Inscrivez-vous sur Scribay...

...et retrouvez une communauté soudée par l'amour de l'écriture, le partage et l’entraide entre auteurs.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de scifan

De la tentation de dire cherche.

par scifan  il y a 8 mois

Suis-je le seul ou ce dilemme est-il partagé ?

J’abuse peut-être de mots tirés de vieux grimoires, oubliés et de cultures étrangères, toujours est-il que dans le chapitre sur lequel je galère (j’en suis à la troisième approche) en une page et demie (Word) j’en suis à trois renvois, deux justifiés par des informations complémentaires volontairement misent hors texte, et le troisième pour quiniquinick.

Loin de moi l’intention de critiquer les lecteurs et surtout pas ceux qui me lisent, mais il me semble que sur scribay l'accès à l’auteur modifie le comportement du lecteur.

Lorsqu’il rencontre un mot qu’il ne connaît pas ou ne comprend pas, il ne cherche pas comme il le ferait lors de la lecture d’un livre ou d’un ebook, il demande à l’auteur. Ne nous méprenons pas, je préfère celui qui demande à celui qui passe sans chercher à comprendre, mais je préférerais qu’il cherche.

En réaction, je mets des notes de bas de page un peu partout.

Accessoirement, et bien que ce ne soit pas tout à fait de sujet, le comportement est le même au sujet des indices. Hors accès à l’auteur le lecteur se pose la question et attend sagement le moment où il le comprendra, sur scribay il la pose à l’auteur.

Je serais heureux d’avoir vos opinions sur tout cela.

Image de profil de Aède Moderne
Aède Moderne
Hello ^^

je ne suis pas tellement fan des notes de bas de page sur un support numérique, parce que ça fait scroller toute la page puis remonter (sur un livre papier, c'est un peu plus ergonomique). Cela dit, je comprends le dilemme pour le partager : quand j'écris des choses très inspirées par le Moyen Âge, ça m'arrive d'utiliser des mots techniques qui, évidemment, peuvent ne pas être compris par les lecteurs les moins calés sur la société médiévale. De mon côté, j'ai tendance à dire "cherche" (ou demande ^^) mais je suis sans doute une auteure un peu sadique ^^"

Enfin, sur un support papier, je tenterais peut-être le glossaire ou la note de bas de page, mais sur un support numérique comme wattpad, tant pis, je préfère courir le risque de me faire poser des questions de vocabulaire ^^"
Image de profil de scifan
scifan
Ha ! le scrolling une horreur, le défilement aussi d'ailleurs. Mais c'est un inconvénient spécifique à certaines plateformes, dont scribay. Wattpad je ne fréquente pas, la communauté est beaucoup trop grande pour mon goût et par-dessus le marché à majorité anglophone.
Mais les ancres sont nées dès le début du langage HTML, comme j’écris en parallèle ici et sur des blogs j'ai tendance à maudire tous les manques de l'éditeur de scribay.
Mon nouveau truc ici c'est : pas de renvoi dans le texte, mais des notes en fin de chapitre qui éclairent ceux qui sont intéressés.
Image de profil de Aède Moderne
Aède Moderne
On est d'accord ^^" Je fais de l'édition numérique à côté de mon job pour des revues de recherches : il y a tellement d'alteratives possibles pour les notes ! Les ancres,des blocs flottants dans une colonne dédiée à cet effet... bref xD
Ah, pas bête les notes en fin de chapitre, oui ^^'
Image de profil de Charlotte Miller
Charlotte Miller
j'aime bien l'idée du glossaire.
Image de profil de Oreleï
Oreleï
Hello

Alors.
Les notes de bas de page, je n'en suis pas fan. Mais genre, vraiment pas. Elles sont parfois nécessaires mais je les apprécie uniquement si elles sont rares.

En tant que lectrice, j'aime que l'auteur ne m'explique pas tout. Qu'il déploie sa langue, et que je m'en saisisse.
Si je bute sur un mot :
- soit il m'est inconnu et je prends mon dictionnaire ou le sens fait sens
- soit il fait partie de l'univers que je découvre et dans ce cas-là, soit le sens fait sens, soit alors il y a une note
J'avoue que je préfère quand le sens fait sens.
Les notes me sortent de la narration et de l'histoire. Si elles sont occasionnelles, ça passe, si elles sont nombreuses, ça casse. :-))
Image de profil de scifan
scifan
Merci de ta participation, lectrice idéale. Non, je ne moque pas, ton audiodescription est celle de la lectrice dont tout auteur rêve.
Pour ne pas être flagorneur, j'ajoute que tu n'es pas unique.
Image de profil de Oreleï
Oreleï
Arf !
Je n'ai jamais rêvé d'être un idéal.
Merci de me rassurer en précisant que je ne suis pas unique, mon égo ne s'en serait jamais remis ;-))
Image de profil de Charlotte Miller
Charlotte Miller
En grande paresseuse que je suis, si c'est un mot comme ça, je passe outre tant que j'arrive à choper le sens général de la phrase.
Ça se complique, par exemple , quand je lis du Ecco, qui donne leur nom aux choses avec une maniaquerie et une technicité unique en son genre. Par conséquent j'ai pris l'habitude de chercher toute seule et ça ne me gêne pas du tout de le faire.
j'ai l'impression d'être moins conne, après. C'est une sensation agréable ;p

