4. (1/2)

3 minutes de lecture

Assise sur un banc le long de la route, Alex regardait Edison se démener avec son jouet favori. Elle se surprit à rêver d’être à sa place. Il était innocent, naïf. Sa vie n’avait pas vraiment changé avec l’arrivée de l’Armée. Il continuait à se lever le matin, à courir sur l’île, à manger, à jouer avec son maître et à retourner dormir, le tout sans jamais se soucier de ce qui se passait en dehors du lopin de terre.

Elle avait beau détester son père, elle devait reconnaître qu’emménager sur Angel Island avait été une brillante idée. L’Armée ne venait jamais ici, sauf pour rencontrer le Commandant Thompson, ce qui était plutôt rare. Les dirigeants préféraient en effet régler les affaires importantes à leur quartier-général, à l’abri des regards indiscrets.

Une légère brise vint lui chatouiller le visage, la ramenant à la réalité. Dans quelques heures, elle avait sa cérémonie de fin de cycle. C’était à cet instant qu’elle allait devoir faire son choix. Quelle place voulait-elle occuper au sein de l’Armée ? « Aucune » aurait été sa réponse, si seulement elle avait pu faire un tel choix.

Ses excellentes notes lui permettaient d’opter pour ce qu’elle voulait. Elle pouvait décider de s’engager en tant que soldat ou bien au contraire viser les hauts-rangs de l’Armée, comme son père, et espérer être un jour une dirigeante de la grande Armée Blanche. Rien ne pouvait plus la dégoûter.

Mais elle avait beau essayer, elle ne voyait aucun moyen d’y échapper. Elle ne pouvait pas déclarer devant une assemblée entière refuser de se soumettre au régime imposé. On l’arrêterait sur le champ et la ferait exécuter. Au mieux, elle pouvait espérer se retrouver dans un camp de prisonniers. Quoiqu’au vu des récits sur ces endroits, la mort était peut-être préférable.

Edison se rua subitement vers la colline, d’où venait d’apparaître Sebastian, vêtu d’un jean et d’une chemise blanche en lin, qui lui faisait de grands signes. Elle ramassa ses papiers à contrecœur et le rejoignit.

– Ton père a eu la bonté de nous faire parvenir une calèche privée. Elle attend devant le pont.

– Super, grommela Alex. Je lui enverrai un mot de remerciement.

Sebastian vit les papiers qu’elle tenait dans les mains.

– Qu’est-ce que c’est ? demanda-t-il.

– Mon plan diabolique pour m’échapper de cette cérémonie sans avoir à faire de choix de carrière.

– Et alors, ça donne quoi ?

̶ Je finis morte dans la plupart des cas. Dans l’un d’eux, c’est même Michael qui me tue.

– Très alléchant, en effet. Si je peux te donner un conseil, fais ce qu’on te demande.

Alex s’apprêtait à répliquer mais il ne lui en laissa pas le temps.

– Je sais que ce n’est pas ce que tu veux et, crois-moi, j’aimerais que tu n’aies pas à faire ce choix. Malheureusement, tu n’as aucune échappatoire.

– Pourquoi serais-je obligée de travailler pour l’Armée ? Regarde, toi tu ne fais rien et personne ne vient te chercher.

– Théoriquement, je suis l’assistant de Michael et, au vu de son rang, c’est suffisant.

– Assistant de mes fesses oui, tu passes tes journées à ne rien faire.

– Je ne fais pas rien de mes journées ! s’insurgea-t-il. Et pour ta gouverne, le « ne rien faire » est une discipline très compliquée pour laquelle il faut un minimum de maîtrise.

Alex partit d’un grand rire malgré elle.

– Je peux toujours demander à être l’assistante de l’assistant de mon père, non ?

– Aucune chance d’y arriver, ricana Sebastian. Je ne veux pas te perdre, Alex, mais c’est ce qui arrivera si tu décides de te rebeller.

Ils s’arrêtèrent de marcher, à quelques mètres seulement du pont où la calèche les attendait. Sebastian posa ses deux mains sur les épaules de la jeune fille et plongea ses yeux bleus dans les siens.

– Je t’aime. Je te connais depuis que tu es née. J’ai veillé sur toi pendant tout ce temps. Je sais que tu penses être prête pour la vie, mais crois-moi, ce n’est pas le cas. Il y a encore tellement de choses que tu ignores, des choses dont tu ne soupçonnes même pas l’existence.

– Je ne vois pas de quoi tu parles, et encore moins là où tu veux en venir.

– Ce que j’essaye de te faire comprendre, c’est que tu dois te plier aux exigences de l’Armée. Pour le moment, c’est la meilleure chose à faire. Tu auras ta revanche un jour, je te le promets. Mais il est encore trop tôt.

– Comment peux-tu le savoir ?

– Allons bon, je suis un vieil homme plein de ressources, ne l’oublie pas. J’ai beaucoup de temps pour réfléchir pendant mes journées où je ne fais rien.

