Inscrivez-vous sur Scribay...

...et retrouvez une communauté soudée par l'amour de l'écriture, le partage et l’entraide entre auteurs.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de Ayshah Hassan

L'utilisation du " je" dans un récit fantastique, pouvoirs originaux

par Ayshah Hassan  il y a 10 mois

Comme c'est mon premier sujet de discussion, j'a beaucoup réfléchi à ce que je pourrais proposer, alors me voici. J'ai à quelques reprises mentionné que j'avais crée il y a peu de temps un univers vaste et complexe mais j'ai très peu exprimé le fait que j'utilise à présent la première personne. Je ne le ferais dans les tomes consacrés au personnage masculin mais je l'ai utilisé pour un autre tome qui est cette fois-ci un personnage féminin. Etant une fille, il est simple de me projeter en tant que personnage vu que la narration change. Ce qui me propose éventuellemnt problème est évidemment l'utilisation de la première personne. Lorsque j'ai commencé à écrire, je voyais plus cela comme un journal où je décrivais ce que je faisais et mes émotions qu'une véritable histoire écrite à la première personne. Je voudrais donc savoir quel est le moyen d'utiliser ce genre littéraire de manière plus " littéraire" et par conséquent de me détacher d'une personnage principale. Je souhaiterais également avoir des conseils à propos de la fluidité des combats en ayant la vision que d'un personnage. Sans vous mentir, j'ai l'habitude d'avoir un regard omniscient et il est plus facile pour moi de me projeter. Seulement, je manie plusieurs personnages dans une même scène et n'ayant que la vision d'un seul personnage, il m'est difficile d'avoir la fluidité que j'ai avec la troisième personne. J'aimerais également améliorer les scènes afin de les rendres plus longues avec des détails bien entendu. En m'excusant de ce texte à rallonge, j'aimerais demander ce qui vous plaît le plus/ le moins dans un récit fantastique écrit à la première personne, ce que vous attendez et ce que vous ne voulez plus voir. Je vous demanderez pour finir quels sont les pouvoirs/ capacités/ facultés des protagonistes et antagonistes que vous souhaiterez améliorer ou que vous ne voulez plus voir pour cause de " déja-vu".

Image de profil de Yessine Terras
Yessine Terras
J'aurais envie de dire que les principaux travers à éviter à la première personne sont la complaisance, en faire des tartines...

Le principal défi est que le personnage reste "naturel" en somme.

Avant ce feuilleton d'horreur/fantastique que j'ai commencé sur Scribay, j'étais très méfiant avec la 1ère personne, et pas forcément prêt à m'y mettre. Mais là, pour l'instant, je suis à peu prêt satisfait du résultat. :)

Pour ce qui est des pouvoirs de personnages, ce que je trouve important c'est qu'ils aient un cadre, des limites et un prix à payer en proportion de leur puissance.
Image de profil de Ayshah Hassan
Ayshah Hassan
J'essayerais d'être la plus naturelle possible. Comme c'est la première fois, je ne savais pas comment m'y prendre. Des pouvoirs limités sont en revanche une bonne idée. Je réfléchirais au fur et à mesure du temps. Je te remercie pour ces idées et conseils :).
Image de profil de Stéph Loup'tout
Stéph Loup'tout
Hey ! :)