Quand j'écris c'est pareil. pas de note de bas de page, à priori. Et quand j'ai placé une petite histoire au Liban, j'ai utilisé des mots en arabe. Soit je les ai traduits tout de suite dans le texte, soit le contexte était suffisant et donc il n'y avait pas besoin de chercher.

Pour le reste, si le lecteur manque de vocabulaire, peu m'en chaut.
Image de profil de scifan
scifan
Merci de ton avis tranché. j'ai la même démarche lorsque je rencontre un mot ou une expression qui m'est inconnu, quel que soit le support je cherche. Mais je suis moins indifférent vis à vis de ceux qui questionnent.
Image de profil de Charlotte Miller
Charlotte Miller
je nuance un peu mon propos : il faut tout de même adapter le propos au public auquel tu t'adresses ^^, mais je déteste voir ce que les traducteurs ont fait des clubs des 5, par exemple, destinés à la jeunesse et coupés de tout le "bon français" qu'il pouvait contenir.
Image de profil de 6_LN
6_LN
Mon point de vue de lectrice (or scribay). Je suis loin d'être contre les notes de bas de pages, tant qu'il n'y a pas une astérisque à chaque phrase, c'est super enquiquinant. Mais il ne faut pas non plus prémaché le travail et virer tous les mots potentiellement compliqué. En tant que lectrices, j'adore découvrir de nouveaux mots... Tout n'est pas a explicité, soit on fait l'impasse sur la définition en se donnant une vague idée grâce au contexte, soit on va chercher sur internet. En général en français je cherche (parce que y'en a pas tant non plus) quand c'est en anglais, y'en a vite beaucoup et interrompre un bouquin toutes les 5 lignes c'est pas possible, donc tant pis, je fais sans, et sûrement que je passe à côté de détails voulu par l'auteur, mais c'est aussi le pouvoir de la lecture, l'auteur offre, le lecteur dispose ;)
Pour ce qui est de scribay, évidemment, le fait d'être en direct facilite les choses (bien que soit dit en passant on est déjà sur internet donc un clic à droite et hop on a une défintition), mais ce n'est pas toujours évident, parce que les termes ne sont pas forcément figé à une définition seulement... Donc avoir l'avis de l'auteur peut être une vraie aide. Cela dit, je rejoins l'idée qu'il faut se donner de la peine un minimum quand même, demander à l'auteur s'il y a un doute, et pas à tout bout de champ quand on a un dico !
Pour revenir à l'accès direct de l'auteur, je pense qu'il faut bien considérer que cette proximité à ses avantages et ses inconvénients, et qu'il faut savoir composer avec. D'un côté le lecteur peut demander des infos à l'auteur, mais c'est aussi un endroit où l'auteur peut demander des retours à un lecteur, un espace d'échanges quoi. D'autant que, si tu vois que toutes les personnes qui ont lu t'ont surligné un mot sur trois parce qu'ils ne l'ont pas compris, c'est que c'est peut-être à toi de te remettre en question (et quand je dis toi, c'est pas toi mais l'auteur tu comprends bien). Ca peut t'agacer, mais je pense que tu n'as rien à perdre du tout à avoir "trop" d'annot. Après tout, si tu veux pas répondre, réponds pas ;)
Image de profil de scifan
scifan
J'ai parfaitement compris que tu parle de l'auteur en général, c'est d'ailleurs pourquoi à un instant T, de frustration causée par un chapitre récalcitrant, je me suis dit qu'ouvrir une discussion sur un sujet que tous rencontre pouvait me permettre de me changer les idées.
Image de profil de 6_LN
6_LN
ahah je comprends, râlait ça fait du bien, je me suis faite experte en la matière ^^ partager la frustration c'est libérateur ;)
Image de profil de Cléo Didée
Cléo Didée
Pour ma part, je me dis qu'il peut être difficile de savoir quels sont les termes que sont susceptibles de connaître les lecteurs. Après tout, nous n'avons pas la même culture et rien que dans un roman de fantasy, les termes anciens ou d'instruments (d'armes) peuvent être ou non connus. En plus, en tant que lectrice j'ai le réflexe de lire les notes de bas de page. Ce qui devient vite agaçant dans la lecture quand il y en a trop. Donc j'ai envie de dire : le moins de notes possibles et si le contexte ne permet pas à un lecteur de se faire une idée (même faussée), il peut bien chercher… ou se dire que tant pis s'il n'a pas compris CE mot.
Image de profil de scifan
scifan
Merci de ta participation à mon défouloir.
Image de profil de Vicomte Bidon
Vicomte Bidon
Oui un peu fainéant le lecteur, alors qu'il suffit de chercher un peu, souvent d'ailleurs, c'est assez évident par exemple : quiniquinick... réfléchissons un peu, ce mot n'a pas l'air d'exister (la preuve je ne le connais pas) donc l'auteur a dû faire quelques fautes d’orthographe (oui ça arrive), ce doit être "qui nie qui nique"... qui peut être traduit par, je suppose, "celui qui nie celui qui nique"... Voila, je pense que là on bien débroussaillé, il suffirait de lire le mot dans le contexte pour finalement comprendre keskiveudire l'auteur.
Image de profil de scifan
scifan
démarche intéressante.
Image de profil de Daegann
Daegann
Je dirais, comme souvent, "ça dépend" (ça dépasse, oui je sais :p )

