Inscrivez-vous sur Scribay...

...et retrouvez une communauté soudée par l'amour de l'écriture, le partage et l’entraide entre auteurs.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de Le BLÉRO de Scribopolis

Les textes où il faut s'accrocher

par Le BLÉRO de Scribopolis  il y a 1 an

Bien le bonjour,

je reviens de mes habituels exils pour recommencer à lire, écrire, et surtout vous poser ce sujet :

J'écris des trucs pouvant se frotter à des concepts particuliers qui ne sont pas dans les têtes de base. Ainsi, je dois les assaisonner de détails aidant à la compréhension (hors de question de faire des pavés de merde explicative). Or cette dilution subtile porte aussi ses inconvénients : le lecteur doit s'accrocher et rester toujours attentif dans sa session pour qu'il détecte bien tous les goûts qui ont été glissés/cachés par-ci par-là.

Très franchement, je commence sérieusement à douter de cette façon de faire car je pense exiger trop de concentration. Mes textes ont l'air fluide, les descriptions passent bien, les personnages sont sympatoches, mais le paramètre de la compréhension de l'histoire et des règles générales semble être un mur infranchissable, autant pour moi que pour ceux qui me lisent.

Que feriez-vous à ma place ?

Comment penseriez vous à la place de ces lecteurs ?

jui duper lol

Image de profil de phillechat
phillechat
il faut suivre son chemin : c'est la seule (bonne ! ) règle !
Image de profil de Charlotte Miller
Charlotte Miller
Si personne comprend c'est que peut être tu n'es pas très au clair dans ta tête ?
A l'inverse, si c'est parce que tu gardes des éléments pour les dévoiler ensuite, c'est plutôt une bonne chose :)
Image de profil de Le BLÉRO de Scribopolis
Le BLÉRO de Scribopolis
Y'a les deux, ça a toujours été un gros bordel dans ma tête, et faire ce genre de sujet m'aide à tout organiser.
Image de profil de Charlotte Miller
Charlotte Miller
Je pense que pour écrire, il faut être bon pédagogue, d'une certaine façon, et maitriser son sujet à fond. ça veut dire qu'il faut prendre le temps d'y penser un peu plus et de clarifier tes idées.
Pour moi, quand on dit que c'est compliqué, c'est qu'on a pas tout compris/réfléchis, donc il faut travailler plus. Par contre on peut dire que quelque chose est complexe, mais il faut quand même trouver une façon SIMPLE de faire passer l'info. la façon la plus facile d'expliquer une idée ou un contexte complexe est de le démonter en unité simple et de les expliquer les unes après les autres. L'image finale est alors comme une révélation et pour un lecteur, c'est un peu comme un tour de magie :)
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Bon, j'arrive tard :P mais faut garder en tête que tu as des lecteurs différents, chacun avec ses attentes. Il y aura toujours quelqu'un pour s'accrocher, celui qui trouve ses attentes comblées par ton texte, celui qui est curieux, celui qui sent une affinité, qui se sent touché. Bref, n'aie pas peur de l'originalité si c'est ce que tu veux raconter.
Image de profil de Le BLÉRO de Scribopolis
Le BLÉRO de Scribopolis
Bien, avant de poser ce sujet je sentais mon mental grippé et vous m'avez apporté l'huile pour qu'il fonctionne mieux.

Maintenant ça tourne parfaitement et je peux enfin progresser !
Donc merci à vous tous pour vos conseils avisés. Vous avez fait un heureux aujourd'hui, c pa bô ?
Image de profil de Ai acheté un couteau
Ai acheté un couteau
Dans ce cas là personne ne lirait Ulysse. Bien sûr, difficile de comparer le génie Joyce à qui que ce soit d'autre, mais je ne vois pas où la "concentration" est un problème. Pour moi, ton problème n'est pas un problème, un livre est bon ou pas, il n'est pas complexe, il n'est pas difficile, il est ce qu'il est, et s'il est bon qu'importe le reste.
Image de profil de Le BLÉRO de Scribopolis
Le BLÉRO de Scribopolis
Oui, je ne me prends trop la tête comme à chaque fois.
Tes paroles sont pleines de sens et m'aident à m'orienter dans la merde où je suis plongé, peu-être que j'arriverai à en sortir, on verra.
Image de profil de Oreleï
Oreleï
Bah voilà
Je cherchais comment expliciter ma pensée. Mais Ai acheté un couteau l'a parfaitement fait pour moi. Je pense pareil, en plus bordélique.
Image de profil de Hilaze
Hilaze
Hell'o,