Vaste sujet que celui-ci ! Après ça me rassure car je suis un peu dans le même cas que toi : j'ai aussi inventé un monde vaste et complexe avec une histoire racontée à la première personne alors que, naturellement, je me tourne vers la troisième personne à focalisation interne (car plus pratique de changer de point de vue en cours d'histoire). Le point un peu différent c'est que j'ai opté pour le passé au lieu du présent, même si j'ai longtemps hésité. Je trouve juste le passé plus simple à écrire et ses nuances plus intéressantes (par exemple, au présent : La pluie ruisselle sur les pavés. Au loin, un chat miaule. ; alors que au passé : La pluie ruisselait sur les pavés. Au loin, un chat miaula. ; au passé, entre l'imparfait et le passé simple, il est plus facile de rendre compte d'une action qui dure et une autre qui se passe ponctuellement... après, avec le présent, on a plus cette impression d'immédiateté qui est cool aussi :) ).
Sinon, pour qu'à la première personne le style soit plus "littéraire", le mieux c'est de ne pas passer à trappe les descriptions, comme on a tendance à le faire en mode journal ^^ Un personnage, même en je, va forcément voir le paysage qui l'entoure ou observer un autre personnage ou la pièce qui l'entoure. Exemple : "Je poussai la porte de l'auberge et marquai un temps d'arrêt sur le palier afin de laisser mes yeux s'accoutumer à la pénombre ambiante. La première chose que je vis fut le comptoir, sur la gauche. Tout en long et en chêne brut. Au fond, des tonneaux s'empilaient à côté d'une porte donnant sans doute sur les cuisines. Ou les toilettes, j'avais une chance sur deux. Sur la gauche, un escalier étroit menait aux étages. Des tables rondes et rectangulaires, polies par des générations d'ivrognes, occupaient dans un joyeux désordre l'espace entre le comptoir et l'escalier. Au plafond, dont les poutres apparentes semblaient sur le point de rendre l'âme, des lustres diffusaient une lumière jaune. Vu l'odeur âcre qui alourdissait l'air, les bougies n'étaient pas de bonne qualité..." Le tout, c'est de se mettre à la place du personnage et de voir ce qu'il voit. En fonction de son caractère et de son vécu ou encore de sa profession, il ne fera pas attention aux mêmes détails et sa description des lieux changera donc. Par exemple, un voleur/assassin repérera sans doute en premier le nombre d'occupants de la pièce et les potentielles issues de secours. Une personne étourdie se focalisera peut-être sur la beauté du plafond puis sur les fleurs en pot sur la cheminée, sans vraiment remarquer ce que quelqu'un d'autre aurait remarqué tout de suite (tables, comptoir, escalier, aubergiste...). Un personnage ayant eu une mauvaise expérience avec le feu repérera tout de suite la cheminée et voudra s'installer le plus loin possible de l'âtre et des lustres... À toi de voir, en fonction de ton perso, sur quoi tu vas devoir insister. ^^ Pour te faciliter les choses, tu peux écrire un premier jet avec une description basique et, ensuite, revenir dessus pour rajouter ou enlever des détails et ressentis en fonction de ton perso. De même, pour les dialogues, un personnage perspicace remarquera l'humeur de ses interlocuteurs alors qu'un étourdi pas du tout. Exemple "- Tu te crois drôle ? demanda-t-il, irrité. Je me contentai de sourire en haussant les épaules, juste pour l'agace un peu plus. Son visage passa par toutes les nuances de rouge." (perso perspicace) "- Tu te crois drôle ? demanda-t-il, les joues rouges. Je penchai la tête sur le côté. - Bah, c'était drôle, non ? répondis-je, perplexe. Oh et au fait, pourquoi tu es rouge, tu as chaud ? Son visage devint encore plus rouge et je jetai un œil à la cheminée. Pourtant elle était éteinte, alors pourquoi était-il si rouge ? Moi je n'avais pas chaud. Ni froid d'ailleurs. La température de la pièce était idéale..." (perso étourdi/naïf) :)
