6. (2/2)

7 minutes de lecture

[...]

Le souffle coupé, Alex reprit très vite ses esprits. Cela lui rappelait les longues heures de combats au Centre, où l’on ne devait pas s’arrêter avant qu’un des deux adversaires ne soit au tapis. Sa nuit sans sommeil lui porta préjudice. Très vite, elle se retrouva allongée sur le sol, son binôme l’étranglant avec son bras droit. Elle tenta de la renverser mais n’y parvint pas ; la blonde était bien plus costaude qu’elle.

Du coin de l’œil, elle aperçut Casey se diriger vers elles. Le Lieutenant la tira brusquement vers le haut pour la remettre sur ses deux pieds, puis la sonda de ses deux petits yeux marron.

– Thompson, c’est ça ?

– Oui, madame.

– Nous attendons bien plus de votre part. Votre père y compris.

– Mon père ? interrogea Alex, qui ne voyait pas trop où elle voulait en venir.

– Il est venu nous trouver ce matin. Il veut que l’on fasse de vous un excellent soldat, afin que vous soyez rattachée à sa garde personnelle.

Alex faillit s’étrangler en entendant cela.

– Vous n’êtes pas sans savoir que votre père est un élément important de notre Armée. Le Général, notre grand maître à tous, a d’ailleurs expressément demandé à ce que le Commandant Thompson bénéficie de la protection de soldats très entraînés.

– Il serait bien mieux protégé par des soldats expérimentés, souligna Alex.

– Je ne peux qu’être d’accord avec vous. Toutefois, le Commandant veut que ce soit vous, et il en sera ainsi.

Voilà comment, dans un mouvement invisible et brillant, Michael Thompson avait décidé de continuer à lui pourrir la vie : en la gardant auprès de lui pour surveiller le moindre de ses mouvements, et ainsi s’assurer qu’elle ne désobéisse pas à l’Armée. Si son père avait été un clou et elle un marteau, Alex aurait cherché à l’enfoncer encore et encore, jusqu’à ce qu’il disparaisse sous la surface.

Ses pensées vagabondaient tandis que son regard se dirigeait vers le mur derrière elle. Son père, désormais seul, avait les yeux rivés sur elle. Il avait la main devant sa bouche, son index frottant doucement sa joue, comme à chaque fois qu’il réfléchissait. Il semblait absorbé dans sa réflexion, oubliant le remue-ménage autour de lui.

Aucune émotion n’apparaissait dans son regard. Alex aurait été bien incapable de dire ce qu’il ressentait à cet instant. À vrai dire, elle n’en était plus capable depuis dix ans. Autrefois, elle lisait en lui comme dans un livre ouvert, comprenait la moindre de ses émotions. Il lui suffisait d’être proche de lui pour savoir de quoi il en retournait. Les mots étaient vains.

– À terre, ordonna Casey, ramenant Alex à la réalité.

Le visage du Lieutenant était tout aussi inexpressif que celui du Commandant. Mais la pointe de son bâton en bois indiquait clairement le sol recouvert de tapis.

Ne comprenant pas, Alex se mit sur le ventre, ses bras devant elle.

– En position de pompes, poursuivit le Lieutenant.

Éberluée, la jeune fille se plia pourtant aux exigences. Elle ramena ses bras au niveau de sa poitrine, se plaça sur la pointe des pieds. Casey ne devait pas trouver sa position adaptée puisqu’elle lui fit baisser son dos de quelques centimètres à l’aide de son bâton. Puis elle se mit à compter.

Jamais Alex n’avait subi pareille humiliation. Elle entendait les rires moqueurs des autres recrues, imaginait sans aucun doute la satisfaction de son père. Une goutte de transpiration perla sur son front et s’écrasa sur le sol.

– Cinq. Six. Sept. Plus vite !

