3. (2/2)

5 minutes de lecture

[...]


Sebastian était assis sur le canapé, la tête d’Edison posée sur ses genoux, sa main allant et venant entre les oreilles du chien. La porte d’entrée s’ouvrit subitement, le faisant sursauter. Il vit Alex se ruer dans les escaliers, puis claquer de nouveau la porte de sa chambre.

– Allons-bon, grommela-t-il, que s’est-il encore passé ?

Il gravit les marches quatre à quatre et fit irruption dans la chambre de la jeune fille. Orientée plein sud, elle était baignée d’une douce lumière cuivrée. Sur la gauche, un bureau enseveli sous des dizaines de papiers. Sur la droite, une simple armoire ornée d’un miroir. Sebastian marcha jusqu’au lit où elle était allongée, un oreiller recouvrant son visage.

– Alex ? demanda-t-il.

– Il est venu au Centre. Et il les a tués.

– De quoi est-ce que tu parles ?

La jeune fille lui raconta en détail comment l’Armée avait décidé d’instaurer un nouveau Marathon du Déshonneur pour les punir d’un crime qu’ils n’avaient pas commis, puis la discussion dans la calèche. Sebastian soupira et s’assit à son tour sur le lit, conscient qu’il allait devoir livrer un bout de sa vie qu’il avait toujours caché à Alex, notamment en raison des avertissements de Michael.

– Ça fait plus de quarante ans que ton père et moi nous nous connaissons. Nous avons été élevés dans le même quartier, à une époque où la jeunesse était encore libre, où nous n’étions pas brimés par un système totalitaire basé sur la terreur. Nous allions à la même école, nous avions les mêmes amis. Mais surtout, nous avions une chose en commun, qui nous a rapprochés : nous n’avions pas de père. Tout du moins, on ne le voyait pas souvent. Ils avaient tous les deux des métiers très prenants qui les obligeaient à parcourir le monde. Ils rentraient de temps en temps, pour vérifier que tout allait bien, et parce que soi-disant nous leur manquions.

– Tu ne penses pas que c’était le cas ?

– Je n’ai jamais vraiment connu mon père. Pour moi, c’était plus un étranger qui venait nous rendre visite quand l’envie lui en prenait. Il ne m’a rien appris, il n’est jamais venu assister à un de mes matchs de baseball, et il n’était pas là non plus à ma cérémonie de remise des diplômes.

Après un soupir, Sebastian poursuivit.

– Ça a été la même chose pour Mike, son père était absent. Au départ, cela ne lui posait pas de problème mais plus il a grandi, plus il a commencé à souffrir de ce manque. Malgré tous mes efforts et ceux de sa mère, il se sentait perdu, comme si quelque chose faisait défaut. Quand il a eu dix-huit ans, son père est revenu. Au départ, Michael a refusé de le voir. Je n’étais pas là à ce moment précis, mais ma mère m’a raconté qu’elle s’était alliée à celle de Michael pour cacher ce dernier. Elles savaient toutes deux que c’était inutile mais elles s’étaient senties obligées d’aider Michael.

– Il a fini par le trouver ?

– Oui, répondit Sebastian. Il n’était pas dupe, il avait toujours su où il se cachait. Michael a d’abord refusé de le rencontrer mais, pour une raison qu’il ignorait à cette époque, ma mère et la sienne l’y ont finalement poussé. Elles étaient toutes les deux convaincues qu’il s’agissait là de la meilleure chose à faire et Michael a fini par se laisser raisonner. Quand je suis revenu, plusieurs années plus tard, Michael était là. Il m’attendait et, depuis ce moment, nous ne nous sommes plus jamais quittés.

– On dirait un couple de gays, ricana Alex.

Sebastian ne put s’empêcher de rire à son tour.

– Je te rassure, mon cœur est déjà pris.

– Vraiment ? s’étonna la jeune fille. Par qui ?

– Toi.

Alors qu’elle lui adressait une grimace, il lui offrit un sourire large, à la fois paisible et rassurant. Soudain, la porte d’entrée se referma et les glapissements joyeux d’Edison résonnèrent jusqu’à l’étage.

– L’amour de ta vie est rentré. Je me demande ce qui lui a pris aussi longtemps.

Sebastian lança doucement l’oreiller sur la jeune fille, soulagé de ne pas être obligé d’aller au bout de son histoire, puis quitta la chambre. Il descendit l’escalier au pas de course et se jeta sur le canapé du salon comme un enfant l’aurait fait. Michael se retourna et sourit malgré lui.