Pour les scènes de combat, il y a plus d'actions mais c'est à peu près la même chose : "J'esquivai un coup d'estoc et me fendis. Mon adversaire mordit à l'hameçon. Je souris. Le rang ne faisait pas tout. Seul l'entraînement et l'expérience payait. Je pivotai au dernier moment. Un petit geste du poignet et l'épée de mon assaillant vola dans les airs tandis que la mienne venait se loger au creux de gorge. Pendant un instant, son regard se fit confus. Puis il se durcit et une haine sans nom déforma son visage. Hum, très soupe-au-lait, ce prince. Le fracas métallique de sa lame nous parvient avec un demi-temps de retard. Je souris et abaissai mon arme."
Pour les combats en général (première ou troisième) il faut mêler action (enchaînements, esquives...), sens (odeur de sang, de sueur, bruit de l'acier, des chairs découpé...), ressentis (fatigue, froid de l'épée, peur...), terrain/météo (lieu humide, glissant, sol traître, orage, nuit...) et stratégie (parades du personnage, s'il réfléchit à ses coups, s'il a un plan pour vaincre ses ennemis et tente de l'appliquer...). Avec la première personne, tout ce qui change, c'est qu'au lieu d'avoir une vision globale du combat, tu vis le combat avec un seul personnage. Tu ne pers pas en fluidité, juste en vue d'ensemble. La fluidité d'un combat vient de ton rythme de phrases. :) Comme pour les descriptions, demande-toi sur quoi le personnage va se focaliser. C'est un soldat aguerri ? alors ses enchaînements vont se faire de manière mécanique et il va sans doute monter une stratégie ou décider de s'économiser pour garder de l'énergie pour plus tard. C'est une nouvelle recrue ? Elle va peut-être se lancer à corps perdu dans la bataille, tout donner dès les premiers instants et devoir ensuite combattre la fatigue grandissante, les muscles lourds etc. Ton personnage est lâche ? Il va sans doute fuir la confrontation, donner deux/trois coups bas pour se dégager et se chercher soit un endroit où se cacher soit une issue pour se tirer de là.
À la première personne pense aussi à la voix de ton personnage. Un récit à la première personne doit porter la patte du personnage narrateur. Par exemple, si tu as un personnage grossier, qui jure à tout va et n'est pas très lettré, mais que, hors de dialogues, ton style est très alambiqué, sans aucune injure... cela sonnera faux. Dans le Septième Guerrier-Mage de Paul Beorn (qui est un de mes livres préférés, je tiens à le préciser ^^), on suit les aventures de Jal, écrites à la première personne présent. Et Jal, c'est un soldat, donc il a un jargon de soldat et ça se retrouve dans le style. Des phrases simples, percutantes, avec de temps en temps un juron ou une remarque grivoise. Le tout dans un style oral et familier, comme on l'attend d'un soldat. La même histoire avec un personnage noble très cultivé n'aurait pas du tout eu le même ton (ni le même humour).