Le bâton du Lieutenant fendit l’air, frôlant la joue humide de la jeune fille. Elle accéléra la cadence. Ses bras se pliaient au rythme des cris de Casey. Sa poitrine se soulevait, puis se rabaissait. Elle sentait les battements de son cœur continuer d’accélérer.

– Vingt-sept. Vingt-huit.

Une sensation d’engourdissement s’installa dans les bras d’Alex. Sa respiration était haletante. Deux pompes plus tard, elle s’effondra sur le sol.

– Debout ! vociféra le Lieutenant.

Épuisée, face contre terre, Alex ne bougea pas. Elle reçut un coup de bâton sur le dos qui la fit se rouler en boule. Elle porta ses mains à son ventre, consciente des regards braqués sur elle. Son père avait disparu de son poste d’observation et cette simple pensée la rassura : il n’aurait pas matière à se moquer de son inaptitude criante.

– Encore dix de plus !

Alex ferma les yeux, tentant de reprendre tant bien que mal sa respiration. Un autre coup de bâton lui fut assené sur la tête, lui arrachant un grognement de douleur. Elle était à présent prostrée sur le sol, ses bras recroquevillés autour d’elle pour parer à l’éventualité d’un nouveau coup.

– Stop !

Michael venait d’apparaître dans le coin gauche de la salle, les mains dans ses poches comme à son habitude. Il avançait, le regard perçant, les yeux rivés au Lieutenant Casey. Tout le monde s’effaçait à son passage, s’alignant parfaitement, les bras le long du corps.

Casey arrêta ses coups, attrapa Alex par le col et la força à se relever.

– Saluez le Commandant, lui ordonna-t-elle.

Les mains continuant d’enserrer son ventre, Alex leva le visage vers son père et le défia du regard.

– Lieutenant Casey, reprit ce dernier tout en continuant de fixer sa fille, est-ce vraiment là des manières de former nos jeunes recrues ?

– Commandant, ce sont vos ordres. Je me dois de faire de mademoiselle Thompson un soldat endurci, afin qu’elle puisse vous protéger le moment venu.

– Outre le combat, nous nous devons d’apprendre à nos élèves la discipline, le savoir-faire et le respect. Comment voulez-vous leur apprendre le respect si vous les frappez alors qu’ils sont à terre ?

Le Lieutenant ne trouva rien à répondre. Elle se tenait droite comme un « i », son bâton tenu fermement dans sa main gauche.

– Mademoiselle Thompson s’est mal comportée, Commandant. Je ne fais que lui apprendre la discipline.

– Elle s’est fait battre, Lieutenant. Ce sont des choses qui arrivent.

– On ne peut en attendre aussi peu de la part de quelqu’un qui sera amenée à protéger un des membres les plus éminents de notre noble Armée.

Un rictus sarcastique déforma le visage de Michael.

– Elle n’est pas à la hauteur, je comprends. C’est d’ailleurs pour cela que vous êtes là, pour la pousser à bout. Je continue toutefois de penser que nous nous devons d’être des exemples pour nos jeunes recrues.

– Avec tout le respect que je vous dois, Commandant, mademoiselle Thompson n’a pas les épaules pour faire un bon soldat. L’entraîner ne représente qu’une perte de temps. Nous ferions mieux de nous préoccuper des recrues prometteuses, qui ont un avenir réel.

Ce fut une impulsion. Elle avait agi de façon spontanée, sans se soucier des conséquences de son acte. Elle n’avait rien planifié et n’aurait su dire quel mot du Lieutenant Casey l’avait poussée à agir.

Toujours est-il qu’Alex avait plongé dans les jambes de sa supérieure, la faisant lourdement tomber sur le sol. Elle leva son poing pour l’abattre sur le visage de Casey mais la main de son père lui agrippa violemment le poignet.

– Insubordination ! s’insurgea Casey.

Elle se défit de l’emprise d’Alex sans difficulté, se releva et la menaça de son bâton, le visage déformé par la colère.

