Inscrivez-vous sur Scribay...

...et retrouvez une communauté soudée par l'amour de l'écriture, le partage et l’entraide entre auteurs.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de Laurent Datünder

Pourquoi écrire ? Comment écrire ?

par Laurent Datünder  il y a 2 mois

Bonjour à vous qui lisez cet énoncé :)

Je me suis demandé il y a peu pourquoi choisir d'écrire. Pour la plupart/certains d'entre nous, ce n'est pas un choix. C'est simplement une passion qui nous est "tombée dessus" et il s'agit plus d'un exutoire que d'autre chose.

Cependant, je m'adresse aussi et surtout aux personnes qui écrivent pour d'autres raisons (ce qui n'exclue pas le fait qu'il s'agisse d'une passion). Parmi les plus courantes se trouve la volonté d'exprimer, de faire ressentir des émotions. Mais pourquoi ne pas se pencher vers la musique ou la peinture, qui semblent plus accessibles à certains, plus justes, aussi ? On parle également de message à faire passer, mais comment le trouver, l'illustrer à travers une oeuvre entière ? Et pourquoi tenter de l'illustrer, justement, au lieu de l'écrire explicitement et puis basta ?

Ces deux premiers paragraphes sont assez brouillons, je vais donc résumer mon interrogation en quelques phrases : selon vous, quel est le pouvoir des mots ? Comment les rendre plus forts qu'ils ne le sont déjà ? Quels livres ont changé votre vie, votre perception du monde et des autres ?

Je remercie grandement la/les personne(s) qui auront la gentillesse de me répondre... Tous les points de vue, digressions, suppositions, questions et j'en passe sont les bienvenus (je le précise parce qu'il se peut que ce sujet soit tout bonnement incompréhensible, donc interprétez-le comme vous le sentez).

Image de profil de Grégory Polo
Grégory Polo
Salut Laurent,

Désolé d'avance pour le pavé... xD Je ne sais pas si quelqu'un se sentira assez aventureux pour tout lire !

Disons que l'écriture est accessible. Déjà, aucun matériel nécessaire à part des feuilles et un crayon, ou l'ordi de papa et maman. C'est comme ça que j'ai commencé, mais, à l'époque, sans vraiment comprendre pourquoi. J'avais essayé le dessin/la peinture, mais je trouvais pitoyable ce que je produisais. J'ai essayé la musique, également, mais mon sens du rythme étant ce qu'il est, j'ai vite abandonné. J'ai fortement lorgné vers le cinéma pour finir, mais je n'avais pas vraiment les moyens à l'époque pour faire quelque chose. C'est d'ailleurs rigolo de se dire qu'en étant ado/jeune adulte, si j'avais eu accès à des téléphones aussi perfectionnés que maintenant, j'aurais certainement pu apprendre par moi-même. Il n'est pas trop tard, tu me diras, mais je crois que l'écriture est ma voie (ma voix, aussi) artistique.

Alors, pourquoi écrire ? L'écriture à deux origines, chez moi : le harcèlement scolaire et Stephen King. Pas de lien entre les deux xD

Harcèlement : Quand j'étais petit, et même un peu plus grand (primaire/collège/lycée), les autres enfants n'étaient pas vraiment tendres avec moi. J'étais un enfant timide, extrêmement réservé, alors ils s'en donnaient à cœur-joie, car je n'avais vraiment aucune arme verbale ou intellectuelle pour me défendre (pourquoi ça ? C'est une autre histoire). Bref, j'étais souvent le punchingball attitré des classes. Alors, comme un enfant possédé, je gribouillais (dessins, phrases) des trucs à la maison pour exprimer ma colère et mon désespoir et je m'inventais des histoires de chevalier au grand cœur qui viendrait me sauver. Inutile de dire que ça n'est jamais vraiment arrivé. Enfin presque. Lors de ma deuxième année de seconde (Au lycée, mes notes ont véritablement sombré) un prof de français a changé ma vie, sans même s'en rendre compte. Lors d'un devoir de français, il a choisi comme thème : expression libre sur le système scolaire. Il fallait donc s'exprimer sur ce que l'on pensait de l'école, avec arguments et un plan bien construit pour décrire notre pensée. J'ai accouché d'un texte qui s'appelait "la boucherie" ou "l'école est une boucherie" - je ne suis plus certain du titre - où j'ai régurgité mes années de douleurs. Ce jour-là, j'ai eu la meilleure note de la classe - une classe de cancres, mais ça restait un évènement rare, pour moi, une bonne note. Le prof a imprimé mon texte pour que tout le monde le lise. J'étais fier et terrorisé tout à la fois. Je n'ai pas forcément eu de déclic conscient à ce moment-là, mais après ça, mes gribouillages à la maison étaient principalement des mots.

