11. (1/2)

6 minutes de lecture

Le jour perçait à travers les grandes fenêtres du hangar lorsqu’Alex ouvrit les yeux. Aussitôt, une douleur fulgurante la saisit. Elle cria et voulut porter une main à sa tête mais elle était de nouveau menottée. Soudain, le rideau s’ouvrit sur Azia qui vint s’asseoir à côté d’elle.

– Détachez-moi, lui demanda Alex.

– Pour que tu me battes à mort ? Non merci.

Alex ouvrit la bouche, puis la referma.

– Elle est morte, la devança Azia. Tu as tué Étoile Noire.

Aucune réaction de la part de la jeune fille.

– Si tu ne me crois pas, tu peux toujours aller dehors voir les gars brûler son corps. Tout le monde pensait que c’était toi qui se calcinerait ce matin. Je dois avouer que tu nous as vachement surpris.

– Je ne voulais pas la tuer.

– Ils disent tous ça, à la fin de leur premier combat. Tu peux te rassurer en te disant que si tu ne l’avais pas fait, c’est toi qui serais morte.

– Je ne suis pas une tueuse, s’insurgea Alex.

– Ça fait déjà deux morts à ton actif, tu vas commencer à être plus qu’une simple tueuse.

Alex repensa au Directeur du Centre qu’elle avait tué lors du Bal. Les cris de sa femme la hanteraient à jamais. Et maintenant venaient s’ajouter les images du visage d’Étoile Noire, en sang, secoué par les assauts répétés de ses poings.

– Souris, tu es en vie !

Alex tourna son visage vers la femme. Étrangement, l’expression de cette dernière s’attendrit aussitôt.

– Tu sais, Alexandra, j’ai été à ta place. Je suis arrivée ici à peine plus âgée que toi. L’Armée venait tout juste de prendre le pouvoir et je n’avais nulle part où aller. Mes parents étaient morts depuis longtemps. Les hommes d’Esteban m’ont trouvée, ils m’ont ramenée ici et m’ont expliqué les règles de ma nouvelle maison.

La femme attrapa une fiole posée sur l’étagère et en appliqua une légère couche sur le visage d’Alex qui grimaça.

– Au départ, je ne voulais tuer personne. J’ai passé mon premier combat à essuyer les coups de mon adversaire. Et puis, quand j’ai compris qu’elle ne s’arrêterait pas, je me suis battue. J’ai eu de la chance. Je n’étais pas entraînée au combat comme tu l’as été par l’Armée. Mon adversaire s’est cognée contre le sol et elle est mal retombée. Elle s’est brisée la nuque et elle est morte sur le coup. Je n’ai rien eu à faire et pourtant j’ai eu la vie sauve.

Elle soupira, puis alla se laver les mains dans une bassine d’eau un peu plus loin.

– Mon deuxième combat fut bien plus difficile. Cette fois, je me suis battue. J’étais loin d’être douée mais j’avais le public de mon côté. Je l’ai tuée. Je ne me souviens même plus de son nom, mais je sais que j’ai mis fin à sa vie. Après ça, je suis allée voir Esteban pour lui dire que je ne voulais plus combattre. Il m’a proposé le deal habituel.

– À savoir ?

– Ne fais pas l’imbécile, je sais qu’il te l’a proposé aussi. Soit on combat dans l’arène, soit on sert de distraction à ses hommes. Je ne pouvais pas retourner me battre, je ne l’aurais pas supporté. Alors j’ai accepté la deuxième proposition.

Alex eut un air dégouté qui n’échappa pas à la femme.

– Ce n’est pas si terrible que ça. Une ou deux heures par jour, à combler des hommes de bonheur. Je m’y suis faite avec le temps. Les gars sont des hommes biens, je n’ai jamais été maltraitée ou forcée. Des fois, quand certains ont trop bu, ils deviennent violents et je me fâche. Esteban est un pervers mais il m’a à la bonne depuis que je l’ai rembarré quand il a essayé de me toucher. Il ne laisserait personne me faire du mal. Je suis libre le reste de la journée, ajouta Azia dans un souffle. Quoi qu’en ce moment je passe un peu trop de temps à m’occuper de toi.

– Pourquoi me soigner ? demanda alors Alex.

– Si tu n’es pas morte sur le ring, alors on te soigne. On te rafistole, on te refait à neuf et tu retournes combattre. Le plus longtemps tu tiens, le plus c’est rentable pour Esteban.

– C’est quoi le record ?

Cette fois, Azia ne peut retenir un petit rire qui sonnait étonnamment doux dans sa bouche.

– Ely est là depuis quasiment autant de temps que moi, il fait presque un combat par semaine. Pas un seul de ses adversaires n’a réussi à lui faire vraiment mal. Il a eu un bras cassé il y a quelques années mais rien de plus.

Alex eut un sifflement admiratif. Cet homme était là depuis presque dix ans et pourtant il n’avait pas cherché à s’enfuir. À croire que cela l’amusait de tuer des gens.