– C’est une honte ! Commandant Thompson, je vous demande l’autorisation de punir mademoiselle Thompson. Nous ne pouvons tolérer ce genre de comportement !

– Ce ne sera pas nécessaire, Lieutenant.

– Mais, Commandant, il faut…

– Elle doit être punie, la coupa Michael, oui je sais. Mais je vais m’en charger personnellement.

Alex n’eut pas le temps de riposter. Son père raffermit sa prise autour de son poignet pour la tirer à sa suite. Une douleur aigüe assaillit l’avant-bras de la jeune fille tandis qu’elle suivait Michael. Ce dernier accéléra l’allure, ignorant les regards des recrues, et entra dans le vestiaire. Il ferma la porte, lâcha Alex qui commença à se frotter énergiquement le poignet.

– Connard, grommela-t-elle.

– Je te demande pardon ?

Il faisait bien plus froid dans le vestiaire que dans la salle. Alex frissonnait lorsque son père fondit sur elle.

– Tu m’as fait mal, se défendit la jeune fille en reculant d’un pas.

Elle sentit le contact froid du carrelage dans son dos. Elle ne pouvait plus s’échapper.

– J’ai essayé de te sauver la mise ! s’indigna Michael. Tu étais au tapis, en train de te faire rouer de coups ! Si je n’étais pas intervenu, tu t’en serais tirée avec bien plus qu’un poignet endolori.

– Je ne t’ai pas demandé de l’aide. Pourquoi tu n’essayerais pas de me laisser gérer ma vie comme je l’entends, au moins une fois dans ton existence ?

– Si je suis autant sur ton dos, c’est justement pour éviter que tu ne fasses des bêtises. Tu es toujours en train de te mettre dans tes situations impossibles, de te faire remarquer.

– À qui la faute ?

– À toi ! Je sais que tu détestes l’Armée, je sais que tu me détestes, mais si tu refuses de devenir un sympathisant, fais au-moins en sorte de ne pas te faire remarquer. C’est si compliqué que ça à comprendre que je ne fais que mon devoir de père ?

– Tu as arrêté d’être mon père à l’instant où tu as prêté serment à l’Armée Blanche. Si je peux compter sur quelqu’un aujourd’hui, c’est sur Sebastian.

Michael écarquilla les yeux. Alex crut voir une lueur de tristesse dans son regard. Il ouvrit une première fois la bouche pour parler, la referma aussitôt.

– Très bien, finit-il par lâcher. Tu sais quoi ? J’abandonne. Fais ce qui te chante, puisque tu sembles de toute façon penser que tu es assez grande pour te débrouiller. En revanche, ne compte pas sur moi pour venir t’aider la prochaine fois

Il commença à s’éloigner, se retourna finalement.

– Encore une chose.

– Oui ?

– Je suis désolé pour ça, mais il faut que ça fasse vrai.

Avant qu’elle ne comprenne, il lui balança son poing dans la figure. Sous le choc, sa tête heurta le carrelage sur le mur et elle tomba assise sur le banc. Portant ses mains à son nez, elle découvrit qu’elle saignait.

– Je suis désolé, s’excusa encore Michael.

Et, pour la première fois depuis très longtemps, il sembla à Alex qu’il disait la vérité.

Annotations

Recommandations

Défi
Guillaume H.
Rachel est une réincarnée.
Depuis vingt vies, à chacune de ses morts, elle se régénère dans un nouveau corps pour vivre une nouvelle vie.
Sa dix-neuvième mort a été particulièrement atroce : enlevée, puis violée et torturée, elle a fini par succomber à ses souffrances en jurant sa vengeance.
Depuis ses dix ans de sa vingtième vie, Rachel retrouve la mémoire de ses vies passées. Aujourd'hui, elle part en quête de son bourreau afin de venger sa propre mort.
7
5
5
5
Défi
petite rêveuse