– Tu commences à être trop vieux pour ce genre de bêtise, mon Seb.

– Figure-toi que je viens d’avoir une conversation passionnante avec ta fille.

– Je suppose qu’elle t’a dit à quel point j’étais ignoble.

– Elle a dû aborder ce sujet, en effet. Sérieusement, Mike, un Marathon du Déshonneur ? Encore ?

Michael alla se servir un verre de whisky, porta le breuvage à ses lèvres et grimaça.

– Je ne suis plus certain de comprendre le but de tout ça, poursuivit Sebastian. Tu avais un objectif quand tu as commencé mais aujourd’hui, j’ai l’impression que tu l’as oublié. On dirait que tu t’es laissé dépasser par ton rôle, que tu as fini par y prendre goût.

– D’aussi loin que je me souvienne, tu as toujours eu confiance en moi. Alors tu peux me croire quand je te dis que ce n’est pas le cas. Ce Marathon, je ne l’ai pas voulu, mais accepter la proposition était la meilleure chose à faire.

– Quand tu as donné ton accord, tu savais qu’il s’agissait de la classe d’Alex ?

Michael but une longue gorgée de whisky. Le liquide vint se déverser dans sa gorge, le brûlant.

– Oui, admit-il finalement après plusieurs secondes d’hésitation. Mais j’avais confiance en elle, et en ses capacités.

– Putain, Michael, comment aurais-tu fait si elle n’avait pas gagné ? Elle aurait très bien pu être malade aujourd’hui, et finir dans les dix derniers ! Qu’est-ce que tu aurais fait si on t’avait demandé d’attacher ta fille à une corde afin qu’elle soit pendue ?

– On savait dès le départ qu’il nous faudrait prendre des risques, Seb. On n’a rien sans rien, ce n’est pas à toi que je vais apprendre ça. J’ai fait ce que j’ai supposé être juste et je n’ai pas de regrets. Maintenant, si tu trouves que je me débrouille mal, libre à toi de prendre ma place.

Sebastian ne répondit pas. Car même s’il lui était difficile de l’admettre, il savait que son ami avait raison.

Annotations

Recommandations

Défi
phillechat
Demande poétique
8
8
1
0
Défi
Blue Cat

Anithie s'assura que la tribu était belle et bien endormie avant de s'éclipser du village par l'arche végétale qui faisait office de portail. Une larme fugitive tomba de sa joue, s'échouant sur les terres qu'elle laissait derrière elle. Pourvu que personne ne l'eut aperçue. Luri et Lyth, les deux astres de la nuit, éclairaient les sous-bois de leurs disques pâles. Les gouttelettes de la dernière averse scintillaient sous leurs rayons, accompagnés de mille insectes luisants et champignons luminescents. Sans eux, il aurait été impossible de se hisser entre les branchages. Ronces et fougères s'agrippaient au bas de la jupe de la femme comme pour lui signifier de ne pas s'enfoncer davantage dans les bois. Mais elle ne renonçait guère, l'enjeu était trop grand. Personne ne devait partager le fardeau qu'elle s'apprêtait à porter, au péril de sa vie.
Elle ignorait encore ce qu'elle allait décider une fois le moment venu. Certes, elle n'avait pas le choix de la vie, mais le choix de la mort était bien réel. Les himuna jouissaient au moins de ce pouvoir-là, à défaut de ne pouvoir manipuler l'Ora. Anxieuse, Anithie accéléra, emportant au loin sa joie et ses maux, jusqu'à se retrouver en face du lac des lucioles. Elle s'agenouilla au bord de l'eau et plongea ses mains dans le bassin. Fraîche et épurée, comme au bon vieux temps, pensa-t-elle. Soudain, une silhouette à en glacer les sangs se refléta dans le miroir d'eau. A peine la femme eut-elle le temps de remarquer la blancheur de ses cheveux et la finesse de son corps que ce dernier se dissipa dans un étrange brouillard.
En se retournant, ça y était. L'enfant qu'elle attendait venait d'arriver. Le noyer, comme le voulait la coutume, s'annonçait moins ardu que prévu : le centre du bassin semblait infiniment profond. Elle prit le bébé dans ses bras et le déposa sur un petit radeau avant de quitter les lieux, comme si rien ne s'était passé.
-Ô Luri, ô Lyth, cet enfant n'appartient pas à notre monde. Reprenez-le vite, avant que nous ne courrions tous un grave danger.