Je pense que s'il s'agit d'un terme vraiment spécifique, très peu usité ou pire : que le sens est détourné, le "cherche" n'est pas bon. Le renvoi en bas de page pas forcément non plus.

Plus concrètement, ce que je veux dire c'est que s'il y a besoin d’interrompre sa lecture pour voir une note ou aller chercher sur internet afin de comprendre ce qu'on nous raconte, alors c'est qu'il y a un problème. Et ça devient un sérieux problème si cela est très fréquent dans le texte.

Une note de bas de page ne devrait à mon sens contenir uniquement des informations annexes dispensable à la compréhension. Elles peuvent permettre de mettre en relief la notion annoté, mais elle ne doit pas être indispensable à la compréhension du texte.

Idem donc s'il n'y a pas de renvoi du tout. Parce qu'un texte pour lequel on est soit obligé de rechercher une définition toutes les cinq minutes soit accepter de ne pas comprendre ce qu'on lit et bien on sort vite de l'histoire et rapidement on a plus envie de lire la suite.

L'idéal, quand il s'agit d'une simple traduction ou d'une définition courte, est d'accolé la définition au mot. (après faut pas le faire toutes les 5 minutes non plus, d'un autre côté s'il y a besoin de le faire toutes les 5 minutes c'est qu'il y a soit un autre problème, soit que le texte s'adresse à un publique précis qui n'a pas besoin de ces définitions)

Car tout cela est à relativiser : tout dépend à quel publique tu t'adresses :

Si tu veux faire du grand publique, il faut autant que possible éviter les mots trop compliqué et expliquer ou introduire clairement ceux-ci pour ceux qu'on garde.

Si on a envie d'un lectorat un peu plus cultivé ou n'ayant pas peur de découvrir des choses (c'est pas de l'élitisme ni une critique, c'est juste un publique différent qui n'a pas les mêmes attentes), là tu peux plus facilement utiliser un vocabulaire plus riche. Il faudra toutefois toujours introduire/faire comprendre les mots appartenant à un jargon très spécialisé ou faisant référence à un domaine culturel très pointue.

Enfin si ça s'adresse à des spécialistes du domaine en question, pas besoin de décrire tout ça.


