14. Lettre du lapin de Pâques à la sorcière Mélula

2 minutes de lecture

Ma petite cocotte en chocolat,

Le père Fouettard m’a contacté, car tu souhaites te venger de l’honorable père Noël. Vous me proposez donc que je devienne le lapin de Noël, et que je produise votre tournée des Vilains d’antan.

Je dois avouer que je suis très flatté que vous ayez pensé à moi, mais mon business des fêtes de Pâques me convient très bien. J’aime envoyer mon équipe planquer du chocolat pour la plus grande joie des enfants.

Je suis loin d’être un crétin ! J’apprécie le profit, mais j’évite les contraintes. Les lutins de Noël semblent ingérables et ont un poil dans la main. Ils passent leur temps à se plaindre, à fredonner des chansons débiles, et à se mettre en arrêt maladie...

J’ai entendu dire que tu es une puissante et vilaine sorcière. J’ai justement besoin d’un petit remède pour doper ma libido, car satisfaire des lapines, cela requiert beaucoup d’énergie. En contrepartie, je suis disposé à financer votre tournée de méchants has-been, à condition que mon nom n’apparaisse nulle part. Je tiens à ma réputation et ne désire pas être associé au père Fouettard et... sans te vexer, à toi. Je vends du rêve, même si tu me tends une belle carotte, je pense aux avantages et aux inconvénients.

Après réflexion, je peux aussi lever des fonds pour ta vengeance, à condition ― tu l'auras bien compris ― que mon intervention reste anonyme. Si tu me concoctes également un sortilège qui dope la performance des lapins pour la distribution des confiseries, je t’enverrai un énorme crapaud en chocolat fourré au praliné et caramel qui colle aux dents. Je sens bien que tu es une chipie gourmande.

Pour preuve de ma bonne disposition, tu trouveras ci-joint une délicieuse cloche à déguster. J’attends avec impatience de tes nouvelles.

Salutations chocolatées.

Le lapin de Pâques

****

Le père Fouettard ne manquait pas de toupet. Sans la concerter, il avait sollicité le fameux lapin de Pâques afin qu’elle participe à cette ridicule tournée de ringards. En outre, la Confrérie de la Sorcellerie ne devait pas être informée de toutes ces manigances, autrement elle aurait de sérieux problèmes. Quelle panade, sans compter que ses pouvoirs ne revenaient pas, ce qui l’angoissait.

Elle avait retenu que le lapin pouvait l’aider dans sa vengeance. Hors de question de revenir en arrière et de refuser toute collaboration utile, Mélula tenait à sa réputation.

Par ailleurs, elle réfléchissait aussi à une petite revanche sur l’irritable père Fouettard. Il se croyait plus malin qu’elle en agissant de la sorte, il allait le regretter amèrement. Elle lui rendrait la monnaie de sa pièce.

Une idée farfelue germa dans l’esprit de Mélula qui se mit à ricaner méchamment. Aussitôt, elle entreprit de rédiger sa réponse au lapin de Pâques.

Annotations

Recommandations

Défi
Sur le départ

Je n'aurais jamais du fondre pour elle.
Je la vis qui se tenait devant moi. Sa couleur pâle appelait à tout les vices. Sa rondeur m'appelait, je rêvais de l'entourer de mon corps. J'ai dit rondeur ? j'aurai du dire des courbes délicieuses. Charnue comme il faut, aux endroits appropriés. Son odeur sucrée invitait elle aussi aux plaisirs licencieux. D'avance, je me délectais. Je la rêvais pour moi. Je me voyais partager ce temps interdit tous les deux. Dans une atmosphère feutrée, je l'aurai fait fondre de plaisir. Dans la pénombre, nous serions juste elle et moi. Elle serait à croquer.
L'objet de ma convoitise attirait le regard des autres, elle était tellement belle. Je bouillonnais, elle était à moi ! Je refusais de la partager. J'allais faire le premier pas. Moi qui avais l'habitude d'être adulé, je me retrouvais à supplier la belle. 
Elle n'avait pas pu résister à la tentation. Mes tablettes et ma couleur chocolat les faisaient toutes fondre d'envie. Ce qu'elle ignorait c'était que, là, je fondais pour elle.
je l'ai rejointe. L'endroit était moins intime que dans mon imagination. Lorsque je me suis coulé contre elle, j'ai tout oublié, la cuisine, les autres, le bruit. Elle se tenait contre moi. Elle était froide, j'étais brûlant. Pour moi, elle s'était déshabillée. A mon contact, elle s'est réchauffée. Notre osmose frisait la perfection. J'en étais soulevé, près du septième ciel.
Nos températures ont fini par s'accorder. La magie de l'instant s'est estompée. Depuis ce matin, nous attendons, langoureusement collés sur un lit de paillettes, résidus de notre fusion intense. Le froid nous saisit. Des gens nous regardent, me regarde. Je protège ma belle des regards gourmands. Je détourne leur attention par mon corps lisse mais cela ne suffit pas. Au contraire, ce que je cache attise les regards. Des doigts nous montrent. 
- le dôme poire chocolat, s'il vous plait.
le verdict est tombé, nous allons être dégustés. Notre pénombre sera la bouche d'un gourmand où, cette fois, nous nous mélangerons.
8
16
12
1
Défi
La_Rêveuse_99
Voici, en réponse au défi "Et pourtant, Scribay a posé cette question", la présentation de mon mot préféré.
10
15
0
0
Eirleann Wilde
Juste quelques pensées qui me sont venues à l'esprit, et qui résument ben ma façon de voir l'écriture.
L'occasion également, de m'y replonger et d'à nouveau retrouver le ferveur de la narration.
1
1
0
2

Vous aimez lire Bella Leff ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0