– Je sais ce que tu penses, dit Azia, la faisant sortir de ses pensées. Tu t’imagines que c’est un homme ignoble, un tueur sans pitié. Et tu as raison, dans un certain sens. Mais Ely a des circonstances atténuantes.

– Aucune circonstance ne justifie que l’on tue des gens, répondit amèrement Alex.

L’image de son père venait de s’imposer à elle.

– Tu as pourtant tué Étoile Noire. L’homme est un animal, il fait ce qu’il a à faire quand il en a besoin. Tu n’avais pas le choix, tu devais la tuer. Et franchement, si tu avais vu ta tête à ce moment-là, tu aurais eu peur.

– Comment ça ?

– On ne voyait plus que de la haine dans tes yeux. Tu as continué à la frapper alors qu’elle était déjà morte. Quand je suis montée sur le ring, tu m’as fusillée du regard et l’espace d’un instant, j’ai cru que tu allais te jeter sur moi.

– C’est pour ça que tu as pris les devants ?

Azia posa un genou sur le lit puis souleva les cheveux hirsutes et filasses de la jeune fille pour examiner son crâne.

– Tu n’as qu’une petite bosse, ça sera vite parti. En revanche, ta mâchoire est salement abîmée et tu risques d’avoir sacrément mal quand les médicaments cesseront de faire effet.

– Il sera toujours temps d’en reprendre, grommela la jeune fille.

– Nous n’avons malheureusement pas des stocks illimités. Tu n’es plus dans ton petit château de princesse, en train de profiter du statut de ton père pour vivre dans l’opulence. Là-dehors, les gens manquent de tout, et nos réserves sont au plus bas. La règle veut qu’on ait le droit à des médicaments une seule fois pendant sa convalescence. Ton tour est passé, désolée.

Alex grogna et se rallongea dans le lit. Elle aperçut au passage sa main droite qui avait viré au violet. Elle était entourée d’un large bandage et des croutes s’étaient formées sur ses jointures. Lorsqu’elle essaya de bouger les doigts, elle ne réussit qu’à se faire mal.

– Oublie cette main pendant plusieurs jours, tu ne pourras pas en faire grand-chose, lâcha Azia. J’oubliais, Esteban veut te voir dès que tu seras prête.

Elle adressa un signe à la jeune fille, lui enleva sa menotte et disparut. Alex se leva avec peine et s’étira longuement. Chaque parcelle de son corps la faisait souffrir et même si elle n’aurait jamais imaginé une chose pareille, elle en venait à regretter les heures de combat à la Caserne.

Descendre jusqu’au bureau lui prit une éternité tant la douleur était difficilement supportable. Tentant de ne pas regarder les deux hommes armés, elle frappa à la porte. Après avoir été invitée à rentrer, elle pénétra dans la pièce.

Un homme était déjà là. Il était assis sur le dossier du fauteuil, les pieds sur le cuir. Ses cheveux bruns et gras lui tombaient dans le cou de façon tout à fait désordonnée et ses muscles ressortaient sous sa chemise sans manche.

– Alexandra, entre ma chérie !

Surprise par le ton employé par Esteban, Alex s’approcha lentement jusqu’à se tenir devant le bureau, à côté de l’autre homme.

– Tu connais Ely ? lui demanda alors Esteban.

– Nous n’avons pas encore eu la chance de nous rencontrer, grommela l’homme pour toute réponse.



[...]

Annotations

Recommandations

Défi
Benoit Fellmann

10 août 1914.
Bonjour maman,
C’est le grand jour, enfin ! Aujourd’hui, nous partons au front, moi et les autres garçons. C’est vraiment différent de l’école, tu sais. Tout le monde est plus grand que moi. Je ne me suis pas encore fait de copains, mais je pense que ça va venir. Certains sont assez bizarres, mais d’autres ont vraiment l’air sympa ! Et puis, ils ont de gros muscles, maman... On dirait que leurs bras vont exploser !
Il fait soleil, aujourd’hui. Et chaud, aussi. Avant de partir, des dames ont apporté une fleur à presque tous les soldats. Les veinards ! Moi, j’aurais bien aimé que Lisa m’apporte une rose. Tu sais, Lisa du collège. Je ne sais plus si je lui ai dit que je partais.
J’ai entendu un des hommes dire que tu étais fâchée quand tu as su que je m’engageais. Ne le soit pas, maman. Je veux participer. Et puis, tout va bien, tu sais.
À bientôt,
Eugène.
15
9
11
7
Jérôme S

 Un rabbin robuste arabe rubicond en bottes, enrubanné de beaux rubans dérobés ( au rabais à sa robe), et plus ribaud que robin a fait ribote comme un robineux rabougri, avec sa ribambelle rabibochée de rebuts butés débitants sans débander débilités rédhibitoires à haut débit  .
 
GGMAZZ 
2
1
0
0
Ylian Estevez
Offert à mes lecteurs pour Noêl dernier, je salue l'initiative Scribay en offrant cette nouvelle à la communauté. Bonne lecture, Maxime Frantini
3
3
0
55

Vous aimez lire pXh ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0