Déjà, résister à la tentation des pavés explicatifs interminables est une très bonne chose, ne change pas sur point ! ^^
Ensuite, le lecteur doit s’accrocher et rester attentif ? Où est le problème ? Tout le monde ne lit pas pour les mêmes raisons, certes un certain nombre lit pour se détendre... moi j'aime les univers et les créatures spécifiques à un auteur, je suis du genre à lire les bestiaires des jeux vidéos pour tout te dire.
Quant à la compréhension de l'histoire et des règles... déjà toi tu t'y retrouves, c'est la preuve que le concept est humainement abordable X) Ensuite chacun se fera sa propre idée de ton récit, de ton univers... et peut se tromper ! Tu sors des sentiers battus et tu démarres par du in medias res. Et, c'est toujours un avis perso, je trouve ça super.
Donc ce que je ferais à ta place ? Poursuivre avec ce début, te servir d'un personnage ou deux pour saupoudrer quelques informations, que ce soit par leurs dialogues, leurs souvenirs ou leurs pensées... Ce que tu as très bien fait avec la démonstration entre Huit et les deux personnages amenés sur la scène dont j'ai oublié le nom xp (et rassure-toi, c'est juste ma mémoire des noms qui laisse à désirer). Les règles générales de ce monde se découvriront au fur et à mesure, leurs limites et leurs contournements aussi. En plus, tu offres quelques clés dès le résumé.
Pour finir, là c'est la prolongation de mon avis de lectrice, c'est complexe de n'estimer une histoire que d'après son début... Certes, le début permet de poser les bases, mais la suite permet aussi de développer et d'approfondir ! Alors quitte à montrer la complexité de ton monde, saupoudre les infos au fur-et-à-mesure ;)
Image de profil de Le BLÉRO de Scribopolis
Le BLÉRO de Scribopolis
Merci pour ta réponse.

Il est vrai que je ne me montre pas assez patient sur la progression du récit. De toutes les solutions possibles, celle de continuer dans la même voie avec des améliorations du procédé + chapitres spécifiques comme conseillé en dessous + annexes si jamais ça dérape, me semble être la meilleure !
Image de profil de Stéph Loup'tout
Stéph Loup'tout
Salut ! ^o^

Hum, ton problème est assez... complexe XD Après, je te comprends un peu dans le sens où, même si je ne vais pas partir à fond dans le psychologique, j'aime créer des personnages fouillés, qui se dévoilent petit à petit et donner au fur et à mesure des indices au lecteur pour lui permettre d'appréhender le monde magique que j'ai fabriqué, un mystère etc. Normalement, distiller les informations crée du suspens, aussi, si tu penses que tes écrits demandent trop de concentration, c'est peut-être parce que tes indices ne sont pas assez visibles ou trop espacés les uns des autres pour se faire vraiment écho... par exemple, si mon histoire parle d'un héros qui s'en va combattre le méchant vilain pas beau qui veut plonger le monde dans les ténèbres mais que l'ami du héros est en fait un traître à la solde du seigneur des ténèbres (ok, là c'est un exemple assez simple, mais bon ^^), si je veux faire douter le lecteur par rapport à cet ami et que je place un indice au chapitre onze puis le deuxième au chapitre cinquante, clairement le lecteur ne pas faire le rapprochement tout de suite... Déjà parce que, souvent, à moins d'être super emballé par l'histoire, on ne lit pas un livre d'un coup. On fait des pauses, on le lit sur plusieurs jours voire semaines... Et puis si l'écart est trop grand, le lecteur n'y verra pas forcément un indice, juste un truc bizarre qui sort de l'idée qu'il se faisait du personnage :) Après, si ton problème vient plutôt que tu utilises des termes/concepts un peu difficile à saisir (un système de magie très pointu, une politique poussée, un combat psychologique qui tourmente un personnage), tu peux utiliser des personnages "professeurs", ceux qui apprennent/enseignent aux autres personnages de leur savoir, faire des inter-chapitres ou des débuts de chapitres avec des "extraits" de textes censés être écrit par de grands historiens ou que sais-je qui donneraient des éléments de réponses, faire découvrir à tes personnages un objet (genre un livre, un document...) qui éclairerait un point etc. :) Il y a plein de façon de distiller sans que cela demande une énorme concentration de la part du lecteur... après c'est vrai que, sans exemple, c'est un peu difficile de cerner ton problème ^^"

