10. (2/2)

6 minutes de lecture

[...]

Le lendemain vint beaucoup trop vite à son goût. Elle avait passé l’après-midi à guetter l’arrivée de la nuit à travers les fenêtres du hangar, priant pour que le soleil tienne sa place plus longtemps que d’ordinaire. Des cris lui parvenaient d’en bas, comme si des hommes hurlaient à en perdre haleine. Alex enfila le T-shirt gris qu’Azia lui avait monté un peu plus tôt et se leva. Les repas lui avaient fait du bien mais elle n’avait pas encore totalement récupéré.

Les jambes flageolantes, elle descendit l’escalier et s’arrêta dans la pièce principale. Des dizaines de gens étaient rassemblés sur les gradins, pour la plupart debout et vociférant des propos confus vers le ring. Ce dernier était occupé par deux hommes. L’un était à peine plus âgé qu’Alex et avait la mâchoire en sang. Son adversaire, un baraqué au crâne rasé, avait la bouche grande ouverte comme s’il voulait l’avaler. Il plongea vers lui et l’écrasa contre le grillage.

Alex eut mal pour lui. Le jeune homme semblait épuisé. Il s’écroula sur le sol sous les cris du public et reçut une dizaine de coups de pieds dans l’estomac. Alex pensa que le combat allait s’arrêter mais non. Il continua jusqu’à ce que le jeune homme ne bouge plus. Interloquée, Alex s’approcha pour voir Azia monter sur le ring. Elle plaça deux doigts sur la nuque de celui qui était à terre puis s’empara du poignet de l’autre et le leva au ciel sous les cris du public.

Les mains tremblantes, Alex regarda le jeune homme être mis sur une civière puis emmené hors du ring. Elle courut vers Azia qui était accoudée à un bar un peu plus loin, remplissant des verres d’alcool. Une autre chose interdite par l’Armée mais qui ne semblait pas déranger les clients qui buvaient à grandes gorgées.

– Où l’emmènent-ils ? demanda la jeune fille.

– À la morgue, répondit Azia d’une voix laconique.

– Mais… Il est…

– Mort, oui. Il semblerait que tu n’aies pas bien compris le principe du Jugement Dernier. Quand tu montes sur ce ring, soit tu gagnes le combat et tu attends sagement le suivant, soit tu ressors les deux pieds en avant et ton pauvre petit corps sera brûlé le lendemain avec tous les autres perdants de la soirée.

Il s’agissait de combats à mort. Alex aurait dû s’en apercevoir, tous les indices allaient dans cette direction. D’une certaine manière, elle s’en était doutée depuis le début. Mais elle avait refusé d’y croire.

Azia posa un petit verre rempli d’un liquide transparent devant elle.

– Bois ça, tu vas en avoir besoin.

Comme Alex ne bougeait pas, elle soupira.

– Allez, ça ne va pas te tuer. Il ne faudrait pas que tu meures sans avoir gouté à la vodka au moins une fois dans ta vie.

Faisant de son mieux pour ne pas laisser paraître sa main tremblante, Alex saisit le verre et le porta à sa bouche. Le liquide lui brûla la gorge et elle sentit aussitôt le rouge lui monter aux joues.

– Tu peux mourir tranquille maintenant, ricana Azia en lui décochant un clin d’œil. En piste l’artiste !

Alex avisa l’homme du bureau, Esteban, monter sur le ring. Il portait une chemise grise et de grosses lunettes aux verres noirs qui lui donnaient un air apaisé.

– Quelle fin désolante pour cet homme, dit-il en faisant mine d’être attristé par le décès du précédant combattant.

Le public cria, brandissant des poings en l’air. On aurait dit une meute de chiens enragés, remarqua Alex. Esteban réclama le silence avant de reprendre.

– Enfin peu importe. Car à présent, voilà le combat que je vous ai tous promis. Oui, messieurs-dames, la Traîtresse est ici !

