Inscrivez-vous sur Scribay...

...et retrouvez une communauté soudée par l'amour de l'écriture, le partage et l’entraide entre auteurs.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de essaime

L'Hebdo des jeux ParaOulipiques du 23/09/2016 !

par essaime  il y a 1 an
– Aïe, aïe, aïe Jean-Patrick, quelle semaine, mais quelle semaine !
– À qui le dites-vous Raoul-Gonzague ! Les textes pleuvent, privés de « A », mais grandis de qualités, d’imagination, de formes, de théâtre, de dialogues, d’épîtres, de fresques, de musique, c’est la fiest-A pour ce défi N°2 !
– Avec tout ça, Jean-Patrick, nous en oublierions presque de saluer nos Pixel-Liseurs qui nous suivent sur Scribay. Bonjour à toutes et à tous et pardon pour ce démarrage en fanfare, mais il est vrai que la participation pour ce deuxième défi des jeux ParaOulipiques de Scribay nous impressionne, tant par sa quantité que sa qualité. Si d’aventure vous aviez manqué le Palmarès du premier défi, je vous en prie, allez vous rincez les yeux ici avant de revenir : (https://www.scribay.com/communities/community/124/les-jeux-paraoulipiques-de-scribay/talk/5698/proclamation-des-resultats-du-jury-----defi-n-1-ce-fameux-acronyme). Jean-Patrick, donnez tout de suite quelques chiffres pour bien comprendre de quoi nous parlons ici.
– Hé bien Raoul-Gonzague, imaginez que dès mardi 20 septembre à 18 :15, c’est-à-dire à peine deux jours après que les détails du défi N°2 n’aient été publiés par Essaime, nous avions déjà 16 textes de réponses, 16 ! Avec un tel afflux, je peux vous dire que nous avons eu du mal à tenir le rythme ici à ScribayTV. Et aujourd’hui, premier vendredi de l’automne, nous en sommes à 23 textes, soit déjà le nombre de réponses reçues pour le premier défi avant le week-end, quel plaisir !
– Tout à fait, Jean-Patrick. Et ce qui est intéressant, c’est qu’en plus des candidats inscrits pour les Jeux ParaOulipiques et ayant pris part au défi N°1, ce ne sont pas moins de 6 nouveaux candidats qui nous ont rejoints et ont ou vont proposer leur réponse au fameux « Lipogramme du A ». Ainsi nous saluons l’arrivée de Jelitou, qui est en fait presque un comeback puisqu’elle s’était inscrite au premier défi avant d’annuler sa participation. Nous sommes très heureux de t’accueillir à nouveau, Jelitou ! Tenez, encore deux poids lourds de Scribay, non par la taille de leurs embonpoints, mais par leur prolixité (si c’est un vrai mot !) sur le site, j’ai nommé Pierre-François et Patrice Lucquiaud, avec respectivement, accrochez-vous, 189 et 171 œuvres au compteur ! De quoi faire presque pâlir notre lessinfoins national. Mais nous accueillons aussi mesdames Rosa Carmon et V. Nyl Valhalla, ainsi que Bertrand Môgendre et ClaXus ! Bienvenue à vous et très heureux de vous avoir à bord de ces Jeux ParaOulipiques.
– Oui, bienvenue chers candidats et candidates qui ont relevé le défi du lipogramme avec succès, déjà ! Pour rappel, ce défi consiste donc à écrire une histoire sans la lettre A, majuscule ou minuscule et si possible en rapport avec l’absence de ce A. Pour rendre les choses à la fois accessibles et ludiques, Essaime a proposé 4 niveaux de difficulté selon la longueur du texte : novice (+250 mots), fervent (+500 mots), professionnel (+1000 mots), héros (+1500). Et devinez, Raoul-Gonzague, celui qui a été le premier à atteindre le niveau « Héros » ?
– Je dirais « lessinfoins », bien sûr, avec son organisation politique innovante consistant à faire siéger tous les hommes politiques en prison.