Stephen King : En marge de tout ça, j'ai toujours été attiré par les histoires, par l'imaginaire. Depuis que je suis gamin, l'idée que l'on puisse créer des choses, juste par la puissance de son imagination, m'a toujours fasciné. Alors, après les années de harcèlement, quand je suis arrivé à la fac, c'est ce que je voulais faire. Raconter des histoires d'amour, des histoires qui font peur, des mondes impossibles, des douleurs impensables. Mais je manquais de carburant. Un jour, j'ai lu un bouquin de Stephen King. J'étais en vacances, avec ma copine de l'époque. Je lisais "Cujo" avant de m'endormir. Et puis est arrivée la scène finale, les dernières pages. Une scène assez atroce, pleine d'émotions

ATTENTION SPOILER

La maman que l'on suit depuis le début du bouquin - et qui s'est retrouvée bloquée avec son gosse de cinq ans dans une voiture (sans les clés), en plein soleil, par 40°C avec un chien énorme qui veut les bouffer - comprend qu'en fait son gamin est décédé sur la banquette arrière. S'ensuit une narration exceptionnelle de King sur la détresse de cette maman, la douleur de la perte de son enfant après le traumatisme de son expérience.

FIN DE SPOILER

J'ai pleuré, tout simplement. Et j'ai été subjugué par mes larmes, par cette tristesse que j'ai ressentie et c'est là, véritablement, que j'ai compris le pouvoir des mots. Alors, je me suis mis à essayer de raconter mes propres histoires avec cette ambition. Inutile de dire que, comme tout le monde, au début, j'étais très loin du compte. Depuis, j'y suis parfois arrivé, j'ai souvent échoué, également, mais mon envie d'écrire, de raconter, de faire vibrer, bien qu'elle ait fluctué au fil des années, est aujourd'hui à son sommet. Alors oui, l'écriture est une passion et oui, c'est un peu cliché de vouloir émouvoir les autres, mais c'est un cliché qui me tient particulièrement à cœur. J'ajouterai tout de même, pour finir, que cette envie de toucher les gens (émotionnellement, hein !) est aujourd'hui accompagnée d'une envie forte de construire des histoires. L'émotion n'est plus le seul vecteur. J'aime bâtir des univers, des personnages, des tragédies et les voir prendre forme pour ensuite retourner ça contre le lecteur et lui tirer des sourires ou des regards tristes.

Bon, désolé pour ce long blabla :) Si tu as lu jusque-là, bravo xD
Image de profil de Laurent Datünder
Laurent Datünder
Moi qui adore les pavés, je suis servi ! XD

Un grand merci pour ton témoignage (et le temps que tu as sans doute passé à rédiger ta réponse). Je me retrouve vraiment dans tout ce que tu as dit (à part Stephen King parce que j'ai lu un seul bouquin de lui il y a looongtemps). Je me suis d'ailleurs fait la réflexion en te lisant que les mauvaises expériences étaient les déclencheurs qui avaient poussé un certain nombre de personnes vers l'écriture... (Remarque, faut pas être un génie pour déduire ceci xD) Enfin bref, merci encore x)
Image de profil de Nanie Nanie
Nanie Nanie
Oh quelle belle idée, savoir ce qui se trame derrière des écrivains…

De mon côté, je révèlerais que l'écriture et moi, ce n'est pas vraiment une évidence. Effectivement, traumatisme des dictées à l'école, une orthographe déplorable. Cependant, par mon métier (partout pareil) je suis amené à écrire de plus en plus, mail …

Prise de peur à la moindre faute, j'essaye de me corriger. Puis, pour occuper mes petites soirées et passer le temps, je me suis retrouvée à lire des histoires à choix. Certaines histoires étaient traduites... Et, j'ai réussi à déceler quelques fautes. Mais, surtout, malgré les histoires, je trouvais que nous étions tombés dans le cliché très classique d'une héroïne ou d'un héros… Sans vraiment de caractère. Puis toujours sur cette même application, j'ai découvert un onglet où les gens écrivaient leurs propres histoires. Autant vous assurer qu'il y a de tout. Écriture SMS, etc. je me suis mis à écrire la mienne une réadaptation, d'une histoire. Disposant d'un imaginaire, la limitation des caractères me frustrait.

Alors, je me suis dit pourquoi pas l'écrire vraiment, mais vraiment comme ça je vais pouvoir essayer d'améliorer mon orthographe déplorable et essayez de me faire rêver un peu plus, si je peux en faire profiter d'autre pourquoi pas.

Depuis j'aime me perdre à écrire des romances, à vouloir m'améliorer, et surtout progresser. Donc oui, j'aurais pu prendre une autre passion (que j'ai déjà) mais soigner le mal par le mal, ne pas se laisser abattre, et devenir une meilleure partie de moi-même...
Image de profil de Millie M.
Millie M.
Écrire parce que c'est un moyen simple (au sens facile d'accès) de s'exprimer. La dimension secrète me plaît aussi. Écrire parce que ça permet d'explorer des concepts, des idées, des ambiances. De mieux se comprendre.

