Inscrivez-vous sur Scribay...

...et retrouvez une communauté soudée par l'amour de l'écriture, le partage et l’entraide entre auteurs.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de Vendarion d'Orépée

Romans écrits par des rôlistes, qu'en penser ?

par Vendarion d'Orépée  il y a 2 ans
Je me pose une question suite au commentaire de Stéphane Gallay à propos des romans "écrits par des rôlistes", il semble que certains experts (Pierre Pevel) sont capables de les reconnaître rien qu'en lisant "les descriptions kilométriques", j'avoue que je me pose des questions sur les romans écrits par des rôlistes, en particulier sur ceux qui se basent sur des aventures vécues autour d'une table.

Autrement dit, sur ceux que j'écris ;-) Mais je crois bien que je ne suis pas le seul...

Pour commencer, je dois dire que je reconnais très facilement la "patte" d'un rôliste dans un écrit de fiction, et c'est surtout grâce aux personnages. Le personnage principal n'est jamais "seul" il fait toujours partie d'un groupe, et tous les membres de ce groupe sont "hors du commun" et cette situation se retrouve dès les premiers chapitres. Comme si l'histoire était un "romancé" de ce qui a été joué sur table.

L'éxemple le plus évident est la saga "DragonLance" qui est intimement liée à l'univers "AD&D" du même nom. On y retrouve le groupe de héros à faire jouer dans la campagne. Bien d'autres séries de "romans AD&D" ont suivi, dans chacun d'eux le "rôle principal" est partagé entre les membres d'un groupe mais, contrairement aux "DragonLance", la qualité ne suit pas toujours... Il y a même des séries dont j'ai lu le premier bouquin et renoncé à feuilleter le deuxième, et pour que j'en arrive là, il faut vraiment que ce soit mauvais.

Autres exemples, la Saga BD de Wismerhill est elle aussi directement tirée d'une campagne de JdR, l'auteur a poussé le vice jusqu'à donner aux personnages la tête des joueurs... et quand un joueur change de personnage, son successeur apparaît presque immédiatement avec la même tête. Dans les chants de Loss, on sent également le "groupe d'aventuriers" centré autour de Jawaad, avec certains personnages dont les réactions/motivations sont très proches de ce qu'on peut trouver autour d'une table (je me livrerai peut-être à un décorticage en règle).

J'en viens au vif du sujet, à vous écrivains-rôlistes, quels sont vos trucs pour faire rentrer le lecteur dans votre univers sans le bombarder d'informations encyclopédiques ? quelles critiques adresseriez vous aux autres écrivains rôlistes ? et quelles questions vous posez vous ?
Image de profil de Pendrifter
Pendrifter
Très intéressant. =) Je n'ai jamais fait de JDR sur table, mais je suis assez familier de l'univers AD&D pour avoir lu plusieurs bouquins et m'être perdu sur des jeux tels que Baldur's Gate, Icewind Dale, Neverwinter Nights, etc..

Je pense qu'effectivement, ce qui revient le plus souvent, c'est cette notion de groupe. Contrairement à la Fantasy pure qui met bien souvent en scène un héros unique et très capable, les rôlistes et les auteurs de Dark Fantasy ont davantage tendance à jouer sur la multiplicité et la complémentarité des personnages principaux. J'ai vu que l'un d'entre vous parlait de "classes", et c'est aussi un autre détail plutôt équivoque : un groupe composé d'un guerrier, d'un mage et d'un voleur, c'est très parlant.

Je mentirais en disant que le bagage constitué au fil de mes pérégrinations dans ces jeux n'a pas pris une place prépondérante lorsque je me suis sérieusement mis à écrire. Toutefois, je couchais déjà pas mal de textes sur le papier avant cela. Mais je baignais davantage dans l'Horreur et la SF.

Ce que je peux dire en tout cas, c'est que d'emblée, j'ai eu conscience de la nécessité de sortir des sentiers battus et de ne pas retomber bêtement dans le "classique", à savoir toutes ces histoires de races (humains, elfes, nains, orques...), de panthéons, et patati et patata. Du coup, je me suis retrouvé à épurer beaucoup de choses et à mettre en scène un univers essentiellement humain, dans lequel j'ai ajouté quelques éléments que j'affectionnais particulièrement, à savoir une dimension lovecraftienne d'une part, steampunk de l'autre, afin de cultiver une certaine originalité et de me laisser quelques portes ouvertes pour la suite de la saga.

