Inscrivez-vous sur Scribay...

...et retrouvez une communauté soudée par l'amour de l'écriture, le partage et l’entraide entre auteurs.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de Secrecyy28

Votre phrase favorite qui provient d'un livre

par Secrecyy28  il y a 2 mois

"Si Amed pleurait, Aziz pleurait aussi. Si Aziz riait, Amed riait aussi. Les gens disaient pour se moquer d'eux: «Plus tard ils vont se marier.»"

"L'orangeraie" de Larry Tremblay

(Je sais qu'il y a trois phrases mais elles vont ensemble)

Image de profil de Aude Vesselle
Aude Vesselle
"Il faut rire de tout. C'est extrêmement important. C'est la seule humaine façon de friser la lucidité sans tomber dedans."
Tiré du roman : "Vivons heureux en attendant la mort" de Pierre Desproges
Image de profil de Zorbodile
Zorbodile
J'en ai beaucoup mais il y a une qui me touche particulièrement :
"Les autres haïssent tous quelque chose. Et ils ont tous quelque chose qu'ils aiment plus que la nourriture ou le sommeil ou le vin ou la compagnie d'un ami. C'est la raison pour laquelle ils sont toujours si occupés."
Le coeur est un chasseur solitaire, écrit par Carson McCullers.
Image de profil de Andy Clarbann
Andy Clarbann
ça dépend des jours

"On croit lutter contre des géants, on va les vaincre, et il se trouve qu'on lutte contre quelque chose d'inflexible, qui est un reflet sur la rétine d'une femme." Giraudoux
Image de profil de Laurent Datünder
Laurent Datünder
"Est-ce que l'abeille se soucie de ce qui arrive à la fleur qu'elle a butinée, quand elle s'envole ?"

Est-ce que l'abeille se soucie... ? d'Isaac Asimov
Image de profil de Ambroise Herniot
Ambroise Herniot
« De quoi souffre-t-on à quinze ans ?
De ça justement : d’avoir quinze ans. De ne plus être un enfant et pas encore un homme. De nager au milieu du fleuve, une rive quittée, l’autre non rejointe, buvant la tasse, coulant, remontant, luttant contre les tourments du courant avec un corps nouveau qui n’a pas fait ses preuves, seul, suffoqué. »

Ma vie avec Mozart, par Eric-Emmanuel Schmitt. La plus belle définition du bordel qu’est l’adolescence d’après moi.
Image de profil de Daegann
Daegann
"Shikata ga nai"
Mars la rouge
Image de profil de PM34
PM34
Une phrase qui vient d'ici et m'a particulièrement tapée dans l'œil :
"Il est des événements qui se produisent à toutes heures du jour et de la nuit. Et puis il y a ces heures si particulières qui choisissent de couper court au hasard."

Extrait de L'arbre à strige, de Neretva : https://www.scribay.com/text/124931043/l-arbre-a-strige
Image de profil de Orage du Silence
Orage du Silence
"Tu peux tendre la main à quelqu'un, mais tu ne peux pas le sortir du trou dans lequel il s'enfonce s'il ne prend pas la main que tu lui tends. A moins d'y tomber avec lui, ce qui ne résout pas les choses. On est deux au fond du trou, mais on est quand même au fond du trou."
Juste avant le bonheur, Agnès Ledig
Image de profil de SaltyKimchi
SaltyKimchi
"Le déshonneur ne pourra prendre un nom tel que le vôtre. Vous serez une veuve et la veuve d'un fou, voilà tout. J'irai plus loin ; mon crime n'ayant point l'argent pour moteur ne sera point déshonorant. Peut-être à cette époque, quelque législateur philosophique aura obtenu, des préjugés de ses contemporains, la suppression de la peine de mort. Alors, quelque voix amie dira comme un exemple : Tenez, le premier époux de mademoiselle de la Mole était un fou, mais non pas un méchant homme, un scélérat. Il fut absurde de faire tomber cette tête... Alors ma mémoire ne sera point infâme ; du moins après un certain temps..."

