Retour en donjon

4 minutes de lecture

Le poing lourd de Laurent s’abattit sur une pauvre table :

  • Y a-t-il quelqu’un d’assez sobre pour aller chercher mon fils ?!

Un lourd silence vient régner dans la grande salle.

Beaucoup se regardèrent, tentant de trouver quelqu’un qui pourrait répondre à cette demande. Personne ne voulait y aller. Personne n’était sobre. Personne ne savait à quel niveau le garçon se trouvait. Le problème était bien là : ils avaient peur. Peur de devoir se rendre dans un donjon qu’ils ne maitrisaient pas. Peur d’être piégé à leur tour. Aucun d’entre eux n'appartenait à une haute guilde, aucun n’était d’assez haut niveau pour partir à l’aveugle avec plus d’une dizaine de bière dans la gorge.

Léanne se redressa alors, son visage sérieux attira toute l’attention de la salle. Elle détacha rapidement la tunique qui protégeait sa robe avant de la poser sur le bar et lever ses pupilles ocre vers Laurent :

  • Demande un soigneur.

Il hocha simplement la tête en regardant la Raxy sortir avec Sandra. Dès que la porte fut fermée, Laurent ne pu s’empêcher de sourire. Endeil reviendrait, il en était certain avec elle. Et cette histoire allait la faire retourner en donjon.

Le trajet jusqu’à la haute tour ; entrée des donjons ; se fit en silence. Léanne était inquiète, marchant vite au risque de perdre la petite Sandra derrière elle.

Sans perdre de temps avec les explications, la Raxy se saisit du poignet de la jeune fille pour lever son Kizna devant ses yeux.

Ce simple bracelet était bien pratique pour les guildes. Servant à enregistrer leurs performances, à connaître le nombre de salles d’un donjon déjà fait ou encore à se retrouver comme ce qu’elles allaient faire.

Léanne posa la main de Sandra sur la pierre froide de la haute porte.

  • Réunion.

Immédiatement les deux battants s’écartèrent pour les laisser entrer là où se trouvait le reste de la guilde.

Heneris fut le seul à ne pas s’étonner de la présence de la serveuse, il avait des soupçons sur son passé depuis plusieurs semaines.

Léanne ne fit pas attention aux commentaires et s’approcha de la grande trappe trouant le sol.

  • Combien de temps ?
  • Onze minutes.
  • Parfait, restez ici.

Sans attendre, la Raxy sauta. e n’était pas une chute directe, plutôt un tunnel obstrué. Endeil devait être gravement blessé.

Elle atterrie dans une salle sombre. Beaucoup trop obscure même pour ses yeux de Raxy qui voyaient habituellement dans le noir. Une magie. Léanne souffla un instant, ça ne pouvait donc correspondre qu’à une salle de boss.

Bien sûr elle eut à peine compris qu'une immense main venait pour tenter de l’attraper. Elle esquiva facilement. La difficulté de ce boss : l'atmosphère noire empêchant de le voir.

La Raxy eut un sourire : facile. En un geste elle chassa cette magie.

Endeil… il était pris dans l'une des mains du monstre… une des dix mains. Au moins il semblait vivant, même s'il était inconscient.

Maintenant il fallait trouver le point faible de ce boss… le point faible de dix bras flottant dans les airs… non, dix points faibles différents, voilà tout.

Un boss niveau soixante-quinze d’après les souvenirs de la serveuse… Et ces faiblesses n'étaient même pas cachées ? L'atmosphère sombre servait à cela certainement.

Les deux premières s'écroulèrent très vite. Heureusement qu'Endeil était inconscient… la robe de serveuse n'était pas du tout approprier pour le combat.

Quatre… il n'en restait que quatre… mais alors qu’elle s’élançait pour en achever une, un cri lui fit tourner la tête : Endeil… la main dans laquelle il était se serrait, il allait le tuer !

Mais Léanne n'eut pas le temps de penser à autre chose… ce cri l'avait déconcentrée… le choc fut brutal, le sol explosa sous l'impact, tout comme son corps… mais ce ne fut pas tout, l'une des mains s’abattit avant qu’elle n’ait le temps de reprendre ses esprits.

Son sang… cela faisait longtemps qu’elle ne l'avait pas vu ainsi, cela faisait longtemps qu’elle n'avait pas eu mal, une douleur intense, mais délicieuse, lui rappelant son passé, un passé où ce boss n'aurait eu aucune chance, elle valait mieux que ça, même depuis seize ans…

La main autour la Raxy explosa. Certes il avait des points faibles, mais avec un haut niveau il était facile de le battre sans les viser.