Maintenant, j'espère très sincèrement ne pas être aussi identifiable que ce que vous dites, parce que sinon, c'est que j'aurais échoué quelque part ! =)
Image de profil de dollza374
dollza374
je fais du rôle play sur internet depuis de nombreuses années suite à quoi mon envie d'écrire de "vraies" histoires c'est peu à peu cultivée. Je ne pense, cependant pas que ma "patte" rôliste soit si marquée que cela ( à moins que je ne sois trop dans mon monde pour le voir ? ). Lorsque j'écris, j'essaye de me dire que j'écris pour la personne avec qui je fais le rôle play ( en plus conséquent bien sur), je me demande aussi ce que la personne pourrait répondre et ainsi se construit mon histoire au fur et à mesure.
Image de profil de Témise
Témise
Coucou,

Je viens de tomber sur votre discussion qui me fait plutôt flipper en fait.

J'ai appris à développer mes textes en faisant des rpg sur internet. Et je pensais que la seule chose que j'en avais gardé était le fait d'écrire avec plusieurs narrateurs... Et je me rends compte que même si c'est parti de mon envie d'explorer certaines thématiques, des personnages pourraient bien sembler venir du monde des rpg... Bref, j'espère que quand j'aurai terminé mon premier jet certains d'entre vous viendront me lire, parce que j'aimerais vraiment avoir des commentaires sous cet angle particulier...
Image de profil de Julien Be
Julien Be
Préviens-moi lorsque tu seras prêt et j'irais le relire.
Image de profil de Témise
Témise
Merci beaucoup.
Image de profil de Lou Ainsel
Lou Ainsel
Je ne connaissais pas ces sagas. J'irais probablement jeter un oeil dessus à l'occasion. J'avoue que niveau "lecture de rôliste" je n'ai lu que les Naheulbeuk en BD et livres (et audio ? lol) ^^
Et les Reflets d'Acides (BD donc) même si leur écoute est toujours agréable aussi.

Enfin, je note vos retours. je me tâtais de retranscrire les aventures de notre équipage pirate de Metal Adventure. Je pense le faire sous forme de journal de bord du Capitaine (comme c'est mon personnage, c'est plus facile de retranscrire de son point de vue XD)

Faut que je travaille ça car bon... rien que notre première partie peut faire 2-3 chapitres oO
J'avoue qu'en un sens, comme on vient de finir une mini-campagne... faut que je me penche sur le sujet :D Merci pour vos conseils/remarques ci-dessous sur le sujet. Je vois les choses à éviter ainsi pour un tel projet ^^
Image de profil de Julien Be
Julien Be
Bonne chance à toi pour ce projet, Lou Ainsel ! N'hésite pas à me prévenir lorsque tu auras écrit les premiers chapitres. Je les relirai avec plaisir.
Image de profil de Julien Be
Julien Be
Le JdR est une activité de partage, la plupart du temps entre amis. Il y a donc un tas de codes, de contenus tacites et de repaires qu’il est difficile de retranscrire dans un texte.
Je rejoins Stéphane Gallay sur l’aspect synthétisation de l’aventure : 8h de JdR peuvent souvent se résumer en un chapitre de 5 pages. L’essentiel est de transformer une aventure en une histoire.
Image de profil de Vendarion d'Orépée
Vendarion d'Orépée
8h de JdR peuvent même se résumer sur un ticket de métro... en tout cas, je n'ai jamais eu besoin de plus avant de commencer la séance.
Pour la retranscrire ensuite par contre, il me faut bien plus que 5 pages.
Image de profil de Julien Be
Julien Be
Effectivement, "résumer" n'était pas bien choisi. "Relater" était plus approprié.
Image de profil de Stéphane Gallay
Stéphane Gallay
Pour moi, les quelques règles rapides sur le sujet c'est:

- "Show, don't tell": avoir un gros contexte fouillé, c'est bien, c'est important (tant qu'il tient debout), mais mieux vaut en montrer les effets plutôt qu'en raconter les causes. Si c'est bien fait, les causes apparaîtront en creux dans les effets.