Après je te rejoins, la proximité de l'auteur ici, fait qu'on va plus facilement poser des questions que faire des recherches (ou choisir de rester dans l'ignorance). Mais à la limite il faut considérer ça comme un indicateur : si beaucoup posent la question, c'est que ce n'est pas clair. Et on en reviens au publique visé pour savoir s'il faut prendre la question en considération.
Image de profil de scifan
scifan
Je suis assez d'accord avec toi, si ce n'est justement qu'autant dans un livre le lecteur accepte naturellement le mot inventé et se contente du sens induit par le récit, autant ici il a tendance à demander de quoi il s'agit.
Image de profil de Daegann
Daegann
C'est vrai. Mais c'est aussi le cas pour tout un tas d'annotation où on va te dire que tel ou tel chose est pas clair, peut être mieux écrite, que tel mot serait mieux etc. Parce que les gens sont en mode relecture et parfois ça passe par signaler tout ce qui passe par la tête. C'est pas forcément une mauvaise chose, ça permet de voir comment réagit le lecteur, c'est un indicateur, à nous de faire le tri. parfois c'est une information qui demande correction car on voit qu'il manque une clé de compréhension importante, parfois on voit que le lecteur se pose des questions mais que ce n'est pas gênant (ça peut même parfois être recherché - et quand ça ne l'est pas et bien on peut corrigé le tir).
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Pour les mots difficiles, tu dis f...ck ! je veux bien pour les acronymes lorsqu'ils sont spécialisés (des termes techniques). Mais du reste, il ne faut pas abuser des notes de bas de page et oui, le lecteur est fainéant (moi, la première :P). Tout dépend comment on te le signale, moi j'annote quand je sais que le mot est si précis que pour moi il ne convient pas, ou j'annote aussi pour dire "wow, j'ai appris un nouveau mot". De toute façon on pourrait tout t'annoter si on veut, donc c'est à l'auteur de faire le tri et de prendre en compte ce qui est utile. N'abuse pas des notes de bas de page. Dans un livre comique l'auteur avait fait ça, mais c'était plus de la boutade, ses définitions aussi. Mais si ce n'est pas ton intention de faire de la comédie, invite le lecteur à ouvrir un dico.
Pour les indices et tout, si la plupart veut tout savoir dès le premier chapitre (qu'il fasse 20 minutes ou une minute de lecture), laisse passer :P mais parfois certaines remarques peuvent te faire voir que ton indice n'est pas assez mis en valeur ou au contraire, trop mis en valeur. Bref, c'est encore à toi de doser.
Pour finir, oui, tu as raison, le fait d'avoir l'auteur à portée de main change tout. Et tant mieux, c'est super comme approche.
Image de profil de scifan
scifan
Merci de ton intérêt pour le sujet, pour évité les copier coller, je t'invite à lire mon commentaire à la réponse de Stéph Loup'tout
Image de profil de Stéph Loup'tout
Stéph Loup'tout
Salut ! ^o^

Il est vrai que la relation auteur/lecteur étant très facilitée sur Scribay, on est tenté, en tant que lecteur, de demander des précisions à l'auteur. Après, je pense que c'est humain et que, comme sur Scribay, la plupart des écrits ne sont pas encore dans leur version finale, le fait que les lecteurs posent telle ou telle question peut permettre à l'auteur de se rendre compte qu'il a mal disséminé certains indices ou qu'un élément n'est pas clair. Perso, en tant que lectrice, ce que j'aime faire, c'est faire des suppositions dans les commentaires. L'auteur me laisse dans le flou ou s'amuse à me taquiner sur une hypothèse particulièrement tirée par les cheveux, mais je trouve que d'une, ça permet de dialoguer avec l'auteur sans forcément se spoiler la suite, de deux cela lui montre certaines pistes auxquelles il n'avait peut-être pas pensé, de trois c'est drôle de le faire, alors pourquoi s'en priver ? :) Après, pour tout ce qui est mots compliqués, soit je cherche moi-même si je sens que c'est un mot qui existe, dans une langue ou une autre, soit, si je pense que c'est un mot inventé par l'auteur et qu'il n'y a pas de note de bas de page, je lui demande généralement comment il l'a inventé, de quel mot il est parti et ce que j'en pense (il sonne bien, bizarre, il est joli...). Le sens d'un mot est assez facile à trouver quand on le lit dans son contexte. ^^
Image de profil de scifan
scifan
Pour être franc, ouvrir cette discussion était pour moi une échappatoire à un moment d'agacement dans l'écriture particulièrement frustrante d'un chapitre qui a du mal à me satisfaire.
J'ai chercher un autre agacement, je n'ai trouvé que les légers "c'est quoi" et "pourquoi". C'est donc sur ce sujet que j'ai rédigé un thème de discussion pour me défouler.

Mais je suis réellement intéressé par le ressenti des autres sur ce phénomène.
Image de profil de Stéph Loup'tout
Stéph Loup'tout
Haha, et bien j'espère que cette échappatoire te sera salutaire ! ;) Perso, j'ai aussi bloqué (et je bloque encore un peu du reste xD) sur le début d'une histoire qui me tient à coeur car ça fait maintenant douze ans qu'elle me hante, grandit et change avec moi (en gros, la moitié de ma vie quoi). J'aime tellement mon monde, mes personnages, j'ai passé tellement de temps à peaufiner les différentes magies, la politique, les cultures, les races, les légendes, le passé du monde, que j'ai tout de suite envie que le lecteur entre dedans alors même que c'est infaisable dans un premier chapitre :) Donc, je te comprends tout à fait quand tu dis chercher une échappatoire XD Je ne compte même plus le nombre de fois où j'ai hurlé dans mon oreiller, sauter sur place de dépit ou me suis arrachée les cheveux sur un élément qui ne collait pas avec le reste, sur des phrases insipides, un dialogue creux... Je pense que c'est le lot de tous les auteurs ^^"
Sinon, je trouve que c'est un bon sujet de discussion :) Je ne l'ai jamais croisé avant et c'est amusant de voir ce que chacun pense par rapport à ça.
0