écourtée suite à un fâcheux contretemps…

― Pas de souci, Igor. Si vous êtes toujours occupé, on peut se rappeler à un moment plus importun…

― Non, non, ça ira, je vous ai concocté un petit exercice de jeux de rôles afin de vous préparer un peu plus avant le fameux Bal des Sorcières Débutantes, répliqua le vampire.

― Igor, je sens à votre voix que vous ne semblez pas dans votre assiette. Cela saute aux yeux, que quelque chose cloche…

― Effectivement, mon cabinet a été vandalisé par une entité mystérieuse, voire démoniaque, vu l’étrangeté du rire de la créature…

― Oui, je vous ai entendu parler à la chose avant que ça ne coupe. Vous n’avez pas froid aux yeux, Igor, rétorqua Mélula.

― Je garde mon sang froid en toute circonstance !

― Oh lala ! J’espère qu’on n’a pas essayé de vous faire du mal.... Si ?

― Nul doute, il s’agissait bien d’une agression à l’encontre de ma personne et de mon travail. Cette entité a détruit une partie de mes contrats de coaching. Ne vous inquiétez pas, j’ai déjà déclaré le sinistre à ma compagnie d’assurances.

― Euh, Euh, cela signifie que vous n’avez plus mon contrat ?

― Soyez rassurée, chaque document est scanné au préalable, et cela ne remet nullement en cause notre collaboration…

― Chouette, j’en suis ravie ! mentit la sorcière

― Un vampire avisé en vaut deux !

― Vous avez l’œil, c’est une certitude… Un si beau regard de braise, quel dommage !

― Vous divaguez ? Pourquoi faites-vous allusion à mes yeux ?

― Non, non, je me meuh, euh, remémorais juste notre unique rencontre il y a des décennies. J’avais eu l’impression que vous ne souhaitiez pas être vue… Vous souvenez-vous de la couleur de ma robe ?

― Désolé, Mélula, je ne m’en souviens plus.

― Pourtant vous jouissez de la réputation de ne pas avoir les yeux dans votre poche…

― Le temps passe, adorable sorcière. Voici l’exercice suivant. Je plante le décor. Vous vous trouvez au Bal des Sorcières Débutantes. La fête bat son plein. Des couples de danseurs valsent. Imaginons que vous êtes un très séduisant enchanteur et que vous vous voyez vous, Mélula, très apprêtée, sur votre trente-et-un.

― Et alors ?

― Justement, c’est un jeu de rôle et vous êtes dans la peau d’un viril inconnu.

― Je penserais qu’on m’a jeté un sortilège de désincorporation et j’irais déposer une réclamation aux organisateurs de la soirée.

― Vous le faites exprès ?

― De ? Hein ?

― Faire la nigaude !

― Ah ! Maintenant, je dois me mettre dans la peau d’une nigaude ? Votre exercice est un peu compliqué quand même.

― Mélula, cessez vos enfantillages ! Vous n'êtes pas concentrée ! C’est fini pour aujourd’hui.

― Désolée, Igor. Je fais de mon mieux.

― Faire de son mieux, cela ne suffit pas ! Vous devez vous surpasser, exceller, devenir la meilleure, quitte à avoir recours à divers sortilèges et potions. Usez de la magie sans modération, cela fait partie de votre nature profonde. À bientôt, Mélula !

― Ciao, Igor.

****

Mélula avait maintenant la certitude que l’œil ramené par Pingo n’appartenait pas à Igor Butchy, même si les vampires possédaient la capacité de régénérer leurs organes. Elle avait tenté tant bien que mal de recueillir un maximum d’informations, mais le coach en séduction ne s’était pas beaucoup épanché sur l’incident avec le pigeon-garou qu’il prenait pour un démon. Selon elle, c’était lui, le nigaud ! Igor la décevait d’autant plus qu’il avait été encensé par sa sœur Gryfolle.

En fait, Pingo avait agi uniquement pour défendre les intérêts de la sorcière ! C’était en quelque sorte un gentil pigeon-garou. Au péril de sa vie, il avait fait preuve de courage en se rendant chez un puissant vampire pour détruire son contrat de coaching, sans oublier l’œil pour Roméo, le crapaud mange-tout. Le charme du jouet n’opérait pas seulement sur Mélula, cela en était presque déroutant, voire troublant. Bon, elle ne connaissait toujours pas toujours la provenance de l’organe arraché, mais le mystère du doudou demeurait sa priorité. Exit l’énigme de l’œil pour le doudou !

― Igor, toujours aussi canon ? demanda la sorcière

En guise de réponse, les yeux de Pingo se révulsèrent brièvement, puis sa langue pendouilla sur le côté gauche de son long bec acéré comme pour signifier « beurk ».

― Ce n’est pas joli, joli d’être jaloux ! rétorqua-t-elle en ricanant.

Le pigeon-garou se mit à vomir une substance gélatineuse verdâtre contenant des morceaux de papier, certainement des restes de contrats. Cela dura quelques secondes, juste assez pour que Pingo reprenne son apparence initiale, un simple et inoffensif pigeon. Adieu fiente violette, promesse de richesse… Mélula comptait bien encore enfreindre les consignes de la Compagnie des Pigeons Voyageurs : un petit encas après minuit comme un carré de chocolat ! Puis l’oiseau s’évanouit dans son dégueulis. La sorcière ronchonna tout en soulevant délicatement Pingo afin de le nettoyer.

Au même moment, un petit lapin blanc tapa à la porte d’entrée

― J’arriiive ! s’égosilla Mélula qui se dépêcha de déposer Pingo dans un torchon à la propreté contestable.

Le bain attendrait quelques instants : le temps d’aller chercher des fioles remplies de fiente miraculeuse, de les remettre au coursier qui tendit un ravissant petit panier en osier, et de réceptionner un courrier. Mélula sourit quand elle prit connaissance de son expéditeur : la goule Dick Xoul, le détective privé engagé par le lapin de Pâques.

Annotations

Recommandations

Alice Druledo
Hélène Mathiot n'aurait pas du tomber sous le charme d'un cottage situé à environ 20 miles de son lieu de travail.
L'agent immobilier l'avait cependant mise en garde. La forêt d'Hazebridge, qui entoure la propriété, jouit en effet d'une réputation sulfureuse. Vénérée par les Celtes, crainte des Romains, condamnée au Moyen-Âge, elle abriterait des forces géophysiques extrêmement puissantes ainsi que des créatures étranges, mi-humaines, mi-animales.
Rapidement, Hélène s'aperçoit que, si certaines rumeurs sont totalement fantaisistes et infondées, cette forêt recèle en effet de nombreux secrets.
421
364
455
185
Marylou
Voici mes citations en peu de mots, telles qu'elles viennent à mon esprit. J'espère qu'elles vous plairont.
1626
191
23
22
Défi
docno
Bêtement, on se couche, on dort. Et BAM ! La cata !
C'est fou ce que les femmes sont méfiantes.
68
62
47
10

Vous aimez lire Bella Leff ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0