– Forcément. Mais notons toutefois qu’il n’a pas été le plus rapide cette fois puisque Jelitou a été la première à lancer les « hostie-lités », si j’ose dire, avec sa fameuse Rosemonde bigote et dérangée. Sur ce tizef a continué sur sa lancée puisque les hydropathes sont de retour sous un nouveau nom qui prend tout son sens « les Incohérents du Berry », pour une chronique multichapitre sympathique et instructive. Pierre-François nous propose de philosopher sans le A avec son 189ème texte, tandis Nano imagine cette étrange ville de LettreCity, dont les habitants, non moins étranges, détiennent un secret… Avec un bel hommage à Essaime au passage. Kuraikaze, quant à elle, nous raconte ses déboires de collégiennes en permanence et l’Oncle Dan découvre que le A n’est pas toujours simple à se procurer ces temps-ci dans certaines bibliothèques.
– Mais dites-moi, Jean-Patrick, c’est un véritable catalogue que vous nous proposez, là. Vous pensez que vous pourrez tenir sur la longueur ? Parce qu’il y en a beaucoup, vous savez.
– Oui, mais je n’y peux rien, c’est mon côté listomaniaque…
– Mais faites donc, Jean-Patou, je ne m’en plains pas et notre poignée de lecteurs non plus, je vous rassure.
– Alors je continue. Savez-vous que Kipix est de retour ? Enfin non, pas vraiment puisque Pludimir et Estrecon l’attendent à côté d’un buisson, avec espoir. Y’en a qui disent que c’est du Beckett. Du côté des Corons en revanche, c’est plutôt le désespoir : Niala92 signe un script digne des frères Dardenne avec une chute en a, mais chut… Clo06 rend hommage à son homme pressé, qu’elle aime, qu’elle adore, c’est beau comme elle aime, c’est fou comme elle aime ! Rosa Carmon évoque sa liberté, son libre A-rbitre sans A, ces notions qui lui sont si chères, et des notions quasi inexistantes dans la société futuriste sans A de V. Nyl Valhalla. Patrice nous ramène en France, ici et maintenant, faire un tour d’hélico de la Charente, avec des célébrités locales. Bertrand lui, nous fait voyager dans le passé, avec la savoureuse traduction d’une fable du moyen âge, à condition d’être le loup. LoloCecel nous lance un cri du cœur, un cri de professeur, un cri de société, un cri humain, sans A, à méditer. SlyKing nous offre un silence, terrible et si lourd de cris, si sourd de douleur.
– Courage, Jean-Patrick, il n’en reste plus que 7 !
– Sangre13 persiste dans une préquelle exorciste de son défi N°1, parce qu’avec un personnage principal qui s’appelait Azastel, c’était mal parti pour le lipogramme du A. Lala nous raconte une épopée grecque, un voyage homérique, se joue de la contrainte avec poésie et manie la prose comme Ben-Hur au volant de son char… Jb Desplanches nous révèle quant à lui que mettre les mots en musique et les manier à la baguette a de quoi faire transpirer un chef d’orchestre, surtout lorsqu’il ne peut pas utiliser le mot « baguette » ! Nog déclare sa flamme à Elin… avec ou sans A, dans une fresque épître généalogico-poético-surréalisto-romantique, à cœur aussi ouvert que sa voyelle manquante. Matt Curare confine quant à lui, à l’absolu lipogrammique oulipien, dans un crépuscule phonétique où les voyelles disparaissent les unes après les autres (!) à mesure que la folie gagne le dernier égyptologue… De quoi pousser un véritable cri originel, comme nous le propose Essaime, dans une consultation médicale textuellement transmissible qui marque la naissance du plus grand mime de tous les temps. Et enfin Max-Louis nous offre une histoire anthropologique à la découverte de mystérieux fondeurs d’or, dont le chef MilleÖrs doit débusquer le félon qui se cache parmi eux. Le traître sera-t-il démasqué ? Qui lira verra…
– Quel festival, Jean-Patrick ! Nous pouvons d’ores et déjà remercier tous ces candidats pour s’être soumis aux termes de cette épreuve avec une si bonne volonté et un sérieux qui dépasse les attentes des organisateurs, il faut le dire. Mais en parlant de se dépasser justement, Jean-Patrick, qu’est-ce que donnent les textes publiés en termes longueur et de « niveaux du A » ?