Pour répondre un peu plus en détails à tes questions...

Je ne crois pas que les mots ont un pouvoir (j'entends dans le domaine artistique, en terme de politique c'est autre chose...), du moins pas un pouvoir plus grand ou radicalement différent de tous les autres moyens d'expression. Je ne l'ai jamais ressenti comme ça. Si j'écris c'est simplement car je n'ai aucun autre moyen de créer (ou plutôt, aucun autre moyen qui soit si peu cher et si pratique).

Pour le message à faire passer, je dirais que c'est vraiment propre à chacun (ça t'avance beaucoup, comme réponse ? :DD). Tu demandes comment le trouver : qu'est-ce qui te préoccupe ? qu'est-ce que tu voudrais dire au monde, si tu en avais les moyens ? qu'est-ce que tu aimerais qu'on te dise ? Et sur comment l'illustrer : libre à toi. En mettant en scène des personnages, je dirais. En leur faisant vivre des situations qui illustrent différents aspects du thème de ton récit. À ce sujet, superbe discussion sur le thème d'un récit, que je te link juste ici : https://www.scribay.com/talks/19533/la-place-du-theme-dans-une-histoire

Pourquoi vouloir l'illustrer au lieu de l'écrire explicitement ? Parce que c'est le propre de la littérature, je dirais. :) Si tu ne veux pas t'encombrer de personnages, de trop de style, de mises en scène etc, je te conseille de te tourner vers les essais, la philosophie.
De mon côté, si j'illustre, c'est parce que je n'ai pas de morale explicite à faire passer. Je montre des choses, j'essaie de faire ressentir des choses... Ensuite c'est au lecteur de décider ce qu'il en retire.

Un livre qui fut un véritable coup de massue sur ma petite tête creuse : The Doors of Perception de Aldous Huxley. Je te laisse regarder un résumé si ça t'intéresse.

Pour conclure, si tu te sens un peu perdu, pas de panique. :)
C'est bien de réfléchir, mais suis aussi tes envies, quitte à ce que tu griffonnes par-ci par-là n'aboutisse à rien ! Teste des choses, amuse-toi, tu trouveras des projets dans lesquels t'épanouir.
Image de profil de Laurent Datünder
Laurent Datünder
Merci beaucoup de ta réponse X) Je ne crois pas avoir grand-chose d'intelligent à rajouter, mais je suis d'accord avec ton message (et j'essaie désespérément d'appliquer les conseils que tu as cités).

" Si tu ne veux pas t'encombrer de personnages, de trop de style, de mises en scène etc, je te conseille de te tourner vers les essais, la philosophie." => Si je me mets un jour à rédiger sérieusement des essais et de la philosophie, c'est que mon jumeau maléfique a pris ma place XD Je suis un peu pareil que toi sur ce point. Enfin, j'aimerais faire passer les messages qui me tiennent à cœur, mais je ne me sens pas assez légitime, ni prêt à les formuler pour le faire actuellement...

Quant à la discussion sur la place du Thème dans l'histoire, je suis tombé dessus il y a peu et je l'ai effectivement trouvée intéressante ! Je pense que j'y reviendrai pour lire les messages que j'avais zappés x)

"The Doors of Perception de Aldous Huxley" => Celui-là, j'en avais entendu parler à une époque mais je ne l'ai jamais lu... Je vais me pencher sur le résumé :3

Merci encore pour ton temps !
Image de profil de Millie M.
Millie M.
"Enfin, j'aimerais faire passer les messages qui me tiennent à cœur, mais je ne me sens pas assez légitime, ni prêt à les formuler pour le faire actuellement..." Tout le monde est légitime de partager ses idées. :) Tant que tu ne les impose pas aux autres comme unique vérité, tout va bien !

The Doors of Perception est absolument passionnant. Je n'ai pas encore terminé mais en gros, ça traite de la perception du monde via nos yeux (et nos esprits, surtout) d'humains et de ses limites.