- Se concentrer sur les personnages et ce qui leur arrive.

- Virer tout ce qui ne fait pas avancer l'intrigue ou évoluer les personnages.
Image de profil de Stéphane Gallay
Stéphane Gallay
C'est dommage que personne ne l'ait enregistrée, mais Pierre Pevel (Les Lames du Cardinal, Le Paris des Merveilles, Haut Royaume) et Stéphane Marsan avaient fait une conférence très intéressante sur ce sujet aux Chimériades de cette année.
Image de profil de Vendarion d'Orépée
Vendarion d'Orépée
dommage en effet... eux-même ne l'ont pas enregistré ? C'est pourtant courant.
Image de profil de Vendarion d'Orépée
Vendarion d'Orépée
Sinon, un compte rendu écrit de leurs conclusions serait déjà pas mal.
Image de profil de Stéphane Gallay
Stéphane Gallay
Fondamentalement, ça se résume à ce que j'ai écrit ci-dessus. ;)
Image de profil de Gobbolino
Gobbolino
Forcément, ça parle de romans et de JDR, je me ramène quand bien même je suis membre passive du groupe.

Moi aussi, les rôlistes/joueurs qui écrivent, j'ai tendance à les repérer assez vite. Pour continuer ta liste, je me repère à ça :

- Les personnages principaux. Un groupe hétéroclite aux facultés variées (et possiblement assez caricaturales, genre un voleur, un mage et un paladin) qui malgré leurs différents poursuivent un but commun... ça fait dresser l'oreille. SURTOUT quand tu peux identifier une classe par personnage (voir plus bas à clichés).
- la manière dont le monde fonctionne. Tout monde a des règles, mais c'est particulièrement vrai dans les romans inspirés de jdr. Ils sont pensés pour être "équilibrés" afin d'obtenir une situation problématique mais pas trop. Souvent, les héros naviguent dans un équilibre précaire, ou qui vient juste de se rompre. Voir par exemple le début des Lancedragons. Pour moi, ça donne au monde un goût "mathématique" qui se sent assez facilement (mais qui n'est pas forcément désagréable, hein). Pour renforcer l'exemple : je me souviens particulièrement du personnage de Raistlin/Raitslin/R.... LE P... DE MAGE QUI EST LA DU DEBUT, LE FRERE JUMEAU DU GUERRIER) (J'ai JAMAIS été capable de lire ou d'écrire son nom correctement, je suis désolée). il est mage. Plus précisément un mage "rouge", donc neutre, parce qu'il y a 3 ordres de mages très strictes, justement pour assurer cet équilibre, et c'est expliqué un peu comme ça "ah bah dans le monde, pour assurer l'équilibre, y'a 3 ordres, comme ça personne ne peut l'emporter sur personne, hihihi"). puis bon, 90% du temps les actions du groupent perturbent l'équilibre et après ils doivent soit se battre pour réparer leurs bêtises soient ils décident de s'engager pour changer les choses.
- Les clichés. On retrouve souvent des clichés en jdr. Voir Nahalbeuk qui en épingle joliment 2/3 (par exemple le passage sur les prophéties et le personnage de l'elfe). Dans le désordre : la taverne, le mystérieux employeur, la compagnie de mercenaire, ZE prétexte pour mettre ensemble des personnages qui n'ont rien à voir.
- les backgrounds de 5000 pieds de long, en effet. Je me souviens d'une scène dans Lancedragon (Je sais plus quel tome, je les ai lus, j'avais 11 ans), où le héros, Tanis, le demi elfe (il est roux en plus...), tombe sur une épée magique qui sonne pour prévenir du danger. Pas de bol, il la choppe à deux pas d'un dragon et il s'avère qu'on apprend plus tard c'est l'épée magique de blah blah blah, et bon.. C'est cool de le savoir mais ça n'a concrètement rien à voir avec l'histoire en cours et c'est un peu longuet à force. Même si de mémoire, lancedragon laisse quand même certains point dans l'ombre et c'est tant mieux (mais le nain meurt et ça c'est impardonnable).

