Inscrivez-vous sur Scribay...

...et retrouvez une communauté soudée par l'amour de l'écriture, le partage et l’entraide entre auteurs.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de Alphonsine

Vos inspirations insolites.

par Alphonsine  il y a 3 ans
Sujet un peu anecdotique pour continuer... Quelles ont été vos sources d'inspiration les plus insolites ? Et, surtout, qu'est-ce que cela a donné au final ?

Jeu vidéo, scène surprise dans la rue, série que vous ne revendiqueriez pas...

Une autre question s'ajoute d'ailleurs à ça : mon insolite à moi rassemble souvent plusieurs inspirations qui à première vue pourraient sembler incompatibles. Est-ce votre cas aussi ?

Pour l'exemple, le texte que je suis en train d'écrire est nourri à la fois de l’œuvre d'un peintre français (Hubert Robert), du jeu vidéo que je viens de finir (Fallout 4) et un documentaire de 1953 sur le manque de considération sur l'art africain (Les statues meurent aussi). - Pour tout dire, même si j'ai vu ce documentaire à plusieurs reprises, je ne l'ai convoqué ici que pour en reprendre honteusement le titre, un peu transformé. Mais la thématique de la perte me permettait de faire le lien avec le reste.
Image de profil de Lily H. Kitling
Lily H. Kitling
Hu, les petits secrets de fabrication... honteux ? :')


Allons-y, alors.

J'ai un personnage qui est inspiré, de base, par Natsu Dragnir du manga *Fairy Tail* et c'est vraiment pas glorieux. x'D

Beaucoup de séries de gamines ont aussi façonné une part de mon imaginaire, et oui, j'ai honte (le Winx Club, les WITCH, les Cités d'Or (bon, celle-là fait pas trop honte par rapport aux autres !!), Mew Mew Power, et j'en passe).

Dans le plus insolite, j'ai ces deux sites :
http://deep-dark-fears.tumblr.com/
http://www.dark-stories.com/

Et beaucoup de références livresques, si l'on peut dire. ^^" Ainsi que RPG.
Image de profil de Clara Sombrio
Clara Sombrio
Je viens de réaliser que toutes mes inspirations peuvent être considérées plutôt insolites...

1ère: une saga romanesque et cinématographique très très romantique, très très kitch et très très vieille que j'ai adorée quand j'avais 11-12 ans, en plus avec un beau acteur (qui doit être mort à présent, sniffff) qui m'a fait adoré un personnage très vilain... 25 ans plus tard, une comédie musicale toujours très romantique et très kitch, avec un chanteur qui m'a fait adoré le personnage que j'avais détesté jusque là... Le résultat - mon premier "roman" ou plutôt mon premier écrit amené jusqu'au bout !

2ème: une sérié télé américaine... un beau gosse ("ah mais qu'il est beau cet acteur !")... qui joue un bad boy par excellence, un vilain modèle qu'on "love to hate"... mon côté fan qui se met à vibrer, alors je fouille un peu plus ses fims... pas mal de court-métrages, et non, c'est pas une star mondialement connue mais... "ah mais qu'est ce qu'il joue bien ce mec !"... je vous le jure, on en oublie presque que ça soit vraiment un beau gosse... Le résultats: trois plutôt longues histoires achevées, d'autres en cours...

Voilà quoi...:-)))

Je m'amuse à faire des petites allusions dans chacun de mes écrits qui permettraient d'identifier mes sources d'inspirations, mais elles sont tellement discrètes que cela fait plus un plaisir personnel de savoir ce que les autres ne savent pas...:-)))
Image de profil de Alphonsine
Alphonsine
Merci pour ces confessions, Clara ! Je suis sûre que j'ai des inspirations inavouables dans mes cartons aussi, surtout pour mes écrits d'adolescence... et je pense que c'est très important, finalement : ce n'est pas la (supposée !) légitimité d'une matière culturelle qui compte, mais ce que ça a créé chez nous. :)
(Et ça ne doit pas être ça, mais ce que tu décris m'a fait penser à La Caverne de la rose d'or que j'adorais petite x) *honte*)
Image de profil de Clara Sombrio
Clara Sombrio
Ah le beau Tarabas, je m'en souviens moi aussi ! MDR, mais ce n'est pas ça, en fait c'est encore pire alors chut, on ne dit rien !
Image de profil de Mijak
Mijak
Insolites ? C'est difficile à juger... beaucoup de chose m'inspirent, dont la plupart inconsciemment. Je suis donc sûr que mon esprit est bien inspiré (haha !) lorsqu'il me fait ignorer totalement certains de ces sources.
Alors après, des sources dont j'ai conscience et qui sont inhabituelles... là encore, je ne sais pas ce qui serait jugé "insolite" ; les jeux vidéos par exemple pour moi c'est une des bases de mon inspiration, avec les autres arts de la fiction, dont la musique (qui pour moi raconte toujours quelque chose, même sans paroles).

Une inspiration honteuse, par contre... oh oui ! Une nuit j'ai écrit un poème en rentrant chez moi en pleine nuit, totalement bourré. C'était un poème sur l'alcool, la liberté, et la puissance des dieux qu'offrait le nectar de l'ivresse.