Se réveiller, reprendre sérieusement un combat comme avant, c'était difficile oui mais il était bien en dessous de son niveau passé… alors quelques secondes sérieuses lui suffirent.

Léanne se pencha rapidement au-dessus d'Endeil : des côtes et une jambe cassées, le reste n'était que des égratignures, mais il était inconscient. Au moins il n'avait rien vu… il ne poserait pas de questions.

Elle souleva le garçon avant de se concentrer une nouvelle fois. Cette forme était épuisante… une capacité magique qui lui était propre, la renforçant en totalité, que ce soit physiquement ou magiquement, elle l'utilisait en permanence autrefois, aujourd'hui cela l'épuisait.

Elle se transforma pourtant une dernière fois pour remonter le long tunnel pentu. Mais une fois en haut elle reprit mon pelage roux ; qui devenait blanc avec cette magie ; personne ne devait la voir ainsi, ils comprendraient…

Le groupe était encore là. Tous l’entourèrent très vite alors qu’elle déposait Endeil au sol… mais Léanne resta ensuite à genoux, les regardant le soigner. Elle n'avait plus l'habitude.

Finalement Karl s'approcha :

  • Tu es blessée ?

Elle sourit en se redressant :

  • Non.

Mais Heneris fini par croiser ses bras en la fixant :

  • On le voit que tu as du sang partout tu sais.
  • Je vais bien, on rentre.

Il fit la moue mais tous se levèrent, deux portèrent Endeil et ils partirent ainsi par le passage de retour du donjon.

Léanne avait du mal à marcher, mais elle tient jusqu'à l'auberge. Personne n'eut le temps de lui poser la moindre question qu’elle partit se reposer dans sa chambre.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 5 versions.

Recommandations

KeoT
Scènes éparses du travail d’un binôme de mercenaires employés par une entreprise de sécurité privée, NingirSecurity, contractée pour assurer la sécurité rapprochée ou opérationnelle de différentes corporations d’un monde presque semblable au notre, dans une légère anticipation futuriste.

Des textes courts initialement rédigés pour le défi Micronouvelles dont j’ai organisé la première saison sur Twitter pendant un peu plus d’un mois et demi (vous pouvez trouver les archives avec le tag #archivemicronouvelles en ajoutant à la fin un numéro entre de 0 à 50).

Un exercice d’écriture que je continue par ailleurs d’animer sur ce réseau.

AVERTISSEMENT : certaines scènes et propos violents sont à réserver à un public averti.

Image d’origine de la couverture par @ev sur Unsplash.com.
3
11
0
4
Défi
Margue


Comme chantait le grand Jacques : c’est dur de mourir au printemps… j’aime cette saison, où tout renait, j’espère quitter cette terre juste avant l’hiver que je déteste !
Les oiseaux sont les premiers à me l’annoncer, leurs chants sont différents, plus joyeux. A l’aube, ils m’éveillent. Et, puis il y a les odeurs qui changent. La terre exhale des parfums de terre chaude avant de m’offrir celui des fleurs.
Les premières violettes sauvages sortent dans la pelouse, puis les jonquilles, les narcisses, un mélange de fragrances délicates. Les forsythias illuminent les buissons. La nature s’affole. Les fleurs des lilas sont prêtes à exploser et les bourgeons se gonflent de sève.
Cette symphonie bien orchestrée se répète chaque année et les giboulées brutales ne font que la rafraichir.
2
2
0
1
☀️

Elle était belle j'vais pas nier.
Son parfum enivrant et délicieux;
Intelligente et très sensée
Un ange directement tombé des cieux.

J'me suis laissé berner faut croire ..
J'étais naïf et amoureux
Dans son regard j'voyais l'espoir
Qu'à la fin ça serait "ils vécurent heureux"

Cheveux foncé et yeux noisette
Robe serrante d'un noir somptueux
Mais ce n'était pas sa seule facette
Madame cachait très bien son jeu

Ses lèvres sucrés et bien pulpeuse
Ses 2 petites joues creusé de fossette
Son petit côté jalouse et râleuse
Au lit elle était fougueuse comme une bête

Détrompez vous public attentif
Douceur certes mais douceur nocive
J'ai été approché par la faucheuse
C'est elle que je vous décrit

Relisez alors toute ces strophes
En vous mettant cette dame a l'esprit
Vous comprendrez alors ma faute
Je l'ai laissé entrer dans ma vie

La mort est douce pour certain
Elle peux être horrible pour d'autre
La mienne est empli de chagrin
Mon cœur à donc cessé de battre
5
0
0
1

Vous aimez lire Pierre d'âme ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0