Et pas de soucis, c'est toujours un plaisir si je peux aider ! :)
Image de profil de Vis9vies
Vis9vies
Ce n'est pas moi qui ai choisi, c'est l'écriture qui m'a mis la main dessus ^^

J'ai horreur d'écrire. Ça me barbe rien que d'y penser. Dès que je me dis "il faut que..." finir l'histoire, en commencer une, répondre à un défi, m'y remettre, il y a un truc bizarre qui se passe devant l'ordi : le fauteuil se met à fuir sur 3 roulettes, ou fait des gambades sous la table avec les moutons oubliés. Ça, c'est mon premier problème.
Le second est que j'écris beaucoup dans ma tête quand mes pieds m'emportent dans la campagne... et que mon cerveau oxygéné ne garde pas grand-chose des mots qui l'ont distrait durant le voyage. Quand je reviens devant le fauteuil qui s'est calmé, je ne tiens plus qu'un beau ballon rouge dégonflé ^^

Pour écrire, faut pas que j'y pense. Que je laisse l'entité écriture m'habiter et se défouler. Comme un gosse à qui on ouvre les portes-fenêtres sur une terrasse qui donne sur... qui va quelque part, qui ouvre sur des univers de gosse, pleins de bruits et de fureurs. Je mets un pied sur le premier mot, et les pas s'enchaînent sans que j'y prenne garde. Droit vers la mare ou l'autoroute, ou bien sous un buisson, à la rencontre de bêtes étranges. J'oublie que quelqu'un quelque part m'attend, que l'heure du dîner est largement dépassée. Je me réveille en n'ayant pas dormi.
Ça ne me fait jamais ça quand je dessine ^^

Et puis, quand j'écris, je ne pense pas. Ça me repose ^^

Et pour les messages à faire passer ?
De temps en temps, j'en colle un entre deux explorations. C'est pour me faire croire que dans ce qui a été écrit, j'y ai mis quelque chose de moi. Une caresse à mon ego. Mais je vois bien en relisant que "ma partie" est creuse. Faudrait que je laisse toute la part au diable... ^^
Image de profil de Tocca
Tocca
Allez, je réponds avec quelques idées en vrac moi aussi.

J'écris beaucoup pour comprendre et me comprendre. J'utilise la fiction pour faire vivre à des personnages des situations que je veux analyser autrement, avec un regard extérieur. Ca peut être des troubles vécus dans ma jeunesse (que j'exprime inconsciemment mais qui ressortent d'eux-mêmes), des choix de vie dont je ne suis pas sûr, des convictions que je cherche à bousculer, affermir, questionner, des traits de caractère que je cherche à mieux comprendre... Pour moi, l'histoire vient après, elle n'est qu'un moyen d'explorer ces questions-là. Mais mon but premier est cette exploration psychologique/philosophique. Et il se trouve qu'écrire, par rapport à d'autres formes d'art, c'est ce qui me paraît le plus proche du langage qu'on utilise pour expliquer et raisonner, puisque ça reprend les mots de nos pensées. Ca me semble donc plus naturel comme moyen d'expression (pour ce que je cherche à y exprimer) que la photo, la musique ou le dessin (que je pratique aussi, mais qui "n'expriment" pas les mêmes choses : ils relèvent d'un autre langage)
Quant au comment, je pense qu'il y a une forte part d'ego qui s'y révèle (inconsciemment). Dans les textes que je partage, il y a, forcément, un désir de plaire (sinon pourquoi partager ?), de voir ma production appréciée (comme un reflet de ce que je suis) pour en tirer une certaine fierté. C'est ce qui pousse au travail, à la réécriture, à la volonté de constamment progresser et affirmer un style qui me soit propre : cette forme d'ego est comme une drogue, elle pousse à augmenter les doses : quand je reçois un compliment, je m'en réjouis, mais j'en veux ensuite un plus fort, alors je me donne les moyens de l'obtenir).
Au-delà de la recherche psycho/philo que j'effectue dans le fond des textes, il y a aussi une recherche de mon "identité" dans ma manière d'écrire et dans la forme de mes créations, que j'interprète comme une manière de vraiment prendre pour moi (et ma personne) les compliments reçus sur mes textes.
Bref, au bout du compte, j'écris pour me chercher et me trouver, et pour me faire plaisir (dans l'acte d'écrire, comme un jeu, et dans l'obtention de retours qui me flattent l'ego)
Image de profil de icila
icila
Bonjour Laurent :)

Effectivement c'est un sacré bazard tes questions ! (Ce disant, j'ai ni le mot ni le sourire moqueurs).

Comme tu laisses entendre qu'on est bienvenus à répondre en bazard aussi, tu me décomplexes et je me lance :

je suis presque sûr de lire depuis peu. En revanche pour ce qui est d'écrire (en dehors des mails au boulot, des listes de courses et tous ces trucs…) je suis pas sûr du tout du tout, j'arrive pas à saisir la finalité. N'empêche que, dans ce qui va suivre, je crois qu'il y a un quelque part où se retrouvent les deux.

Un moment m'était venu la lubie de savoir comment étaient faits les sites et toutes ces pages sur Internet qu'on consulte à tours de doigts et avec désinvolture. Du coup j'avais lus pas mal de tutos sur les langages HTML et CSS, et puis je m'amusais à afficher les codes sources. J'avais trouvé fou comme ces pages que je consultais tous les jours en toute simplicité étaient en fait d'une complexité que je n'aurais jamais imaginé, comme il m'était si difficilement concevable, en tant que néophyte et même après, m'étant un peu accoutumé et repéré dans ce drôle de monde, que soient mêmes cette page là si complexe et inaccessible et cette page là si simplette et banale.