J'espère t'avoir un peu aidé quand même ^^"
Image de profil de Le BLÉRO de Scribopolis
Le BLÉRO de Scribopolis
Mon problème vient plutôt de la complexité des concepts que j'utilise, et le coup du personnage "professeurs" avec éventuellement des chapitres réservés à eux (en restant dans le raisonnable) me plaît bien. En fait, toute la fin de ton commentaire m'aide beaucoup et m'ouvre des idées qui pour l'instant me paraissent très bonnes.
Donc oui, tu m'as bien aidé ! Merci bien.
Image de profil de Stéph Loup'tout
Stéph Loup'tout
Tant mieux si j'ai pu t'être utile ! :) Après, quand je parlais des personnages professeurs, ça peut être plein de profils de perso différents, en partant du sage magicien ayant vécu des siècles jusqu'à un dieu ou une déesse qui connait comment fonctionne tel ou tel concept et choisi de l'enseigner à une poignée de personnages. ;) Tu peux aussi jouer sur les cultures, par exemple un pays qui refoule un concept car il le juge trop hors normes, alors qu'un autre pays, lui l'accepte et l'étudie, de sorte que les habitants du second pays sont érudits à ce niveau-là, contrairement à ceux du premier pays qui, en voyageant dans le second pays pourraient, du coup, décider de se renseigner un peu sur sa culture :) Tu pourrais aussi envisager des fantômes, des spectres qui, de leur vivant, ne pouvaient comprendre un concept et, maintenant qu'ils sont morts, le comprennent parfaitement ;) Des connaissances pourraient aussi se transmettre via le sang ou la magie (hérédité) ou via un rituel particulier ou en entrant dans un lieu particulier ou encore en manipulant un objet particulier ^o^ Bref, comme je l'ai déjà écrit, il y a plein de façons de transmettre des informations, et tous les concepts, du moment qu'ils se tiennent, peuvent être abordés sans risquer la prise de tête pour un lecteur :)
Petit exemple, une fois, dans une des histoires que j'écris avec une amie, on voulait mettre en balance le bien et le mal (limite avec des pourcentages), si quelqu'un fait une action bénéfique, forcément, il en découlera une mauvaise action et vice versa ; si une personne avec 62 % de bien et 48 % de mal naissait, alors, forcément, quelque part dans le monde, une personne avec un pourcentage inverse existait ; cela signifiait aussi que, parfois, si une bonne personne se mettait à faire de mauvaises choses, c'était pour rétablir l'équilibre entre le Bien et le Mal, qui seraient du coup un peu comme des sortes de flux... Bref, c'était vraiment prise de tête pour nous, pauvres auteurs xD Mais, au final, on a réussi à créer un monde et des personnages et, même si on abandonné cette version-là de notre histoire, je trouve qu'on s'en sortait pas si mal pour amener ce concept assez contraignant... déjà on avait un personnage qui hésitait toujours entre bien et mal car ses deux pourcentages s'équivalaient, ce qui le tourmentait grandement car il était instable, imprévisible, hésitant... et on avait un personnage foncièrement bon qui allait commencer, à mesure de l'aventure, à ne plus se laisser faire etc. Car, au fond, le Bien et le Mal, la Paix et le Chaos etc. peu importe le nom qu'on leur donnait étaient essentiels pour devenir quelqu'un et le fait de savoir contrôler leur flux, cela faisait devenir fort... Là, pour le coup, notre concept était porté à travers les personnages et particulièrement visible avec notre personnage imprévisible. Du coup je pense qu'on peut aussi véhiculer des idées profondes avec nos personnages, les faire devenir eux-mêmes indices ou "devanture" de nos concepts :)
Image de profil de Zarathushtradu23
Zarathushtradu23
Poste un exemple, ca sera plus simple de te dire quoi faire
Image de profil de Le BLÉRO de Scribopolis
Le BLÉRO de Scribopolis
Je n'ai pas d'exemple qui me viennent là maintenant car le problème est plus général. C'est un tout.
Mais le fait d'en parler m'aide déjà très bien, ne t'inquiètes pas. Je vois des débuts de solution apparaître.
Image de profil de artisanmots
artisanmots
Si j'ai bien compris ton message, tu poses le problème de la complexité dans les romans.
Tu peux vouloir écrire une histoire complexe, avec des personnages très fouillés, à la psychologie éloignée des normes, à mon avis tu te heurteras toujours à une difficulté : ton roman ne sera pas accessible au plus grand nombre, soit parce les lecteurs ne pourront s'identifier à une psychologie qui leur est trop lointaine, soit parce qu'ils veulent lire pour se détendre et non pour choper une migraine.
Donc avec un roman complexe, tu auras peu voire pas de lecteurs. Et si tu veux des lecteurs, tu seras obligée d'écrire un roman plus simple, au risque de frustrer ton envie de complexité.
Image de profil de Le BLÉRO de Scribopolis
Le BLÉRO de Scribopolis
En soi j'écris pour moi, donc les lecteurs je m'en fou un peu. Cela ne m'empêche pas d'être très soucieux sur la qualité et de la corriger suivant les retours que j'ai à ma disposition.