Du coup, et pour finir ce pavé, je vais répondre à tes questions :)
Ce que j'adore dans un récit fantasy à la première personnage : accompagner un personnage, être tout le temps avec lui, je ne sens très proche de lui car la première personne fait tomber les barrières entre narrateur et lecteur, profiter de sa vision du monde et, du coup, parfois mettre en doute les informations que le personnage me donne ; pouvoir émettre des hypothèses sur des personnages secondaires mystérieux ou qui nous semblent fourbes (alors qu'à la troisième personne, ces personnages auraient peut-être fait partis des persos principaux, à la première personne, ils sont au second plan et cela peut émoustiller notre curiosité ou notre empathie pour eux ; si on prend l'exemple de Sherlock Holmes, le fait que ce soit Watson qui raconte, permet de trouver Sherlock mystérieux et d'admirer ses facultés de déductions... si l'histoire avait été racontée du point de vue du détective, d'une cela aurait gâché les enquêtes car on aurait eu la réponse à l'énigme presque dès le début ; de deux, vu son manque d'empathie, on aurait pu le trouver inhumain voir cruel dans certains de ses actes et de ses pensées, qui sont adoucis par Watson).
Ce qui me plait moins : suivre un personnage avec une voix vraiment trop personnelle (un personnage trop peu cultivé ou avec un patois fort, fait que le style peut devenir surchargé par des mots très familiers qui nuisent à la fluidité et à la compréhension, surtout en fantasy, où on doit déjà assimiler des infos sur la magie, les races, des mots inventés... cela peut vite perdre un lecteur) ; parfois, si un autre personnage nous plait, on peut être un peu déçu de ne pas avoir son point de vue ^^
Pour les facultés des protagonistes et antagonistes... très vaste sujet ^^" Bon, alors, pour les antagonistes, leur faculté à manipuler la magie noire et/ou la nécromancie... sérieusement, on peut être un méchant et se servir de la magie arc-en-ciel venant d'un pet de licorne, il n'y a aucune honte ! Pour les protagonistes... la force/magie au-dessus de la moyenne car le héros est l'élu d'une vieille prophétie sortie tout droit des chaussettes d'un vieux mage...
Image de profil de Stéph Loup'tout
Stéph Loup'tout
*Suite* Pourquoi le héros devrait-il toujours être plus fort que la moyenne ? ou se découvrir des pouvoirs secrets qu'il n'a jamais découvert avant ? Je n'aime pas aussi la faculté des protagonistes à manipuler des armes magiques (souvent des épées du reste) qu'eux seuls peuvent brandir. Le Roi Arthur, c'est cool, mais faut arrêter à un moment. Je déteste aussi leur capacité à se tirer facilement de situations critiques (souvent par caprice du scénario) ou à progresser rapidement grâce au conseil d'un vieux barbu (généralement celui qui a pondu ou annoncé la prophétie tant qu'à faire). Pour revenir aux antagonistes je n'aime pas trop aussi leur faculté à voir/être au courant de tout ou presque alors qu'eux-mêmes ne quittent pas ou très peu leur forteresse. Des antagonistes trop puissants ont aussi tendance à m'énerver parce que, en général, ils sont si puissants que tous perdent face à eux et qu'ils peuvent raser des pays entiers, par contre le héros, sorti de sa cambrousse deux mois auparavant et ayant appris à manier une épée magique sur le tas y parvient comme par miracle...
Sinon, niveau pouvoirs/capacités à améliorer... je dirai les mêmes qui font défauts, à savoir ceux que j'ai cité. Si on prend par exemple la magie noire des antagonistes mais qu'on explique cette faculté parce que, dans ce monde, il n'y a plus que la magie noire, la magie blanche ayant été corrompue il y a longtemps, ça passe mieux. Au lieu de se contenter de trouver et manipuler une arme magique, le héros pourrait la forger lui-même et cette dernière pourrait ne pas être toute puissante, avoir ses limites voir même se briser ! Un héros avec une magie supérieure doit être expliqué autrement que par "il est l'élu !" Peut-être s'est-il beaucoup entraîné ou a-t-il sacrifié beaucoup de vies pour obtenir cette puissance. Ou alors, il a déterré un djinn et l'un de ses vœux c'était d'avoir une magie plus puissante. Ou encore, il a juste un objet qui augmente sa magie. Ou sa magie est liée à un astre (lune, étoile, soleil) et il n'est fort que lorsque son astre brille (comme dans Avatar le dernier maître de l'air, avec les maîtres du feu qui sont plus forts en journée, avec le soleil, et les maîtres de l'eau, plus fort la nuit, notamment avec la pleine lune). Une puissance qui fluctue permet de laisser le héros faire ses preuves au lieu de compter uniquement sur sa magie/force naturelle. :)