Voilà. Comme je sais pas vraiment où je veux en venir je suis pas sûr que nous soyons arrivés… je sais pas en dire plus pour l'instant... Mais !
Image de profil de Vis9vies
Vis9vies
Mine de rien, je trouve que tu as bien résumé.
Image de profil de Lyanna Stark
Lyanna Stark
En fait je pense que j'écris simplement parce que c'est le moyen le plus simple pour moi de m'exprimer. J'aurais pu créer des films à la place, mais je ne suis pas réalisatrice, et si j'arrive à percer dans ce monde là, je n'aurais pas tous les pouvoirs. J'ai choisi l'écriture parce qu'à l'époque, je n'avais que des papiers et un crayon, donc c'était une évidence. Je rejoins donc l'avis de Luna, l'écriture, c'est ce qui coûte le moins cher X)
Après j'aime aussi les mots, les descriptions, les phrases poétiques etc, mais tout ça, j'ai appris à l'aimer en choisissant l'écriture, pas parce que de base j'étais passionnée par ça (je sais pas si je me fais comprendre X)). L'écriture est devenu une escapatoire pour moi, mais avant il a fallu la maîtriser, apprendre à la connaître, et c'est durant cette période là que je suis tombée amoureuse des mots.

Bref, je dirais que j'écris parce que c'est le moyen le plus facile de retranscrire les millions d'idées que j'ai dans la tête :)
Image de profil de Symph'
Symph'
J'écris pour ne pas oublier les histoires que je créer. Ainsi, je fais de la place dans mon esprit pour en imaginer de nouvelles ! :-)
Image de profil de Opale Encaust
Opale Encaust
Il y a beaucoup de réponses possibles à ta question. Tout dépend des pratiques. Je me limiterai donc à une réponse simple et (relativement) logique.
J'aime inventer des histoires.
J'aime donner corps à ces histoires.
J'aime que d'autres puissent les lire. Peut-être.
L'écriture est le moyen que j'ai privilégié.
Pourquoi ? Parce que j'aime les mots. Pourquoi ? Aucune idée. Les goûts et les couleurs. J'aime aussi le chocolat noir et le bleu turquoise. On me demande pas pourquoi.
L'écriture me paraît (très personnellement) plus à même de mettre en forme une histoire que le dessin, la musique, la photo. Raison pour laquelle j'ai jamais persisté dans ces autres arts.
Ce qui me connaissent savent que j'aime le cinéma. Mais je ne le pratique pas. Les images me fascinent. Mais j'aime mieux les écrire que les mettre en forme. J'aime l'aspect non-figé de l'écriture. L'idée que chacun créera son image mentale, que la mienne n'est pas nécessairement celle d'un autre.
Image de profil de Laurent Datünder
Laurent Datünder
"Mais j'aime mieux les écrire que les mettre en forme. J'aime l'aspect non-figé de l'écriture. L'idée que chacun créera son image mentale, que la mienne n'est pas nécessairement celle d'un autre." => Je crois que ce point résume aussi ma façon de concevoir l'écriture. Merci beaucoup d'avoir répondu !!
Image de profil de Louise 17
Louise 17
Tu ne parles pas de la photo, accessible à tout le monde. On peut tellement écrire à partir d'une image. C'est magique.
Image de profil de Laurent Datünder
Laurent Datünder
Je n'y avais même pas pensé... -_- Mais je suis tout à fait d'accord avec toi.
Image de profil de  Luna
Luna
<< Mais pourquoi ne pas se pencher vers la musique ou la peinture, qui semblent plus accessibles à certains, plus justes, aussi ? >>
Ça fait un peu bizzare de parler d'argent dans de l'art, mais un instrument, de la peinture de plus ou moins bonne qualité ou des tissus où l'on peut travailler proprement ne coûte malheureusement pas qu'un euro... ^^' Alors que pour écrire, j'ai juste besoin d'un stylo et d'un support... Selon mon point de vue l' écriture est peut être plus accessible au niveau des dépenses (matérielles)...
Image de profil de Laurent Datünder
Laurent Datünder
Je n'avais pas du tout pensé à cet argument, mais il est effectivement valable... X) Merci d'avoir pris le temps d'intervenir !
Image de profil de Knoevenagel
Knoevenagel
Quel est le pouvoir des mots? Je me rappelle d'une interview d'Amélie Nothomb dans laquelle elle disait que certains mots pouvaient vous tuer quand d'autres pouvaient vous sauver. Elle même avait été assassinée par les mots. C'est une des raisons qui l'a poussée à écrire.