Et oui, je sentais la réponse mentionnant ce compromis arriver. Je crois bien que tu as raison, et quitte à choisir je préfère partir sur le chemin de la complexité.
Image de profil de Matthieu Savary
Matthieu Savary
La discussion que tu proposes soulève ma curiosité.

Si je comprends bien, tu t'inquiètes, non d'un style qui serait trop chargé, mais des concepts mêmes que tu abordes (c'est ce que tu indiques en premier lieu, d'une manière qui peut d'ailleurs paraître péremptoire, puisque tu suggères de tes lecteurs qu'il seraient des "têtes de base"). Or, ensuite, tu évoques un problème lié à "la compréhension de l'histoire". Du coup, je ne comprends pas bien où se situe l'élément de complexité qui t'inquiète.

J'ai eu une discussion très éclairante il y a quelque jours avec Pour voir Pour lire suite à un de mes articles (qui était certes médiocre) : il évoquait notamment l'égo de l'auteur et distinguait deux approches du style (l'une au service de l'histoire, l'autre au-dessus d'elle, typique d'une empreinte égotique forte). Bien que je continue de penser que le style prévaut sur l'histoire (dans mon approche, l'histoire est la forme et le style est le fond, indépendamment des questions d'égo) j'ai été assez secoué par l'argumentaire très solide qu'il m'a opposé, et c'est un signe non négligeable de la fragilité de mes certitudes.

Je fais cette digression pour dire ceci : cela arrive à tout le monde d'être secoué dans son amour propre parce que les gens ne comprennent pas ce qu'on écrit ou pointent ce qui ne va pas. Mais la critique, comme l'échec, font partie du jeu. Il faut les méditer, et non pas se braquer en se disant : "ils ne me comprennent pas". Il faudrait plutôt dire : "je n'ai pas réussi à me faire comprendre". Ou même, parfois : "j'ai avancé des choses que, moi-même, en fait, je ne comprenais pas" (cf. courbe de Dunning-Kruger :) ). Et surtout : ne jamais méjuger la capacité du lecteur à comprendre ! Si c'est bien amené, le lecteur aura envie de faire l'effort. Je me souviens à ce sujet d'un propos de John Irving : "Vous ne pouvez pas faire réfléchir votre lecteur si vous ne l'avez pas distrait pendant 300 pages". Il exagère sans doute un peu, mais l'idée me parait correcte : pour impliquer le lecteur dans un effort d'approfondissement, il faut d'abord répondre à ses enjeux à lui. Ce qui passe notamment par une histoire claire et intéressante, des personnages facilement attachants, etc. Le problème est toujours chez l'auteur, pas chez le lecteur :)

C'est un peu comme le contrat social que décrit Hobbes dans le Léviathan : pour que les hommes quittent l'état de nature et soient des sujets en droit, il faut un Etat protecteur. Etat et droit se répondent l'un à l'autre. Et de la même façon, pour qu'il y ait de bons lecteurs, l'écrivain doit répondre aux enjeux de fond du lecteur : se rendre d'abord accessible, puis faire honneur à son lectorat en proposant des concepts qui valoriseront ce dernier.