Et donc toutes ces éléments mis bout à bout, s'ils sont TOUS là dans le roman... je trouve, alourdissent le propos.

Donc déjà, je dirais:
- Avoir un monde foisonnant c'est bien, mais le gaver dans la gorge du lecteur ne sert à rien. Il faudrait essayer de ne donner que ce qui est essentiel à l'histoire ("recentrer sur les personnage", j'ai trouvé cette réflexion très juste).
- NE PAS INSISTER SUR LE STATU QUO, qu'il soit politique, ou entre les différentes races. S'il doit être brisé, qu'on le brise, mais ne pas s'appesantir sur l'explication de tous les tenants et les aboutissants de chaque alliance. Prenons la bande annonce de la dernière extension de Wow. Elle ne présente pas les factions. Ni les ennemis. Tu comprends que c'est la guerre et que ça va être la merde en suivant l'action. On en déduit qu'avant ça devait aller, mais là ça part méchamment en sucette. Et ça suffit.
- Varier les personnages. Pitié. Qu'on ne se dise pas "Ah tiens, il y a des classes". Pour moi un personnage est un individu à part entière, alors quand j'ai l'impression qu'il n'est là que parce qu'il est paladin... ça me botte moyen.
- Je pense que les lecteurs ne sont pas idiots, donc pas besoin de les prendre par la main pour leur montrer chaque détail. Ils arriveront à faire le lien. (Après, je dis ça, je pousse le bouchon dans le sens inverse... la paille, la poutre....)

Voilà, j'espère que ça te donnera matière à réflexion et à contradictions :D.
Image de profil de Vendarion d'Orépée
Vendarion d'Orépée
Oups, j'ai du retard dans mes connexions.

Je note beaucoup de choses intéresantes, en particulier que tu ne sais pas non plus écrire Naheulbeuk. Mais c'est un nom compliqué alors c'est normal. Reislyne par contre c'est impardonnable.
Je retiens donc le principe du "groupe hétéroclite aux classes aisément identifiables", l'univers en équilibre sur le point de se rompre (j'avoue que, à part dans DragonLance, j'ai vu peu d'univers de roman dans cette situation... sauf peut-être le Seigneur des Anneaux).
L'épée tueuse de dragon qu'on trouve dans la caverne qui précède celle ou loge le dragons, c'est un peu pareil, ça n'arrive que dans DragonLance.
Image de profil de Gobbolino
Gobbolino
Je ne sais pas non plus écrire coriandre, mais ça a moins d'incidence sur ce que les gens pensent de mes capacités intellectuelles. ;)

Désolée, en me relisant, je me rend compte que je me suis laissée emporter... Bonjour le pavé bien indigeste (et après si longtemps j'ai du mal à me rappeler du propos initial. (Edit, j'ai relu, j'étais bien à côté de la plaque).

Je viens de me rappeler aussi un conseil de Boulet (je suppose que tu suis le blog?) sur les noms à coucher dehors et la description des animaux spécifiques à ton monde.
Quoi qu'il en soit je pense qu'il faut effectivement faire attention à faire primer l'histoire sur l'univers, et les personnages sur leurs fonctions.
Image de profil de Vendarion d'Orépée
Vendarion d'Orépée
C'est un gros morceau oui, mais pas indigeste, il y a toujours du bon à prendre. Pour l'ortho, je ne m'en fais pas plus que ça (sauf pour souligner l'anecdote ou le paradoxe). Je viens d'ailleurs de remarquer que j'écrivais "Aleister" dans un chapitre de la Dame Ecarlate et "Aleyster" au chapitre suivant, et c'est la moindre des nombreuses erreurs qui ont été relevées sur ce texte.

Après, j'ai renoncé à me casser la tête pour nommer les peuples de mon univers. Mes elfes s'appellent les elfes, mes gnomes s'appellent les gnomes et mes halfelins s'appellent les halfelin.
Et grâce à ça, ce n'est même pas la peine de se demander quelles sont les "professions" du héros et de ses associés pour savoir que mes récits proviennent d'un jeu de rôle.
0