Le Rouge et le Noir de Stendhal (bon, j'ai un peu spoilé la fin du coup), 1830.
Image de profil de Teryel
Teryel
« Peu à peu, toutefois, son mal, son désespoir finissent par gagner le quartier tout entier. Plus question de plaisir: comme à la fontaine publique, chacun buvait à son chagrin »

Mon nom est Rouge, Orhan Pamuk
Image de profil de La Camino
La Camino
"That's the point of it, Bryce. Of Life. To live, to love, knowing that it might all vanish tomorrow. It makes everything that much more precious"

Citation un peu épique de House of Earth and Blood (Crescent City) de Sarah J. Maas
Image de profil de helianthracite
helianthracite
« Il se passait quelque chose d’étrange : le Bar était plein de gens, les garçons allaient et venaient, et toi, tu étais assise près de la porte avec ce type américain. Je vous regardais tous, les uns après les autres, et vous faisiez tous la même chose, c’est-à-dire boire, parler, croiser les jambes, sourire, fumer en rejetant la fumée par les deux narines, etc. Vous aviez tous des visages, des bras et des jambes, des nuques, des sexes, des hanches et des bouches. Vous aviez tous le même bourrelet de chair rougie sous les coudes, le même bord apparent de glande lacrymale, la même fossette double au bas des reins, la même qualité d’oreille, roulée comme une coquille, frappée sans doute au même moule : hideusement identiques. Pas un seul d’entre vous n’avait deux bouches, par exemple. Ou un pied à la place de l’œil gauche. Vous parliez tous en même temps, et vous vous racontiez les mêmes histoires. Vous étiez, tous, tous, tous pareils. » Le Procès-Verbal de Le Clézio, mon roman favori.

Et une autre, je ne résiste pas :
« Implacables doivent être les ouragans qui nous forcent à demander la paix de l’âme à la bouche d’un pistolet. » La peau de chagrin, Balzac
Image de profil de Elodie Magueich
Elodie Magueich
"Jamais terroriste n'a agi sans idéal. Idéal atroce, idéal tout de même. Que ces nuées soient des prétextes n'y change rien : sans le prétexte, il n'y aurait pas de passage à l'acte. Le terroriste a besoin de cette légitimité illusoire, particulièrement s'il est kamikaze. Cet idéal qu'il soit religieux, nationaliste ou autre, prend toujours la forme d'un mot. Koestler dit avec raison que ce qui a le plus tué sur terre, c'est le langage." (Le Voyage d'Hiver, Amélie Nothomb)
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
"Je monte, je descends, je saute de noire en blanche, et de blanche en noire, de croche en double croche, d'un triolet à un éphémère arpège... Je suis le la, le si bémol, le do dièse et le point d'orgue. Je suis la reprise, je suis le thème de la fugue à la main gauche, je suis le contrechant, la troisième voix qu'on joue avec le petit doigt, je suis prestissimo... Je suis un Concerto de Rachmaninov, je suis la vitalité chez Mozart, je suis Schubert chez Brendel, je suis l'insolite chez Schumann, le timbre chez Stravinski, la virtuosité chez Liszt..." Sonate de l'assassin, Jean-Baptiste Destremau
Image de profil de Bakar Seck
Bakar Seck
Aïssatou, j'ai reçu ton mot en guise de réponse, j'ouvre ce cahier point d'appui dans mon désarroi, notre longue pratique m'a enseigné que la confiance noie la douleur
(" une si longue lettre" de Mariama Bâ)
Image de profil de KmilleHope
KmilleHope
Bonjour bonjour!

Pour ma part, il y en a tellement mais j'ai décidé d'en sélectionner deux :-):

"Si tu passes ta vie à faire attention de ne rien te casser, tu vas terriblement t'ennuyer"~
La Mécanique du Coeur, Mathias Malzieu.

"Échapper, s'échapper, travailler à son rêve jusqu'à le transformer en réalité"~ Une Sirène à Paris, Mathias Malzieu.

Deux phrases d'un auteur extraordinaire! ♥
Image de profil de Le Molosse
Le Molosse
Coucou alors :

. Celui qui croit savoir n'apprend plus du Pacte des Marchombres de Pierre Bottero. Une phrase qui me suit depuis longtemps maintenant et qui a trouvé encore récemment son sens dans ma vie.
Image de profil de Gobbolino
Gobbolino
It is a truth universally acknowledged that a single man in possession of a good fortune must be in want of a wife. (Pride and Prejudice, de Jane Austen).
Sinon "une chance sur un million arrive neuf fois sur dix" dans O Gué de Terry Pratchett, et beaucoup de maximes Pratchettiennes aussi d'ailleurs.
Bon, y'a aussi une phrase dans l'Homme qui n'aimait plus les chats mais j'ai pas le livre alors je dois la refaire de mémoire. C'est sur les noms des chats de l'île. "Son nom, c'était le grincement des volets". C'est un très beau passage qui montre la liberté de ces chats.
0