Merci d'avoir lu ! ;)
J'espère que ce texte répond au défi. J'ai fait de mon mieux pour te donner envie de connaître la suite !
3
4
0
2
Guido Falxius

Ce lundi soir, assis à la terrasse de ce café, je rêvassais en regardant sans les voir les passants, les oiseaux sur l'arbre au milieu de la place, les feuilles se balançant avec la brise.
Les bruits de la ville, sur cette place encerclée par ces vieux immeubles, étaient atténués, presque oubliés. De l'autre côté de la place, devant la devanture du fleuriste, se tenait un homme. Debout une guitare à la main, il jouait un air qui parvenait à peine à mes oreilles. Incapable d'identifier ces notes, mon ouïe, comme ma vue, cessa de se concentrer sur cet environnement.
L'eau m'arrivait aux genoux et mon pantalon retroussé commençait à coller à mes cuisses, trempé par les vagues qui arrivaient paresseusement jusqu'à moi. Là haut à flanc de falaise, la maison paraissait inhabitée. En voyant l'écume monter vers le ciel lorsqu'une vague, plus grosse que les autres, frappa les rochers à une dizaine de mètres sur ma droite, je pris conscience du bruit du ressac.
Mon regard se porta à nouveau vers la maison juste au moment où la porte s'ouvrit.
"Pardon monsieur", dit la jeune dame, un sac de voyage dans une main et une valise à roulettes dans l'autre. Surpris, je tirai ma chaise en arrière pour lui ouvrir un passage et me cognai contre la table voisine. Un verre d'eau fraîche chuta sur le sol et son contenu eu le temps de s'arrêter sur le bas de mon pantalon.
"Je suis désolé", dis-je au couple propriétaire de feu le verre d'eau, et ceux-ci me sourient en silence. Ayant rendu leur sourire, je me retourne et cherche des yeux la dame à la valise, qui déjà passe devant le guitariste et tourne à l'angle de la rue...
Je ne me rappelle pas du nom de cette rue, mais je me rappelle qu'elle portait des lunettes de soleil quand elle sortit de la maison et s'avança vers la falaise. Je me souviens également que la porte est restée ouverte quand elle a emprunté le chemin, à peine visible de là où je me trouvais.
"Nous avons des bulots et des moules à la carte ce soir" me dit le serveur au moment où je commande ma deuxième bière. J'hésite. Je le regarde et réfléchis.
Le bateau revenait de la pêche. Il passa derrière la maison pour entrer dans le port. Je n'avais eu le temps de le voit que quelques secondes mais à cette distance, il semblait qu'il venait d'emprunter le chemin. La jeune fille l'avait-elle vu ? Se connaissaient-ils, elle et les occupants du bateau? Inconsciemment je cherchais du regard un chemin le long des rochers sur ma droite. Cette maison et sa mystérieuse occupante me semblaient si proches et si éloignées à la fois.
En me levant, je fais quelques pas sur la terrasse et en allumant une cigarette, je jette un oeil dans la rue qui sort de la place et qui rejoint le boulevard. Montmartre est visible, si on trouve l'angle correct entre les murs de pierres. D'ici la basilique et sa colline sont à quelques centaines de mètres à vol d'oiseau. Bien que je vole moins bien et moins vite, le trajet ne me fait pas peur. Après avoir déposé la monnaie sur la table, je quitte la terrasse en saluant le serveur qui ne sais pas quoi faire de la bière inutile sur son plateau.
De chemin il n'y en avait point. Après avoir escaladé quelques rochers, m'éraflant les genoux et les paumes des mains sur les arêtes aiguisées et les pointes acérées, je parvins sur le flanc de la falaise sur lequel se trouvait la maison. La porte étant ouverte, je m'approchai et jetai un coup d'oeil : personne dans l'entrée et personne autour de la maison non plus.
À cette heure, la place du tertre est vide. Les volets sont ouverts mais aucune lumière n'est allumée.
Je marche sur les pavés, mes pas claquent.
J'emprunte le chemin et descend. Je ne croise personne. Je crois voir une ombre plusieurs fois, dans le renfoncement d'un pas de porte.
Des ombres uniquement, derrière les buissons et les blocs de calcaire.
J'arrive sur la plage sans avoir croisé personne. Après une heure de marche, à nouveau des pavés. Les quais sont déserts.
En repensant à cette fille, je longe le boulevard et rentre chez moi. La nuit s'achève.
3
1
0
3

Vous aimez lire pXh ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0