Un spot lumineux se braqua sur Alex qui fut éblouie l’espace de quelques secondes. Elle entendit la foule la huer, proférant des insultes à son égard. La jeune fille sentit la main d’Azia la pousser dans le dos, droit vers le ring. Complètement perdue, elle gravit les trois marches pour monter sur l’estrade et manqua tomber. Elle se retint de justesse à Esteban qui lui lança un regard noir avant de reprendre son sourire pour s’adresser à la foule.

– La Traîtresse va se battre pour sa vie, ici-même !

– Elle ne fait pas le poids ! hurla un homme.

– Étoile Noire va la terrasser ! renchérit un autre.

À peine eut-il dit ça que le faisceau de lumière se dirigea sur une femme qui avançait vers le ring d’une démarche assurée. Elle portait un bas de jogging, des bottes noires et une simple brassière qui laissait apparaitre des abdos magnifiquement sculptés. Ses biceps étaient deux fois plus gros que ceux d’Alex, qui déglutit difficilement.

– Étoile Noire ! lança Esteban en désignant la jeune femme.

Des applaudissements fusèrent dans la salle tandis qu’elle rejoignait le ring. Elle avait un visage extrêmement sévère, trait accentué par ses longs cheveux noirs tirés en arrière. Quand elle passa devant Alex pour aller se positionner à la droite d’Esteban, elle lui lança un regard dédaigneux qui la fit frémir. Jamais elle ne pourrait la vaincre.

Le public chantait le nom d’Étoile Noire. Alex aurait voulu s’enfuir, disparaître dans la nature. Mais elle avait compris que cela ne faisait plus partie de ses possibilités. Elle devait rester là et se battre, sinon elle mourrait. Elle devait gagner ce combat. Et tous ceux qui suivraient, jusqu’à ce qu’elle trouve un moyen de déguerpir.

Après avoir recueilli une salve d’applaudissements, Esteban quitta le ring. Alex le regarda avec horreur tandis qu’il fermait la porte grillagée et y accrochait un cadenas. Il n’y avait plus aucune issue. L’homme fit deux pas en arrière et sonna une vieille cloche cabossée. Le match pouvait commencer.

Avant même qu’Alex ne l’ait vue venir, Étoile Noire était sur elle. Cette dernière lui décocha un direct du droit qui la fit tomber à la renverse. Elle n’eut pas le temps de se relever, déjà la femme revenait à la charge. Elle la saisit par l’encolure et la plaqua contre le grillage.

La haine qu’Alex lut dans son regard la fit frémir. Cette femme était là pour gagner, pour la tuer. La jeune fille émit un grognement lorsqu’elle reçut un coup de genou dans le ventre. Le public criait, scandait le nom d’Étoile Noire.

Usant de toutes ses forces, Alex se balança pour échapper à l’emprise de son adversaire. Elle tomba sur le sol et marcha à quatre pattes jusqu’à l’autre bout du ring, déclenchant le rire des hommes présents dans le hangar.

Déjà la femme revenait vers elle, la même lueur assassine dans le regard. Cette fois, Alex lutta. Elle esquiva un coup de pied circulaire en se jetant à plat ventre sur le sol, puis se releva en vitesse pour lui faire face.

Elle parvint à échapper à un nouveau coup de poing mais un uppercut la frappa de plein fouet au menton. Elle sentit sa mâchoire craquer et hurla. Mais elle n’eut pas le temps de s’appesantir sur son sort car déjà son adversaire la plaquait au sol.

Étoile Noire entoura son bassin de ses jambes, l’immobilisant complètement. Puis elle posa ses mains sur la gorge de la jeune fille et serra. Alex avait son regard viré au sien et elle n’y voyait qu'une malveillance exarcerbée.

Alex posa ses mains sur les poignets de la femme, tentant de lui faire lâcher prise. Ses jointures devinrent blanches tandis que le souffle commençait à lui manquer. Utilisant toutes ses forces pour se relever, elle balança sa tête sur celle d’Étoile Noire.