De la même façon, je veux apprendre les mots. Car dans notre monde, ceux qui les maitrisent sont forts, et ceux à qui ils échappent sont faibles. Une phrase assassine peut mettre à genoux les plus récalcitrants, avant même de devoir porter des coups. Comme tout le monde, je veux être fort, sans être une brute.

Il suffit de regarder l'histoire, lorsqu'un fou maitrise les mots, il génocide. Lorsqu'un bon prononce les bons, il libère les esclaves.
Alors, si les mots font tant de mal, ou tant de bien, si je les dompte, et que j'en fais de jolies histoires, alors je touche le cœur des gens et c'est merveilleux.
Image de profil de Alsensei
Alsensei
Salut.
Je commencerais déjà par le fait que tu peux aussi faire passer un message par la musique et la peinture. Ensuite pour l'écriture...
Moi je te partage mon cas, j'ai fait de la musique, du dessin, de l'écriture pas pour faire passer des messages seulement ou m'exprimer, je voulais aussi faire plaisir, une bonne musique ou une bonne histoire ça permet aux gens de s'évader de leurs problèmes un instant, et le fait de faire plaisir me fait plaisir si tu vois ce que je veux dire, si tu as lu mon histoire et que t'as sourit, rigolé, pleuré, que tu t'es énervé ou autres ça veut dire que je peux être content de ce que j'ai accomplis. Ecrire quelque chose qui procure de l'émotion quelconque ça me fait du bien aussi. Peut-être que je ne saurais t'expliqué cela précisément et c'est pour cela que j'écrit justement.
Image de profil de Magie Noire
Magie Noire
Certaines personnes veulent s'exprimer, créer des choses mais ne sachant pas dessiner ou peindre, ils s'orientent vers l'écriture. D'autre préfèrent l'écriture comme une meilleure façon de raconter des histoires.
Chacun son histoire.
Image de profil de Ténèbres Lumineuses
Ténèbres Lumineuses
Ta réponse m'intrigue... Pourquoi cet aspect réducteur de l'écriture qui s'apparente à un second choix ? Et pourquoi dire "chacun son histoire" pour au final ne pas raconter la sienne ?
Image de profil de Magie Noire
Magie Noire
Ma liste est pas exaustive. Je dis simplement que pour certaines personnes, c'est ça.
Et c'est en partie ça pour moi.
Je ne sais pas dessiner, donc pour moi l'écriture c'est un autre moyen de raconter des choses. C'est pas un second choix, c'est un moyen différent avec ses avantages et ses inconvénients.
Image de profil de TeddieSage
TeddieSage
À te lire, c'est à croire que tout t'écœure.
Image de profil de Ténèbres Lumineuses
Ténèbres Lumineuses
En partie seulement ? Quelle est donc l'autre raison dans ce cas-là ?
Image de profil de Ténèbres Lumineuses
Ténèbres Lumineuses
Certains mots en cachent d'autres TeddieSage.
Image de profil de Magie Noire
Magie Noire
Parce que je viens de le dire: l'écriture pour moi est pas un lot de consolation. J'ai découvert l'écriture avant de me mettre véritablement au dessin, mais les choses ont évoluées: maintenant, maintenant, je pratique les deux pour raconter et exprimer des choses de deux manières différentes.
Image de profil de Ténèbres Lumineuses
Ténèbres Lumineuses
Ta réponse à la question de Laurent se "limite" donc à écrire pour exprimer des choses d'une manière différente que le dessin par exemple ?
Image de profil de TeddieSage
TeddieSage
Bof, tu sais quoi ? Peut-être qu'on cherche trop à le comprendre alors qu'il est plus direct qu'on ne le pense.
Image de profil de Ténèbres Lumineuses
Ténèbres Lumineuses
Je rectifie ton commentaire : JE cherche à comprendre sa réaction et j'ai plutôt du mal à vrai dire.
Image de profil de Magie Noire
Magie Noire
Je pense que c'est le cas, oui. Mais ça ne veut pas dire que je ne considère l'écriture comme superflue.
Image de profil de Ténèbres Lumineuses
Ténèbres Lumineuses
Je pense que de toute manière, on ne peut pas vraiment considérer une forme d'art comme "superflue". Je veux dire par là que les mots ont un poids dont on ne mesure que rarement la réelle étendue. Même un loisir banal peut changer beaucoup de choses.
Image de profil de Magie Noire
Magie Noire
J'en suis conscient.
Image de profil de Ténèbres Lumineuses
Ténèbres Lumineuses
Hey Laurent ! (je crois qu'on aime tous les deux le "hey", ça fait... classe xD Bref, cette parenthèse est totalement inutile).
Tu n'es pas sans savoir que l'écriture a longtemps été pour moi un calvaire. Bon sang, ce que j'ai pu passé des heures devant ce petit cahier noir, puis devant cette page blanche d'ordinateur. Mais pourquoi je me suis infligée ça ? Bonne question. J'adorais lire (je le mets au passé mais c'est toujours le cas, surtout les romans d'une certaine personne ;p) et je ne me sentais jamais plus vivante que lorsque j'imaginais mes univers. Je crois que je peux aussi dire que je n'ai pas été réceptive aux autres formes d'art, la peinture/dessin étant exclus à cause de mes problèmes de vue lorsque j'étais jeune et la musique... un petit fiasco ? xD Et même si je détestais écrire, je nourrissais l'espoir de devenir écrivaine plus tard alors... voilà ?