Après certaines sources sont minimes et interviennent très peu. Mais j'ai un texte aussi, "Le mal dedans", qui a été inspiré par un jeu de mot affligeant que j'ai entendu sur le jeu vidéo "The Evil Within", ou la personne jouait avec "le mal de dents". Bref, j'en ai finalement fait un texte très bien et sérieux où il était question d'une douleur prisonnière à l'intérieur d'une personne.

Ah oui, aussi, un élément d'une nouvelle SF/fantastique a été inspiré par un jeu vidéo dont je ne suis pas fier : Duke Nukem 3D. Il s'agit d'un visage holographique vert d'alien au centre d'une pièce circulaire. Je l'ai utilisé dans une tour vide sur la lune, découverte par Neil Armstrong en 1969 et annonçant une présence d'entités ancestrales de l'espace (elles inspirées en tout honneur par Lovecraft), dans un texte pour un concours d'uchronies.

C'est fou ce mélange d'inspirations. On n'est pas grand chose d'autre qu'un amalgame d'éléments épars que nous avons chipé à notre environnement :/ Même notre identité est inspirée par le monde. Ah mon dieu encore ces considérations existentielles noooooOOOoooon !
Image de profil de Jean-Christophe Heckers
Jean-Christophe Heckers
Pour Antò, tout vient d'une randonnée aux environs de Barcelone. Grimpé sur un sommet, je devais suivre les crètes jusqu'à un monastère (bien visible au loin) d'où je redescendrais.
Oui, mais: le plan était faux, et dès que je prenais un chemin qui montait, celui-ci finissait par redescendre, en m'éloignant systématiquement de la direction initiale - vers laquelle pourtant il faisait mine de tendre...
Au lieu de m'exaspérer (après tout il faisait beau), j'ai commencé à me raconter une histoire de chemins qui apparaissent ou disparaissent, et de forêt qui vous envoie où elle veut, de préférence jamais où vous voudriez aller.
Rentré de vacances, je devais coucher sur le papier les premières pages, sans savoir où elles allaient m'emmener (ça tombait bien, au fond). Et vlan, ensuite tout est venu sans trop réfléchir (poncifs compris).
Image de profil de CM LE GUELLAFF
CM LE GUELLAFF
Un exemple d'inspiration subite : une émission politique insupportable de postures aux phrases creuses tant par les journalistes que par les interviewés, croisée avec une grille de mots croisés que je n'arrêtais pas de gommer sans trouver le mot adéquat, Dee Dee Bridgewater jazzant et slowant à me bercer et soudain l'éclair : une réponse au défi de @Djymee : un nouveau métier "Dégommeur de langue de bois"... De jaseries en jaseries...
Image de profil de Alphonsine
Alphonsine
Je suis allée le lire, du coup, et je l'ai trouvé très drôle. Le pastiche du style entreprenarial est presque effrayant ;)
Image de profil de Mathieu "MatMan" Bastien
Mathieu "MatMan" Bastien
Ayant adoré ton tout récent texte, en connaître les sources d'inspiration (bien que je ne connaisse pas le documentaire que tu cites) ne fait que renforcer un peu plus de "respect" que je porte à ce récit.
De ces origines aussi éclectiques, je ne me serais jamais imaginé qu'en résulte une telle réponse.
Image de profil de Alphonsine
Alphonsine
Merci beaucoup, Mathieu MatMan Bastien, je vais finir par rougir. Je crois que le documentaire est visible sur Internet s'il t'intéresse (il n'est pas très long). Il est un peu hors sujet par rapport au texte mais commence par cette phrase qui reste dans l'esprit :

« Quand les hommes sont morts, ils entrent dans l'histoire. Quand les statues sont mortes, elles entrent dans l'art. Cette botanique de la mort, c'est ce que nous appelons la culture. »

Et pour le reste... J'ai eu le thème musical principal de Fallout dans la tête pendant la rédaction de toute la fin du texte (https://www.youtube.com/watch?v=kzvZE4BY0hY en imaginant les ruines de Robert défiler au ralenti dessus... *tout est normal*)

A côté de ça, c'est drôle que tu dises que cela renforce quelque chose. En effet, je fonctionne souvent comme dit plus haut par patchwork de références qui n'ont rien à voir, et j'ai parfois vu ça comme une faiblesse : je me suis longtemps dit que je n'avais pas assez d'imagination pour me satisfaire d'un défi, d'une contrainte ou d'une idée. Il me faut souvent en mélanger plusieurs pour trouver ma voie... Si je me cantonne à l'idée première, je piétine, j'ai l'impression de stagner... Mais c'est une méthode qui semble vraiment fonctionner, finalement...

De même, révéler la source du titre, c'est avouer que si le titre est chouette, je n'y suis pour rien... ;) mais j'ose croire que l'envers du texte ne nous le gâche pas forcément.
Image de profil de Mathieu "MatMan" Bastien
Mathieu "MatMan" Bastien
Je te rejoins sur le concept d'"idée première".

Je suis dans le même cas que toi, une idée arrive, elle me semble intéressante mais je piétine rapidement.
Alors souvent, je la laisse macérer dans un coin de ma tête et soit elle fusionne avec d'autres inspirations en chemin, soit elle finit dans les abîmes de l'oubli !

L'inspiration, c'est un patchwork comme tu dis !

Et connaître le secret du titre de ton texte ne gâche en rien son plaisir de lecture, sois rassurée ! ;)
0