À la fois surprise et étourdie, cette dernière la lâcha. Alex en profita pour rouler sur le côté et porta une main à son front. Elle grimaça en touchant son arcade sourcilière qui saignait. Étoile Noire était pour sa part étendue sur le sol, encore sous le choc.

La jeune fille saisit l’occasion. Elle se rua sur elle et lui décocha un direct du droit. Elle l’immobilisa comme son adversaire l’avait fait avant, tenant ses deux poignets dans sa main gauche tandis que son poing droit allait et venait s’écraser sur son visage.

Son nez commença bientôt à saigner. Son arcade sourcilière explosa. Alex avait la main droite en sang. Ses articulations la faisaient horriblement souffrir. Pourtant, elle continua de frapper. Elle était tellement concentrée qu’elle ne remarqua pas que le public avait cessé de crier.

Le silence était uniquement rompu par le bruit de ses os martelant le visage de la femme. Elle n’entendit pas la porte de la cage s’ouvrir mais elle repoussa violemment les deux mains qui s’abattirent sur ses épaules. Quand elle se retourna pour faire face à Azia, cette dernière lui assena un coup de bâton sur la tête. Alex s’effondra sur le tapis, inconsciente.

Annotations

Recommandations

Défi
phillechat
Demande poétique
8
8
1
0
Défi
Blue Cat

Anithie s'assura que la tribu était belle et bien endormie avant de s'éclipser du village par l'arche végétale qui faisait office de portail. Une larme fugitive tomba de sa joue, s'échouant sur les terres qu'elle laissait derrière elle. Pourvu que personne ne l'eut aperçue. Luri et Lyth, les deux astres de la nuit, éclairaient les sous-bois de leurs disques pâles. Les gouttelettes de la dernière averse scintillaient sous leurs rayons, accompagnés de mille insectes luisants et champignons luminescents. Sans eux, il aurait été impossible de se hisser entre les branchages. Ronces et fougères s'agrippaient au bas de la jupe de la femme comme pour lui signifier de ne pas s'enfoncer davantage dans les bois. Mais elle ne renonçait guère, l'enjeu était trop grand. Personne ne devait partager le fardeau qu'elle s'apprêtait à porter, au péril de sa vie.
Elle ignorait encore ce qu'elle allait décider une fois le moment venu. Certes, elle n'avait pas le choix de la vie, mais le choix de la mort était bien réel. Les himuna jouissaient au moins de ce pouvoir-là, à défaut de ne pouvoir manipuler l'Ora. Anxieuse, Anithie accéléra, emportant au loin sa joie et ses maux, jusqu'à se retrouver en face du lac des lucioles. Elle s'agenouilla au bord de l'eau et plongea ses mains dans le bassin. Fraîche et épurée, comme au bon vieux temps, pensa-t-elle. Soudain, une silhouette à en glacer les sangs se refléta dans le miroir d'eau. A peine la femme eut-elle le temps de remarquer la blancheur de ses cheveux et la finesse de son corps que ce dernier se dissipa dans un étrange brouillard.
En se retournant, ça y était. L'enfant qu'elle attendait venait d'arriver. Le noyer, comme le voulait la coutume, s'annonçait moins ardu que prévu : le centre du bassin semblait infiniment profond. Elle prit le bébé dans ses bras et le déposa sur un petit radeau avant de quitter les lieux, comme si rien ne s'était passé.
-Ô Luri, ô Lyth, cet enfant n'appartient pas à notre monde. Reprenez-le vite, avant que nous ne courrions tous un grave danger.