Voilà, désolée pour cette longue réponse en deux temps en plus ^^ J'espère t'avoir un peu aidé ^^"
Image de profil de Ayshah Hassan
Ayshah Hassan
Tu m'as au contraire beaucoup aidé en ce qui concerne la narration à la première personne. Je souhaitais utiliser le moins possible le " Je" et je n'arrivais pas vraiment à m'en passer. Pour ce qui est des scènes de combat, tu as expliqué exactement ce qu'il me fallait. J'ai une piètre maîtrise de la description des duels. Ils sont tous trop rapide. J'aurais besoin de lire plusieurs fois ton commentaire pour pouvoir réfléchir à cela. Pour ce qui est des pouvoirs des antagonistes, il est un peu difficile d'utiliser autres choses que de la magie noire mais je te remercie de m'avoir fait part de ce que tu ne souhaitais plus voir par cliché. Je me suis légèrement basée sur les animés, je n'ai pas vraiment de connaissances en la matière. Je pense que mon problème réside évidemment dans la narration, les scènes de combat et les pouvoirs un peu clichés. Pour les armes, j'essaye de varier en fonction des personnes et je te remercie pour ce commentaire, tu m'as beaucoup aidé.
Image de profil de Stéph Loup'tout
Stéph Loup'tout
C'est vrai, qu'à la première personne, on a souvent cette impression qu'on va répéter mille fois le mot "je" et que ça va faire lourd au bout d'un moment ^^ Alors qu'à la troisième personne, en plus du il/elle, on peut employer des groupes nominaux comme "le jeune homme", "la guerrière", "le borgne", "l'ivrogne", "la rousse"... Mais, d'un autre côté, comme on est dans la tête du perso, il y a matière à insérer pas mal de ressentis et de détails entre les actions qui nécessitent l'emploi du "je", ce qui permet de fluidifier le texte et d'espacer ce fameux "je" ;)
Pour les duels, si tu trouves que tu vas trop vite, tu peux toujours insérer des temps de pauses (après une passe d'arme rapide, les adversaires peuvent marquer un temps d'arrêt pour se jauger, se narguer, gagner du temps en blablatant pour mettre au point une stratégie) ou d'hésitation (un personnage, même aguerri au combat, peut hésiter entre deux mouvements, en fonction du niveau de son adversaire et de sa façon de combattre).
Pour les antagonistes, il n'est pas si difficile à mon sens d'employer autre chose que la magie noire :) La magie tout court, en fonction des règles de ton système de magie, peut tout aussi bien faire l'affaire. L'antagoniste pourrait aussi être un maître alchimiste, ça changerait un peu. Ou un puissant dresseur de créatures légendaires (s'il dompte un dragon ou un griffon, pas besoin de magie noire). Il pourrait aussi se servir de son intelligence, de ses contacts et de sa ruse pour fomenter des complots (après tout, dans Sherlock Holmes, Moriarty n'a pas de magie noire, il se sert simplement de ses facultés intellectuelles pour défier Sherlock Holmes). L'antagoniste pourrait aussi n'avoir qu'un pouvoir particulier et ponctuel. Par exemple, dans la mythologie nordique, le dieu du chaos Loki est un virtuose de la métamorphose. Là où les autres dieux peuvent juste changer un peu les traits de leur visage, lui est capable de se changer en animal, en troll, prendre le visage d'un autre dieu... il compense ainsi son manque de force avec sa ruse et ses métamorphoses, faisant tourner en bourrique les autres dieux ! ;) L'antagoniste pourrait aussi avoir des connaissances qui lui permettent de vaincre ses ennemis (être par exemple un grand stratège comme Napoléon). En fantasy, quand on pense antagoniste, ça finit souvent en Seigneur des Ténèbres (et, depuis Tolkien, on a tous plus ou moins l'image du mage noir maléfique possédant pouvoirs et grande armée de créatures aussi moches que bêtes et cruelles). Mais, à la base, un antagoniste n'est pas un "méchant" qui s'oppose à un "gentil". C'est juste le perso qui s'oppose au héros. Si je choisis de raconter l'histoire du point de vue du Seigneur des Ténèbres, mon antagoniste, c'est celui qui va venir le combattre pour l'empêcher de détruire le monde :) Ce que je veux dire par là, c'est qu'à partir du moment où un antagoniste s'oppose juste au héros, il peut être tout et n'importe qui et n'a pas forcément à avoir de la magie noire pour être crédible et effrayant. Si mon héros est un assassin qui doit tuer un roi, l'antagoniste pourrait être un chevalier du roi qui veut à tout prix le protéger. Le chevalier n'est pas nécessairement diabolique, il fait juste son boulot, tout comme l'assassin ^^ De même, si mon héros est une jeune elfe désirant échapper à un mariage arrangé mais que son père la pourchasse de par le monde, l'antagoniste est bien son père, mais pas méchant pour autant, les deux personnages n'ont juste pas la même vision ^^ J'avais d'ailleurs regroupé les différentes raisons pour lesquelles un personnage s'allie à un autre et pour lesquelles deux personnages s'opposent. Pour les persos qui s'opposent j'avais trouvé les buts contraires (exemple bateau, A veut reconquérir son trône, B veut l'en empêcher et rester roi), les buts communs (exemple : une quête est lancée et le premier héros qui ramènera