Maintenant, je sais que je veux m'exprimer et faire passer des choses aux lecteurs. Même si j'ai un parcours assez étrange, je ne crois pas en éprouver de honte. Malgré le fait que j'ai longtemps détesté l'écriture, ça reste sûrement ma plus belle découverte.
Néanmoins, je ne sais pas si on peut vraiment manipuler ce "pouvoir des mots". Ce que je veux dire, c'est qu'étant tous des humains différents, certains mots feront bien plus dégâts chez certains. Existe-il vraiment des mots qui nous feront tous vibrer ? Et dans ce cas-là, faudrait-il vraiment les employer ? Faire trembler la Terre entière est un idéal qui me paraît inaccessible...

Parfois, j'ai l'impression qu'en s'immergeant entièrement dans la musique, certaines phrases sonnent justes. Ce sont ces tournures-là qui semblent si importantes et que j'aimerais tant pouvoir réécrire. Mais est-ce vraiment possible de terminer un roman entier qui sonne juste, qui paraît être plus qu'une idée originale avec des personnages attachants ? Peut-être faudrait-il revoir entièrement notre vision du monde pour réussir à écrire un tel roman...

Pour finir ce long commentaire sans queue ni tête, je dirais que beaucoup de livres m'ont touchée. Mais un qui a changé ma perception du monde et ma perception des autres ? Les miens d'une certaine façon... Sinon... "Aristote et Dante" m'a vraiment bouleversée, ça a comme créé une explosion dans ma poitrine. Je crois que j'ai découvert ma propre définition du mot beauté avec "Le Flambeau des silences". Pour finir, l'un des livres qui m'a sûrement le plus brisé le cœur pour mieux le reconstruire est "Écris-moi dans ton cœur" ;)

Voilà ! Je ne sais pas si ça a répondu à tes questions. Si oui, tant mieux, dans le cas contraire, pardon :'(
Image de profil de Laurent Datünder
Laurent Datünder
Hello !

Je crois que je n'ai rien d'intéressant à rajouter pour le moment (oui, je sais, tu t'attendais peut-être à un pavé, je suis désolé :"(), mais tout ce que tu as dit est vraiment intéressant et, oui, cela répond à ma question !
Excellents choix de livres 0:) #narcissisme
Je relirai ta réponse la semaine prochaine (parce qu'actuellement je suis un peu fatigué x) et réfléchirai à des possibles remarques supplémentaires. Merci d'avoir répondu !!
Image de profil de Ténèbres Lumineuses
Ténèbres Lumineuses
Non... Sérieusement ??? Dire que j'ai fait un loooong pavé et que tu me réponds avec 6 pauvres lignes ? :'(
Bien sûr que mes choix de livres sont excellents ;p
En tout cas, contente d'avoir répondu à tes questions et j'espère que tu reviendras me faire une réponse un peu plus développée ! ;p
Image de profil de Laurent Datünder
Laurent Datünder
Je préfère répondre quelque chose de concis et de pensé que de pondre un pavé irréfléchi, stupide et banal ! Mais je l'espère aussi.
Image de profil de HELYES_writer
HELYES_writer
Je me suis mise à écrire parce que j'aimais l'idée de créer des personnages et leur faire vivre des choses. Mais ça me permettait surtout de m'évader, de rêver et d'occuper mon esprit avec quelque chose de plaisant. Aujourd'hui, je dirais que j'écris beaucoup plus avec mes émotions et que mon envie d'écrire a augmenté avec les années. Même si, parfois, j'ai le syndrome de la page blanche ou le manque d'inspiration, mais j'ai remarqué que ça redémarre assez vite (chez moi, bien sûr).
Image de profil de Larousse
Larousse
La première fois que je me suis mise à écrire, c'était un peu un hasard. Ça faisait des mois que j'avais 5 persos et une ébauche d'intrigue dans la tête. Ça me travaillait, je m'inventais l'histoire dans ma tête, je faisais me des dizaines de fois les mêmes scènes, mais en changeant un petit truc par ci par là. Mais j'avais pas mis le mot roman ou nouvelle dessus. Ni même le mot écriture. Et un jour je me suis qu'au lieu de me raconter l'histoire dans ma tête, je pouvais l'écrire pour la concrétiser et la fixer un peu mieux. Et voilà comment j'ai commencé. C'était un peu nul et très cul cul, n'empêche que j'ai jamais retrouvé l'inspiration et la productivité que j'avais "à l'époque". Chaque fois que j'avais du temps et l'ordi de libre, je savais quoi écrire, et j'enchainais entre 1 et 2 pages word par séance. En gros, ça me faisait environ 6 pages par semaine. Et ça a duré plusieurs mois comme ça.
Et franchement, bah ça me manque de pas être foutue d'écrire aussi facilement maintenant. Je veux retourner à cette périoooodeuuuh !
Hum bref et toi, des petites anecdotes ?
Image de profil de Laurent Datünder
Laurent Datünder
Déjà, merci beaucoup d'avoir répondu :D
Ensuite, ton intervention est intéressante, c'est "tout bête" mais primordial, de se dire que l'écriture permet d'ancrer sur le papier des histoires qui pourraient vivre dans notre esprit, mais qui seraient alors destinées à s'évanouir, se déformer, mourir avec nous.
6 pages par semaine, eh bah ! :o Est-ce que tu sais ce qui t'a permis d'être aussi productive à l'époque, et qui a changé aujourd'hui pour t'empêcher de l'être ? Peut-être l'innocence, dans le sens où tu n'avais pas forcément l'intention d'être lue, juste celle d'écrire pour te faire plaisir à toi ? Ou alors tu avais plus de temps à l'époque ?