Merci d'avoir lu ! ;)
J'espère que ce texte répond au défi. J'ai fait de mon mieux pour te donner envie de connaître la suite !
3
4
0
2
Guido Falxius

Ce lundi soir, assis à la terrasse de ce café, je rêvassais en regardant sans les voir les passants, les oiseaux sur l'arbre au milieu de la place, les feuilles se balançant avec la brise.
Les bruits de la ville, sur cette place encerclée par ces vieux immeubles, étaient atténués, presque oubliés. De l'autre côté de la place, devant la devanture du fleuriste, se tenait un homme. Debout une guitare à la main, il jouait un air qui parvenait à peine à mes oreilles. Incapable d'identifier ces notes, mon ouïe, comme ma vue, cessa de se concentrer sur cet environnement.
L'eau m'arrivait aux genoux et mon pantalon retroussé commençait à coller à mes cuisses, trempé par les vagues qui arrivaient paresseusement jusqu'à moi. Là haut à flanc de falaise, la maison paraissait inhabitée. En voyant l'écume monter vers le ciel lorsqu'une vague, plus grosse que les autres, frappa les rochers à une dizaine de mètres sur ma droite, je pris conscience du bruit du ressac.
Mon regard se porta à nouveau vers la maison juste au moment où la porte s'ouvrit.
"Pardon monsieur", dit la jeune dame, un sac de voyage dans une main et une valise à roulettes dans l'autre. Surpris, je tirai ma chaise en arrière pour lui ouvrir un passage et me cognai contre la table voisine. Un verre d'eau fraîche chuta sur le sol et son contenu eu le temps de s'arrêter sur le bas de mon pantalon.
"Je suis désolé", dis-je au couple propriétaire de feu le verre d'eau, et ceux-ci me sourient en silence. Ayant rendu leur sourire, je me retourne et cherche des yeux la dame à la valise, qui déjà passe devant le guitariste et tourne à l'angle de la rue...
Je ne me rappelle pas du nom de cette rue, mais je me rappelle qu'elle portait des lunettes de soleil quand elle sortit de la maison et s'avança vers la falaise. Je me souviens également que la porte est restée ouverte quand elle a emprunté le chemin, à peine visible de là où je me trouvais.
"Nous avons des bulots et des moules à la carte ce soir" me dit le serveur au moment où je commande ma deuxième bière. J'hésite. Je le regarde et réfléchis.
Le bateau revenait de la pêche. Il passa derrière la maison pour entrer dans le port. Je n'avais eu le temps de le voit que quelques secondes mais à cette distance, il semblait qu'il venait d'emprunter le chemin. La jeune fille l'avait-elle vu ? Se connaissaient-ils, elle et les occupants du bateau? Inconsciemment je cherchais du regard un chemin le long des rochers sur ma droite. Cette maison et sa mystérieuse occupante me semblaient si proches et si éloignées à la fois.
En me levant, je fais quelques pas sur la terrasse et en allumant une cigarette, je jette un oeil dans la rue qui sort de la place et qui rejoint le boulevard. Montmartre est visible, si on trouve l'angle correct entre les murs de pierres. D'ici la basilique et sa colline sont à quelques centaines de mètres à vol d'oiseau. Bien que je vole moins bien et moins vite, le trajet ne me fait pas peur. Après avoir déposé la monnaie sur la table, je quitte la terrasse en saluant le serveur qui ne sais pas quoi faire de la bière inutile sur son plateau.
De chemin il n'y en avait point. Après avoir escaladé quelques rochers, m'éraflant les genoux et les paumes des mains sur les arêtes aiguisées et les pointes acérées, je parvins sur le flanc de la falaise sur lequel se trouvait la maison. La porte étant ouverte, je m'approchai et jetai un coup d'oeil : personne dans l'entrée et personne autour de la maison non plus.
À cette heure, la place du tertre est vide. Les volets sont ouverts mais aucune lumière n'est allumée.
Je marche sur les pavés, mes pas claquent.
J'emprunte le chemin et descend. Je ne croise personne. Je crois voir une ombre plusieurs fois, dans le renfoncement d'un pas de porte.
Des ombres uniquement, derrière les buissons et les blocs de calcaire.
J'arrive sur la plage sans avoir croisé personne. Après une heure de marche, à nouveau des pavés. Les quais sont déserts.
En repensant à cette fille, je longe le boulevard et rentre chez moi. La nuit s'achève.
3
1
0
3

Vous aimez lire pXh ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0