Un faible sourire se dessina sur le visage d’Alex.

– Tu me le promets ?

– Sur la vie de ce cher Edison, jura Sebastian. Maintenant, dépêchons-nous d’aller à cette cérémonie et d’en finir au plus vite.


[...]

Annotations

Recommandations

Défi
Guillaume H.
Rachel est une réincarnée.
Depuis vingt vies, à chacune de ses morts, elle se régénère dans un nouveau corps pour vivre une nouvelle vie.
Sa dix-neuvième mort a été particulièrement atroce : enlevée, puis violée et torturée, elle a fini par succomber à ses souffrances en jurant sa vengeance.
Depuis ses dix ans de sa vingtième vie, Rachel retrouve la mémoire de ses vies passées. Aujourd'hui, elle part en quête de son bourreau afin de venger sa propre mort.
7
5
5
5
Défi
petite rêveuse

Le monde est si grand et si vaste que je me demande comment certaines personnes font pour savoir qu’elles ont réussi leur vie et qu’elles est rêvée et qu’elle connaissent tout de la vie. Pour une vie est tellement complexe et vaste qu’il faudrait plusieurs vie pour savoir les décisions différentes que l’on aurait pris , les actes différents et enfin les issues de chaque situation qui aurait pu être differente selon mes choix .Je m’appelle Lys et je vais vous raconter comment j’ai regretté ma vie d’avant.
Je suis une fille du genre que l’on pourrait appeler ordinaire: bonne à l’école . Je ne dis pas excellente mais je me suis toujours debrouillé pour avoir des résultats corrects et je pense que cela est dû à mes connaissances de cultures generla que mes petis camarades n’avaient pas forcement. J’étais une fille solitaire qui aimait passer son temps à la bibliothèque entouré de livres et d’un grand savoir de connaissance. Autour de moi , les autres filles étaient portées sur l’apparence et sur les garçons. Je me suis toujours demandé ce que cela ferait de penser comme elle et d’être dans leur tête. Faut croire que cette penser qui tourner dans ma tête c’est produit et ce n’a pas été la meilleur expérience de ma vie.
Les vacances d’été se terminait peu à peu , ma dernière année de lycée était en vue. J’avais travaillé fort les années précédentes pour pouvoir rentrer dans une bonne école d’art appliqué. Les arts me poussaient à m'exprimer chose qu’oralement je n’étais incapable de faire.
1er septembre , je me réveilla et en sortant du lit quelque chose me semblait bizarre. Quelque chose dans mon corps avait changé pendant la nuit et cela ne sentait pas bon du tout. Je Hurla de peur devant le reflet de cette mannequin dans le miroir. Une silhouette se dressait devant moi : un corp de guêpe, des cheveux long et soyeux, un visage sans imperfection , un corp musclé. Ce n’était pas le corp de la Lys de hier soir je pouvais vous l’assurer. J’étais de base un peu ronde avec de jolie formes c’est à dire que j’avais de la poitrine , des fesses , des hanches et des cuisses tout ce qu’il ya de plus normal. Mais le corp qui se dressait devant moi était lui beaucoup plus fin j’avais perdu de mes attributs féminin. JE me demandais ce qui s’était passé . Quoi de mieux que demander à ma maman qu’est ce qui s’était passé. J’ai dévalé les escaliers et je suis tombée sur ma maman dans la cuisine.”Lysa !” s'écria-t-elle “tu n’es pas prête” . Je tombais des nues mon nom n’était pas celui de Lysa mais Lys. J’étais perdu tout dans ma tête se mélanger , je ne comprenais pas ce que je faisais ici. Plus perdu que moi sur cette terre ce n’était pas possible. Je remonta les escaliers à vitesse grand v et j’ouvris ma garde de robe. Ce n’était pas les vêtement que je portais d’habitude. J’avais un style bien à moi : tee-shirt assez sombre du blanc au noir en passant par le gris , des jeans bleu clair et noir et pour apporter de la couleurs des doc martens de couleurs. J’en avais une collection avec toutes les couleurs possibles et inimaginables enfin dans mon ancienne vie. Là ma garde de robe se constituait de petite robe , de jupe , de slim assez moulant, de petits tops moulant et en chassure que des talons enfin presque il y avait une paire de converse blanche classique au fond du placard (trés originale cette couleur pour des converses). Je choisis une petite robe simple jaune avec les converses blanches acr hors de question de porter des talons qui m’aurait donné des ampoules au pied et dans lesquels je ne sais pas marcher. Je pris mon sac de cours et je partis sur le chemin de l’école
2
2
109
4
Défi
Johnny B. Write
Rémi a une vie des plus banales : métro, boulot, dodo. Aucune petite-amie. Un soir, il a l'occasion de vivre dans la peau d'un héros de série TV. Comment cela va tourner alors qu'il connaît déjà le scénario ?
2
6
14
8

Vous aimez lire pXh ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0