– Hé bien, mon cher Raoul-Gonzague, si l’on rappelle que la longueur de la chose n’est pas toujours proportionnelle au plaisir ressenti durant l’acte où le texte pénètre nos orifices oculaires jusqu’au striatum ventral en quête de dopamines à l’assaut de l’aire de Broca, à ce jour les chiffres sont les suivants : 6 héros du A (+1500 mots), le record revenant à Matt Curare pour le moment avec 2118 mots, 3 professionnels du A (+1000 mots), 5 fervents du A (+500 mots) et 8 novices du A (+250 mots) et 1 naïf du A (<250 mots), soit un total de 19851 mots publiés à lire ! Ce qui équivaut à quelque chose comme 75 pages de texte à lire au format poche, ce n’est pas rien.
– Effectivement Jean-Patrick, et si j’en suis les derniers échanges de la communauté, on a frôlé l’insurrection côté jury, n’est-ce pas ?
– C’est-à-dire que Essaime ne les avait pas prévenus de cette histoire de niveaux de longueur qui, d’une certaine manière incite les auteurs à se dépasser et donc à produire plus de mots. Or les membres du jury ont découvert le pot aux roses sur le tard et forcément, ce sont plutôt des épines que des pétales qu’ils voulaient lui envoyer sur le coup.
– Mais je crois qu’Essaime a réussi à calmer le jeu, non ?
– Oui, bien sûr, il a trouvé les mots, nous parlons quand même de l’Essaimeur, Raoul-Gonzague, un smooth operator vous savez : « He's loved in seven languages / Heaven help him, when he falls / Diamond life, lover boy / He moves in space with minimum waste and maximum joy ».
– Ah Sade, ça fait tellement de bien quand ça fait mal…
– Il aurait même promis des croissants selon la rumeur, mais nous n’en savons pas plus, si ce n’est que les jeux ont retrouvé tous les sourires qu’ils n’avaient pas vraiment perdus de toute façon.
– Hé bien voilà une nouvelle qui fait très plaisir à entendre, Jean-Patrick ! Qu’importe la météo, il fait donc très beau sur ces Jeux ParaOulipiques, un printemps perpétuel où nos auteurs n’ont de cesse de bourgeonner, et de faire éclore leur talent au grand jour ! Quant à nous, il ne nous reste plus qu’à vous souhaiter à toutes et à tous un excellent week-end, en attendant de nous retrouver la semaine prochaine pour le point sur les jeux, pour le nouveau et 3ème défi et bien entendu pour le palmarès du jury du défi du lipogramme. Sans oublier les interviews de Marion Tmp grâce auxquels nous faisons plus ample connaissance avec nos concurrents et notre jury.
– Ça donnerait presque envie d’être à lundi plus rapidement, Raoul-Gonzague.
– Presque, Jean-Patrick, presque… À Ciao Bye les Scribayennes et les Scribayens !
Image de profil de lala
lala
Un grand merci pour ta plume alerte qui sème des informations printanières si positives.
Ces jeux sont réellement une excellente idée pour mieux se connaître ensemble et se stimuler chacun.
Très bon dimanche à tous.
Image de profil de Marion Tmp
Marion Tmp
Bon dimanche à toi aussi Lala ! :)
Image de profil de ChrisH
ChrisH
Toujours aussi formidables, ces chroniques ! Pour ma part, je n'ai pas encore eu le temps de lire toutes les réponses de ce 2ème défi, mais du coup comme ça tu m'en donnes un bon aperçu ;0)
Image de profil de Max-Louis
Max-Louis
Bon jour,
Je reste (jusqu'à ce jour) émerveillé, (et oui) par le flot "verbalistique" des commentateurs de ce "direct" ScribayTV. C'est à la fois foisonnant de sérieux tissé d'humour. Un style alerte et efficace. En fait, c'est un régal de vous lire.
Max-Louis
Image de profil de essaime
essaime
Hé bien merci Max-Louis, c'est un régal de lire ce genre de commentaire ! Puissent les deux compères continuer de t'émerveiller sans se répéter, ni perdre leur rythme...
Image de profil de Auteur inconnu
Auteur inconnu
Infatigable essaime !
Image de profil de essaime
essaime
Merci Natacha ! Il faut bien ;-) Et sinon, de ton côté, ça fatigue ? Sauf erreur qui serait inexcusable, je n'ai pas encore vu ton texte N°2...
Image de profil de Auteur inconnu
Auteur inconnu
Non pas d'erreur :-)
Image de profil de Auteur inconnu
Auteur inconnu
Mais tu en rajoutes des caisses j'ai à peine râlé pour avoir un délai ;-) !!! Pour la peine je veux vraiment des croissants :-D
0