Le monde est si grand et si vaste que je me demande comment certaines personnes font pour savoir qu’elles ont réussi leur vie et qu’elles est rêvée et qu’elle connaissent tout de la vie. Pour une vie est tellement complexe et vaste qu’il faudrait plusieurs vie pour savoir les décisions différentes que l’on aurait pris , les actes différents et enfin les issues de chaque situation qui aurait pu être differente selon mes choix .Je m’appelle Lys et je vais vous raconter comment j’ai regretté ma vie d’avant.
Je suis une fille du genre que l’on pourrait appeler ordinaire: bonne à l’école . Je ne dis pas excellente mais je me suis toujours debrouillé pour avoir des résultats corrects et je pense que cela est dû à mes connaissances de cultures generla que mes petis camarades n’avaient pas forcement. J’étais une fille solitaire qui aimait passer son temps à la bibliothèque entouré de livres et d’un grand savoir de connaissance. Autour de moi , les autres filles étaient portées sur l’apparence et sur les garçons. Je me suis toujours demandé ce que cela ferait de penser comme elle et d’être dans leur tête. Faut croire que cette penser qui tourner dans ma tête c’est produit et ce n’a pas été la meilleur expérience de ma vie.
Les vacances d’été se terminait peu à peu , ma dernière année de lycée était en vue. J’avais travaillé fort les années précédentes pour pouvoir rentrer dans une bonne école d’art appliqué. Les arts me poussaient à m'exprimer chose qu’oralement je n’étais incapable de faire.
1er septembre , je me réveilla et en sortant du lit quelque chose me semblait bizarre. Quelque chose dans mon corps avait changé pendant la nuit et cela ne sentait pas bon du tout. Je Hurla de peur devant le reflet de cette mannequin dans le miroir. Une silhouette se dressait devant moi : un corp de guêpe, des cheveux long et soyeux, un visage sans imperfection , un corp musclé. Ce n’était pas le corp de la Lys de hier soir je pouvais vous l’assurer. J’étais de base un peu ronde avec de jolie formes c’est à dire que j’avais de la poitrine , des fesses , des hanches et des cuisses tout ce qu’il ya de plus normal. Mais le corp qui se dressait devant moi était lui beaucoup plus fin j’avais perdu de mes attributs féminin. JE me demandais ce qui s’était passé . Quoi de mieux que demander à ma maman qu’est ce qui s’était passé. J’ai dévalé les escaliers et je suis tombée sur ma maman dans la cuisine.”Lysa !” s'écria-t-elle “tu n’es pas prête” . Je tombais des nues mon nom n’était pas celui de Lysa mais Lys. J’étais perdu tout dans ma tête se mélanger , je ne comprenais pas ce que je faisais ici. Plus perdu que moi sur cette terre ce n’était pas possible. Je remonta les escaliers à vitesse grand v et j’ouvris ma garde de robe. Ce n’était pas les vêtement que je portais d’habitude. J’avais un style bien à moi : tee-shirt assez sombre du blanc au noir en passant par le gris , des jeans bleu clair et noir et pour apporter de la couleurs des doc martens de couleurs. J’en avais une collection avec toutes les couleurs possibles et inimaginables enfin dans mon ancienne vie. Là ma garde de robe se constituait de petite robe , de jupe , de slim assez moulant, de petits tops moulant et en chassure que des talons enfin presque il y avait une paire de converse blanche classique au fond du placard (trés originale cette couleur pour des converses). Je choisis une petite robe simple jaune avec les converses blanches acr hors de question de porter des talons qui m’aurait donné des ampoules au pied et dans lesquels je ne sais pas marcher. Je pris mon sac de cours et je partis sur le chemin de l’école
2
2
109
4
Défi
Johnny B. Write
Rémi a une vie des plus banales : métro, boulot, dodo. Aucune petite-amie. Un soir, il a l'occasion de vivre dans la peau d'un héros de série TV. Comment cela va tourner alors qu'il connaît déjà le scénario ?
2
6
14
8

Vous aimez lire pXh ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0