Mais ce n'est que mon avis :)
Image de profil de Le BLÉRO de Scribopolis
Le BLÉRO de Scribopolis
Je suis entièrement de ton avis, ce pourquoi j'écris ce sujet car je sais que le problème viens de ma façon de faire (et je n'ai jamais dit l'inverse)

Je cherche un procédé alternatif tout en me vidant la tête, et pour l'instant cela fonctionne très bien. ^^

Et oui, je dois charmer le lecteur, ce qui a l'air d'être le cas car je n'ai pour l'instant pas essuyé d'échec dans les commentaires. C'est juste moi qui se bouffe une dose de paranoïa sur sa qualité d'écriture.
Image de profil de Matthieu Savary
Matthieu Savary
Alors, je serais curieux de lire tes oeuvres, mais il semble que ton compte, qui en liste 3, ne les montre plus. Les aurais-tu reniés ? Ou est-ce moi qui me débrouille mal sur Scribay :) ?

Etre parano sur son écriture, ma foi, ça me semble être une bonne chose. Mon auteur favori (Tomas Tranströmer) n'a publié que 400 pages en 50 ans d'écriture, et il n'y a rien à jeter. C'est très bien comme ça. Flaubert réécrivait sans arrêt jusqu'à vomir sur ses pages. Bernard Werber a réécrit 14 fois (de son aveu) son premier tome sur les fourmis. Etc., etc. L'attention maniaque à son écriture fait partie du métier, il me semble :)

Au plaisir de te lire !
Image de profil de Le BLÉRO de Scribopolis
Le BLÉRO de Scribopolis
J'associe ce que je fais à mon intimité, et les mettre en public me donne la même impression qu'être à poil devant des gens, ou montrer une faiblesse apparente. Donc je les mets en privé.

Après si tu as des choses à proposer de ton côté pourquoi pas, j'ai horreur faire des échanges qui ne vont dans qu'un sens. Après je ne sais pas si ça te plaira car cela reste quand même du bas de gamme. Complexité n'est pas synonyme de qualité.

Ce que tu me dis sur les maniaques de l'écriture me rassure sur un autre point, ce n'est peut être pas totalement un mal alors...
Image de profil de Tynah Paijy
Tynah Paijy
Hello!
C'est quoi exactement le genre de tes récits? Est-ce qu'il n'y a pas un moyen plus "simple" que d'assaisonner tes récits pour rendre la compréhension plus simple? Et tu dis que tes écrits te semblent être un mur pour toi... Mais dans quel sens sous-entends tu cela?
Bises!
Image de profil de Le BLÉRO de Scribopolis
Le BLÉRO de Scribopolis
Le soucis c'est qu'il n'y a pas vraiment de genre. Le cœur du cœur serait de la fantasy, mais ce n'est en rien celle que tu connais, d'où les concepts non innés dans la tête des gens.

Justement, j'essaye de trouver un moyen plus "simple" ou adapté. Mais mise à part le pavé de merde - que je m'interdis d'utiliser - je ne vois pas d'autre alternative. D'où mon sujet.

Et oui, ce paramètre de la compréhension est un mur car il me freine clairement dans ma progression, mais avancer sans lui reviendrait à rouler en voiture avec un pneu en moins. C'est pas bien conseillé.

Mais, mine de rien, parler vite fait de ce soucis via ce post m'a permis de ramener quelques idées au clair. C'est déjà un bon signe.

Bise bise.
Image de profil de Tynah Paijy
Tynah Paijy
Ok!

Donc l'avantage que tu as c'est d'écrire dans un univers totalement à toi, donc pour ce qui est des descriptions je te dirais d'y aller au feeling!

Tu écris à la première personne ou à la troisième? Passé ou présent? Ces petits détails te permettrons aussi d'éviter (peut-être) les loooongs pavés comme tu dis x)

Pour ce qui est du "moins" compréhensible, peut-être envisager l'idée de faire une "annexe" pour mieux expliquer les choses, qu'en penses-tu?
Image de profil de Le BLÉRO de Scribopolis
Le BLÉRO de Scribopolis
Je reste en revanche assez basique dans mon écriture, je me contente des temps du récit et de la troisième personne.

L'idée de l'annexe m'a l'air très intéressante, je dois t'avouer ne jamais y avoir pensé auparavant. Je vais y réfléchir, même si je considère cela comme une forme de triche plus facile à gober x)

Merci en tout cas pour ton aide, je sens que ça se débloque à l'intérieur.
Image de profil de Tynah Paijy
Tynah Paijy
Il n'y a pas d'écriture basique! x)
Seulement celle où tu te sens le plus à l'aise ^^

C'est juste une idée ^^

J'en suis ravie alors ^^ je te souhaite bon courage ^^
0