l'épée magique obtiendra le droit de devenir apprenti-mage ; résultat, tous les concurrents du héros sont des antagonistes qui vont essayer de lui mettre des bâtons dans les roues pour gagner), les buts communs mais différents (exemple : A veut retrouver une personne pour la livrer aux autorités de son pays, B veut retrouver la même personne pour la mettre en lieu sûr), la vengeance, les devoirs/métiers (A a juré de vaincre B, B étant chasseur de troll, il chasse le troll T car c'est son boulot...), la contrainte (destin, malédiction, mise à l'épreuve, guerre... les persos s'affrontent car ils n'ont pas le choix), les camps (les persos appartiennent à deux camps opposés et, même s'ils ne se détestent pas personnellement, ils s'affrontent)... j'en avais listé d'autres, mais là, tout de suite, je m'en souviens plus de tous ^^ Bref, il y a plein de façons de faire de tes antagonistes des antagonistes originaux ! ^o^ Et n'oublie pas que tes antagonistes sont les héros de leur propre histoire. Peut-être que, de leur point de vue, ils n'ont pas conscience d'être méchants et que, pour eux, leur but est noble. Par exemple, Morgane, dans la légende d'Arthur, malgré sa haine violente pour son demi-frère, essaye juste de protéger la Bretagne de la montée du Christianisme et de l'abandon des anciens rituels et de la vieille magie au profit de ce nouveau dieu. Elle cherche à préserver les êtres magiques, tandis que Merlin prône l'âge des hommes. ^^ Dans la série Avatar le dernier maître de l'air, le prince de la nation du feu Zuko doit capturer l'avatar s'il veut retrouver son honneur et sa place auprès de son père. Même s'il est impulsif et violent, il tient ses promesses et la vie de ses hommes compte pour lui (il a donc des qualités, malgré ses défauts, ce qui le rend humain). Et, au fil de la série, il se remet de plus en plus en question, se demandant si ce qu'il fait est vraiment juste et honorable. Il est déchiré entre son devoir envers son pays et son cœur qui lui souffle qu'il se trompe. :)
Après, si tu veux vraiment que ton antagoniste ait un pouvoir badass et effrayant, essaye de trouver autre chose que la magie noire. Les folklores regorgent de créatures étranges, tu pourrais t'en inspirer :) Par exemple, les kitsunes japonais vivent longtemps, peuvent posséder des êtres, contrôler le feu et prendre diverses apparences. Les kelpies d'Irlande hantent les cours d'eau et, une fois montés, on ne peut plus descendre et on est entrainé dans une course folle qui se termine le plus souvent dans un lac, où le kelpie nous noie. Les dragons occidentaux, gardiens des trésors, dévoreurs de bétails et semeurs de troubles sont puissants et dangereux, en plus de pouvoir cracher feu ou glace, d'être capable de voler et d'avoir des yeux très perçants. Les Moddey Dho d'Irlande errent la nuit aux abords des ruines, des marais et des cimetières en quête de victimes. Il y a aussi les sirènes, qui appellent les marins de leur chant funeste, les dragons orientaux, sauvages et redoutables, les démons, les djinns, les basilics, les vouivres, les trolls, les gobelins, les loups-garous, les vampires, la sorcière Baba Yaga et sa maison à pattes de poule... de nombreuses créatures peuvent servir d'antagoniste en étant puissant, avec des pouvoirs mais sans forcément user de magie noir :) Contrôle le feu, l'eau, la foudre, être lié avec un dieu ou un démon, lire dans les pensées, se rendre invisible, connaître tous les secrets du monde, parler aux animaux, changer ceux qui croisent leur regard en pierre, tuer d'un regard... il y a plein de pouvoirs possibles ! ^o^
Image de profil de Ayshah Hassan
Ayshah Hassan
Je pense que ce qui me gêne toujours autant est le sujet de discussion à savoir l'utilisation de la première personne. Le problème c'est que je me focalise trop sur le personnage et moins sur ce qui l'entoure. Inventer tout un univers avec un décor différent est vraiment difficile si on veut être fidèle à ce que pourrait être la décoration de l'époque. Dans mon récit, j'en fait de moins en moins. Les dialogues entre les combats peuvent être inspirant et quand aux pouvoir des antagonistes, ils sont basés plus sur ce qui est lié à l'esprit mais je crois qu'on peut appeler ça de la magie noire. En ce qui concerne leur rôle je le sais bien qu'ils ne sont pas tous véritablement antagonistes mais je n'arrive pas à me détacher de ce que pourrait penser le personnage et le dire sans permettre le suspens. Je suis peut être trop directe avec les personnages.
Image de profil de Millie M.
Millie M.
C'est toujours difficile de se glisser dans la peau d'un autre. Selon moi, ça demande un travail en amont lors duquel travailler le caractère, les ambitions et les peurs de ton personnage. Évidemment, il y aura des ressemblances avec toi, c'est inévitable.
De mon côté, j'ai compris être plus à l'aise avec la narration interne. Le plus gros enjeu reste de donner des voix différentes à tous les personnages que tu incarnes. Ça passe par les préférences, la vision des choses, mais aussi par le niveau de langue et les expressions.