Enfin, les anecdotes... Alors... Tout petit j'écrivais des poèmes et des histoires illisibles et abominables qui ont donné l'idée à ma mère de m'inscrire à un atelier d'écriture lorsque j'ai eu neuf ans. Dix séances pour écrire un roman. J'ai donc écrit mon premier roman à neuf ans (bonjour la catastrophe), et je n'ai jamais arrêté depuis... Je ne vais pas étaler toutes les raisons qui font pourquoi j'ai continué (en-dehors du fait que je suis un dessinateur et un musicien médiocre XD), mais parmi elles se trouve la volonté de vivre les vies, rencontrer les personnes que je ne connaîtrai jamais. Et c'est, me semble-t-il, la plus importante. Parce que, si j'arrive à faire voyager d'autres personnes, c'est avant tout moi qui vis et apprécie ces aventures :D
Image de profil de TeddieSage
TeddieSage
J'écris normalement parce que c'est pour me défouler et pour un besoin thérapeutique. Étant une personne invalide à la société et souffrant de dépression et anxiété chronique, l'écriture m'a permis de soigner plusieurs de mes traumatismes au fil des dernières années. Pour moi, c'est devenu comme un besoin essentiel autant qu'est de dormir, manger, respirer et boire. C'est une façon de laisser ma trace sur le net, parce que je me vois mal participer aux salons du livre, me faire éditer ou en faire une carrière. Étant donné que mon anxiété me cause beaucoup de problèmes, je préfère la discrétion. Je n'arrive pas à imaginer ma vie autrement, en ce moment. C'est le cas de le dire : la lecture et l'écriture sont deux excellentes escapades loin de la réalité... et c'est aussi le cas pour les gens qui souffrent d'aphantasie - soit une très mauvaise ou inexistante image mentale.
Image de profil de Yuki3027
Yuki3027
Salut Laurent
J'écris parce que j'ai beaucoup d'imagination mais aussi j'aime bien car ça défoule mon esprit encombré par moment et aussi si un éditeur voit mes textes (un vrai, comme Rageot) me faire éditer si cela arrive mais bon j'ai peu de chance que cela m'arrive.
Image de profil de Grégory Polo
Grégory Polo
Ne jamais se décourager :) souvent, avec du travail et de la passion, on finit toujours par s'en sortir et si ça te défoule d'écrire, si ça soulage ton imagination débordante, c'est déjà un grand pas.
Image de profil de Nicodico
Nicodico
Salut Laurent :)
J’ecris simplement pour mettre mes émotions négatives ( comme tu as pu le voir ;) sur papier ( ou écran )
Sinon comme livre je ne saurais que conseiller Time Riders, c’est pour adolescents/adultes, et c’est génial… Ça a changé ma perception de notre monde et du futur
Image de profil de Laurent Datünder
Laurent Datünder
Hello !
Oui, je l'avais remarqué... Merci de ta réponse ! Même si je lis peu voire pas de littérature young adulte, je me pencherai sur le livre que tu viens de conseiller ;)
Image de profil de Nicodico
Nicodico
Ah ah je ne vais pas te forcer... Lis au moins le résumé pour voir :)
0