Le point de vue à la première personne (surtout si tu n'en manies qu'un seul) peut sembler frustrant car tu n'as pas accès avec la même profondeur aux autres personnages. Mais comme le dit Milya : "tout l'intérêt de la première personne réside dans le fait que tout se passe de son point de vue à elle." C'est aussi intéressant ! un récit n'a pas besoin d'être objectif. Ce que j'aime moi, c'est être plongée dans un esprit. C'est à moi de me faire mon avis, en tant que lectrice, et je n'ai pas besoin que l'auteur m'explique qui pense comment, qui a tort, qui a raison.

Si vraiment l'utilisation de la 1ère personne est trop contraignante pour toi, surtout au niveau des scènes d'action, tu as le droit de jongler entre les points de vue. Après, sache que ça va déplaire à certains. J'en ai moi-même fait les frais (mais ça ne m'a pas empêcher d'avoir des lecteurs, cela dit).

J'espère que ma réponse te sera utile. :)
Image de profil de Ayshah Hassan
Ayshah Hassan
Cette réponse m'est utile car c'est ce que je ressens en ce qui concerne le personnage principal et les autres. Mais je pense que je vais essayer pour l'utilisation de la première personne pour que cela fasse plus littéraire et moins journal intime. Comme c'est la première fois que je l'utilise, je n'ai pas vraiment d'avis parce que je suis habituée avec la troisième personne. Et puis je ne pense pas que le récit omniscient est objectif. Au contraire, avoir plusieurs points de vue différents et jongler avec plusieurs personnes est certes difficile mais ton récit ne sera que plus enrichi.
Image de profil de Milya
Milya
Hello !
Alors, je vais essayer de te répondre sans faire de hors sujet ! XD

La narration à la première personne : déjà, cela dépend de ton personnage. Si ton personnage découvre l'univers fantastique en même temps que le lecteur, je pense que c'est une super idée de garder ce point vue. Si ton personnage baigne dans l'univers fantastique, cela risque d'être plus compliqué pour immerger le lecteur sans faire de grandes apartées explicatives. Après, tout dépend, encore une fois, de ton univers, ce n'est qu'un avis général, et en fonction des spécificités de ton récit, cela peut bien passer.
Comment se détacher de ton personnage ? Je pense en lui attribuant des goûts, un caractère, des habitudes, des réactions qui n'ont rien à voir avec toi, voire mieux, que toi-même tu n'aimes pas.
En ce qui concerne la manipulation des autres personnages, tout l'intérêt de la première personne réside dans le fait que tout se passe de son point de vue à elle. Dans une scène, tu ne parleras que de ce que ta protagoniste voit, entend, ressent. Donc cela va réduire ce que tu auras à gérer pour les autres persos.

En ce qui concerne la fluidité des combats, je pense que c'est encore mieux avec la première personne. C'est un excellent moyen d'immerger tes lecteurs dans la bataille ! As-tu déjà pratiqué les arts martiaux ou des sports de combat ? Si c'est le cas, tu verras que cela peut être utile dans la description des combats. Si ce n'est pas le cas, et bien que je sois loin d'être une experte, je pourrais te filer un coup de main. J'ai pratiqué pas mal d'arts martiaux, ainsi que de l'escrime médiévale et japonaise. Alors si je peux, je pourrais essayer de te filer des conseils personnalisés sur certaines scènes :)

Pour les pouvoirs et les antagonistes, je pense que tout dépend de la manière dont c'est traité. Le déjà-vu, beaucoup de gens s'en plaignent, mais curieusement, en musique, les reprises marchent souvent très bien, au cinéma ou à la télé, des sujets comme ceux du roi Arthur, de Robin des Bois, ou de Batman sont régulièrement ré-exploités... Donc bref, le déjà vu, ça passe, mais avec une touche d'inédit, c'est mieux ! :)

Voilà, voilà !
J'espère avoir répondu à tes questions ! ^^
Image de profil de Ayshah Hassan
Ayshah Hassan
Je te remercie pour cette réponse détaillée. J'ai commencé à utiliser la première personne seulement lorsque le personnage était immergé dans ce monde. Il est vrai que j'ai un peu de mal à me détacher du personnage et lui attribuer un caractère qui ne m'est propre est d'autant plus compliqué. J'ai l'impression de voir une autre personne qui n'est pas réellement moi mais quelqu'un d'autre. Quand aux explications, j'en fais très peu, je laisse au lecteur le soin d'imaginer ce que peut être vraiment le personnage. Je ne suis pas experte en arts martiaux mais je pense que l'escrime médiévale me serait d'une grande aide. Surtout que pour décrire les scenes, c'est vraiment compliqué. J'ai commencé à écrire à la première personne et je me sentais pas à mon aise, j'avais l'impression d'être limitée mais peut être qu'avec le temps cela viendra, je manque d'expérience. Pour ce qui est des pouvoirs, je préfère tout ce qui est surnaturel, comme je fais du fantastique.
Image de profil de Milya
Milya
Il est souvent difficile de se détacher d'un personnage, mais cela ne se verra pas forcément du point de vue du lecteur, alors ne te prends pas trop la tête avec ça pour l'instant ^^

N'hésite pas à me demander pour l'escrime médiévale dans ce cas. Si tu as déjà commencé des scènes de combats, tu peux me les envoyer en MP, je pourrais te donner un avis technique dessus. Si tu n'as pas encore essayé d'en écrire, on pourra en discuter (quel genre de combat, quelle issue, etc.) et je pourrais te donner des pistes pour le rédiger. Si cela t'intéresse bien évidemment :)

Pour les pouvoir, encore une fois, c'est la façon dont tu vas en parler qui sera innovante. La plupart des pouvoirs surnaturels ont déjà été exploités dans les livres, le cinéma, les mangas, donc difficile d'être vraiment inventif là-dessus. Pour ma part, j'écris de la fantasy, et même s'il existe des pouvoirs et de la magie dans le monde que j'ai imaginé (et que c'est même une composante essentielle de cet univers), je me rends compte que je n'en parle pas trop, je reste un peu dans le flou en ce qui concerne les capacités des uns et des autres (alors qu'au début j'avais commencé à tous les détailler, et c'était super lourd et chiant à lire !! XD ).

Bref, tout ça pour dire qu'il faut te décomplexer vis à vis de ton écriture. N'hésite pas à avancer quoi qu'il arrive, à demander de l'aide si besoin, et à réécrire des passages qui ne te conviennent plus. Tant que ton livre n'a pas été commercialisé, rien n'est immuable (et encore, même dans ce cas des auteurs font des rééditions ! ^^ )
Image de profil de Ayshah Hassan
Ayshah Hassan
Pour les scènes de combat, je ne sais pas si on peut dire que ce sont des scènes de combat tellement les affrontements sont un peu rapides mais j'en ai écrite quelques une si cela t'intéresse. Quand aux pouvoirs j'essaye de les varier mais je les trouve un peu répétitif vis-à-vis des films ou autre. J'essaye vraiment de me détacher de ce que j'aurais pu voir pour faire quelque chose de vraiment original.
Image de profil de Milya
Milya
Dans la réalité, les combats durent rarement longtemps, donc c'est très bien de ne pas s'y éterniser ! ^^
Si tu souhaites que je te donne mon avis, n'hésite pas à me les envoyer. Après tout, si je peux t'aider, on ne sait jamais :)
Pour les pouvoirs, encore une fois, ne te focalise pas sur l'inédit. Tant que ça colle à ton histoire et que ça sert l'intrigue, tes lecteurs ne feront pas forcément l'amalgame avec d'autres œuvres, surtout que tout les lecteurs n'ont pas tous la même culture littéraire ou cinématographique que toi :)
Image de profil de Ayshah Hassan
Ayshah Hassan
Tu as raison en ce qui concerne cette culture. Je déteste les romances et les séries pour ado et pourtant je suis une fille. Me comporter comme un garçon m'as toujours plu :). Je pourrais te l'envoyer dans l'après-midi.
0